Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La voie à suivre

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: La voie à suivre   Mar 5 Juin - 19:21

Je n'ai jamais eu pour habitude de faire partie de ceux qui se lèvent avec le soleil, ce ni à Dühr, et ni même à Syab : je serais de très mauvaise fois si je jetais la faute sur le fuseau horaire qui n'a rien demandé. Mais dans ces contrées, ce n'est qu'à la nuit tombée que je me fais respectée : mes affaires ne sont pas au nombre de celles qui concernent les peuples diurnes, mais, en dehors de quelques rares exceptions où l'infiltration ne m'est pas rendue impossible de par mon physique par trop remarquable sous ces latitudes, mes affaires sont offertes aux ombres et à la nuit. Et la nuit appartient au Mirage dalentien, le boss, le grand manitou … la vieille croûte qui me sert de patron et qui m'a fort aimablement demandé de former les grouillots de passage pour mieux les initier à notre petite entreprise très familiale. C'est pourtant au petit jour que je viens surprendre notre nouvelle recrue dans son sommeil, frappant trois coups à sa porte ; la veille a été mouvementée, et je ne serais pas surprise qu'elle soit saisie de migraines au réveil … si j'ai pu apprendre quelque chose de nos jeux d'alcool, hier au soir, c'est qu'elle a certes une bonne descente, mais non une aussi bonne contenance.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Mar 5 Juin - 20:23

Des évênements de la veille, Zirro n'en avait qu'une vague mémoire. Elle se souvenait de son retour à Dühr, le vol avec Lily et Mikhail, la rencontre avec Ciel et la séance de jeu de dés entre eux et Daïa et Erwin. Et la foule de gens qui avaient célébré son entrée dans la Maghia. C'était la première qu'on l'acclamait avec autant d'enthousiasme. Elle avait pris un bon verre et après... il lui semblait que quelqu'un l'avait aidée à se coucher. Lily? Des coups contre du bois. Zirro ouvrit les yeux pour les refermer aussitôt sous la luminosité de la belle journée. Elle plaqua une main contre son crâne. Mal à la tête. Mais c'était seulement un verre! Elle était puissante la bière du bar! La rouquine se leva tranquillement de son lit temporaire et marcha en titubant légèrement vers la porte de sa chambre d'un soir. Elle l'ouvrit pour voir Ciel de l'autre côté.

- Mmm?

Oh mais... il y avait un détail important qu'elle avait oublié!

- Mikhail! Est-ce qu'on a vu Mikahil?

Le son de sa propre voix suffit pour l'élancer et elle prit sa tête entre ses mains. Aïe...

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Mer 6 Juin - 19:12

Je m'accroupis à hauteur du châlit qui surélève la jeune femme allongée, et semble-t-il bien amochée par son seul verre de la veille. Je parle bas, pour éviter de perdre trop de temps à devoir rabâcher jusqu'à atteindre la quantité adéquate de décibels pour ne pas devoir lui poser de la glace sur le front.
    « Tu voudrais un café et une aspirine, ma grande ? »
En vient ensuite la question concernant sa vouivre ; elle soulève un bon point pour qui sort du trou noir d'une bonne cuite. J'agite les mains, lui fais signe de se calmer ; un coup d'oeil jeté au dehors, où le décor est rendu orangé par le soleil caché sous un épais manteau de nuages noirs qui menacent de faire tomber le reste de la pluie qu'ils nous réservent aujourd'hui, et je lui assure :
    « La grosse bête va bien : on l'a mise au chaud et au sec, là où elle n'aurait à craindre ni cette saloperie de rhume qui traîne, ni les gars assez crétins pour croire encore qu'ils peuvent me voler. Des biscuits avec le café ? » reprends-je comme je me relève et débarrasse mes grègues et le reste de mon habit de quelques plis. « Le patron m'a briefée, dans la nuit ; mais tu as peut-être envie d'un morceau avant, histoire de t'éclaircir un brin les idées ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Mer 6 Juin - 19:44

Ciel avait la bonté de baisser le volume de sa voix pour ne pas empirer sa migraine. Zirro lui en était reconnaissante. Elle avait assez mal comme ça.

- Je prendrais bien une tasse et l’aspirine, répondit-elle doucement à la Farid de neige.

Un bon remontant pour la veille et les derniers jours nocturnes. Ça lui ferait du bien de voir le soleil durant une journée entière. On avait conduit Mikhail en sécurité, elle était soulagée. Si quoi que ce soit arrivait à son wyverne… elle ne saurait s’en remettre. Il était au chaud et au sec, à l’abri du climat. Il devait l’attendre, se demander où elle était.

- Est-ce qu’on l’a nourri un peu? Un ou deux morceaux de viande? Oh euh… je prendrais bien… les biscuits… si ça ne vous dérange pas trop… accepta la cartographe un peu penaude.

Avait-elle donné un spectacle la veille? Elle suppliait que non! Et quand Ciel mentionna un morceau, l’estomac de Zirro gronda sa faim.

- Je crois qu’il serait temps de manger, effectivement. Trois jours de nuit… je suis déréglée… M. Krov est venu vous voir cette nuit?

Zirro enfila sa veste et son manteau, prête à suivre la tavernière.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Jeu 7 Juin - 19:31

À la grimace de reconnaissance qui illumina très timidement la frimousse avachie de fatigue de ma collège, je crois bien que j'ai visé juste ; aussitôt, je quitte la chambre, laisse le battant ouvert pour l'entendre me raconter son lot alors que, chiffon en main, j'arrive au comptoir et me saisis des quelques trucs laissés en vitrine ; ici, une boîte en fer blanc peinte à la mode de la capitale, pour représenter quelque décor local. Un chouette attrape-touristes, ou au moins pour ceux qui auraient pu avoir suffisamment de courage (ou d'insouciance) pour croire trouver ici récréation à leur goût. J'ai à peine une pensée pour ceux-ci quand je leur reprends cette boîte destinée, certes, mais désormais à la petite rousse dont je vais expliquer les ficelles du métier. Le café fume encore quand je reviens au comptoir ; le reste de l'équipe roupille encore à poings fermés.
« T'inquiète, je te dis : mes gars savent comment ne pas se faire croquer. Pour la plupart, ils étaient dans des cirques à nourrir les bestiaux … et pas en tant que monstres de foire, même si tu pourrais le croire à la gueule que certains se trimbalent. »
Le café dans une main, la boîte ouverte et le petit cachet blanc dans l'autre, je retourne à la pièce occupée par la jeune fille qui se paie une gueule de bois de tous les diables ; je débarrasse la voie en poussant de la patte la porte qui va pour se refermer avant de me tenir dans la ruelle de son côté du lit ; je pose les liquides, m'assieds et lui tends un biscuit.
« Oui, après le retour de sa fille au bercail, le vieux a pas mis long à se ramener pour une petite causette en privé. Il tenait à ce qu'on s'y mette dès aujourd'hui. Il le montrait pas, mais je crois qu'il l'a pas trop bien pris, que la gamine s'en aille battre la campagne au fond de ce trou sans qu'il en sache quoi que ce soit. »
Mais le vieux Krov est pas un petit papy grincheux et impulsif qui s'en vient te botter le train dès qu'il en a les moyens, alors je ne m'en fais pas trop : ça lui passera bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Ven 8 Juin - 14:28

Ils avaient su comment bien l’emmener en sécurité. Elle était soulagée. Mikhail avait un tempérament docile, tant qu’ils n’étaient pas brusques. Point boni si Lily et Erwin avaient donné un coup de main. Zirro accepta le comprimé et la tasse. Du bon café chaud pour se donner un coup de réveil. C’était apprécié. Commencer… commencer quoi déjà? Oh! Erwin avait mentionné Ciel durant leur séjour à Amaëna… et savoir que M. Krov n’avait pas apprécié l’escapade de sa fille… serait-elle pénalisée elle aussi? Espérons que non.

- Devrais-je avouer qu’Erwin m’a convaincue d’emmener Lily pour une ballade? Pour relaxer un peu. Et… il disait que vous seriez la prochaine à me montrer ce que je dois apprendre à faire, pour les tâches que M. Krov veut me confier. Erwin n’a pas été très clair là-dessus.

Et elle remarqua la petite boîte que Ciel avait ramené.

- C’est…? demanda Zirro en pointant l’objet et prenant le biscuit.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Ven 8 Juin - 18:33

« Un genre de sablé local, délicieux avec le café ; je n'ai pas la moindre idée de ce que ces trucs contiennent, mais la clientèle en raffole et j'évite juste d'en proposer aux gens qui risqueraient de mourir étouffés par les éventuels arachides qui sont là dedans, » réponds-je à sa question, surprise de la voir à ce point dubitative devant une belle boîte pleine à ras-bord de petits gâteaux maison (pas la mienne, de maison, mais sûrement celle d'à côté ou de pas beaucoup plus loin), plus méfiante devant cet assemblage cuit de beurre, de farine et que sais-je que devant la clique des joyeux drilles qui font la suite du vieux vampire. Je pioche moi aussi dans la boîte et mâchonne ce que j'en retire distraitement, me demandant comment bien formuler ce que je m'en vais lui demander.

« Bon, pour Erv, à moins qu'on vienne te chercher des noises ou te coller d'un peu trop près, ou même si le patron te demander rien qu'un peu, lâche rien ; tu t'en ferais pas un ennemi, en caftant sur le dos de cette grosse peluche, mais ça va vite à se pourrir notre réputation au sein d'une entreprise. Sauf grosse tuile, fais toujours passer le camarade en premier, » la renseigné-je, lui empruntant sa tasse un instant pour en prendre une gorgée, histoire d'accompagner mon petit sablé. « Pour ce qui est des missions, si t'es prête à les recevoir, je te mets sur un plan tout de suite ; faut juste que je sois sûre que t'écoute bien et que tu tiendras tes délais. Ça marche, frangine ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Ven 8 Juin - 21:38

Elle avait vraiment besoin de son café si elle avait un air aussi niais devant une boîte à biscuits! Ils étaient délicieux! Et ils s’agençaient bien avec sa boisson chaude. Un bon remontant avant une nouvelle journée! L’excitation! L’aventure! Et les liens entre confrères!! Comme Ciel le disait. Les camarades, c’était important! Même à la caserne, les autres membres de l’expédition tenaient à entretenir des liens, importants pour survivre à Énarida. Elle était heureuse de voir que ce même désir de confrérie était important au sein des membres de la Krova. Lily en était la personnification, on dirait. Zirro était heureuse d’avoir la jeune médecin comme amie. Et Erwin. Peut-être Ciel elle aussi. Et pourquoi pas Daïa? Une autre soirée entre amis? Prochainement, quand elle aurait une raison de célébrer. Mais elle retenait le conseil: garder l’intégrité des liens entre collègues intacts, ne pas être un rat. Zirro n’aimait pas les rats.

- Je suis réveillée, voulu rassurer la cartographe. J’ai les oreilles… tendues.

Elle allait commencer à travailler? Ce à quoi Krov l’avait embauchée?

- J’ai l’habitude des délais, j’espère faire bonne impression et être à la hauteur. Sauf pour l’expédition à Énarida, c’est mon premier travail vraiment sérieux. J’avais les petits boulots, oui. Mais rien de l’envergure qui se prépare.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Sam 9 Juin - 5:12

J'ai un recul, presque un sursaut quand, juste à la suite du mot mission, Zirro se redresse soudain hors des couvertures et enchaîne les phrases plus vite que les pensées. Un vrai concentré d'enthousiasme ; dès potron-minet, ça va m'assommer pour la journée.

« Doucement, ma grande, » lui dis-je avec un rictus plus surpris qu'amusé, lui adressant quelques signes qui se voulaient apaisants, « à t'exciter comme ça, tu vas pouvoir m'envoyer me recoucher ; c'est efficace, sur toi, le café ! »

Je fouille le gilet que j'ai passé en hâte au lever, à la recherche de ce que j'ai placé dans l'une des poches intérieures … ah, la voici ; je la présente à ma jeune collègue : une carte. Elle montre les frontières dalentiennes, le pourtour des enceintes confortables de notre bon empire au moment exact où elles deviennent les champs, la nature et ses routes bien moins confortables qui mènent à Syab, Amaëna ou encore Hyi. D'une griffe démonstrative, je longe les reliefs et autres lignes topographiques de ce quart nord-est du pays.

« C'est bien une mission importante que je te donne aujourd'hui, et dont tu devras renouveler les informations régulièrement ; tous les six mois, en dehors des éventuelles périodes de conflit plus ouvert. Je suppose que tu connais la région du lac Ozir ? »

Je tapote ce point sur la carte.

« Le lac est un territoire encore maintenu sous joug impérial ; au contraire de ses abords et de son îlot central : il s'agît cette fois de Hyi, » que je fais mine d'entourer, « c'est une des régions conquise par Tharen qui fait le plus parler d'elle, parce qu'en remontant la mer intérieure, les thares sont parvenus à poser le pied en plein cœur de l'empire métropolitain. Si tu veux plus d'informations sur la manière dont ça s'est fait, demande à Erv. »

Je marque un temps de pause après cette suite d'informations assez lourde à ingurgiter et qui pourtant n'est là que la mise en bouche pour un sujet qui nous intéresse bien plus, nous gens de Krov. Je désigne les quelques routes qui vont du pays de l'Hydre jusqu'aux terres dalentiennes.

« La plupart des Hyii, demi-dragons et prêtresses en grande majorité, tentent de passer la frontière pour ne plus avoir à vivre cachés et se rendre dans leur dernier temple, à la capitale. Mais les routes sûres se font rares. C'est pourquoi je te demande une étude approfondie de la topographie environnant le territoire impérial : chemins praticables, routes, grottes et souterrains, gués saisonniers ou non ; mais aussi d'y annoter les allées et venues des troupes, le plus discrètement possible pour que tu te maintiennes hors de danger. Tu ne dois pas prendre de risques, tu m'entends ? Prends autant d'informations qu'il te sera possible sur les moyens et les méthodes thares, mais pas davantage. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Sam 9 Juin - 7:17

- J’ai toujours été sensible à la cafféïne? Une tasse ou deux et je suis prête à bondir partout!

Comme Ciel pouvait en témoigner en ce moment. Elle avait eu une bonne nuit de sommeil, même si gueule de bois. Ce soir, elle dormirait bien, elle.n’aurait pas d’alcool dans le sang ni l’estomac. Et elle aurait Mikhail ave elle. Ciel ne perdit pas de temps après que la jeune femme lui ai affirmé qu’elle avait hâte de commencer son nouvel emploi. La Farid déroula une carte sous ses yeux. L’exposition commençait, et lui rappelait les réunions de quand elle était membre d’expédition.

- On me parlait du lac Ozir. Je ne l’ai jamais vu de mes yeux, pas encore. Jérôme, un des gars dans l’équipe d’exploration, m’en avait parlé. Je demanderai à Erwin pour ces détails.

Concernant le conflit qui avait pris Dalentour à la gorge et qui avait coulé beaucoup d’encre et de sang. Nul doute qu’il avait participer au conflit, à son âge. Zirro prêta attention aux détails qui montraient les chemins liant Hyii à son ancien propriétaire d’origine et les consignes ne pouvaient être plus claires: c’était de la reconnaissance. On ne jouait plus. Mikhail serait parfait pour avoir une vue aérienne. Il faudrait camoufler son ventre noir, cependant. Il savait être discret pour sa taille, et elle-même n’avait pas une apparence qui ressortait du tas.

- Je verrai pour camoufler Mikhail, son ventre le fera ressortir quand il sera dans le ciel, à moins qu’on le confonde avec autre chose mais je ne veux pas miser uniquement là-dessus. Ce serait trop risqué.

Un travail qui nécessitait qu’elle mette ses observations à jour. Elle en serait capable. Elle pouvait bien jouer les touristes. Avec sa mémoire photographique, cacher les plans et les cartes sous des feuilles de papier où elle griffonnerait des dessins inoffensifs. Elle utiliserait une couverture d’artiste voyageuse. La mission ne pouvait pas être plus claire.

- Je suppose que je commence dès aujourd’hui, en solo, dit Zirro sérieuse.

Ce qui tranchait avec sa jovialité naturelle. Mais quand on lui donnait un travail, elle s’en acquittait bien.

- Le temps d’aller chercher du matériel chez moi, je peux partir après ça.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Sam 9 Juin - 19:10

Toujours aussi enthousiaste, elle me fait en plus de tout ça la démonstration du lunatisme le plus frappant qu'il m'a jamais été donné de voir dans toute mon existence … en dehors, bien sûr, de l'image qu'a déjà pu me renvoyer mon miroir les mauvais jours. J'ai du mal à bien la suivre : elle semble penser la moitié des choses qu'elle devrait plutôt dire et son ton si jovial s'est envolé plus vite que sa vouivre ne le ferait. Ou un Targavin au matin après avoir pris le temps de rédiger ses au revoir sur le petit mot laissé sur l'oreiller. Après cette écoute marathonienne, je tente de nuancer, et même préciser :

« La plupart des détails que tu auras à rassembler ne pourront être découverts qu'au sol ; je n'irai évidemment pas jusqu'à te demander un compte rendu spéléologique de la zone, mais un inventaire des routes alternatives et des espaces potentiels de repos les plus sûrs ; il serait appréciable d'avoir aussi une idée précise des déplacements des différents corps de soldats sur les lieux, comment ils sont composés et s'ils ont des relèves plus ou moins fréquentes. Tout ce que tu pourras, par toi-même comme par l'auxiliaire des gardes-chasse ou de tous les appuis que tu pourras dénicher. Je te laisse la semaine pour juger du plus gros des dépenses que tu risqueras de rencontrer en route ; je te fournirai le nécessaire. Dans six mois, j'utiliserai le résultat de tes recherches pour baliser l'ensemble du terrain et semer des vivres pour les migrants. »

Je me lève, vais à la porte de la chambre prêtée. Je suppose qu'ainsi, la petite nouvelle saura faire ses preuves … tout en restant assez loin de Lily au goût de Krov.

« Je te laisse te débarbouiller ; j'attendrai en bas. Si tu as besoin de quoi que ce soit avant que tes bagages ne soient bouclés ou que nous nous rendions en ville pour rafraîchir ton équipement, n'aie aucune hésitation. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Dim 10 Juin - 12:10

La reconnaissance aérienne pourrait être utile pour avoir une vue d’ensemble, Ciel avait raison. Elle devrait rester au sol. Elle avait son épée et maintenant un arc, celui qu’Erwin lui avait donné. Ses affaires devaient être avec Mikhail. Elle hocha la tête quand la Farid termina de lui précisa les objectifs de sa mission.

- Okay.

Elle avait compris ses tâches. Il lui restait à voir à quel point elle pouvait errer sans soulever la moindre suspicion. Cela ressortait tellement de ce qu’elle avait l’habitude de faire. Elle avait une pointe d’inquiétude quant à ses aptitudes. Elle avait une semaine pour se préparer? Mmm… okay.

- Je vais dresser un portrait de ce que j’aurais de besoin.

Quand Ciel la laissa seule un moment, Zirro regarda autour d’elle et elle-même. Elle n’avait jamais vraiment eu besoin de beaucoup, elle était habituée à voyager léger. Elle dit ‘okay’ à Ciel et prit cet instant pour réfléchir. Il était très probable, plus que probable, qu’elle ne pourrait emmener Mikhail avec elle. Trop visible. Elle voulait être invisible. Zirro se frotta les yeux et se donna de petites tapes sur les joues pour confirmer son éveil. Elle était prête. Elle sortit de sa chambre pour rejoindre Ciel.

- Alors, vous n’êtes pas seulement tavernière?

Pourquoi mentionner qu’elle irait sur le terrain, faire sa part?

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Dim 10 Juin - 13:21

C'est une brave fille, je me dis, adossée non loin du battant ; un peu simple, mais si elle a ce degré de précision que m'a vanté le grand sec, elle pourrait être un bon élément … et sa monture est loin d'en descendre la valeur. Une bonne cartographe avec une bonne capacité de mise à l'échelle, dotée d'une observation pointue … elle aurait même les moyens de devenir une pointure. Je pense jouer sur cet autre point que Mirage a souligné : l'absence de tatouage de la petite. Ça plus cette frimousse à laquelle on donnerait les bons dieux sans confession, je n'ai qu'une envie : enrichir son trousseau de mission avec quelques déguisements. J'irai en toucher quelques mots au petit Ghiaccio. Il faudrait pas que cette fois il y mette sa griffe, ce petit rapiat avide de reconnaissance. Je dois aussi préparer d'avance quelques tenues de référence, pour coller aux différentes classes sociales … me renseigner auprès d'un alchimiste dans le cas où on aurait à teindre ses cheveux flamboyants aussi peu discrets que reconnaissables. Cette mission est un véritable filon : sa sécurité en dépend, je doute donc qu'elle posera trop de questions ; du moins, pas les plus problématiques.

La voici qui ouvre la porte ; aussitôt je commence à avancer. Nous rejoignons la rue en direction de l'étable pendant que je lui réponds :

« C'est un petit boulot de façade ; l'essentiel de ma clientèle est en fait nos collègues, à toi et moi. Ce sont des gens de confiance, et c'est important qu'ils aient ce petit havre à eux. Tu n'as pas dû voir qu'on était pas mal de farÿd là-dedans : c'est bien de se retrouver sans se faire juger. D'où le nom un peu olé-olé et l'emplacement qu'est pas vraiment rêvé pour se faire du blé. Faut vraiment y aller pour connaître le coin, et ça nous permet de faire des plans pour les réfugiés sans qu'une andouille aille tout ébruiter. Tu comprends où je veux en venir, Zirro, je suppose ? »

Mon ultime question est prononcée alors qu'une odeur de paille s'est élevée pour remplacer celle de l'air iodé qui envahit les allées du port encore ensommeillé alentour ; la matinée ne fait que commencer, et personne ne s'est encore levé pour peupler ces terrains plus ou moins désaffectés … personne, en dehors peut-être d'un petit marchand ambulant qui semble faire frire ou rôtir une viande dont le fumet s'apparenterait à celui du poulet. L'étable dont nous nous approchons est ouverte, ses vastes boxes laissent voir les différents équidés et chimères qui y sont entreposés ; ainsi que, laissé sous bonne garde ….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Dim 10 Juin - 15:43

La rouquine songeait déjà à comment se mêler à la populace. Nul doute que Ciel, avec l’assurance qu’elle avait, userait de ses connaissances pour la mettre sur la bonne case départ. Elle avait bien deviné, Ciel était plus qu’une tavernière. Et les autres gars aussi? C’était ça que la Farid voulait quand elle parlait de camaraderie? Elle y veillerait. Ils pouvaient en être assurés. Sortant à la suite de la Syab, Zirro regardait les alentours, découvrant un nouveau décor urbain qui lui avait caché par le manteau de la nuit. Dühr était une belle ville. Même cet endroit, elle le trouvait beau. Parce qu’il y avait la Bigotte, parce qu’il y avait une confrérie à laquelle elle appartenait ici. Et quand elle voulait passer la nuit à la taverne, elle saurait où laisser Mikhail.

Je comprends où vous voulez en venir.

Elle allait aider des gens. Avec sa récolte d’informations, elle allait aider donner la chance à d’autres d’améliorer leur sort. Et ça l’électrisait. Dans les étables, elle vit des chimères. Certaines étaient impressionnantes et imposantes, d’autre discrètes et banales. Et dans un des enclos, assez grand pour qu’il soit confortable, Mikhail était roulé en boule comme un chat.

- Mikhail! s’écria joyeusement sa maîtresse.

Le vouivre leva la tête et les oreilles, regardant autour de lui jusqu’à voir la rousse qui courut vers lui et lui sauta dessus pour le câliner. Il pépiait comme un oisillon. Un énorme oisillon écailleux et carnivore.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Mer 13 Juin - 17:42

Des retrouvailles touchantes, perturbées seulement par cette pensée : je me demande si elle sait dans quoi elle s'est lancée, cette petite. Son insouciance confondante me sera utile à coup sûr, mais ce n'est pas pour autant que je n'éprouve pas quelques scrupules à en user. Il sont vites passés : si ce que je devais ressentir pouvais m'arrêter, jamais je ne me serais retrouvée auprès de Krov, si près de tout ce que je désire le plus et déjà en possession des grands moyens. C'est à moi de voir si je soufflerai sur ces scrupules comme des braises ou la flamme d'une bougie ; la question ne se pose même pas.

« Je te laisse le panser ; ensuite, on ira en ville chez le sellier pour lui faire du bon matériel de voyages à la hauteur de celui que vous allez être amenés à faire tous les deux ; de qui bâter ta vouivre, la couvrir, un bon tapis de selle plus adapté au climat du coin, des bandes de repos … et pourquoi pas de bons vêtements pour sa cavalière aussi ? » je commence à lister au charmant duo. On va éviter la barde même légère pour ne pas encombrer l'animal. « Le petit Ghiaccio a déjà tes mesures ; je suppose que le sellier a celles de Mikhail … j'en connais deux qui vont gronder d'avoir déjà à faire un équipement continental. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Jeu 14 Juin - 18:56

Mikhail se grouillait comme un chiot. Un gros chiot écailleux. Zirro lui gratouillait le ventre et il se couchait sur le flanc pour en recevoir plus. La jeune femme lui fit signe de se relever. Ils devaient sortir d’ici. Ils avaient une demeure à eux. Et elle avait des choses à faire de son côté.

- T’entends Mik? Une selle sur-mesure que pour toi. Ce sera pas une selle modifiée!

Il n’avait pas compris les mots, mais il avait compris le ton et sa maîtresse était heureuse. La fille poilue était bien aussi. Et la fille qui avait la même crinière que Zirro. Ils étaient tous gentils avec lui, même Erwin qui lui donnait à manger! Le vouivre donna un petit coup de langue sur la joue de Ciel. Zirro jubilait. Elle avait droit à tout ça!! De l’équipement sur mesure pour ses voyages et adaptés à ses tâches.

- J’ai trop hâte! dit-elle au wyverne monochrome.

Elle amena Mikhail à l’extérieur, plaça la selle qu’elle avait déjà, monta sur son compagnon et tendit la main à la Farid blanche.

- On va où en premier?

Elle était leur guide!

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Dim 17 Juin - 5:34

Je n'ai jamais eu l'habitude des bêtes de monte : même à Syab, quand je partais en traque, c'était à pied pour mieux Signer. Voir donc ce gros animal tourner et retourner sa masse pesante comme rien ne manque pas de m'étonner … et peut-être même un peu de m'inquiéter. Je n'ose pas bouger quand il s'en vient, tout pataud, me laisser une belle marque d'affection un brin humide sur la joue ; et si ce n'est pas affectueux, c'est pour goûter un peu à la farïd avant d'y croquer. Je tangue un peu, m'accroche machinalement à la main tendue et me retrouve à balbutier :

« Le … le sellier, pour lui dire de mettre de côté le matériel précédemment commandé, » posé-je, enjambant le corps reptilien pour y prendre place sans trop de verve. « Tu es sûre que tu veux que … enfin, ça le dérange pas ? »

C'est quand même une bien grosse bête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Dim 17 Juin - 17:45

- T’entends, mon beau? On va aller s’occuper de ta selle en premier!

Mikhail pépia de joie. Zirro aida Ciel à s’installer sur le dos du vouivre qui restait droit et stable.

- Mais non, il adore avoir des gens sur son dos, dit la rousse à la Farid pour la rassurer. Il est habitué, il fait ça depuis qu’il est assez grand pour me porter. Il a l’habitude. Pas vrai, Mik?

Le wyverne leva la tête et la tourna vers les deux femmes, son museau souriant laissant entrevoir une langue pendouillant comme celle d’un gros mastiff doux comme un couverture de laine. Zirro flatta l’encolure de Mikhail qui ronronnait. Elle lui dit d’y aller tout doucement, Ciel ne paraissait pas habituée à chevaucher des animaux. Mikhail commença à battre des ailes pour s’élever dans le ciel de Dühr, Zirro agrippa fermement la Farid. Aucune chance de glisser ou de tomber.

- C’est par où? demanda la cartographe pendant que le vouivre volait doucement et paresseusement au-dessus de la ville, un vol stable sans turbulences.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Ven 22 Juin - 9:55

Quelque part, j'aurais peut-être préféré que ça dérange ce beau quand même un peu d'avoir des gens sur son dos, pour ne pas avoir à me mettre en selle ; je vais devoir me faire une raison, et la gueule toute souriante et pleine de dents de Mikhail semble bien rire à cette idée : je vais décoller ! Je n'arrive toujours pas à comprendre par quel miracle et simplement en battant l'air des membranes épaisses qui recouvrent ses ailes la vouivre est parvenue à arracher sa masse pesante au sol de la capitale et à sa gravité quand nous nous retrouvons à planer au-dessus des toits mats et de la toile brillante des canaux en contre-bas. C'est un immense panorama qui s'étale au-dessous de nous, alors que le vent en altitude vient nous fouetter la figure ; on croirait presque que le décors que nous voyons là n'est qu'une immense carte déroulée à plat sur le sol que de petites bêtes parcourent en suivant sagement les lignes des allées et des boulevards avant de fourmiller de façon plus erratiques quand leur cheminement débouche sur une place ; presque, parce que mes pattes qui vaguent dans le vide me rappellent avec insistance où nous sommes. Je n'ai jamais vu la ville de si haut, et j'ai presque du mal de reconnaître les lieux que je parcours tous les jours depuis plus d'un an déjà.

J'enfouis ma tête contre le cou de Mikhail ; l'air frais assaille mes poumons. Incapable de retrouver le Nord du Sud, je renseigne Zirro comme il m'est possible de le faire, d'une voix plus forte pour cacher comme je peux mon trouble, mon anxiété … mon angoisse.

« E-Est. Le beffroi du quartier Est, à une mille au Nord de l'atelier du petit Ghiaccio. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Ven 22 Juin - 12:02

Ce n'était pas tout le monde qui aimait faire un tour dans le ciel. Ça ne déplaisait pas à Erwin qui aimait les raccourcis aériens, Lily avait adoré et sans doute en redemanderait. Ciel... Ciel n'aimait pas. Pas du tout. Au nord de l'atelier de Léo qu'elle disait? Zirro dirigea le vouivre qui obéit aussitôt avec un vol gracieux, pas aussi gracieux que certaines chimères volantes ou un vrai dragon, mais gracieux quand même pour sa masse corporelle. Il n'était pas maladroit. Arrivés à leur destination, il se posa sur le sol et se coucha pour laisser les demoiselles descendre. La rouquine donna un coup de main à Ciel pour débarquer pendant que le wyverne baillait aux corneilles, la gueule grande ouverte.

- On va marcher ou prendre le tramway, pour les reste de la journée, dit Zirro à la Farid blanche.

Ciel n'avait pas l'air d'aimer voler et elle ne voulait pas la dégouter à vie du transport aérien.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Dim 1 Juil - 20:48

Je me laisse presque tomber au bas de notre monture quand celle-ci pose pieds à terre ; ma hâte ne semble pas échapper à la jeune femme, dont l'offre de transports futurs ne comprend rien qui n'aille plus haut au-dessus du sol que de bons vieux rails. Je lui en suis reconnaissante, mais lui dissimule un peu ô combien pour ne pas dévoiler trop de faiblesses à l'humaine.

« Tu es sûre ? Je ne sais pas si ton animal pourra toujours voir les rues que prend le tramway : certaines sont couvertes. Il pourrait s'accrocher au toit, cela dit … un peu m'a-tu-vu, comme méthode, mais ça devrait moins l'épuiser que le pousser à courir à côté de la bête. »

Je poursuis notre petit bout de chemin, sans l'inviter à me suivre : je sais qu'elle m'emboîtera le pas sans faire d'histoire, c'est une bonne fille, à n'en pas douter. Les bonnes filles sont prévisibles, c'est un bon avantage stratégique pour les gens comme moi, qui doivent les diriger là où elles seront le plus utiles ; mais elles ont aussi leurs inconvénients, comme celui de me donner finalement assez peu de latitudes pour agir. Je dois ruser, et c'est ce que je fais. L'avenue que nous grimpons ruisselle activement de liquides dont les arômes divers et un peu âcres planent jusqu'à nos flairs ; l'équarrisseur vit non loin des bouchers, et les maroquiniers doivent se fournir chez-eux. Le travail des cuirs n'est jamais aussi clair, compréhensible et ludique dans la présentation qu'en offre la capitale : les odeurs animales de peaux et de chairs se mélangent aux sons des tranchoirs et des maillets, le sang teint les eaux de rouge dans les rigoles encrassées par les pâtes et les liquides qui aident aux ouvrages plus ou moins délicats des tannages. Marchands et artisans commercent autant qu'ils conversent autour des devantures, des étals ou aux comptoirs. La bonhomie ambiante fait tache sur ce décor à la violence paisible, acceptée, où les corps de bêtes mutilées finissent désossés et proposés morceau par morceaux aux chalands, tout en bas de la côte que nous escaladons, Zirro et moi. Les produits finis sont là-haut, perchés loin des agressions olfactives pour plaire tout autant aux nez qu'aux yeux des potentiels clients. Le sellier, le maréchal ferrant et le forgeron chez qui nous nous rendons sont trois beaux triplés chacun nés d'une autre mère ; inséparables larrons, ils ont choisi de faire affaire sous la même enseigne, et par là je veux dire que leur trio sait y faire pour te glisser des prix d'amis qui te coûtent trois à quatre fois parfois ce que ça vaut vraiment ; mais, et c'est bizarre, j'ai l'impression qu'ils me trouvent pas trop une trogne à rendre chèvre ni à se faire prendre pour un pigeon … depuis un certain jour, arrivé en une certaine saison d'une certaine année.

Nous passons le seuil (qui n'en a que le nom) de la boutique d'où s'échappent chaleur, éclats de voix et coups de clocher du marteau contre l'enclume. Talleyrand trime ; c'est Arnaud qui nous accueille, un peu surpris de voir ma collègue de si tôt.

« Ah, la nouvelle. Ciel ? C'est pour la vouivre ? Il y a des réglages à faire ? »
Je m'approche du comptoir, pour ne pas avoir à trop hausser le ton au-dessus des fracas tintamarresques dont résonne la pièce et sa voisine.

« Arnaud, il y a du changement : on voudrait quelque-chose de plus continental, qui tienne bien la forêt et les longues distances sans peler le cuir de ce pauvre bestiaux ; tu pourrais nous faire ça quand ? »

Le jeune orc (qui ne tient évidemment pas son nom d'autre chose que d'une mère et d'un père adoptifs) gratte son menton, l'air songeur, avant de hausser ses épaules massives et de mâcher de sa mâchoire carrée le brin d'osier que je lui ai toujours connu.

« T'es bien marrante avec tes questions ; c'est pour quand ?
– Avant notre précédente commande.
– T'es pas sérieuse.
– J'ai un nez rouge ?
– Non.
– Alors j'ai pas une tête à plaisanter. »

Aussitôt, et bien qu'un peu ronchon d'être ainsi brusqué, il sort son matériel de mesures et s'approche de la cavalière et de sa monture, lui demande comment se sont passés ses premiers jours et si Erv tient toujours la forme pendant qu'il s'applique à s'assurer de la justesse de ses précédentes mesures et d'en ajouter de nouvelles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Dim 1 Juil - 21:13

- Si on le laisse se poser sur le train. Mikhail n'est pas la créature la plus subtile, surtout sur Irracya.

Le wyverne s'attirait tout le temps des regards et bien qu'il sache composer avec toute cette attention, il arrivait à Zirro de se sentir mal à l'aise. Si elle devait se faire discrète durant ses assignements, Mik n'était pas l'idéal mais il était l'être à qui elle faisait le plus confiance.

- Mais c'est mieux que le faire suivre ou risquer de le perdre de vue.

Il savait se battre et se défendre. Cela n'empêchait pas la jeune femme d'être inquiète pour lui dans de telles situations. N'importe qui pourrait vouloir tirer un profit avec lui et l'imaginer finir en chair à chimère. Elle en avait des frissons. Sans faire attendre Ciel, Zirro la suivit, suivie par Mikhail. Trio hétéroclite dans une cité unifiée. Ils étaient dans le bon coin, à voir les boutique et étalage, outils et matériaux. Mikhail renifla pour éternuer quelques reprises, regardant les amorcellements de chair dépecée. Zirro prit son museau dans ses mains pour qu'il se concentre sur elle. Le vouivre savait que ces choses étaient des animaux, il n'était pas bête. Il y avait cette petite lueur dans ses yeux dorés, une inquiétude qui le rendait hésitant dans sa démarche.

- Ça va mon grand, lui chuchotait Zirro en lui caressa les joues et le crâne. Rien ne va t'arriver ici. Tu n'as pas à t'inquiéter.

Le pseudodragon émit un faible son, pas tout à fait rassuré. Ça irait mieux une fois sortis du quartiers. Zirro s'avouait ques les odeurs âcres lui montaient au nez, tellement c'était omniprésent. Comment Ciel faisait-elle pour pas être dérangée? L'odorat était le deuxième sens le plus développé des Faryd, après l'ouïe. Ça allait mieux une fois montés, les relents derrière eux, ils pouvaient mieux respirer. Mikhail était moins tendu, même s'il faisait attention à ses membres et n'agitait pas sa queue autrement que pour garder son équilibre. Zirro suivit la Farid couleur neige, Mikhail glissant sa tête dans le magasin, faisant bien attention à être une boule. Après un échange bref entre la tavernière et le jeune orc, Zirro fit deux pas de côté pour laisser Arnaud s'atteler sa tâche. Mikhail délia ses muscles, passif, pour le laisser faire son travail.

- On est revenu hier d'Amaëna, répondit la jeune cartographe. Trois jours à s'entraîner. Je sais pas s'il s'entraîne tous les soirs, mais je dirais qu'il est en bonne forme. Il sait tenir le coup pour une bonne bière, ça c'est certain!

Elle avait tombé endormie après la première pinte, après trois nuits blanches, elle qui avait toujours été une personne très diurne.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Mer 25 Juil - 19:57

Alors que la discussion va bon train entre la rouquine et le marchand, je ne peux pas m'empêcher de remarquer le gros mufle de la vouivre s'agiter tout autour d'elle, même au cœur du petit atelier ; j'ai l'impression de voir un chien affamé pas très loin d'aller croquer tout ce que les triplés se sont appliqués à bien empiler en vitrine. J'avoue qu'après avoir vu toute cette viande débitée en petits bouts au tout début de mon ascension me fait moi aussi un peu saliver quand l'odeur du cuir vient me chatouiller mon bout de nez, et je suis à un poil de cul de mouche de me mettre à prier pour que le lézard arrive à se tenir le temps des mesures quand son maître tente de l'apaiser : j'ai pris pour appétit la crainte de la vouivre assez légitime de se retrouver transformée en descente de lit.

Pour patienter, le temps que Arnaud en termine avec ce dont il a besoin, je commence à explorer et n'écoute plus ce qui se raconte que d'une oreille aussi velue que distraite, plus par déformation professionnelle que réel intérêt (celui étant tout entier voué à ce que je pourrais bien m'acheter). À l'en croire, la miss n'a pas un seul secret et les informations qu'on pourrait vouloir d'elle se lisent jusque sur sa figure. La cartographe en herbe que le patron m'envoie et dont je n'ai pas la plus petite idée de l'étendue des talents ne manque toutefois pas d'enthousiasme.

Alors que je poursuis mes fouilles des lieux, je finis par me retrouver chez le plus peaussier des trois : les articles, fins et souples, sont même constitués plus de chagrins que de cuirs, et les quelques bagages agrémentés de motifs en rocaille font me revenir l'image un peu lointaine de cette curieuse petite sacoche à la contenance comme infinie que j'ai pu croiser au détour de Hyi il y a de cela un bon mois déjà … là où j'enverrai d'ailleurs en reconnaissance notre petite espionne malgré elle et très improvisée. Je demanderai très sûrement aux chasseurs, prêtresses et autres éclaireurs locaux de guider cette petite le long des sentiers, de les lui enseigner ainsi que les ficelles du métier ; elle aura à apprendre tant à se faire discrète qu'à escalader des parois souterraines ou dissimulées par un toit de verdure trop épais pour rendre l'ascension possible au dos de Mikhail. Voyant ces besaces alignées au mur avec soin, je me dis aussi que j'aurai à faire quelques recherches en matière de matériel, de tracés et de magie pour le compte du grand manitou.

Je fais un bond monumental (sans rire : je suis sûre qu'un bond pareil me ferait passer au-dessus des beffrois de la capitale) quand Arnaud s'esclaffe :

« Ah ! Ce bon vieux trou sans fond ! Il mérite tous ses surnoms.
– Encore que l'Trou Sans Fond, c'est pas la p'tiote qui en a hérité ? » rappelle Talleyrand dont la tête dépasse soudain du coin du mur.
« Vous allez me faire avoir une crise cardiaque ! Me dites pas que le troisième va apparaître d'un coup lui aussi, ou je meurs !
– Quel dommage.
– Quelle grande perte pour la capitale.
– Un autre tavernier devra écoper du titre de débiteur de pisse de chat. »
Je grommelle, non sans un sourire en coin :
« Parce que tu crois que je t'ai servis quoi, mon bichon ? »

On s'échangent encore quelques piques qui durent jusqu'au moment de passer à la caisse, occasion pour moi de les taxer d’arnaqueurs notoires et de commencer à dresser la liste détaillées des frais qui reviendront au patron. Là, nous sortons, promettons de passer le bonjour au mercenaire de leur part (du moins, je suppose Zirro de tout aussi bonne volonté que moi à ce sujet) et entamons notre route vers l'atelier de la demi-portion.

Le chemin que nous empruntons et parcouru par bien plus d'air aux fragrances bien moins lourdes et prononcées qu'elles ne l'ont été près de nos amis les selliers et leurs voisins les bouchers ; quelques notes plus piquantes vont et viennent toutefois, participant à cette étrange carte olfactive qu'il serait possible de dresser de la capitale où tout habitué saurait aisément s'y retrouver les yeux fermés. Les pas qui nous séparent de la ruelle un rien exiguë du petit Ghiaccio pourraient presque se compter sur les doigts de la main, si on a une bonne enjambée ; on a donc vite fait de passer le seuil, faire voler, tinter, tourner, chanter la clochette à l'entrée, et appeler :

« Eh, le rase-motte, c'est Ciel : j'ai une commande de Krov ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 109
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Mer 25 Juil - 22:26

Mikhail commençait déjà à se plaindre de son estomac. Malgré ces années passées avec lui, Zirro ne comprenait toujours pas comment il faisait pour être affamé après avoir mangé! Ou il était juste gourmand, ce sac à main géant, son adorable Mikhail. Le vouivre était tout calme pendant qu’Arnaud prenait les mesures détaillées pour une selle digne de lui. La rouquine le voyait se lécher les babines en regardant les amas de cuir prêts à être transformés. Et Arnaud sentait le cuir lui aussi. Le vouivre monochrome le reniflait avec intérêt, aussi terrible qu’un chien.

- Mikhail.

Le quasi-dragon se reprit, cessa de saliver et de renifler un peu partout. Il était aux aguets et prêt à obéir. Zirro n’avait pas souvent un ton sérieux, qui contrastait tellement avec sa bonne humeur et son innocence habituelles que quand des gens qui la connaissaient la voyait devenir plus que sérieuse pendant un instant, ils en restaient bouche bée.

- J’ai cru voir que Lily était capable de tenir son coup. D’habitude je pourrais faire compétition, je pense mais là je ne suis plus si sûre, mais quand je suis épuisée je m’endors à rien. Ma tolérance à l’alcool descend en pente raide.

Comme la veille. Tout le monde était joyeux dans la boutique, même quand Ciel mit du sien et se mêla au quatuor. Zirro du mettre une main devant sa bouche pour ne pas éclater de rire devant le sursaut de la Farid blanche. Elle émit un gloussement gêné et étouffé derrière les paumes de ses mains. Quand tout fut dit, elle salua les orcs avec entrain et suivit sa guide du jour vers un endroit qu’elle connaissait déjà. Même Mikhail roucoula.

- Léoooo! C’est Zirro! appela-t-elle le jeune couturier.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léonidas Ghiaccio
Petit prince des tailleurs
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: La voie à suivre   Ven 27 Juil - 20:51

Honte ? Gêne ? Les deux ? Surement oui. Ca devais être ça. Mais l'heure était ni aux doutes, ni aux suppositions. J'avais chaud, très chaud. D'un coup. Je devais être plus rouge que n'importe quel tissu carmin existant. J'étais jutse en train de me diriger vers l'arrière boutique pour aller chercher quelques affaires destinées à miss Krov quand une voix douce, guillerette et, ma foi, familère, vint partager de sa bonne humeur aà l'intérieur de la boutique. Enfin, cela aurait pu en être ainsi si mon grand patron n'était pas en ce moment précis derrière le comptoir... attendant que je lui transmette sa commande.

- Léo ~. Et bien, on ne répond plus aux clients, mon garçon ?

J'étais arrêté sur le pas de la porte menant à la réserve, dos à la scène, dos au visage composé d'un sourire railleur et carnassier que devait m'offrir le docteur.

- Oh... euh... si... je...

Demi-tour sur mes pieds, non sans me les prendre les uns dans les autres, manquant de tomber. Echange de regard avec monsieur Krov. Ah et, oui, il avait l'air plus que ravi de me voir ainsi surpris. J'allais saluer les deux clientes qui venaient tout juste de pénétrer dans la boutique quand je fut couper dans mon élan, n'ayant pas même le temps d'esquisser un changement d'expression ou de posture.

- Ciel, mademoiselle Bedingfield ! Merveilleuse journée n'est-il pas ? Un plaisir de vous voir, vous semblez dans une forme olympienne. Mirage fit lui aussi demi-tour dans un vaste mouvement de cape, s'approchant souplement des deux arrivantes tout sourire. Il fit une révérence. J'éspère que les cours offerts par monsieur Krieger vous ont été utiles et divertissants. Il un subtil moment d'arrêt avant de d'ajouter sur un ton taquin et amusé. Tout comme votre petite escapade improvisée avec Elizabeth.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La voie à suivre   

Revenir en haut Aller en bas
 
La voie à suivre
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Féia :: Irracya :: Empire Dalentour :: Dühr-
Sauter vers: