Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une pierre, deux coups

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Une pierre, deux coups   Jeu 12 Juil - 18:56

- Toujours prêt à tout mam'zelle. Avec moi c'est "une pierre, deux coup", "aussitôt dit, aussitôt fait", "Vite fait, bien fait", "Y'a qu'à demander", "J'vous sers aut'chose ?" mais aussi et surtout: "et j'y gagne quoi ?".

Ne jamais oublier la salaire, car c'était ce petit dernier qui offrait les joies simples de la vie comme se pinter la gueule comme on en avait sûrement fait une représentation parfaite avec ma coéquipière la veille au soir. J'avais pas eu à attendre bien longtemps avant que la miss sorte de sa baignade. Nos affaires reprises et sous le bras, on sortait des thermes, direction la rue marchande pour allez chercher ses nouvelles fringues chez le petit Léo.

- Alors, ça fait du bien ?

Rien de mieux qu'un bon bain pour se requinquer. J'avais bien vu le regard qu'elle avait lancé à mes guenilles. Certes, mes vêtements étaient plus de première jeunesse mais non seulement ils étaient propres mais super confortables pour la mission et surtout la trajet qui nous attendaient. Je doutais pas des talents du gosse pour fabriquer des tenues parfaites pour ce genre de missions mais j'aimais pas gâcher. J'en changerai une fois usés jusqu'à la corde, ce qui ne tarderait probablement pas.
Le temps de nous faire un brin de toilette, l'heure avait avancé et les rues commençaient à acceuillir la population matinale dont les marchands qui sortaient leurs étales et installaient leurs marchandises et divers denrées. J'adorais gambader en matiner: les produits étaient encore tout frais préparés et leurs senteurs embaumaient l'air. Epices, beurres,... tout un tas d'arômes qui venaient me rappeler que j'avais la dalle. On s'arrêtait 5 minutes près d'une boulangerie, le temps d'offrir à la demoiselle de quoi manger et boire en chemin, idem pour ma pomme. On pouvait même dévorer tranquillement dans le tramway: à cette heure, Dühr respirait la liberté. La ville était rien qu'à nous et aux lève-tôt qui se faisaient rare de nos jours. Notre arrêt annoncé, y'avait plus qu'à descendre et faire quelques mètres supplémentaires pour arriver devant la boutique du gosse. J'étais encore en train de manger quand choisi de répondre à la question de Revy.

- Qui qu'on va chercher ? Je haussai les épaules. T'aimes savoir qui tu traques ? Généralement, moins en sait, mieux on se porte. En tout cas, c'est comme ça que je fonctionne pour ma part. Comme t'as pu le comprendre, il est lié à l'Affaire. Ce que je peux te dire, c'est ce que t'as entendu la veille: le bonhomme s'appelle William. Il travaillait pour le compte de Krov il a de ça... 7 ou 8 ans maintenant. Depuis l'Affaire qu'on sait son implication la dedans. Le temps de chopper les meneurs et ça allait bien être son tour tôt ou tard. En attendant, il s'est barré à Tharen. Je sais pourquoi, le boss sait pourquoi mais t'as pas besoin de savoir. La mission sera vraiment facile. Il posera pas de problème. J'ouvrai la porte qui menait à l'intérieur de la boutique dont la lumière orangée nous parvenait depuis l'extérieur. Le tintement de la clochette indiqua notre entrée. Dans un sens, c'est normal: c'est lui qui nous a rappelé.

- Vous arrivez à point nommé ! Léonidas s'exclamait depuis l'arrière boutique d'ou il ressorti avec un sac, tout souriant mais les yeux bien cernés. Bonjour !

- Salut bonhomme.

- J'ai cru comprendre que vous deviez partir tôt, on va donc faire les essayages promptement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revy Black
Chasseuse de primes
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Une pierre, deux coups   Jeu 12 Juil - 20:56

- J’y gagne quoi je connais ça! Presque ma devise de travail, dit Revy à Erwin. Presque.

Il y avait des fois où elle le faisait par plaisir ou par faveur. Ou par besoin. Il y avait toujours des cas où la générosité était plus que la bienvenue. Une autre visite de Dühr, ses rues, ses étalages, sa bouffe trop délicieuse et ses fumets enivrants qui les enrobaient de parfums alléchants, cette énergie du matin. Il y avait ce charme du lever dans la vie. C’était chaleureux, vivifiant et électrifiant. Une bonne pâtisserie pleine de beurre et de bonnes choses dans la bouche, Revy grignotait son butin pendant le trajet motorisé, admirant la ville, si différente de Cestra. Prochain arrêt était chez le jeune Léonidas. Elle avait hâte de voir ce qu’il avait pu préparer en si peu de temps!

- Moins on en sait et mieux c’est, c’est vrai, avoua l’humaine. Mais j’essaie d’en apprendre sur mes cibles pour savoir à qui je me frotte. Si je dois prendre des précautions particulières et comment me rapprocher. Rien de pire que de draguer un type et apprendre sur le tas qu’il est gai. Ça fait tomber un plan à l’eau.

Erreur de débutante.

- J’ai compris qu’il était lié au fiasco. Je me demande surtout quel genre de type il est. Ses manies, ses tics, ce genre de choses. Pour ce qui est de pourquoi et comment il est lié à Krov, j’aime la vie, merci.

Cette dernière remarque dite avec amusement. Et ils pénétraient dans l’antre du jeune couturier borgne.

- Hé gamin! le salua Revy. T’as passé une nuit blanche?

Il avait des cernes sous les yeux le pauvre petit.

_________________
La balle est mon camp... littéralement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonidas Ghiaccio
Petit prince des tailleurs
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Une pierre, deux coups   Ven 13 Juil - 18:12

Comme à son habitude, le bon vieux mercenaire était directement allez prendre place sur le canapé collé contre le mur. Pour ma part, malgré toute la fatigue qui pouvait peser sur mes épaules, la perspectives de montrer et de faire porter mes créations à une potentielle future cliente me mettait du baume au coeur.

- Oh, vous savez, j'aurai tout le temps de dormir quand je serai mort. La vie est bien trop courte pour perdre les instants si précieux nous servant à créer et modeler toujours plus et toujours mieux.

Un jour, je tenterai de m'exprimer plus comme le garçon de douze ans que j'étais censé être. Pour l'heure, mes pensées étaient dirigées vers tout autre chose.

- Installez-vous face au miroir, nous allons passer aux essayages du manteau dans un premier temps.

La guidant vers le lieu indiqué plus tôt, je posai le sac sur la petite table basse située à proximité pour en extirper le sombre tissu.

- Souple, il n'empêchera aucun de vos mouvements. La toile choisie est enduite et vous protégera autant de la pluie que du froid mais permet aussi une bonne circulation de l'air. Votre métier vous impose de bouger et donc, inéluctablement, de transpirer. Rien de plus déségréable ! J'ajoutai en lui passant le manteau par les épaules: parfaitement ajusté. J'en eu un sourire de satisfaction. Je n'y ai pas imposé le sigle, pas maintenant. J'écartai les pans de l'ample veste. Vous désiriez des poches ? Les voici: 5 de chaque côté, faciles d'accès et refermable. Bien entendu, vous pouvez y ranger armes de tir ainsi que divers couteaux, munitions et mes petits favoris: les poisons. Puisque je ne sais pas jusqu'ou vous ammène votre travail, j'ai pris soin d'utiliser une doublure antisudorifique empêchant toute odeur de passer. Vous pourrez donc transporter ce que bon vous semble sans risque que cela soit détéctable même face au plus fin limier. Je lui fis un rapide clin d'oeil. Une de mes petites créations personnelle.

Je l'invitai à retirer la veste, non sans lui demander son ressenti et les eventuelles modifications qu'elle aurait souhaité que j'y apporte à son retour. Je lui tendis ensuite le sac contenant sa première tenue, lui indiquant d'un geste souple l'emplacement de la cabine ou elle pourrait se changer en toute discrétion.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revy Black
Chasseuse de primes
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Une pierre, deux coups   Ven 13 Juil - 19:18

Il allait avoir de cheveux blancs avant son âge s’il continuait ainsi, le pauvre enfant! Était-elle mieux placée que lui? Revy savait ce qu’on disait: assumer les conséquences de ses actes. Si Léonidas ne chialait pas plus tard, il était dans son droit. Warui lui enverrait une punition divine si elle osait forcer le garçon à se reposer. Ou elle aurait affaire à ces poilus se disant divins du Nord. Eurk… elle était impressionnée par sa rapidité, cependant. Pas étonnant qu’il soit aussi apprécié de Krov pour vêtir ses employés. Elle le suivit et laissa ses affaires auprès d’Erwin. Une fois son nouveau manteau revêtu, elle écouta le jeune Dalentien en faire l’éloge. C’était vrai, elle était si confortable! Imperméable!? Pas de balles ou d’outils trempés (quand elle oubliait de tracer pour les garder à l’épreuve de l’eau). Elle adorait la touche antisudorifique, il pensait à tout! Revy gesticula juste un peu, faisant mine d’aller piocher dans les poches pour se faire une idée des gestes et du temps nécessaires pour exécuter le tout. C’était bien. C’était très bien!

- C’est… mieux que ce à quoi je m’attendais, avoua Revy à Léo. Et ça et mes nouveaux vêtements en une soirée et nuit!? La maîtrise doit être au coin de la rue!

Il allait se rendre loin ce petit! Il savait accumuler les clients, et les amadouer. La veste retirée, elle avait de nouveaux habits à essayer.

- Liberté de mouvement naturelle, léger, j’en sens à peine le poids, style passe-partout, c’est toujours bien. Le symbole attendra mon retour, si M’sieur Krov est content de ma performance.

Et les nouveaux habits! Elle alla les enfiler sans attendre ressorti aux yeux des deux autres après un moment ou deux.

- Alors? Ça me va bien?

_________________
La balle est mon camp... littéralement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonidas Ghiaccio
Petit prince des tailleurs
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Une pierre, deux coups   Sam 14 Juil - 9:24

- Tantôt, je l'éspère ! Pendant que la jeune femme se changeait dans la cabine, j'en profitais pour répondre à ses questions et remarques eventuelles tout en pliant et rangeant convenablement les affaires dans le sac qui lui reviendrait. Je me suis inscrit pour la prochaine session. Le concours apporche à grand pas. Si je pouvais la décrocher, ce serait une joie immense.

- Tu pourrais quitter c't'endroit et te mettre à ton compte. Ajouta Erwin que je croyais en train de dormir sur le sofa.

- Oui, aussi. Pour ça, je suis pas non plus trop pressé je dois dire. C'était vrai et faux à la fois. Malgré ses défaut, monsieur Wergeld restait mon maître d'apprentissage, j'avais passé de bons moments à apprendre à ses côtés: jamais je n'aurais pu en arrivé là sans son savoir dans un sens. J'attends aussi de trouver l'endroit idéal pour m'installer. Je ne sais pas vraiment si je vais rester basé à Dalentour ou poser le pied ailleurs. A voir les occasions qui se présenteront. Je revenais sur une autre remarque de la jeune femme en rigolant un peu. Je ne suis pas si extraordinaire que vous semblez le croire. Il ne s'agit là que d'une seule tenue, qui plus est, relativement simple. En 24h et avec l'idée et le matériel à disposition, tout se fait rapidement. A votre retour, je ne manquerai pas d'y apporter quelques modifications, et, bien entendu, de vous donner vos autres commandes.

C'était toujours un plaisir de travailler avec le soutien de monsieur Krov. Il m'offrait la possibilité de me faire connaitre par son biais mais aussi au-delà des frontières encadrant notre vaste empire. Si j'aurai facilement l'occasion de cotoyer la Haute de notre territoire, j'aurai peut-être la chance de le faire auprès d'autres peuples. Ce serait merveilleux de voyager et de m'installer en un autre endroit. Non pas que je n'aimais pas Dühr, il s'agissait du lieu ou résidait mes racines mais si jamais l'occasion se présentait pour moi de partir quelque temps, je n'hésiterai pas à tenter l'expérience. Plongé dans mes pensées profondes, la jeune rouquine venait tout juste me réveiller lorsqu'elle sorti de la cabine, parée de sa nouvelle tenue.

- Pour t'aller... Ohohoh. Ouaip. Moi j'approuve direct. Je pensais la même hose que le mercenaire mais avait eu la décence de garder mes idées et autres impressions à l'intérieur de ma tête.

- Elle vous va comme un gant, mademoiselle Black. Vous pouvez la garder sur vous pour votre voyage ou retourner vous changer directement. Je m'approchai pour vérifier les coutures et vérifier si certaines retouches seraient à apporter. Quand je fus parfaitement satisfait du résultat, je me remis face à la jeune femme, mon sourire de commerçant gravé sur le visage. Votre ressenti ? Vous êtes à l'aise ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revy Black
Chasseuse de primes
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Une pierre, deux coups   Sam 14 Juil - 16:06

Revy fit quelques excercises d'étirement dans ses nouveaux habits. Confo. Doux, Léger. Pourtant résistant et de bonne facture. Il avait accès à de beaux matériaux! Il était gâté ce gamin! Eux avaient discuté boutique et commerce, comprenant publicité, pendant qu'elle s'était changée.

- Je dirais de commencer ici et ouvrir des branches un peu partout, ajouta la rousse en voulant y mettre son avis. Dühr est un centre économique, tout converge par ici. Pourquoi pas établir un résueau entre différentes villes et peut-être pays, avec des tailleurs formés par toi? S'assurer qu'ils travaillent comme tu le désires. De mon côté, je sais quoi ramener à mes parents quand j'aurai du temps libre.

Si Léo adorait les commissions et se faire de la publicité, elle s'en chargerait à Cestra. Tharen, la place où les gens cherchent à se démarquer et être flamboyants? Pas tout le temps mais vous comprenez le point. Le petit Ghiaccio y ferait un malheur.

- J'ai déjà hâte d'être officiellement employée, disons, répondit Revy à Léo quand il lui demanda son avis sur sa nouvelle tenue. Elle est superbe. C'est vraiment du beau travail, petit. J'vais essayer d'envoyer plein de gens ici.

Et bien sûr qu'Erwin allait aimer! Elle n'en avait pas douté une seconde! Elle avait spécifié à Léonidas qu'elle voulait avoir un uniforme ressemblant à ce qu'elle portait déjà, alors elle était encore en shorts. Pourquoi n'était-elle pas surprise?

- Je vais revenir sur mes terres natales en apportant une touche dalentienne, dit-elle au jeune couturier. Après tout, c'est fait pour être porté.

La pistolero alla reprendre le harnais de ses réveolvers pour les réattacher sur sur elle pour ensuite reprendre son nouveau manteau. Dante et Vergil bien collés, elle se sentait bien. Le temps de changer les outils et munitions de poches en poches, et elle était prête pour affronter la mission.

- Allons le chercher, ce William, annonça Revy à Erwin. Gamin?

Elle regarda le petit face à face.

- Y'aura pas une marque sur cette tenue à mon retour, c'est promis.

_________________
La balle est mon camp... littéralement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 235
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Une pierre, deux coups   Dim 15 Juil - 7:01

- J'avoue qu'c'est cuissant... Cuisant... plaisant. Oh pis merde: ça te vas bien quoi. Je me passai la main dans la barbe avant de glisser un regard complice au gosse. C'était un p'tit malin celui-là. Mais on doit admettre qu'il bosse bien le Ghiaccio.

Je me relevai et allai frotter les cheveux blond du gamin. On allait pouvoir le laisser roupiller un peu avant de revenir l'embêter. Il était plus que souriant à la remarque de Revy, une cliete qui reviendra probablement. En attendant, les vêtements sur le corps et nos sacs de voyages sous le bras, on allait enfin pouvoir reprendre la route. Dernière salutation à Léonidas qui nous fit quelques courbettes d'aurevoir, et nous ouvrit la porte pour nous laisser sortir. De retour dans la rue marchande ou maintenant pas mal de monde gambadait à droite et à gauche: promeneurs, clients se dirigeant vers le boutiques habituelles, employés courant vers leurs postes de travail. Ca bougeait et nous aussi on allait devoir nous y mettre maintenant.

- Bon, c'est parti mam'zelle Black. C'est qu'on va devoir se mettre au boulot nous aussi. Direction le port.

Le temps d'aller acheter de quoi grignoter sur le rafio (parce que c'était pas tout ça mais on en avait encore pour une bonne demi-journée de trajet) et on pouvait se rendre sur le quai ou nous attendait sagement notre moyen de locomotion. On serait pas les seuls passagers cette fois: il ne s'agissait pas navire marchand come celui que j'avais pour habitude de prendre pour partir en direction de Cestra mais bien d'un petit bâteau touristique. Bon, on était pas non plus masse de monde, Creença restait une petite île paysane. La plupart des personnes qui montaient à bord étaient relativement jeune d'ailleurs, sûrement des gamins de retour au pays pour allez voir papa maman. Une fois la queue faite, ce fut notre tour de tendre le ticket et de prendre pied à bord. Dans un sens, ça faisait bizarre au vieux bougon que j'étais de retourner au bercaille après toutes ces années. Si je savais ma soeur en vadrouille, je me demandais si mes vieux étaient toujours en vie... auquel cas: j'allais devoir expliquer deux trois trucs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revy Black
Chasseuse de primes
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Une pierre, deux coups   Dim 15 Juil - 13:01

Revy un soupir à moitié amusé et à moitié découragé. C’était que ses cuisses, pas de quoi en perdre la parole, mais elle le prendrait comme un compliment. Elle avait de la chance, même si elles étaient presque tout le temps à découvert, il n’y avait presque pas de marque ni de cicatrices. Et ça pouvait jouer en sa faveur, comme le vampire le démontrait si bien.

- Charmeur, va.

Revy remercia Léo de tout son travail monstre, elle ferait son possible pour l’aider à se propulser. Elle aimait aider les gens, bien qu’elle aimait aussi chasser les gens pour de l’argent. Mais elle aimait donner un coup de main. Elle avait choisi sa carrière avec ça en tête. Un arrêt pour quelque chose à manger sur le bateau, ça irait plus vite mais serait plus cher en aéronef, direction le quai! Revy mâchait lentement son morceau de pain à la cannelle, laissant vaguer ses pensées. Elle allait pouvoir commencer sa chasse au vampire.

- Pas vraiment de revoir les proches je suppose? dit-elle à Erwin.

Ils étaient officiellement en mission, ils ne pouvaient pas faire de détour, pas vraiment.

_________________
La balle est mon camp... littéralement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une pierre, deux coups   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une pierre, deux coups
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Hors-Jeu :: Archives-
Sauter vers: