Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Partenaires de jeux.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Melchior
Tuteur potager
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/06/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Mer 4 Juil - 20:20

Mon plus vieil élève attend des réponses que je ne peux lui fournir ; il est déçu et fait grise mine devant sa part, quand rien ne semble pouvoir empêcher son ami d'y croquer, pour sa part, à pleines dents. Une idée me vient pour lui changer un peu les siennes ; mais après en avoir fini avec le petit chapitre dédié à l'enfant-cannelle … chaque chose en son temps, et une seule à la fois :

« Tu as bien prononcé, » lui souris-je, docte autant que je le peux, « mais imite juste mon mouvement : moi, c'est moi qui parle. »

J'ai la main sur la boutonnière des vêtements donnés par mon maître et que je porte toujours ; je la tends ensuite vers le petit rongeur aux grands yeux verts et aux cheveux très noirs qui charge ses joues de réserves suffisantes pour passer un long hiver très confortable.

« Toi, c'est la personne à qui je parle, c'est toi ; toi devient moi si toi tu parles, et moi devient toi si c'est à moi que tu parles, » poursuis-je, en faisant beaucoup d'allers et de retours avec la main.

« Lui, c'est celui dont on parle ; les Autres disent aussi elle si le corps de celui dont on parle peut donner la vie. »

Voilà qui est fait pour qui est qui et quand qui l'est et pourquoi ; du moins, je l'espère : je me perds parfois dans tous ces petits détails. Je parle ensuite de notre nourriture, de l'action de manger, et comment en parler. Justement.

« Nous mangeons, ça tu verras que quand on veut dire nous ensemble, réunis, on ajoute très souvent ons à la fin, » conclus-je avant de soupirer : « voici. Navré, c'était un peu long, et peut-être pas très drôle. Tu peux répéter. »

Et ce pendant, je me tourne vers le petit dragon, paisible et l'air malicieux quand je lui dis :

« Tu peux lui proposer une phrase, à ton tours. Tu sais, celles que tu aimes bien, et qui nous donnent du mal, » et d'ajouter, plus bas et en irracyen, avec l'air d'un conspirateur : « Tu sais, les virelangues. »

Puisque son nouvel ami n'a pas eu l'air de vouloir répondre à la question de son nom, et puisque celui qu'il comptait lui donner n'est que celui que la Dame lui a créé, je repasse aussitôt en énaride et saisis l'occasion de glisser une petite condition :

« Si le nomade n'y arrive pas, il devra nous dire comment il doit être appelé. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbadir Devaraja
Petit prince des emmerdeurs
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/03/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Jeu 5 Juil - 17:42

La Reiku avait réussi l'exercice comme une pro ! Ce garçon ne manqua pas d'applaudir à la suite des commentaires du Sensei. Même si Ego restait un peu boudeur à cause de tous les mystères entre les deux filous, il voulait profiter du moment quand même. C'était aussi que l'esprit de ce garçon était facilement dévié... mais si c'était aussi simple c'était que l'information était pas si importante que ça, non ? Sûrement. De tout manière, les filous diraient jamais rien de méchant sur Ego, c'était juste des détails. Oui. Oui, des détails pas interéssants. Ce garçon rigolait en tapant dans les mains, partageant la joie de la Reiku. Elle devait encore hésiter à donner son nom: le trophée. Mais elle pouvait pas échapper ! C'était le gage ! Signe de la victoire de ce garçon. L'idée du Sensei était amusante ! C'était juste et humble de laisser une dernière chance à la Reiku: le bilogisme et l'accident d'Oku Sensei les avait retardé. Ego se gratta la tête et pris une moue songeuse... lui faire dire quoi ? Quelque chose de tellement difficile qu'il serait certain d'obtenir son prénom.

- "Je veux et j'exige d'exquises excuses !". Le Sensei savait que ce garçon était doué pour ces jeux. La Reiku ne doit pas oublier les liaisons. Trois essais maximum ! Termina Ego avec un regard de défis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentoni
Mère Nature
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 10/04/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Jeu 5 Juil - 19:17

Que de félicitation pour ma préstation ! J'étais le centre de l'attention et tous les yeux étaient braqués sur moi. C'était un jeux amusant que d'apprendre une nouvelle langue ! En vrai, on se moquait surtout des erreurs et de l'accent. Les yeux rieurs d'Abbadir me firent rigoler de plus belle. On devait nous entendre à des kilomètres à la ronde avec nos exclamations d'enfants. Toujours souriante, je pris une longue inspiration pour retenter en articulant davantage.

"Nou majon." J'indiquai l'ensemble. "Toa." Le Sensei. "Loui." Abbadir. "Moa. Et quand je pourrai donner la vie, on pourra dire "èl" en parlant de "Moa" ?"Je posai la main sur ma poitrine, une moue songeuse. "C'est pas un peu impersonnel ? Pourquoi que les votres ils classent les gens ?"

Le cours se poursuivait quand même avec la difficulté Abbadir. Il se donnait les moyens pour obtenir ce qu'il voulait. J'allais lui dire de toute mnière mais le jeux était trop tentant. Un défis ! Personne ne peux refuser ! C'était la guerre qu'il voulait ? Il allait l'avoir ! Grande inspiration, sourcils froncés... concentration...

"Je ejigue dé quiz zécu..." Pas vraiment. "Cheveux esquisce étuves !" Encore pire. "Jeux... voeux... zéxgigue... Dékizécu !" Heureusement que je pouvais essayer que trois fois parce que j'allais en effet lui en devoir beaucup à ce rythme (mais ça, je l'avais compris beaucoup plus tard en y repensant). Je fixais Abbadir avec des yeux ronds et les lèvres pincées, un air plus que dubitatif quant à mes performances. Ca voulait dire quoi d'abord ? "J'ai pas compris." Et je me remis à rigoler en tapant des mains. "Encore ! J'en veux encore !" Ca pourrait être drôle de tenter avec la Dame. Mais avant: je devais quelque chose aux filous ! Assise en tailleur, je mis mes cheveux derrière les oreilles et me réinstallai bien en face du Sensei et d'Abe. "Moa..." Je m'indiquai et laissai un peu la phrase en suspens le temps de regarder les deux copains à tour de rôle, l'oeil malicieux. "... Sentoni."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melchior
Tuteur potager
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/06/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Jeu 5 Juil - 21:39

Le petit Abbadir n'a pas choisi sa phrase la plus facile ; je lui décoche un regard de stupéfaction profonde comme j'en exprime et ressens rarement … et l'effet recherché ne manque pas : le joyeux babil dans lequel s'est lancé l'ami-cannelle s'emmêle, s'empêtre, se traîne dans un fredon tout heureux qui se conclue sur un petit charabia chantant. Son visage est couvert de plis concentrés qui lâchent tous dans un rire général qui a bien eut du mal de se contenir pendant sa démonstration fait raisonner les frondaisons d'une immense explosion ; j'en ai des larmes au coin des yeux à force d'essayer de garder le silence. Voilà longtemps que je n'avais pas rencontré d'enfant libre, et aujourd'hui, ça me fait le sentir un peu moi aussi, et humain tout autant. Mais pas bien longtemps : un revers de main vient me le rappeler quand je m'attache à essuyer les larmes qui n'ont pas coulé. C'est ensuite le moment du trophée : Sentoni est le nom par lequel elle se fait appeler. Elle nous regarde l'un et l'autre au moment de l'annoncer. Je suis le mouvement, et pose ma paume sur ma poitrine en me présentant :

« Et moi Melchior. »

Je souris encore, et pourtant on peut entendre un peu de déception dans mon ton quand je réponds à sa question :

« Pour Eux, tu es déjà elle, et tu l'es depuis que tu es né. Ils classent les gens dès qu'ils naissent, et plus souvent qu'on ne le fait. Sur un grand nombre de petits détails à l'intérêt très variable. »

Ces derniers mots ont la saveur d'une conclusion : l'ami n'est pas celui qui s'attire mon dépit. Je préfère aussi profiter de ce répit pour aborder des sujets moins aigris par ce que j'ai vu jusqu'ici des Autres encore sur les côtes. Aussitôt :

« Truite crue, truite cuite ! Autant que tu le peux, et tout aussi vite. C'est ce qu'ils disent pour poisson froid, poisson chaud. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbadir Devaraja
Petit prince des emmerdeurs
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/03/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Ven 6 Juil - 6:14

A chaque nouvelle tentative de la Reiku, ce garçon ne peut s'empêcher de rire dans la foulée tout en répétant en articulant fort et distinctement la phrase: fallait bien aider quand même ! Ego tentait de la faire ralentir en baissant et levant doucement les mains (les employés essayaient souvent de le calmer par ce geste quand Ego s'énervait). Mais c'était peine perdue tellement la fille était lancée dans sa mission.

- Non, Ego riait de bon coeur, pas comme ça. Ce garçon essuya ses yeux avec sa manche. La Reiku doit regarder le mouvement des lèvres: "Je-veux-z-et-j'exige-(petite pause)-d'exquises-z-excuses". Ce garçon se tourna ensuite vers le Sensei. Les "x" doivent être les plus difficiles à prononcer.

Mais si la Reiku essayait de se dépêtrer comme possible, les trois essais étaient passés ! Bien tenté mais Ego avait encore gagné le par...

- Sentoni... Ce garçon avait le sourire qui s'effaçait progressivement pendant que le Sensei se présentait aussi. Sentoni. Ne pas l'oublier ! Jamais ! Ego devait avoir une tête de poisson fris en fixant la Rei... Sentoni... avec les yeux ronds et un air plus que béat. Ce garçon secoua frénétiquement la tête de droite et de gauche pour remettre les idées en place avant de se tapoter le front du doigt. Ce garçon s'appelle Abbadir. Et le jeux pouvait continuer ! Ce garçon aussi voulait essayer ! Elle était facile celle-la ! "Truite-crue-truite-cuite-truite-crue-truite-cuite-truite-crue-truite-cuite !".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentoni
Mère Nature
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 10/04/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Ven 6 Juil - 17:16

Malgré tous les rires et les tentatives déséspérées d'Abbadir pour me faire répéter correctement la phrase maudite (ce qui était probablement autant à cause de mon impossibilité à arrêter de convulser qu'à mon accent), je voyais bien les réactions du Sensei. C'était discret, il montrait pas, c'était juste les brefs petits arrêts sur les gestes du quotidien. Je tentais de pas le fixer, pour pas le gêner non plus mais j'arrêtais de rigoler, gardant le sourire et les yeux amusés.

"Et toi Abbadir ! Et toi Melchior !" Je répétais en les pointant du doigt respectivement. J'écoutais les explications à ma question, sans perdre mon air enjoué: bien au contraire ! Je tendis la main droite à Melchior et la gauche à Abbadir. "C'est pas important ce que les Autres pensent, tant que nous, on sait qui on est." Je jetai un coup d'oeil rapide au bracelet au poignet de l'homme-arbre, puis au mien. "Ils sont perdus, ils savent pas. C'est à nous de guider les égarés. De montrer la voie." Je repris mon air amusé. "Deux yeux, un nez, une bouche, deux jambes, deux bras. La seule chose qui nous différencit vraiment: c'est nos noms. "

Je soupirai longuement, comme si je réfléchissais trop. Je penchai ma tête en arrière avant de de revenir à eux un brin de malice dans le regard.

"Ca et... savoir si on préfère la "Tuite cul" ou la "Trite quitte". "Truite cuite, trite quitte- tuite cute, truite cuite". Mais comment vous faites ? C'est à cause de ça que les Autres ont le cerveau tout fondu !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melchior
Tuteur potager
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/06/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Ven 6 Juil - 19:59

Je reprends avec elle et acquiesce à ses paroles, prononcées comme elles doivent l'être ou peu s'en faut :

« Et lui Abbadir, et moi Melchior, oui, c'est ça ; bien ! Très bien, » répété-je, avant de l'entendre aborder un sujet tout autre, quoique pas tant : tous les trois, nous sommes aussi un peu ce nom qu'on nous a donné, le soit-il par la Dame ou le Cordial. Nous savons que ce nom est à nous, parfois même malgré nous quand on l'entend prononcé dans la foule ou que nous sommes appelés. Les Autres … ils sont d'une espèce si imprévisible, les Autres.

« Deux yeux, un nez, une bouche, deux jambes et deux bras, » mimé-je et indiqué-je chaque fois du plat de la main, « et pourtant, si un Autre se perd, il ne fait pas comme Nous : il ne va pas chercher le chemin, non ; il creuse le sien. »

Ces plaisanteries, faites en énaride, je ne les ferais jamais en présence d'Abbadir si j'avais dû les prononcer dans la langue de ces gens-là. Je peux pourtant poursuivre sans crainte, distrait, détaché, sous le couvert de ma langue natale :

« Et deux bras, deux bras … j'aurais bien préféré en avoir deux de plus pour vaquer aux corvées du camp. Pour transporter d'avantage de broches de lièvres aujourd'hui, ou mieux attraper Abbadir quand il va se prendre pour fruit dans son arbre. Abbadir ? »

Ce premier appel est bien moins un signe d'inquiétude que la marque de mon hébétude à le voir murmurer tout bas le nom de notre ami, ses grands yeux dans le vague mais très brillants, braqués à quelques mèches de la figure du nomade qui lui fait face. Perplexe et presque soucieux, je porte une main inquisitrice mais prévenante sur le front pourtant frais du dragon. J'ai un sursaut quand il semble remis, et fait la démonstration de son habileté dans le défi lancé plus tôt à l'ami-cannelle. Celui-ci s'en débarrasse avec bien moins de maestria, mais les mots qu'elle trouve feraient même sourire les soldats en faction sur le littoral. Qui suis-je donc pour résister ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbadir Devaraja
Petit prince des emmerdeurs
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/03/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Sam 7 Juil - 18:59

Ce garçon c'était remis de ses émotions... pour l'instant. Ego était tout content d'avoir enfin le trophée gage de sa victoire. Et le symbole en était le nom de la Reiku ! Sentoni ! Sentoni ! Le prénom de la chance et de la force. Le prénom de l'amitier ? A voir encore. Attendre. Il fallait être patient. Ce garçon refoulait toutes les émotions dedans lui, pinçant si fort les lèvres qu'elles devaient avoir disparu pour ne former qu'un trait. Ego écoutait à peine la conversation mais restait attentif aux gestes. Elle avait tendue la main: il la saisit, elle regardait le Sensei: il tournait la tête vers le... Sensei ?! Oui ! Oui ! Ils étaient tous les trois. C'est vrai. Zut de flûte... c'était quoi ça ? Il secoua vivement la tête pour se ressaisir.

- "Trite cul" ? Ego devait devenir plus rouge que le soleil, heureusement que celui-ci venait cacher la teinte de sa peau dans un sens. Mais pour autant, ce garçon s'étouffa à moitier de rire après les tenatives de Sentoni, toussant à pleins poumons. La couleur du visage pourrait s'expliquer plus facilement au moins maintenant. Et si... et si les trois filous allaient marcher un peu ? Ce garçon a besoin de se rafraichir... rafraichir les idées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentoni
Mère Nature
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 10/04/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Dim 8 Juil - 11:15

C'était vraiment amusant d'apprendre une autre langue en fait ! Je comprenais rien de rien mais ça faisait rire les Filous et ça c'était chouette. Ce que le Sensei racontait juste avant par contre était pas faux, la Dame nous donnait souvent le même discours. Mais on était pas là pour parler des Autres après tout, on était ensemble pour s'amuser et passer le temps loin des problèmes ! Surtout que plus le soleil faisait sa course dans le ciel, plus Abbadir semblait bizarre... Un coup de chaud ? Pourtant il faisait pas si chaud que ça et on avait pas beaucoup bougé. Quoi qu'il avait bien volé tout à l'heure. Je tapais mes mains l'une contre l'autre et me relevais d'un bond.

"On peut continuer à apprendre en marchant ! Les plantes, les fleurs, les montagnes, le ciel, les oiseaux; je veux tout savoir dire !" Je sautillais en tournant sur moi-même. "Je sais ou je vais vous amener !" Je commençais déjà à avancer avant de m'arrêter et de me retourner vers eux en souriant. "Mais c'est un secret entre nous trois ! Personne doit savoir ! Promis ?" Je trottinais dans le direction pour les attraper par le bras et reprendre la route. "Je vais vous la montrer. J'vais vous faire rencontrer Riza !"

On allait devoir marcher un peu avant d'arriver au pied de la montagne. Ca allait vite en volant mais je voulais pas montrer ma forme. Déjà que le Sensei d'Abbadir savait plus que je voulais en montrer mais tant que ça allait pas plus loin, tout irai bien. Si on se dépêchait ils pourraient retourner auprès des Autres avant la nuit noire.

"Vous avez le droit de rester la nuit loin des camps ?" Je demandais quand même, on savait pas si des péripéties allaient nous empêcher de rentrer. Pour autant, je continuais à avancer en les tenant à bout de bras. "Je connais des endroits ou on peut dormir en sécurité et au sec !"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melchior
Tuteur potager
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/06/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Dim 8 Juil - 18:12

Abbadir n'a pas lutté très longtemps lui non plus, pour ne pas dire qu'il a montré une résistance quasi nulle face aux lapsus très involontaires de notre ami aux yeux rieurs et aux joues rondes de candeur. Mon petit élève semble aller mieux, malgré la couleur qui l'empourpre et la chaleur qu'il irradie sous ses épaisses boucles blondes ; j'aurais presque craint une insolation si nous n'avions pas passé ces dernières heures sous la canopée sauvage, plus verte épaisse et sans âge que tout ce que les Autres pouvaient se targuer d'appeler feuillage. La traversée du dragon a peut-être trop duré sous le soleil et par-dessus la marée.

Toujours en tailleur, j'ai à peine le temps de me relever quand Sentoni nous invite à le suivre que ses petites mains à la poigne solide nous saisissent aux poignets ; précipités à sa suite, nous l'entendons nous exposer de grands projets pour passer la suite de notre journée … et le voilà bien inspiré ! Le nomade nous regarde chacun, l'un et l'autre, les deux captifs, et nous intime au secret. Le secret pour quoi ? Je fronce les sourcils … : un abris ? Je promets, sans trop m'inquiéter d'être un jour interrogé à ce sujet. Quant à Abbadir … j'espère que la nouvelle sera noyée dans les flots particulièrement tumultueux de son enthousiasme. Il ne faut pas longtemps pour que nous recevions un début de réponse.

« Lisa ? » interrogé-je, curieux d'entendre parler d'un autre individu. Un nomade ? Ou peut-être un sédentaire de son clan ? Je me laisse entraîner par cette cohue miniature, ainsi que le plaisir simple d'arpenter mes terres natales sans devoir y guider quelque armée concentrée en  un seul homme. Combien de temps avons-nous avant que les Autres restés au campement ou leur maître ne commence à s'interroger au sujet de notre absence ? La question se pose, même si elle n'est pas parmi les plus beaux objets de réjouissances de la journée.

« Abbadir a tous les droits, ou peu s'en faut ; les miens sont de l'accompagner, le suivre, le protéger et si possible le surveiller. »

Ceci-dit, je connais un dragonneau bien agile que même l’œil le mieux entraîné a bien des peines à attraper.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbadir Devaraja
Petit prince des emmerdeurs
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/03/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Mer 11 Juil - 19:07

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Sentoni avait attrapé le Sensei et ce garçon par le bras en courant entre les branches et les feuillages qui nous barraient le chemin. Mais le chemin pour aller vers ou ? Ou vers qui ? On avait pas trop le temps de réfléchir tellement elle était préssée. Mais ça fesait du bien de courir et de reprendre un peu de vent dans la figure. Tous les plans et les proposotions ! Ce garçon voulait tellement ne plus repartir et profiter jusqu'au bout ! Le Sensei aussi suivait, y'avait pas de mal à se promener un peu. C'était rare qu'ils restent longtemps en dehors des camps. Pour une fois, ça pouvait pas être trop grave. Prévenir ? Ce garçon devait-il prévenir ? Pas maintenant... ou juste le soir ? Ou juste quand les questions viendront ? Trop de choses se battaient dedans la tête. Mais la seule chose à faire pour le moment était de courir pour suivre Sentoni. Ne pas la perdre et ne pas manger des branches qui venaient sur le passage.

- Juste une fois, Oku Sensei ! Rester jusqu'au lendemain juste pour une fois ! Ils rentreront le matin avant même que le soleil soit debout ! Si les questions ne se posent pas, le Wanaka n'a pas a savoir. Si il ne demande pas: il ne veux pas savoir ! Ce garçon commençait à prendre la même allure que la fille, souriant de plus belle et rigolant à ses côtés. C'est la promesse. Ce garçon ne dira rien à personne. Sur l'honneur. Un secret entre lui et Sentoni. Un secret entre les trois filous. La discussion s'était faite à ce sujet avec le Basileus. Il en résultait que les secrets n'étaient pas interdits mais à garder précieusement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentoni
Mère Nature
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 10/04/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Jeu 12 Juil - 12:29

Je tenais toujours fermement mes deux copains mais avec toutes leurs questions et le chemin qu'on avait encore à faire, ma poigne se desserrait progressivement. C'était qu'on devait quand même penser à reprendre notre souffle. J'avais juste dû corriger le Sensei Melchior en rigolant.

"Pas Lisa: Riza."

Je les lâchai tous les deux, Abbadir avait maintenu l'allure avec beaucoup d'entrain. Lui aussi semblait tout joyeux de passer un peu de temps à se promener. Au pire du pire: ils auraient juste à rentrer. Si j'avais bien compris, son "Wanaka" saurait le prévenir si il venait à se demander ou il était.

"Mais le prénom est joli ! Je le garde pour sa prochaine couvée !" Mais celle-ci viendrait pas avant un moment. "Elle doit être en train d'entraîner ses derniers petits à faire leurs premiers vols. Si vous pouvez voir ça ! C'est toujours majestueux ! C'est seulement la qu'ils découvrent vraiment le monde qui les entoure !"

Ce disant, j'écartais les bras et tournais sur moi-même, mimant le vol, l'air rêveuse. Ca commençait à faire un moment que j'avais pas pris le temps de voler avec les aigles. Mais il y avait de plus en plus de choses à faire sur la terre ferme. On marchait depuis un petit bout de temps maintenant, on pouvait déjà longer le flanc de la montagne. Encore quelques pas et je pourrai enfin faire les présentations !

"Alors, pour la discussion de tout à l'heure: là ou est Abbadir, tu peux y être ? Toujours ? " Je posais ma main sur la roche fraîche, continuant à avancer. "La distance est importante ? Vous pouvez aller n'importe ou ?" J'avais surtout une question qui me trottait dedans la tête. "Pourquoi revenir ? Pourquoi retourner avec les Autres quand ils vous forcent à faire ce que vous voulez pas faire ? " Je soupirai. "Une logique qui va au-delà de ce que je peux comprendre. Encore."

J'avais le regard vers mes pieds, les sourcils froncés. Quelque chose me fâchait. Mais je me repris vite quand je remarquai qu'on était enfin à portée de voix. Je me mis face à la paroi et reculais de quelques pas en invitant les Filous à faire pareil.

"On y est ! On y est ! J'espère qu'elle va répondre ! " Les deux doigts dans la bouche, je sifflai longuement et à plusieurs reprises. Je faisais l'appel. Elle savait que j'étais là. Elle savait que j'étais pas seule. "Ne faites pas un geste. Immobiles ! Pas de bruits surtout ! "

Au loin, un cris perçant répondit à l'écho de mon chant. Les arbres étaient beaucoup moins denses ici et j'avais pu la voir avant même qu'elle ne m'apperçoive. La puissance de ses deux ailes envoyait des salves de vents qui projetaient de la terres et des feuilles un peu partout autours de nous trois. Droite et souriante, je levai le bras bandé devant moi. Bras sur lequel Riza, avec souplesse et légèreté malgré sa taille et sa corpulence impressionante, prit place, non sans jeter un regard d'aigle suspicieux vers mes deux compagnons.

"Calme Riza: amis."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melchior
Tuteur potager
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/06/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Ven 13 Juil - 21:03

« Riza, » répété-je avec soin pour graver dans mon esprit le nom de ce qui, à en juger par les mots choisis, s'avère au moins un ovipare, puis plus précisément un oiseau … ou peut-être même un dragon ? Je regarde les épaisses boucles qui bondissent devant-nous, emmêlées dans de multiples petites babioles qui doivent constituer l'essentiel des trophées dont l'enfant-cannelle ne s'est pas paré le torse et qui tintent et brillent parfois quand un rayon vient y tomber depuis une trouée dans les feuillées. Je me souviens des soins et des transformations qui m'ont été apportées plus tôt dans la journée et me prends à songer que c'est peut-être en quelque sorte à sa famille que ce petit s'en va nous présenter. Une odeur de fruits sucrés s'en vient parfois nous accompagner avant que nous ne laissions derrière-nous les arbres et les pulpes pourrissantes dont ces arômes sont charriés par la chaleur ensoleillée de cet été. Nous sommes lancés, il ne sert à rien de contrarier désormais les plans qui meuvent les deux enfants. Leur enthousiasme est un réel plaisir dont je profite plus que par pure procuration ; c'est en feu de paille que finissent mes rares hésitations, et la poursuite de cette brève échappée est aussi mon désir. J'apparais en paix quand je réponds, pourtant saisi par une bouffée enivrante d'un entrain brûlant … quoiqu'un peu coupable sûrement :

« Oh, je suppose que tout le monde te connaît assez pour savoir comme il est difficile de t'attraper … on ne m'en voudra pas d'avoir rencontré plusieurs heures voire même un jour de contrariétés maintes fois répétés pour te retrouver et tenter de t'enseigner. »

Après avoir esquissé par quelques pas dansés son si grand respect et le ravissement qu'il a pour tout ce qui sait voler, notre ami Sentoni rejoint le sujet lancé par Abbadir, alors qu'aux herbes succèdent peu à peu les pierres sous nos pas. L'ombre qui les couve tout le jour les fait fraîches, praticables même sans être chaussé.

« La distance n'est pas importante, mais je suppose que ces marques-là, ces tracés, » désigné-je ainsi les lignes qui courent sur mes bras, mes mains et partout où les vêtements les dissimulent avant qu'elles ne convergent et longent le dessin de ma colonne, « prennent bien plus en compte l'intention qui m'anime quand j'agis que l'espace ou le temps. Je n'ai donc pas l'intention de partir, » tenté-je de conclure en choisissant mes mots avec soin pour qu'Abbadir ne plonge pas à nouveau dans l'état dans lequel l'avait mis notre discussion quant à la Dame avant que son esprit ne soit tout entier accaparé par autre chose. Et c'est en effet tout autre chose qui attend de nous surprendre suite à l'appel sifflé du petit nomade quand le pied des monts nous fait finalement barrage ; le son s'élance vers le ciel, loin, parvient aux nuages puis nous revient dans un écho perçant, aviaire, familier ; l'ombre du rapace a tôt fait de fendre l'azur, de descendre des nuées pour atterrir sur le bras bandé de l'ami cannelle qui sourit. L'animal ainsi perché plante sur nous un œil jaune et scrutateur, que les mots du nomade ne débarrassent pas tout à fait de sa méfiance. Prudent, je place une main sur l'épaule d'Abbadir dans l'espoir de le retenir tant que Sentoni ne nous a pas permis d'approcher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbadir Devaraja
Petit prince des emmerdeurs
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/03/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Sam 14 Juil - 9:52

Ego gardait le silence pendant la discussion qui revenait sur le sujet qui faisait pas plaisir à Sentoni. Mais le Sensei expliquai de sa manière calme. En plus on avait un peu trop de projets dedans la tête pour penser à autre chose que s'amuser. Mais c'était vrai que je... que ce garçon commençait quelque peu à se poser quelques questions qui n'étaient jamais venues jusqu'alors. C'était pas de la remise en cause, juste que les derniers contacts avaient soulevé des points qui revenaient souvent. Peut-être ce garçon devrait-il plus voyager, plus prendre des nouvelles des coutumes et des autres peuples pour se faire plus d'idées.

- Ce garçon aussi a des marques. Mais depuis tout petit. Peut-être qu'il est trop habitué pour sentir une différence. Ego a grandi avec. Il se frotta le nez, toujours en suivant la guide à la peau brune. Il ne peut pas savoir la différence. C'est vrai ça Oku Sensei: comment quelque chose qu'on a pas connu peut manquer ? Ce garçon se sent bien. Ce garçon ne manque de rien. Même si ce garçon savait bien au fond de lui qu'il avait droit à un traitement particulier, enfant, mais loin d'être dépourvu d'intelligence. Il serait bête de pas profiter de sa chance tant qu'elle était là. Ce garçon n'a aucune raison de se plaindre.

Ca commençait à faire du temps qu'ils marchaient tous les trois parmis les arbes. Le paysage avait changé entre-temps: moins d'arbres les uns contre les autres, moins d'herbes sous les pieds. Le ciel se voyait bien plus et de grands rochers venaient rencontrer notre chemin. Ce garçon se plaisait à grimper dessus et faire des pitreries. Finalement, Sentoni nous fit attendre sur le côté, d'un coup, juste après avoir regardé autour d'elle et sifflé si fort que les tympans d'Ego en vibraient encore le le soir. Après ? Plus de bruit, calme complet et la main du Sensei posée sur l'épaule. Le temps semblait comme stoppé. Ensuite vint une grande bourasque qui aurait retroussé les plumes de ce garçon si celui-ci avait pris sa forme draconique. De tout ce spectacle arriva un grand oiseau qui se posa sur le bras de l'amie brune.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentoni
Mère Nature
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 10/04/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Sam 14 Juil - 19:49

L'effet avait été saisissant. Pour calmer Riza j'avais concervé un petit morceau de la viande qu'on avait mangé plus tôt. Elle l'avait englouti d'un coup de bec bien placé, sans bouger de son perchoir. Elle pesait son poids mais j'avais l'habitude maintenant. Mais avec l'âge, elle devenait de plus en plus retiscente quant à rencontrer d'autres gens. La dernière personne qu'elle avait pu voir à part moi était la Dame. Mais elle restait calme, assez pour que j'indique aux deux filous qu'ils pouvaient s'appocher sans crainte.

"Vous pouvez venir lentement. Elle va pas attaquer." A ces mots, Riza s'ébroua, faisant gonfler son plumage devant les deux copains. Ses plumes étaient encore toutes belles malgré le temps et les voyages qu'elle avait fait. "Quand elle sera plus tranquille tu pourras peut-être faire un petit vol avec elle, Abe. Vous faites presque la même taille quand tu prends ta forme draconique. Elle est habituée, pas d'inquiétude.." Je me rattrapai naturellement. "J'entraine pas mal d'autres oiseaux à faire leur premier vol avec Riza, c'est une bonne prof. Elle sait faire avec tout un tas d'éspèces différentes."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melchior
Tuteur potager
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/06/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Dim 15 Juil - 18:57

Le petit élève à la peau blanche sait s'occuper sans avoir besoin d'étancher sa curiosité trop près des griffes et du bec acérés de la bête formidable qui vient de se poser ; les roches qui dardent leurs crocs usés vers le ciel accueillent très volontiers les facéties acrobatiques de l'enfant aux yeux dorés, tout en même temps que le grand oiseau si puissant tend le cou et claque son bec sur un beau ruban de viande dont se sert Sentoni pour l'apaiser. Riza, toujours au poing de l'enfant brun comme le serait l'épervier pour le fauconnier, continue d'observer. L'animal apparaît ne pas être domestiqué comme le seraient de semblables bêtes issues de l'élevage, et même le petit nomade aux yeux olive laisse entendre que la patience est de mise. Plus habitué que nous ne le sommes nous-mêmes, je n'insiste pas plus avant et tâche de montrer à l'aigle massif à quel point je ne saurais présenter une menace même à la plus petite sauterelle que je viendrais à croiser ; je profite aussi du temps que nous avons pour répondre aux questions posées par le jeune protégé du maître auquel je suis subordonné :

« Même si tu ne les as pas connues toi-même, je suppose que certaines choses pourraient finir par te manquer, » dis-je après un instant de suspend, « tu peux envier ce que tu ne peux posséder … et il y a ce dont nous sommes aussi faits : ne me dis pas que tu n'as jamais été attiré par la nouveauté, le goût du danger, ou même la curiosité. Et certaines choses que tu acceptes aujourd'hui pourront te peser demain. »

Il est vrai qu'il reste encore un enfant malgré ses vingt ans et qu'il n'a pas encore senti en lui ce qui lui fera chercher en autrui plus qu'un ami … et à voir comme il regarde parfois notre guide à la peau cannelle, je sens venir des printemps futurs qui risquent trop fortement de lui ouvrir les yeux yeux quant aux limitations dues à sa condition.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbadir Devaraja
Petit prince des emmerdeurs
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/03/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Lun 16 Juil - 19:28

Le spectacle était impressionant. Ce garçon devait bien avouer qu'il lui serait plaisant de faire quelques virevoltes avec l'animal. Mais il devait aussi bien avouer que l'animal en question était assez effrayant aux premiers abords. Rien qu'à comparer la taille de l'oiseau rapace par rapport à Sentoni qui parvenait à le soutenir d'un seul bras... C'était suffisant pour que ce garçon n'essaye pas d'aller contre les ordres et conseils donnés par la fille brune et reste sagement sous la main bienvaillante du Sensei. Ce dernier ne bougeait pas d'une brindille non plus. Tous les deux, ils étaient absorbés par les démonstrations de Sentoni, toute fière mais toute calme en même temps. Si le passe-temps favoris d'ego était de voyager, celui de l'amie était bien différent mais tout aussi interessant.

- Quelqu'un à appris à cette fille à faire l'élevage ? Elle a appris seule ? Les comprend-elle ? Ce garçon avait tellement de questions qui lui traversaient l'esprit et venaient briser le silence ! Il y en a beaucoup d'autre de ces grands oiseaux ? Riza est très jolie. Ce garçon sera content lorsqu'il pourra voler en sa compagnie. Il est très l'impatience !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sentoni
Mère Nature
avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 10/04/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Mar 17 Juil - 10:03

Ca faisait plaisir de voir les deux Filous absorbés à la contemplation de Riza. C'est vrai qu'elle était si belle. Mais elle pouvait se révéler impressionante voire même terrifiante la première fois qu'on posait les yeux sur elle. En vérité, une fois sa confiance en poche, elle s'avérait tellement gentille et délicate. C'était presque un peu comme une grande soeur pour moi. On avait passé beaucoup de temps ensemble.

"Elle commence doucement à se faire vieille maintenant. Plus beaucoup de lunes avant que son voyage prenne fin." Je disais ça doucement, gratouillant gentillement le dessous du bec de ma soeur à plume. "Mais elle laisse beaucoup de petits derrière elle. La lignée Riza est grande." Et j'en faisais parti en quelque sorte. "Comprendre est un bien grand mot. Je dirais plutôt que j'arrive à déchiffrer ses attentes et ses gestes. On peut pas discuter comme on est en train de le faire. On a pas les même capacités à ce niveau elle et moi. Tout ce que je sais, c'est un peu elle qui me l'a montré. On a appris ensemble. C'était pas toujours facile mais c'est avec le temps et petit à petit par des gestes du quotidien que la confiance s'installe. Après, on s'est un peu liée l'une à l'autre. " Je me retournai vers Melchior et Abbadir, toute souriante. "Elle s'avère très utile. Une personne m'a conseillé de leur apprendre à guider." Je glissai ça plus pour l'ami-arbre que pour Abe, celui-ci ne comprendra sûrement pas de quoi il en retourne. "Les aigles sont capables de faire de très longues distances en un battement d'ailes. Bien entendu, je doute qu'ils soient aussi rapide qu'Abbadir. Tu pourrais les rendre jaloux. Ca aurait le mérite d'attiser sa curiosité, peut-être que comme ça elle sera plus tentée de t'approcher pour apprendre. Ce sont des êtres soucieux de savoir." Je tendais le bras vers l'homme-arbre, invitant Riza à voyager. "Ne bouge pas Kuro Sensei, ne montre aucune crainte. Elle ne picore pas." Après les paroles, ma soeur me lança un regard dubitatif puis voyagea de;on bras vers Melchior, passant au-dessus de la tête du copain blond.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melchior
Tuteur potager
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/06/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Mer 18 Juil - 20:25

Ce que Sentoni partage avec sa Riza, c'est bien plus qu'un lien d'éleveur à son animal : c'est quelque chose qui s'avère presque familial, fraternel selon ses dires. L'aigle à son bras n'est pas si jeune qu'il y paraît : sous la coupe nerveuse de son corps aviaire qui ne connaît pas le repos, les années s'amoncellent. Et s'il semble que le poids de l'âge fera bientôt cesser ces vastes ailes, la remarque va à celle que la fortune a fait sa jumelle : combien d'années ce petit nomade à la peau brune a pu voir défiler ? Quand je regarde Abbadir, je me dis parfois que les ans ne sont rien : les deux enfants ne partagent rien en commun, ni même de commun ; mais l'enfant brun semble avoir mieux remplit et employé son temps que ne l'a fait le blanc. Quant à l'oiseau, il a su s'attirer l'intérêt de la Dame ; je me demande combien des Nôtres celui-ci a pu sauver, mais aussi :

« Quelle distance parvient-il à traverser sans devoir prendre de repos ? »

Je n'attends pas que Sentoni m'en informe, ou pas maintenant : si parmi toute la lignée Riza reste son rapace préféré, j'ose imaginer qu'il préfère garder certains détails secrets. Je n'ai pas le temps de demander plu de renseignements que voici déjà l'aigle lancé ; à la vue des serres acérées qui ne font que s'approcher, je viens à me rappeler que je n'ai aucune idée de ce que mon écorce peut bien protéger. C'est le moment de le découvrir, et un peu d'espérer que ce qui s'y cache n'est pas sensible à des dégâts perforants.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abbadir Devaraja
Petit prince des emmerdeurs
avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 09/03/2018

MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   Aujourd'hui à 5:59

L'aigle se nommait Riza. Il semblait obéissant et même calme. Ca s'expliquait aussi sûrement beaucoup parce que, comme que le disait Sentoni: il était âgé maintenant.

- Ca veut dire que Sentoni et Riza se sont rencontrées quand elles étaient bébés ? Ou ce garçon n'a pas compris. Mais si Riza se fait vieille... Ego pencha la tête sur le côté sans quitter l'amie brune des yeux, l'air de penser très fort. Ce garçon, après avoir laissé un silence ou les explications continuaient, leva la tête en direction d'Oku Sensei. Ca peut vivre combien d'années un aigle ?

Le lien entre Sentoni et l'animal à plume était très fort. Pas de ceux qu'on pouvait créer en seulement 5 années. Surtout avec un être sauvage. Mais qu'est-ce que ce garçon pouvait en savoir après tout ? Il n'était pas vraiment d'Enarida dans un sens. Si l'aigle était sauvage... dans un certain sens, l'amie brune aussi. C'était peut-être ça qui avait fait qu'ils s'entendaient bien. Mais elle semblait de son âge. Les gens disaient que ce garçon paraissait moins de 10 années pour ses 20. Elever un animal à 3 ans était pas un peu fort ?
A peine toutes les questions passées dedans sa tête que Sentoni avait envoyé Riza vers eux. Passant au-dessus de la tête de ce garçon en lui frôlant le cuir chevelu pour foncer droit sur le Sensei qui ne bougeait pas d'une branche et restait tout calme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partenaires de jeux.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Partenaires de jeux.
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Féia :: Enarida :: La jungle de Saluën-
Sauter vers: