Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le prix de toute chose - La Nuit Rouge

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Alexander Krov
Mirage
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 07/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 2 Avr - 16:08

Ambiance


Ce devait être, sans nul doute possible, cette acceuillante taverne. L'ambiance y était à son paroxisme. Patienter devant l'entrée principale ? Beaucoup trop simple. En particulier parce qu'un visage familier, effrayé en tout point, venait de l'emprunter à l'instant même. D'une démarche assurée et un sourire infatiguable aux lèvres, Mirage passa par le côté du bâtiment. Sans oublier d'admirer la beautée du lieu et de baisser la tête face aux objets projetés depuis l'intérieur de la salle. Charmant. Un pays charmant ! La nuit colorait Cestra d'une enchanteresse lueur rosée (il se plaça près de la porte arrière fredonnant toujours ce petit air qui ne semblait pas décidé à lui sortir de la tête), la température ambiante était agréable (il recula d'un pas, laissant sa canne légèrement en avant) et il attendait ses prochaines proies avec délectation. Ces dernières ne tardèrent pas à sortir en trombe.

- On s'en fout d'Abbadir ! Magne-toi, Lil... Aaaaaah-le-coon !

Et de un sur le sol. La deuxième suivit, emportée dans la chute du mercenaire qui la tenait par le bras. Le regard échangé entre le père et la fille, lorsqu'elle paraissait s'approcher des pavés dans une scène tournée au ralenti, était le reflet du délice qu'allait prendre le vampire à demander quelques explications auprès des quatre troubadoures. Lily s'affala sur Erwin avant d'être agrippée par le col et ramenée sur ses pieds, le visage à quelques centimètre de celui d'Alexander.

- J'éspère que ta soirée a été bonne, ma chérie. Debout Krieger, il plaça la rouquine derrière lui, seconde vague.

En effet, Erwin n'eu qu'un très bref l'abs de temps pour rouler sur le côté avant que la porte ne claque et ne laisse s'échapper une bande de malfras en arme qui s'enfuirent dans la pénombre. Ils ne les avaient pas vu, étant poussés par une drow particulièrement préssée, tenant un sac étrangement mouvant. Le battant se refermait à peine quand, le visage paniqué évoqué précédement, fit son apparition.

- Trois... Mirage tint la porte d'une main et se mit à hausser le ton en direction de l'intérieur, histoire de se faire entendre dans tout ce vacarne. Prière de vous hâter mademoiselle Zmar, le vieux n'a que peu de patience.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 2 Avr - 18:47

Dans la fuite effrénée qui s'ensuit, je ne me repère plus qu'au sons et aux odeurs pour savoir quand esquiver et quand signer pour envoyer valdinguer au loin ceux qui se seraient mis en tête de me barrer la voie vers le dehors, où un voile de nuit n'a pas même eu le temps de se poser depuis que nous sommes entrés ici. Une brume de houblon fermenté me passe au-dessus des oreilles et s'enflamme quelques longueurs de bras plus loin, devient le combustible d'un second mage du feu bien heureux d'avoir trouvé là un camarade d'école avec qui partager ses histoires de cours d'école ; je baisse tant que je peux mes grands appendices auriculaires pour les abriter des éventuels coups de chaud qui viendraient me coiffer de façon fort trop définitive à mon goût sachant comme l'asymétrique est passé de mode aujourd'hui. Des arômes assez fumés envahissent la salle alors que je sens l'air frais me frapper le visage et que je vois l'entrée se faire plus proche, plus proche … je ne suis plus qu'à quelques pas seulement que je vois toute une vague d'habitués et de touristes se vautrer à la chaîne comme une jolie ribambelle de dominos. Je les enjambe avec une habileté qui met au jour l'habitude que j'ai de ces milieux pour le moins colorés et dois ensuite freiner tant que je peux pour ne pas renverser le patron, dont la vision soudaine ne m'inspire sur le moment qu'un pitoyable hoquet de terreur ; heureusement pour lui comme pour moi, il est chanceux, le patron : je pile à quelques centimètres seulement de lui, assez près pour en sentir la chaleur s'il avait seulement pu en dégager ne serait-ce qu'un peu. Mon expression se décompose aussi vite que je me reconstitue une expression toute belle et rien que pour lui, le veinard :
    « Pourtant, la patience vient avec l'âge, c'est pas ce qu'on dit normalement, doc ? » et d'insister : « Je vous assure que ça serait du plus bel effet avec votre poivre et sel. »
Je parle un peu plus fort tant pour dépasser le bazar qu'ils font tous dehors comme dedans, que pour masquer le dling dling intempestif des pièces que je me trimballe et que je sème à chaque geste un peu trop brusque derrière-moi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Krov
Mirage
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 07/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 2 Avr - 21:28

Il la fixait, adossé à la porte, sans cesser de sourire avant d'éteindre, du pouce et de l'index, une petite touffe de poils en train de brûler sur le sommet du crâne de Ciel.

- Dépéchez-vous de sortir. Il se retourna dans un vaste mouvement de cape.. avant de s'arrêter et de prendre quelque chose dans la poche intérieure de sa veste. Ca sera plus simple avec ça. Il tendit un sac à la Farid. L'un des autres avantage que l'on obtient avec l'âge, c'est que l'on apprend à être préventif. Il se remit en route en direction de la résidence de Devaraja. Mais je compte récupérer tout ou parti de mon sac, jeunes gens.

- Arrête avec ça, Lily. Il sait se débrouiller. Rend moi ce sac, Vipère !

- Que ce passe-t-il encore ? Mirage fit brusquement demi-tour, stoppant l'avancée du groupe. Si vous ne pouvez pas vous mettre d'accord, l'opération de partage sera reglée rapidement par mes soins. Fit-il à l'attention du mercenaire, de l'elfe et de la faryd. Ciel, mon petit, retournez au navire prudemment. Et donnez le sac à Daïa, sûrement la plus responsable de la soirée. Il reporta son regard sur sa fille. Lily ?

- Abbadir...

- Je sais, il poursuivit le chemin, hâtons-nous d'aller prévenir le mieux placé pour régler cette affaire... si ce n'est déjà fait.

Ils s'éloignèrent ainsi de la taverne ou les flammes montantes commençaient à entamer le toit de la bâtisse, mençant de s'effondrer sur l'ensemble des individus décidés à s'entre-tuer avant même l'arrivée des véritables festivités. La jeunesse ne savait plus profiter des bonnes choses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 3 Avr - 5:48

Les gars qui étaient partis poutrer les trublions qui nous avez piqué notre magot furent rapidemment devancés. J'avais la prise du siècle, une vengeance pour le vol que j'avais subi et, officiellement, une éspérance de vie très limitée. Mère nature était étrange en me classant parmis les drows, il était pourtant clair que jamais je ne rendrais hommage à cette durée d'existence, somme toute, étendue. Mais fallait tenter. Donc je courais comme si j'avais le feu au trousse en direction de mon navire, exhortant à quelques uns de mes camarades que je reconnaissais sur le chemin de me suivre.
""Ceux qui ne seront pas sur le raffiot lorsque nous serons à bord seront officiellement au chômage !" Je ne mentais pas, une fois sur le pont, je balançai le sac contenant le petit merdeux à la chimère. "Dans la cale. Mais bordel, mâgnez-vous le cul, gros sacs !". Je sortai l'une de mes dagues, faisant signe aux autres de m'aider à défaire les liens maintenant le bâteau à quai. Pourquoi... mais pourquoi avais-je trouvé que ça serait une fabuleuse idée que d'investir dans de nouveaux cordages ?! "Dépèche toi... non mais dépêche toi !" Je hurlais après la chimère qui ne semblait pas décidée à remonter de la cale. Il fallait que quelqu'un fasse démarrer ce navire. Une corde céda, me faisant remarquer que je m'évertuais depuis cinq minutes à tenter de couper quelque chose d'aussi épais que mon bras... avec le mauvais côté du couteau... Je le levai devant mes yeux, l'air blasé. "Je vais m'en occuper C'p'taine. Occupe toi de ton taff." J'aimais bien cet orc, il était vif d'esprit magré tout ce que pouvait laisser penser sa stature et sa gueule de merde. Je décidai avant toute chose de descendre à la soute, histoire de réveiller l'autre abrutis qui devait encore avoir un de ses fichus trous de mémoire. "Non mais qu'est-ce que tu fous ?! Mets le direct dans la cage avec le sac ! Allume pas nos dernières bougies !" Le sac continuait à gigoter dans un coin en poussant des miaulements déplorables et l'autre débile de service pensait juste... à rendre l'éclairage plus feng shui. Je le plaquai contre la parois, le couteau en main. "Remonte. Fais moi voler ce putain de navire. Ou dis adieux à tes globes oculaires." Il remontai la queue entre les jambes pendant que je prenais sac sur le sol et le mettait à hauteur d'yeux. "On va s'amuser tous les deux." Je soufflai la bougie, nous plongeant dans la pénombre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 3 Avr - 17:06

[Le titre, c'est « avant-goût » … ça me paraît adapté]

J'endosse l'automate sans réfléchir, pressé par le temps : je ne sais combien il m'en reste, et ne compte que sur le trajet pour me refaire aux sens si particuliers de la machine. Je laisse à Muharib le soin de s'assurer de mon entier et parfait fonctionnement : je réponds à chacune de ses questions une enceinte après l'autre, puis en canon avant de tenter l'unisson. Il me permet aussi en route de le distinguer progressivement tant par sa chaleur que la forme qu'il me renvoie. Si j'avais seulement su ce matin que je chausserai si tôt ce corps à nouveau … que me serais-je dis ?
    « Abbadir, tu m'entends ? » répété-je une fois encore à l'attention de ma radio, la voix toujours calme, « Abbadir, je serai bientôt là : continue seulement à me parler pour que je sache quand j'approche. »
C'est ce qu'il y a de si pratique à posséder une machinerie parfois un rien obsolète : les parasites qui brouillent mes communications avec mon jeune esclave m'indiquent si je perds ou non sa trace. Tout concentré sur cette sente où je me lance, j'ai parfois besoin des services de ce bon Muharib pour me guider ou m'empêcher de choir à trop esquiver d'obstacles constitués seulement de son ; s'il lui arrive de s'essouffler à trop essayer de maintenir l'allure, il ne lui fat pas de pauses trop longues pour réussir à s'en remettre. Excellent sabreur, je suppose qu'il fera aussi une excellente lame de secours si je devais craindre de blesser mon bien dans la bataille. Nous croisons assez rapidement le petit groupe que constituent mes très chers hôtes de ce soir et du suivant : le séjour semble toujours être à leur goût, aussi les salue-je, tout comme je m'excuse :
    « Bonsoir, Krov : navré que vous et le reste de vos employé ayez dû écourter votre visite nocturne. »
Au rythme cardiaque que je pouvais constater chez certains, la soirée n'est pas entamée qu'elle est déjà riche en émotions.
    « Monsieur, » annonce mon serviteur, « j'ai l'impression qu'il y a le feu à la capitale.
    – Vous voyez, jeune homme, si j'en avais les moyens, je soupirerais avant de déduire que c'est ce que fuient nos invités, et que c'est là qu'ils se sont perdus de vue avec mon dragon ; c'est toutefois fort aimable à vous d'avoir su soulever ce point ; mesdames, 
    » m'incliné-je, « messieurs. Encore navré aussi de devoir me présenter à vous ainsi accoutré. Je reviens sous peu : je suppose qu'Abbadir s'est égaré sur des épaules fort mal intentionnées, et je tiens à assurer sa pleine sécurité. Muharib, j'espère que vous êtes en état de courir.
    – J'y arriverai, monsieur.
     »
Nous dévalons sans plus attendre le chemin qui traverse Cestra jusqu'à son port, où se trouve probablement amarré la nef de cette chère amie. Une certaine agitation s'est emparée du pont : je reconnais à sa silhouette la chimère que j'ai laissé à la jeune commerçante contre plus d'argent que ce que mes marchandises étaient supposer me rapporter ; Muharib en retrait, je m'avance jusque sur le pont, et, très poli :
    « Loin de moi l'idée de devoir déroger à ma réputation, messieurs : je souhaitais savoir si c'était bien là l'embarcation de cette jeune commerçante qui a pris le nom de Perséphone et si celle-ci avait sur elle un paquet inhabituel ; sachez, messieurs, que toute aide et toute information que chacun saura m'apporter sera dûment récompensée. »
Ce alors que, de mes autres enceintes, je commence à incanter, assez bas j'espère pour ne pas me faire remarquer. Je sens que dans la cale se trouve un corps à peine plus épais que ne le serait celui d'un chat, une forme au sang froid et un peu floue qui s'est enroulée sur elle-même et que veille le corps d'une femme. Tout mensonge ce soir ne sera aucunement toléré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 3 Avr - 18:05

Je décidai finalement de rallumer la bougie avant d'ouvrir le sac que je projettai rapidemment dans la cage. Je refermai celle-ci avec la même clé me servant à ouvrir mon coffre. Mon petit passe-partout personnel. "Fallait y penser avant de me voler mes babioles la dernière fois, p'tit merdeux !" Je soupirai, me mis en tailleur face à la grille, me frottant les yeux. L'alcool commençait à passer et je me rendais compte de ma connerie profonde. "Panique pas. Je vais te relâcher, crétin. Je veux juste que tu..." Du bruit provenant du pont me titilla les oreilles."Me ramène la mèche..." Un coup à la porte menant à la cale, donné de façon pas très naturelle, me fit me relever et me diriger doucement vers les escaliers, à l'écoute. "Perséphone, que vous dites ? Laissez moi réfléchir. Vous savez de qui, qui cause les gars ?" Et merde. "Aaah... Vous voulez parler de la Capitaine... Il me semble qu'elle est occupée actuellement" Vite: je courais vers les tirroires ou se trouvaient les dernières bougies. J'en allumais le plus possible avant de les placer à différents points de la salle, veillant à placer les ombres à mon avantage. Je couru ensuite vers la cage. "Calme toi... la ferme, putain..." Ma tête me lançait à nouveau... mauvais moment. La clé se prit dans mes cheveux avant de tomber sur le sol et de rouler entre deux lates de bois. "Maudite ou bien ?" Plus qu'une solution. Je regardai la taille de la cage, puis, le hublot. Ca devrait passer. J'ouvrai la vitre, pris la cage fermement et la balançais par dessus bord. Avant de me fondre dans les ombres. Je commençai mon assenscion délicate en direction de la porte, veillant à rester du côté qui me garderait à l'abris de la lumière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 3 Avr - 19:20

Ambiance

A l'instant même ou il allait me prendre par les épaules pour nous faire poursuivre l'ascenssion en direction de la maison de notre hôte, je fis brusquement demi-tour. La situation était beaucoup plus grave que ce qu'il ne laissait paraitre. Abbadir était sous notre responsabilité et nous l'avions abandonné aux mains d'individus pouvant user de lui comme ils le souhaiteraient. Je me mis à courir, talonnant Jinendra et son acolyte. Le tout était de ne pas se laisser submerger par ses émotions, un enfant était en danger, probablement terrifié: la seule chose à faire était de lui venir en aide le plus rapidemment possible.

- Lily ! Lily mais attend moi nom d'un chien ! Je suis sappé comme une princesse ! Et t'es pas armée ! Erwin me suivait de près.

Nous arrivâmes finalement à proximité du port. Erv me rejoignit derrière les tonneaux nous dissimulant de tout regard indiscret. Nous étions essouflés comme jamais. Le mercenaire prit une dague de sa ceinture, qu'il me tendit, le visage grave, avant d'enlever la cape et la veste qui bloquaient ses mouvements.

- Mieux. Souffla-t-il.

Nous nous mîmes à espionner la scène par l'interstice laissé entre deux fûts. Tout était beaucoup trop calme. Jinendra était posté devant un des navires. Effectivement, l'équipage qui était à bord semblait particulièrement préssé de fuir le quai. Nous étions postés bien en face, nous laissant une vue de la scène dans sa globalité. Tout ce passa beaucoup trop vite. J'eu à peine le temps d'enlever ce fichu serre-taille.

- Il va régler ça seul Lily, on devrait rentrer avant que ça ne dégénè... Non !

Il essaya de me retenir, en vain. Ce qui venait d'être catapulté de la soute du navire avait fait cesser toute idée de discrétion de mon esprit. Je sortis de ma cachette, le coeur battant à tout rompre. Moins de deux minutes avant que le petit manque d'air. La cage venait de toucher l'eau, laissant échapper les cris appeurés du dragon. Plus vite... Je me concentrai... chasser l'air devant mes jambes... respire... pense aux tracés... mes plumes scintillèrent une à une. Je me propulsai en avant prenant la vitesse nécessaire pour effectuer un plongeont dans l'eau salée. Plus rien autour, plus un son, plus une sensation: la cage était l'unique but à atteindre. Le bras tendu, mes doigts glissèrent entre les barreaux qu'ils aggripèrent fermement. La cage contre la poitrine, nous remontâmes à la surface doucement... Erwin ? Il avait plongé... tenir la cage... la cage... Une poigne résolue vint étreindre mon poignet et nous remonter à l'air libre. Le son métallique de l'objet posée sur le pavé fut un véritable soulagement.

- A toi... Il me hissa sur la berge. Il va bien. Il paraissait exténué. Lily ?

- Il faut... le sortir de là... puis, tout ce dissipa, ne laissant place qu'à l'obscurité

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 4 Avr - 13:42

L'équipage était à couteaux tirés pour protéger son capitaine, même si ledit capitaine nous avait prouvé que son talant dans le maniement des armes ne s'accompagnait pas toujours de la connaissance de l'emplacement de leur tranchant ; la soudaine brutalité de Jinendra qui suivit le son d'éclaboussures en contre-bas allait agir comme le détonateur d'une bataille sanglante. Combien des huit hommes sur le pont feraient mouche ? Il pouvait sentir et prévenir l'agitation de ceux qui étaient les plus proches, mais qu'en serait-il de ceux qui sauraient le prendre à revers ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 4 Avr - 13:42

Le membre 'Jinendra Devaraja' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Esquive' : 3, 3, 1

--------------------------------

#2 'Esquive' : 2, 1, 1

--------------------------------

#3 'Esquive' : 3, 2

--------------------------------

#4 'Esquive' : 1, 2

--------------------------------

#5 'Esquive' : 2

--------------------------------

#6 'Esquive' : 3

--------------------------------

#7 'Esquive' : 1

--------------------------------

#8 'Esquive' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 4 Avr - 14:31

[Bataille]

    « Vous ne semblez visiblement pas près de coopérer. »
À peine incliné-je mon heaume de côté que tout s'enchaîne sans cesse ni répit : je vois Abbadir jeté par dessus-bord ; l'arme au clair, j'épingle Qarad à même le pont. Je sens la brève résistance de sa peau puis de ses chairs sous le coup d'estoc ; malgré ma prestesse, j'ai tâché de viser à côté de la ligne plus chaleureuse de son artère pour le laisser conscient tout le temps que je serai là. Je sens sa prise glisser sur la broigne de mon automate dont je tourne toute la masse vers mon premier assaillant bien vite défait : ma seconde et dernière lame siffle et sectionne sa gorge offerte l'instant où il s'apprête à frapper ; le jet chaud pique mes capteurs sans que je n'en sente ni l'arôme ni la couleur. Je ne vois pas venir la morgenstern qui vient cogner contre mon flanc, aussi tâché-je d'achever maintenant ce que j'incantais plus tôt : la décharge court le long de l'arme enfoncée dans l'une de mes voix prise d'artefacts et de parasites ; elle saisit de spasmes le corps de mon agresseur ; les soubresauts gagnent encore deux hommes dont l'attaque finit par me murer dans un mutisme qui aurait pu être complet s'il ne m'était pas rester quelques sons dont ni la hauteur ni le rythme ne savent rester les mêmes. Aucun parmi eux n'a su entraver ma traversée ; je parviens à en envoyer un contre la porte qui mène à la cabine de notre chère collègue qui s'est répandue tout autour … c'est donc ainsi qu'elle a su se glisser dans mon dos, le jour où nous avons fait commerce. Comme je pousse le battant devant moi et avance, un dernier membre de son équipage se rue contre moi et choisi de me faire choir. Me voici piégé contre les planches dont les gonds menacent de céder, tentant toujours d'aller jusqu'au hublot ouvert … mais sans succès. J'entends avec une pointe de ce qui pourrait s'apparenter à du soulagement la voix de Muharib qui s'élève depuis le quai et qui m'assure de la bonne réception du dragonneau. Le sachant en sécurité, j'occupe tant que je peux l'encadrement de la porte, mon sabre encore tiède du sang qu'il a versé.
    « cessEZ ce P-P-PEtttttttttit jeu, et VENEZ Perssssssséphone … VENEZ. »
Je scrute ce que je suppose être la pénombre en quête de la scélérate ne serait-ce que pour lui faire savourer son propre sang.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 4 Avr - 15:41

J'étais toujours dissimulée dans l'ombre protégée par le panneaux de bois de la porte. Cette dernière venait d'être ouverte, me laissant entendre quelques mots me signalant mon arrêt de mort. C'est à peine si j'osais respirer. Mais je tentais de rester le plus calme possible, au vue des circonstances actuelles. L'ensemble de mon équipage, d'après le bordel qui venait de s'échapper du pont, était probablement décimé. Du moins, une partie. Les autres étaient encore en ville, à savourer leur moment de répis. Je leur souhaitais de s'endormir bourrés dans une ruelles, oubliant l'existence même de ce navire. Très peu sentimentale, j'avoue tout de même que certains liens s'étaient formés entre mes gars et moi. Ces liens furent parfaitement symbolisés par la muraille précaire qu'ils avaient naturellement construite entre ce sombre individu et leur capitaine. L'un d'eux était parvenu à résister. Quoi qu'il en soit, je devais rester concentrer pour le moment. La porte était ouverte, laissant pénétrer dans la cale une légère lueur rouge. Si je me glissais par le dessus de la porte, j'avais une issue possible. Une issue particulièrement minime mais l'unique moyen de sauver ma peau. A sa remarque ne répondit que le bruit des vagues provenant de l'extérieur. Il fallait prendre son temps, ne pas se précipiter. Si je m'en sortai vivante, je jurai que plus jamais une goute d'alcool ne viendrait interférer mon système neuronale. J'avais vraiment été une idiote du début à la fin pour le coup. Le plus important était de se tirer d'ici et d'aller prévenir le reste de l'équipage... ou non. Si il me suivait, ils seraient embourbés avec nous. Je me décidai à commencer progressivement mon ascenssion. Maintenant, la rapidité allait être mon alliée. Je réapparu aux pieds de la porte faisant dos à la machine. Sans attendre une seconde de plus, je me mis à courir en direction de la rembarde menant au quai, cela, non sans oublier de regarder chacun de mes hommes mis à terre. Leurs visages ne devraient plus me quitter, tant que je n'aurai pas obtenu vengeance ou que je ne serai pas conduite à leurs côtés. J'aggripai la pièce de bois à pleines mains, passant mes jambes par dessus et me préparant à me réceptionner du mieux possible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 4 Avr - 15:47

Le grand plongeont sur le quai. Précisons qu'il ne s'agit pas de l'eau. Dé difficile.

1- Bonne réception.
2- Se réceptionne mais prend du temps à se relever.
3- Se brise la jambe droite. Bonne chance pour fuir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 4 Avr - 15:47

Le membre 'Perséphone' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Esquive' : 2

--------------------------------

#2 'Esquive' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 4 Avr - 18:36

- Sur le côté, Daïa. Mettez la sur le côté. Pas vous Krieger, reculez. Ne me touchez pas. Et cessez de geindre comme un enfant. Vous avez de la chance que vos yeux ne soient pas dans un état pitoyable à l'heure actuelle.

L'arrivée soudaine de mon père et de ma preceptrice... un hurlement de douleur suivant le son d'une branche brisée à quelques mètres de nous... mes yeux se rouvrir sur le visage familier et rassurant de l'elfe. Des mains délicates me déplacèrent. Roulant légèrement, l'eau que contenait mes poumons s'évacua. Prise d'une quinte de toux spasmodique, ma preceptrice m'aida à me remettre sur les genous, penchée en avant.

- C'est bien. Ca va aller, ma puce, tu n'en avais pas beaucoup avalé. Elle passa un bras amical par dessus mes épaules, en profitant pour couvrir les ailes trempées venant d'offrir un spectacle particulier à nos hôtes de Cestra.

- Jamais de la vie ! Aïeuh. Putain de merde ça chauffe. Daïa s'écarta doucement, allant libérer le pauvre enfant emprisonné dans la petite cage de métal. Votre cape ?! Non mais... Ok-ok ! Me regardez pas comme ça... d'accord...

- Erwin...

- Ca va aller, ma grande. Occupe-toi du petiot. Je prendrai plus jamais de bain de ma vie, c'est tout. Oui, rooh... c'est bon, filez moi ça. Daïa je te vois te moquer. Que rien ne sébruite ou je jure qu'en rentrant je me ballade à poil à Dûhr en me faisant tatouer les insignes de la Krova partout sur le corps.

- Remontez les rapidement je vous pris, surtout lui, il doit absolument se rincer. Malgré ses blagues douteuses, sa peau est en train de brûler. Ne remettez pas vos vêtement Krieger, concervez la cape, votre peau ne doit entrer en contact qu'avec le minimum d'organismes extérieurs. Et surtout: cessez de vous gratter. Daïa, prenez le petit. Le bambin était encore sous sa forme draconique, je lui glissai un sourire compatissant, rassurant... Sa minuscule poitrine se soulevait et s'abaissait à un rithme qui semblait régulier, lent: mais régulier. Ses yeux étaient entrouvers, me fixant, fatigués. L'elfe le souleva de terre sans difficulté, le plaçant aux creux de ses bras.

- Là... là, petit coeur. C'est fini. A ton tour ma poule, donne moi ton bras, tu fais toute piteuse les cheveux mouillés: te cache pas derrière ton sourire timide. Tu as besoin d'aller te reposer. Elle attrapa ma main. Je passai un bras autour de ses épaules, resserant la cape du mieux possible, tentant de dissimuler aux regards indiscrets mes ailes malheureusement plus que trempées.

- Rejoignez les le plus rapidement possible, vous ne devez pas restez seules dans les rues. Elizabeth ?

Mes yeux se décidèrent enfin à rencontrer le visage de mon père. Malgré tout le calme qu'il affichait, quelque chose d'inhabituel émanait de sa personne, une froideur dont je ne l'avais jamais cru capable. Il sortit une paire de gants noirs de l'intérieur de sa veste, qu'il enfila avant de s'éloigner calmement.

- Ne regarde pas à ta gauche. Je vous rejoins le plus promptement possible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 8:46

J'échange un regard avec mon assaillant (si je puis appeler un « regard » le fait de tourner mon heaume vers lui et de l'incliner en signe de compassion) quand nous entendons derrière-nous le pépiement strident qui suit le bruit sourd d'une Perséphone lamentablement étalée sur le quai. Nous desserrons tous deux la prise que nous avons l'un sur l'autre ; je lui tapote l'avant-bras, compréhensif et charge le mur d'un coup d'épaule jusqu'à ce que mon fardeau toujours accroché soit avachi à terre, secoué seulement de quelques soubresauts nerveux. Ce qui reste de l'équipage s'est précipité aux bastingages, ne sachant trop s'il devait ou non voler au secours de leur bon capitaine allongé sur le pavé. Sur l'horizon, j'aperçois les premiers feux d'artifice lancés pour célébrer le début des festivités. Leur sifflement perce de vives ondes aiguës ma vision. Calme et dans un geste calculé, je me saisis de la poivrière à ma hanche, en arme le chien, et fais claquer la poudre en même temps que s'embrasent celle qui fait s'éclater mille étincelles dans le ciel rouge. Qarad seul vit encore ; incapable de se défaire de la morsure de mon sabre qui le cloue sur le pont, ça ne l'a pas empêché d'essayer de venir aider ceux qu'aucune chimère n'est habilitée à laisser mourir. Je l'en dégage ; il n'a de toute façon plus la force de se débattre. Comme je le jette sur une de mes épaules, la main sur sa plaie pour l'empêcher de trop saigner, et avant d'abaisser une plate-forme jusqu'au quai pour ne pas lui faire sentir le choc d'un saut trop brutal, j'essaie d'articuler :
    « Faites, MuHArib ; faites aussssssi qu'IL se RINce. »
J'essuie ma lame sur l'un des corps qui gisent maintenant sur le pont et m'en vais me tenir près de Krov ; la jeune elfe est en bien piteux état, désormais, ne parlons même pas de sa situation.
    « PerséPHONE, si ma Mémoire EST b-b-bonne ? »


[De charmantes retrouvailles]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Alexander Krov
Mirage
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 07/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 14:49

Une fois l'ensemble du petit groupe hors de vue, Alexander continua d'avancer d'une démarche sereine en direction de la jeune femme affalée sur les pavées bordant le quai. Le craquement sourd entendu précédement pouvait désormais s'expliquer à l'oeil nu. Le visage calme, un sourire glacial aux lèvres, il s'accroupi à hauteur de la malheureuse, la canne toujours en main. Plus la nuit atteignait son paroxysme, plus les lueurs rougeâtres paraissait s'intensifier. Accompagnant parfaitement l'ambiance s'étant construite autour de la victime.

- Et bien, et bien. Vous vous êtes mise dans une bien fâcheuse posture, si j'ose dire. Devaraja descendait du pont, se joignant au petit comité. Triste sort que le votre ma chère. Perséphone, s'est cela ? Il se pencha davantage au dessus de la drow, posant le bout de sa canne sur le fémur présentant un angle tout particulier. Oooh... là, mon petit. N'ayez crainte voyons. Je suis médecin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 15:46

Si un jour, il vous venait à l'esprit que votre existence était inutile, que rien ne pourrait être pire, que vous avez probablement passé la journée la plus pourrie de l'univers: pensez à Perséphone. Si vous manquez de confiance en vous et que tout vous semble hors d'atteinte, que l'ensemble de vos projets paraissent éphémères et inatteignables: pensez à Perséphone. Dans une autre vie, j'avais probablement dû être un anti-dépresseur coriace. Très coriace. Mais à prendre uniquement en suppositoire: si c'est désagréable pour vous, une petite pensée au médoc' qui doit faire son taff'. En clair, rien n'était plus très clair quand à mon avenir. Les nuits rouges portaient parfaitement bien leur nom, c'était un fait. Je n'avais plus d'équipage et je souhaitais simplement, pour l'heure, que les autres ne se pointent pas maintenant. Ou du moins, qu'ils comprennent de loin qu'ils devraient chercher un nouveau travail dès le lendemain matin. Ah, oui, dans les faits: j'avais aussi une jambe pétée. Ce "détail", m'empêchant de penser correctement (ce qui, en soi, n'aurait rien changé quand à ma situation au vue de mes capacités intellectuelles somme toute très limitées). La surprise de l'atterrissage m'avait laissé échapper un hurlement que j'aurais probablement dû concerver pour la douleur qui s'en suivit. Effectivement, cette dernière était si intence que non seulement j'en oubliai ma tête mais qu'en plus, j'allais sûrement me mettre à chialer comme une madeleine. Mais je les ravalais du mieux possibles, ces saletés de sanglots. Surtout avec l'approche de l'autre taré et d'un visage qui ne me disait rien qui vaille non plus. Ce dernier arriva à mon chevet en premier, se mettant à ma hauteur. Je pu ainsi distinguer très clairement sa dentition, me coupant la respiration.
"Non mais c'est pas vrai..." Ils se rapprochaient tous deux. Bon... reste concentrée Persy, le destin t'a souvent foutu dans une merde incroyable mais tu as bien réussi à survivre jusqu'à présent, non ? "En réalité... je crois.. que je préfèrerais être quelqu'un d'autre, actuellement." Je serrais les dents, soufflant entre chaque mot. Mais la douleur atteint un tout autre niveau lorsque l'autre enflure de démon me trifouilla la jambe avec sa canne. Ce fut à cet instant précis que je perdis toute idée de dialogue, laissant l'avantage à mes instincts naturels me dictant de me barrer, quoi qu'il advienne. Je savais pas ce qu'ils attendaient dans le fond, mourir ne me dérangeait pas, je n'avais plus rien à perdre et les hommes restant m'auraient fait la peau par la suite. Les feux d'artifices commençèrent à faire leur parade dans le ciel nocturne, éclairant la scène. La lumière ainsi créée formaient des ombres m'offrant une porte de sortie éventuelle: il fallait juste parfaitement calculer la manoeuvre. En effet, elles ne duraient qu'un bref instant. L'instant qui ferait mon salût. Je posai ma paume sur le sol, à l'endroit exact ou l'ombre de l'automate se forma, se liant à celle du vampire: passer derrière ce dernier et continuer mon ascenssion, objectif sommaire mais pas irréalisable.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 16:11

Elle allait toucher et se fondre dans les ombres, à nouveau et dans ce geste que Jinendra commençait à saisir ; Perséphone à terre, il était toutefois naturel que sa paume allât reposer sur le sol, qu'elle fût plongée ou non dans des ombres invisibles aux yeux de l'automate.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 16:11

Le membre 'Jinendra Devaraja' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Esquive' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 17:03

Krov semble d'humeur assez taquine, ce soir, à tâter l'angle improbable du galbe neuf qui décore la cuisse bien moins légère de la drow avec le bout ouvragé de sa canne. Je serre l'épaule du médecin et ne parviens pas à refréner l'envie que j'ai d'ironiser un peu sur la situation :
    « elle EST touTE à vous, DOCTEUR : si vous voulez JOUer un PEU DE votre serment d’Hippocrate, donnez-vous en à COEUR joie. Je …. »
… la vois qui pose sa main, à un instant précis, recherché. Par réflexe, sans même saisir le paradoxe de mon geste, je lui piétine la paume sur le pavé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 17:31

J'arrivai à me fondre dans les ombres, aussi facilement que du sucre dans un café bien chaud. Non sans glisser un petit "Oh chier ! L'encu...", là, je terminais vraiment mon insertion en vérité, ne finissant même pas mon insulte fleurie. Maintenant: une jambe explosée et une main applatie. Bon, du fait qu'elle était déjà bien posée sur le sol, ça rajoutait juste un supplément douloureux à mon tourment. Quelle vie. Enfin bref, je parvins à me faufiller en dessous du vieux, arrivant juste à temps dans son dos. La lumière venait tout juste de cesser. Vite: une autre, je reposai la paume sur le sol. A ce rythme, ça pouvait durer longtemps. Plus sérieusement, l'ombre que j'avais réussi à saisir menait jusqu'à une pile de fûts, quelques mètres plus loins, si je me dépêchais, je pourrais plaquer ma main contre la paroi du bâtiment contre lequel ils étaient entreposés. Là, je serai probablement sauve: ils n'auraient aucun moyen de déterminer l'endroit ou je déciderai de poursuivre ma course.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Krov
Mirage
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 07/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 17:37

Dé moyen:

1- Attrapée.
2- P'tit coup de canne.
3- Fichtre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 17:37

Le membre 'Alexander Krov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Esquive' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 19:29

Par quelque miracle qui tient loin de la moindre fibre de ma compréhension la manière dont elle s'y est pris, je la perçois se glisser et se faufiler, ce malgré le petit coup énergique que lui assène Krov et qui à mon sens trahit là le geste expert d'un homme habitué aux fourneaux (même si j'éviterais bien entendu de le taquiner à ce sujet alors qu'il semble pour l'instant si prompt à user de sa canne comme d'un assommoir, ce quand bien même je serais bien à l'abri au fond d'un corps de fer). Très agacé par cette main dont elle ne cesse de frotter le pavé du quai, je décide de lâcher Qarad et de me saisir à deux mains de cette lame dont le souhaite lui sabrer la paume, et enfin clouer ce serpent bien trop leste sur les docks de Cestra.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 5 Avr - 19:35

1- je me barre aux fûts (mais attente au niveau pouvoir -> faut pas exagerer).
2- surprise, pas épinglée mais ne peux pas s'infiltrer dans les ombres.
3- oh...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le prix de toute chose - La Nuit Rouge
Revenir en haut 
Page 3 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Féia :: Irracya :: L'archipel de Tharen :: Cestra-
Sauter vers: