Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un coup de maître

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Un coup de maître    Ven 9 Mar - 5:46

Le membre 'Dante Ghiaccio' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Espionnage' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Un coup de maître    Sam 10 Mar - 18:35

Les dés ont parlé.
C'est comme si je venais de braquer les yeux sur l'incarnation pleine de tout ce que j'aurais dû dire et demander à Erwin avant de le laisser me glisser entre les doigts, au point que j'en oublie tout autour de moi : les voix de ma mère, mon frère et de toute la suite m'apparaissent aussi lointaines que si elles me parvenaient d'un autre monde. Devant moi, il n'est plus que la plume, dont le parfum n'éveille pas des souvenirs si lointains : ces souvenirs, délicieusement charnus, je les ai quitté il n'y a pas une heure de cela, alors que j'y étais enfoncé jusqu'au cou. Devant cette plume, je revois le petit sourire aimable et tout navré de Lily ; mais que ferait sa plume entre les mains de Krov ? Comment pouvait-elle avoir conservé si longtemps son arôme enfantin, étrangement indéfini ? Un bruit de papiers me ramène à moi ; mes pensées au flux sauvage réintègrent mon corps sur un sursaut quand mon petit frère vient hausser le ton en plaçant toute sa personne entre moi et sa paperasse, sa petite voix de castra qui vient piailler ses remontrances les plus salées à nos oreilles. La sale serre sèche de Krov n'attend pas ma réponse pour venir fourrager dans les cheveux de mon cadet. La pâleur exsangue de sa vieille peau distendue aux phalanges au point d'en paraître translucide dessine la silhouette d'une tique immonde logée solidement dans la paille brillante des cheveux de mon crapaud. Malgré toute la nausée qu'il provoque en moi, ce geste ne m'arrache plus qu'un haussement de sourcils opiniâtre. Une main sur le comptoir, mes yeux dans le blanc de ceux du vampire, je laisse aller la petite famille à son agitation autour des papiers administratifs ; même Fai met la main à la pâte, très vite ennuyée par les subtilités légales dans lesquelles ma mère entrait à la lecture de la documentation ; la crasse qui me sert de père même noie son incompréhension au fond de son café ; je devine que le coup bas de Krov n'est pas là où je l'attendais cette fois-ci … mais au regard qu'il me lance, je sens n'être pas tombé très loin.
    « Fais ce que tu veux, Leo, si tu es sûr d'y avoir bien réfléchi. On est là, si tu as besoin de nous. »
Ma fille bataille sous ses couches et ses couches de tissus pour essayer d'attraper l'un de ces morceaux de bravoure administrative pour s'en faire une idée d'elle-même ; je finis par la prendre en pitié :
    « Crapaud, tu devrais peut-être la sortir de là, » et de demander, les yeux ronds devant la petite chose molle qui se traîne et hume les chevilles de la benjamine de la bande : « qu'est-ce que c'est que ce truc ?
    – Papa, écoute, bon sang ! C'est un chiot, je l'ai dit au docteur. Mais on sait pas son nom, encore.
    »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonidas Ghiaccio
Petit prince des tailleurs
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Un coup de maître    Lun 12 Mar - 18:38

Finalement, mon frère finit par se calmer. Il y avait toujours ce "je ne sais quoi", cette ambiance étrange et particulièrement lourde lorsqu'il se retrouvait dans la même pièce que le Docteur Krov. Après avoir méticuleusement regardé les documents administratifs me concernant, maman haussa les épaules et me regarda de son air tout doux. Alors c'était bon ? Je pouvais signer... Alexander ressorti sa plume blanche qu'il me tendit d'un geste souple. Je ne sais pas pourquoi, il tenait toujours à ce que l'on signe avec cette dernière. Il le disait jamais directement mais prenait toujours soin de la présenter avant même que l'on ai le temps de réfléchir à ou était la nôtre. Sur le moment, ces questions ne me vinrent pas à l'esprit: je pris ce que l'on me tendait et signai dans le carnet de Monsieur Krov. Fait, il le referma d'une main et me reprit délicatement la plume des mains avant de la remettre, avaec son agenda, dans la poche intérieure de sa cape.

- Parfait, mon garçon. Félicitation ! Me dit-il en me gratifiant d'une petit révérence.

- Hein ? Oh ! Mon pauvre petit renard ! M'exclamai-je ensuite après les remarque de Dante. Je couru en direction de Fai, toute emmitouflée sous des couches et des couches de tissus. Mais... je n'avais pas apporté ceux-la ! Ils n'allaient pas avec son teint. En lui enlevant l'ensemble des tissus, le petit beagle tricolor vint se jeter dans mes bras. Manquant de tomber à la renverse en emportant l'un des pants de toile entourant encore ma nièce adorée, je ne pu manquer l'occasion d'exposer mon amour fraternel. Dante. C'est un chiot que papa m'a apporté pour me féliciter de ma maitrise. Je pris le petit animal dans mes mains et m'approchai de mon frère et vint me placer face à lui. Dante, je te présente mon frangin. Il est pas mignon ? Je levai des yeux moqueurs en directions de ceux de Dante, voyant, au passage et, peut-être pour la première fois aussi sincèrement, le sourire amusé de Mirage.

- Le même lustre, en effet. Espéront qu'il aura un caractère plus docile. ajouta Krov en s'approchant pour caresser mon nouveau compagnon de jeux.

Si Dante ne pouvait rien contre Monsieur Krov... je sentai que j'allais sûrement avoir, pour ma part, droit aux courroux de mon frère. La vengeance avait un caractère familial.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fai Ghiaccio
Petit Renard
avatar

Messages : 225
Date d'inscription : 01/10/2017

MessageSujet: Re: Un coup de maître    Mer 14 Mar - 17:57

Tonton Nidas entend enfin ma détresse et vient me débarrasser des gros tissus qui commençaient à peser bien lourd au bout de mes bras ; qui a dit que la couture demandait peu d'efforts ? Je pense que mes prochains renforcements musculaires se feront dans le futur atelier de mon tonton préféré, si je peux lui emprunter un peu de son matériel le temps qu'il s'occupe de quelque cliente capricieuse. Du côté de Krov, ses papiers signés, il claque sèchement son agenda au nez trop curieux de mon papa, dont plusieurs mèches volent sous la puissance de l'impact ; lui, il se tient droit dans ses cuissardes, l'air de rien devant un docteur suspicieux (je suppose que c'est ce à quoi correspondent un sourire plus froid et plus pointu et un sourcil plus haut qu'à l'accoutumée). Je n'en voit pas plus : un éclair cuivré jaillit de sous l'amoncellement qui me fait ressembler à une maison thare pour se jeter sur mon oncle. L'annonce de son nom est suivie d'un silence complet et des yeux ronds qui cherchent à savoir s'ils ont bien entendu ce qu'ils ont compris, et compris ce qu'ils ont entendu ; la bravade mutine de Leo redonne vie à la vieille face cireuse du docteur Krov, fait un peu rire tout le monde, même papa qui lui a attrapé l'épaule. Il la serre un peu fort, j'ai l'impression :
    « Tu n'avais pas besoin de lui dire que j'étais mignon, même moi je remuerais la queue devant une bouille comme la mie-nnnnn …. Pardon, maman, » il ajoute alors que le talon de mamie a fait une embardée assez intéressante et que Monsieur Ghiaccio semble tout prêt de tuer son fils trois fois de suite.
Ce qui n'empêche pas mon papa de reprendre le cours de la conversation avec un clin d’œil complice qu'il adresse à tonton Nidas et à moi, tout en grattant le menton du beagle :
    « Prenez garde, Krov : avec un nom comme le sien, je pourrais vous mordre qu'en allant le rapporter, la faute retomberait sur le chien, maintenant.
    – J'aurais juré le contraire, moi, papa.
    »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t84-fai-ghiaccio
Léonidas Ghiaccio
Petit prince des tailleurs
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Un coup de maître    Mer 14 Mar - 20:07

Il... il avait pas réagit ? Etais-je convaincu pour autant de vivre au-delà de mes 13 ans... rien n'était moins sûr. Je fixais mon frère d'une moue de songeuse, un sourcil relevé. Après le silence de mort qui suivit ma petite blague ingrate, l'action de Monsieur Krov ramena tout le monde à la raison. Toujours en train de caresser le petit Dante à poil, l'imberbe qui avait bien failli s'attirer les foudres de papa s'adressa à Krov, qui s'arrêta net. Dos à Dante mais face à moi, je ne pu qu'apercevoir un mince sourire se dessiner sur ses lèvres. Krov se redressa et se tourna face à Dante.

- Croyez moi, Monsieur Ghiaccio, l'idée même de me mordre vous déplairait et moi de même. N'allons pas imaginer des choses aussi saugrenues. Cela en va de notre santé mentale. Il se retourna vers l'assemblée présente. Le devoir m'appelle, vous me voyez navré de ne pouvoir rester plus longtemps en votre charmante compagnie. Je vous laisse en famille. Il s'approcha de la porte et nous gratifia de sa révérence. Madame, messieurs, mademoiselle, en vous souhaitant une agréable journée. Et il reparti comme il était arrivé.

- J'ai deux semaines de vacances les gens.

- Deux semaines pour préparer la cérémonie de ta maîtrise, Léonidas. Me reprit Monsieur Wergeld, dont on avait oublié l'existence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Un coup de maître    Sam 17 Mar - 17:55

    « Un comble, pour un vampire, » grincé-je des dents, narquois, alors que Krov disparaît magistralement en prenant la porte (mais plus propre sur lui qu'à son entrée) ; j'achève en frappant mes mains l'une contre l'autre sous les grands iris amusés de ma Fai tant adorée qu'adorable sous les quelques chutes qui la recouvrent encore : « Un chien qui mord un homme, ça ne fait pas une nouvelle ; mais un homme qui mord un chien, voilà qui ferait le plaisir de nos grattes-papier les plus huppés !
    – Papa !
    » s'exclame-t-elle, toute sourire et le nez retroussé d'un dégoût amusé ; « Il doit être tout raide, maintenant. Mord quelqu'un d'autre !
    – À tes ordres, mais j'espère que tu cours vite dans cette tenue.
    »
Carnassier, je saute par-dessus le comptoir en même temps qu'elle comprend son erreur et tente de passer dessous en poussant de sa petite voix criarde ; bel effort, mais trop tard : je l'attrape par la ceinture et la jette en travers de mes épaules avant de l'approcher de Dante junior.
    « Je laisse cette bête féroce te dévorer. Lâche les chiens, petit frère : elle l'a cherché.
    – Papa ! Non, il me lèche la figure ! Lâche-moi !
    »
Ses pieds commencent à taper dans le vide ; je m'execute quand Wergeld, coincé contre le mur comme s'il cherchait à fuir ce monde de fous, choisit bien son moment pour faire passer le cadet sous la douche froide. J'en profite, moi aussi, pour poser ma main sur son crâne et dire à son oreille (peu avant que ma mère ne vienne tirer la mienne) :
    « Deux semaines, Léo, oui … deux semaines auxquelles tu ne survivras pas, microbe. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un coup de maître    

Revenir en haut Aller en bas
 
Un coup de maître
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Hors-Jeu :: Archives-
Sauter vers: