Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le prix de toute chose - La Nuit Rouge

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant
AuteurMessage
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 1 Juil - 20:27

C'était une suprise pour le moins inattendue. Je fixais la fleur blanche précédement prélevée de mon cuir chevelu avec des yeux ronds. Cela ne me dérangeait en aucune manière, bien au contraire, des souvenirs rejaillirent dans mon esprits: après-midi de cours passé en compagnie d'Alhazen et de la petite...

- Meltem. Fis-je en souriant timidement à l'adresse de monsieur Krov. Elle tenait beaucoup à m'aider pour les valises.

- Par tous les diables, Tramontane. Toujours à devoir se faire remarquer avec ses pitreries. Souffla-t-il sèchement.

Pour le coup, notre attention n'était pas porter principalement sur mes soucis capillaires, la priorité étant Erwin. Mon mentor semblait particulièrement essouflé mais toujours trop fier pour avouer sa fatigue devant toute une assemblée... dont les regards s'étaient portés dans notre direction par ma faute. A la proposition de monsieur Devaraja, je m'empresse d'aller chercher une chaise afin de laisser s'asseoir Erwin, posant, au passage, dans les mains du marchand la fleur sur laquelle il semblait vouloir faire quelques observations. Je ne réfléchissai pas vraiment à mes gestes, éliminant la foule de mon champs visuel pour me concentrer exlcusivement sur Erwin que monsieur Krov guida vers la chaise.

- J'ai dit que ça allait.

- Il est brûlant. Accroupie, le constat fut sans appel, nous n'avions pas même besoin d'avoir eu contact avec sa peau pour en sentir l'émanation de chaleur. Tu as passé trop de temps sous le soleil. Il faut que tu te reposes...

- Bordel de merde faut que j'cause en quel langue pour m'faire comprendre ?

- Erwin, tu te souviens ce que tu m'as dit tout à l'heure ? Sur le fait de te laisser faire ton travail ? Je prenais un ton calme, voulant le calmer et ne souhaitant pas attirer davantage l'attention des invités vers nous. Il avait besoin d'intimité. Laisses-nous faire le nôtre maintenant.

- Pas de discussion possible Krieger. Monsieur Krov s'était attardé sur l'état de la peau située au niveau du cou d'Erwin. Le ton n'était plus à la fête. Nous échangions un regard soucieux avant d'inviter les trois gardes à nous rejoindre. Je hochai doucement la tête avant de me relever le temps que le docteur se dirige vers notre hôte pour le prendre à part. Je crains de  devoir écourter cette soirée, monsieur Devaraja. Il a besoin de soins immédiats et de repos. Les évènements de la veille auraient déjà dû le clouer au lit pour aujourd'hui. Il en a déjà suffisamment fait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 3 Juil - 7:09

"Ca va, ça va. Pardon. Pas taper."

Il était en train de comater tout ce temps ? C'était marrant ça. Enfin, ça l'aurai été encore davantage si j'étais pas un p'tit caillou à l'heure actuelle. Et surtout si il s'amusait pas comme un crétin à m'offrir la vision de la putain de...

"Non mais je rêve... pitiez dites moi que j'suis en train de rêver."

J'allais passer le reste de la soirée à me frapper ma tête immatérielle contre un mur imaginaire. Pourquoi qu'j'avais pas vu ça avant moi ?! Le Destin... si j'le rencontre un jour c'te couillon j'lui fais bouffer ses morales par l'arrière.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 3 Juil - 7:09

Les trois gardes n'avaient pas eu le temps de prendre position qu'ils furent appelés à se réunir auprès des dalentiens... dont l'un avait l'air particulièrement mal en point. Malgré tous les efforts du monde que semblait mettre le mercenaire pour paraitre au meilleur de sa forme, l'état de sa peau rubescente et la chaleur émanant de son corps ne laissaient aucun doute. Les Krov auraient beau tenter de le soigner mais aucune magie ne viendrait compenser ce qu'une nuit sommeil apporterait.

"C'est bon Erv, tu peux vaquer à tes occupations, on est assez de 3 pour veiller au grain." Juldas s'était approché quand le médecin avait pris à part leur hôte de Cestra. Le connaissant de longue date, l'idée était de ne pas parler fort et surtout, ne pas effleurer l'idée que le mercenaire était trop épuisé pour mener sa tâche à bien. Le suggérer simplement l'aurait sûrement mis hors de lui, quand bien même cela ne laissait transparaitre aucune forme de faiblesse. "C'est notre tour maintenant." Il posa sa main sur l'épaule du mercenaire.. "Garim va te racompagner avec le docteur, nous sommes obligés de veiller sur sa personne. Mais Kashi et moi resteront auprès de la demoiselle. " Fit-il en partageant un regard avec Elizabeth. "Fais lui confiance à la grande, elle peut se débrouiller. Kashi restera auprès de vous, mademoiselle Krov. Quant à moi, je resterai un peu en retrait pour avoir une meilleure vue d'ensemble. Mais m'ambiance est au festivité, à part une rixe pour les petits fours je vois pas vraiment ce qui pourrait mal tourner." Termina-t-il pendant que ces hommes semblaient accepter l'idée proposée, en particulier Garim qui ne paraissait pas vraiment apprécier cette assemblée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 12 Juil - 20:04

L'activité atteint son comble désormais : masques et danseurs se massent et se lancent en quête de la source des applaudissements perçus plus tôt, embarrassent les passages des deux médecins dalentiens qui se chargent de soigner le mercenaire ainsi que son infime manifestation de défaillance. Suite à la chaise tendue au trio et dont s'est saisie l'adolescente pour y faire asseoir ce soudain patient, je ne laisse pas se perdre plus de temps pour assurer ma fonction : quelques mots glissés à l'émetteur conservé sous mon col suffisent à Muharib pour saisir les renforts ; ce bon ami Krieger est déjà bien assez fier pour repousser l'aide qu'on souhaiterait lui offrir suite à cette faiblesse dont il n'a laissé sourdre qu'un filet mais que mon petit serviteur a lui aussi ressenti … je ne sais que trop bien ce qu'il pourrait faire si l'attention des invités devait peser sur lui et ses actions.

Pour sa part, et ce que je ne remarque que du coin de l’œil compte tenu de l'intérêt que je voue à la chose, Ramal et sa face fardée apparaissent somme toute absorbés tant par la fleur qui lui est cédée par notre jeune invitée que par le laconisme de celle-ci quand elle s'exécute sans attendre.

Quand je reviens à la scène dont je me suis détourné un instant seulement, je m'aperçois qu'un instant est amplement suffisant à ce médecin si prévenant (comme sait si bien l'être Alexander) pour s'approcher si près que je ne manque que d'un cheveu de le renverser ; c'est peut-être bien parce que je suis rasé de frais qu'il en réchappe, songé-je à part moi. Ce qu'il vient à m'annoncer n'est pas sans me causer quelque déplaisir, toutefois laissé sous clef dans les seules abysses de mes pensées puisque la situation et ses enchaînements endiablés ont su m'y préparer.

« Je comprends, docteur : je suppose aussi que vous ne serez pas trop de deux avec Kelfinger pour forcer votre messager à prendre un repos bien mérité. Votre absence est toute excusée, » lui souris-je, soulignant mon propos de quelques gestes apaisants, « allez : vous êtes médecin ; rien de ce qui pourrait arriver ce soir ne sera pour vous une si grande perte qu'elle puisse valoir celle de Krieger. »

Mon regard court sur l'assemblée, dont certains semblent reculer quand ils entendent prononcer le nom de l'épouse dépêchée par mon serviteur pour les délecter de quelques tours. Nous ne sommes ainsi plus qu'une poignée : flanquée de Krieman et de Kurimoto, il ne reste plus de Dalentour au sein de ma cour la jeune et si charmante Elizabeth ; à son côté, des visages qui jettent parfois quelques œillades mais qui finissent par retourner aux sujet qui les préoccupaient déjà avant son étrange floraison … tous, sauf peut-être celui de Sayla dont les joues font brasiller les lueurs teintées que déversent les multiples suspensions, reflétées toutes par une série d'écailles minuscules qui lui parent la figure pour ce soir. Haute silhouette perdue dans les multiples drapés bleus qui la recouvrent toute entière (ou peu s'en faudrait), celle-ci s'avance, curieuse et pourtant hésitante.

« Est-ce que votre ami s'en remettra ? » l'entends-je demander, ses yeux clairs braqués sur l'entrée qui vient de se refermer.

Elle cille, se retourne vers moi pour me constater occupé à rassurer Abbadir dont l'étreinte s'est sensiblement resserrée. Bien plus haut placé qu'elle ne l'est, c'est à moi d'ouvrir les salutations … selon l'usage que tous n'ont pas toujours à l'esprit. J'incline le chef, lui souhaite la bienvenue ; elle hoche sa tête en réponse.

« Sayla, c'est un plaisir.
– Bien moindre au mien, Jinendra.
– Dites-moi, mademoiselle … auriez-vous l'amabilité de m'en apprendre davantage sur ces fleurs, je vous prie ? » interrompt Ramal, le reflet des pétales à l'éclat mourant dansant encore sur ses yeux alors que la voix toujours si étrangement sensuel de Sayla s'apprêtait à poursuivre. Celle-ci referme la bouche, surprise mais fataliste. C'est à cet instant que, bien que mes pensées ne soient pas dirigées sur la même cible, elles rejoignent toutefois celles qu'exprime avec virulence Perséphone.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Ciel
Exilée de Syab
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 28/02/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 13 Juil - 21:20

Musique

Mes pas s'alignent le long des rangs de tuiles et courent sur les cadres de bois où reposent parfois quelques toiles illuminées dans la nuit par les festivités qui prennent place en dessous. Le plus difficile est passé, et une fois perchée tout là haut, pas un invité, pas une seule âme qui soit au Devaraja ne saura que je suis là. Je prends position sur le faîte de la construction et m'offre une vision imprenable sur la populace et ses gesticulations ; installée, je m'applique à chercher des yeux mes petits protégés. Il ne leur faut pas longtemps pour paraître à ma vue … mais pas de la manière que j'aurais espéré : c'est une gerbe lumineuse qui vient pétiller et couronner la tête de la petite Krov et qui la fait briller au cœur de la foule comme une grande lanterne attifée n'importe comment. Sans la présence du patron et d'Erwin, jamais je n'aurais été capable de reconnaître la Lily dont j'ai l'habitude dans cette tenue. Je tâte mes poches, en sors une paire de petits lorgnons pour m'approcher toujours plus près (mais de vue uniquement) de ma Famille assez dysfonctionnelle … et ce soir plus que jamais : le mercenaire n'est pas au mieux de sa forme, sur sa chaise. Je saisis son message au vol, le prends en note et signale sa bonne réception, frustrée par cet imprévu de taille : les acteurs au casting ne vont pas faciliter le déroulement des plans de ce soir. Un étincelle entraperçue du coin de l’œil me fait voir l'arrivée d'une femme dont le spectacle détourne les voyeurs des Krov et de Krieger ; je ne l'ai jamais vue jusqu'à maintenant, mais les flammes qu'elle manie me font supposer qu'il s'agit là de celle qui a bien faillit me permanenter le cul quand j'ai laissé traîner ce gros pataud dans le harem ….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 14 Juil - 10:42

Tout c'était déroulé bien rapidement par la suite: les gardes s'étaient rassemblés autour de nous, monsieur Krov avait pris en main Erwin qui avait tenu à accomplir sa mission jusqu'au bout avec une certaine perfection qui me fit sourire, puis ils s'en étaient retournés au sein de la demeure. J'éspérais qu'Erwin prendrait au moins le temps de se reposer quelques jours. Quelques heures seraient déjà à classer parmis les exploits. Je devais pourtant avouer ressentir une certaine appréhension. Mais celle-ci fut bien vite dissipée comme poudre au vent lorsque les paroles inquiètes d'une jeune femme vinrent me tirer de ma rêverie.

- Il ne faut pas en douter. Je crains qu'il ne faille l'attacher solidement si nous voulons être certain qu'il prendra le repos qu'il mérite. Je m'étais retournée vers l'endroit d'ou provenait la voix avant d'entamer une révérence en guise de salutation. Bonsoir, madame Falur. Elizabeth Krov. Enchantée de faire votre connaissance. Les présentations se faisaient avec le sourire. Rien ne devait laisser deviner les nombreuses inquiétudes qui semblaient apprécier participer aux festivités avec nous. Soldat Kashi Kurimoto, chargé de veiller sur nos personnes le temps du voyage. Je cherchais Juldas des yeux, en vain, c'était un peu dommage de ne pouvoir les présenter. Leur présence à nos côtés ne devait pas les laisser dans l'ombre. Ils avaient eux aussi mérité de participer à cette soirée. Je vous pris de nous pardonnez pour les désagréments occasionnés. Certaines circonstances exceptionnelles ont un peu bouleversé cette journée. J'avais pris soin de terminer les présentations malgrés les questionnements de notre ami marchand, toujours affairé à admirer la petite fleur encore placée dans sa paume. Une fois terminée, je me retournai vers lui. Pour vous dire la vérité, je n'en sais pas grand chose moi-même. Mise à part qui en est la créatrice. Répondis-je doucement. Il s'agit d'un procédé alchimique de courte durée. Une invention de Meltem Tramontane, ou plutôt, un accident devenu l'un de ses travaux favoris. Je crains ne pouvoir en dire bien plus, sauf que d'ici la fin de la soirée, la fleur sera probablement déjà fanée.

Car n'étant plus alimentée, mais cela impliquait de révéler des détails déjà bien trop montrés depuis notre arrivée à Cestra. Mon regard se porta rapidement sur le spectacle ayant lieu en fond.Ce dernier avait réussi à attirer l'attention des personnes qui avaient s'étaient attroupés autour d'Erwin. J'étais reconnaissante à monsieur Devaraja d'avoir pris soin de les avoir détournés du mercenaire, pensée qu'Erwin devait partager en ce moment. Mon attention revint ensuite entièrement à madame Falur, une rencontre que j'avais attendu avec impatience.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 14 Juil - 19:22

Effectivement, tout c'était produit en un labs de temps prodigieusement court. Si dans les faits l'arrivée, puis le départ du médecin impérial, du mercenaire et d'un garde s'était passé rapidement, c'était pour mieux laisser peser l'ambiance particulière entourant la jeune Krov maintenant laissée seule à elle-même, au mileu de tout ces inconnus. Juldas avait décidé de prendre place un peu en retrait, gardant toujours un oeil vigilant sur Elizabeth, son coéquipier ainsi que sur l'ensemble des invités conviés à cette soirée. Il était ainsi prêt à intervenir au moindre geste lui semblant suspect à l'égard de la petite dalentienne: agneau luminescent plongé dans la fosse aux serpents. Cependant, comme en témoignait l'attitude de son jeune partenaire souriant, Elizabeth paraissait concerver le plus grand calme voire même se plaire à entamer quelques discussions auprès des autres convives. Malgré la diversion de la demoiselle et de son petit spectacle de flamme, les individus restaient en mouvement continuellement, bloquant parfois sa vision qu'il tentait par tous les moyens de garder braquée sur l'unique représentante de l'empire, si ce n'était plus de l'empereur. La soirée promettait d'être particulièrement longue. Il bougonnait légèrement.

"C'est p't'être moi qui vais entamer la rixe pour les p'tits fours à ce rythme. Ils osent appeler ça "une fête". Reception de richards."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 10 Aoû - 18:11

« Je vois qu'on vous a renseignée à mon sujet, » acquiesce Sayla non sans un sourire à celui qui lui est ensuite présenté, « je regrette que cette rencontre ne se fasse pas en de meilleures circonstances.
– Il ne semble pas faire bon d'être Dalentien, ces derniers jours du moins, » renchéris-je aux phrases navrées presque aussi coutumière que le sont de feintes ou sincères condoléances glissées au détour de semblables soirées. « Nous n'avons rien à vous pardonner, mademoiselle Krov : les derniers événements me semblent bien extérieurs à votre volonté. »

Ce que ne manquent pas de souligner les interventions incessantes de ce si cher expert en fourrures et pelisses, qui sont, elles aussi et tout autant que le reste, bien supérieures à la volonté de quiconque est assez près pour se voir obligé de l'écouter. Ni Sayla, ni moi-même ne lui cédons toutefois un peu du plaisir de se savoir entendu (ce dont il ne semble pas se rembrunir ne serait-ce qu'un seul et mince instant), ce que je laisse comprendre à vous lecteurs qui me suivez en ne faisant pas le récit de ce qu'il s'en va nous raconter, puisque je suis déjà plus qu'exaspéré ne serait-ce qu'à cette idée. Mais alors qu'il garde encore fixés ses yeux sur les pétales dont Lily est toute enguirlandée, et qu'il tient son présent levé pour mieux l'observer, le voici à interroger notre trop aimable invitée sur un sujet qui nous pousse à tous le regarder :

« C'est tragique, » adresse-t-il tant au sujet de la fleur que de l'empereur, « tout à fait tragique. J'imagine que vous n'avez pas de favori pour ce qui est de le remplacer ? »

Son sourcil s'est perché trop haut pour que je songe à le lui arracher alors qu'il se met désormais à dévisager la jeune Dalentienne ; j'ose supposer que le même ordre d'idée traverse l'esprit de la simple Sayla, dont la bouche est bée et outrée ; mais si elle semble jeter la foudre avec ses yeux noirs qu'elle a braqué sur le charlatan, je ne peux empêcher les miens d'avoir dirigé leur attention sur ce qu'en dira celle la mieux renseignée de nous quatre sur le sujet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 10 Aoû - 19:17

Les festivités semblaient avoir repris sans trop de désagréments. Je devais pourtant avouer me faire un peu de souci à l'égard d'Erwin mais, aux mains de monsieur Krov, il devrait être remis sur pieds sous peu, plus en forme que jamais. Pour le moment, une tâche m'était confiée et m'y tenir était ma mission principale. Les présentations s'étaient déroulées tranquillement, Kashi avait même eu droit à un sourire amical de la part de madame Falur. Affichant toujours un air se voulant sympatique ou, à défaut, rassurant, je hochai la tête aux propos venant répondre aux miens.

- Ne vous sentez pas obligée de peser vos mots. Les évènements ne doivent en aucun cas venir ternir votre soirée ou vous empêcher de parler librement. Nous verront cela en temps voulu. Terminai-je plus doucement.

Effectivement, lorsque nous allions rentrer à Dûhr, beaucoup de changement allaient avoir lieu et ce dans un très court labs de temps. Je n'osais imaginer la quantité incroyable de travail qui attendait le retour de monsieur Krov. A peine l'esprit déchargé d'une pénible tâche de bien 7 ou 8 années remplies d'intenses recherches que le voici confronté à... ne nous lançons pas dans de trop rapides conclusions. Mieux valait avoir l'esprit clair pour y réfléchir. Je remarquai avoir perdu un bref instant mon sourire, fixant un point invisible derrière madame Falur. Il fallait se reprendre.

- Nous avons eu la chance de le connaitre plus personnellement au vu de notre place. Plus qu'un empereur, Luthien Liedor s'avérait être aussi un ami. Ajoutai-je l'esprit pleins de souvenirs et de pensées amicales à destination du défunt dirigeant de Dalentour.

Si les mimiques et autres remarques glissées de ci, de là de la part du marchand Ramal s'étaient révélées divertissantes sur le moment, certains propos vinrent pourtant me tirer de ma rêverie. Je ne pouvais cependant le tenir coupable de quoi que ce soit. Avoir offert l'opportunité, plus tôt, de parler librement avait du le pousser à nourrir sa curiosité. Pour ce qui était du tacte, tout le monde n'en bénéficiait pas. Cependant, l'esprit festif devait endormir et amollir même les esprits les plus fins. Je tournai légèrement la tête dans sa direction.

- Il n'y a pas d'offense, madame Falur, ne vous inquiétez pas. Dis-je sur un ton apaisant. Je suppose qu'après la cérémonie d'adieu que nous allons offrir à feu l'empereur s'en suivront quelques jours de deuil ou tout dalentien le désirant pourra se receuillir. Ensuite, viendront les élections qui, elles seules, détermineront qui de nos représentants s'avérera le plus apte et le plus qualifié afin de prendre le titre d'empereur. Je souriais, un brin amusée. J'avais compris sa question, j'en connaissais la réponse. Bien que beaucoup de particularités se révèlent chaque jour sur ma personne, fis-je en soufflant sur l'une des fleurs tombant devant mes yeux, je crains de ne pas encore posséder de don divinatoires, monsieur Ramal. Et puis, la patience est une vertue, vous le saurez bien assez tôt. Patience. Terminai-je.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 11 Aoû - 18:23

On pouvait affirmer que la demoiselle Krov savait apaiser les esprits. Le soldat Kurimoto avait ainsi fait l'erreur de baisser légèrement sa garde face aux invités et à l'hôte, qui avait cette manière bien à lui et somme toute d'un naturel presque inquiétant, de mettre mal à l'aise ce pauvre Kashi. Parlons peu, parlons bien, toutes les péripéties de la journée semblaient avoir laisser place à un désir de participer aux festivités. Pourquoi se prendre la tête alors que tout le monde s'amusait et n'avait visiblement pas idée de causer le moindre mal à la jeune femme dont il avait la garde ? Pourqoi simplement s'embêter à faire correctement le métier pour lequel il était si gracieusement rémunéré ? Je vous le demande. Et, soit dit en passant, il doit aussi se le demander aujourd'hui. La jeunesse !
De l'autre côté, un peu plus éloigné, Juldas gardait un oeil attentif vers leur direction, prêt à intervenir au moindre fait suspect ou appel de son collègue. Vigilant, il avait même failli s'élancer lorsqu'il vit le regard noir de Kashi se poser sur l'un des invités qui, malgré l'ardeur avec lequel le reste du groupe tentait de l'ignorer, s'évertuait à vomir tout un flot incessant de parole. Et visiblement, l'une de ces dernières avaient réussi à couper court à toute discussion.

"Pas d'offense ? Vous avez bien de la chance, monsieur Ramal, de ne pas être un face d'un autre dalentien. D'autres n'auraient même pas pris la peine de vous répondre. Apprenez à mesurer vos paroles et votre curiosité. Au moins devant miss Krov. Si la boisson a noyé votre respect, je vous demanderai de laisser ces personnes discuter tranquillement. Ou tout du moins, présentez vos excuses."

Il avait l'air de se débrouiller parfaitement sans lui finalement. Juldas, recula de quelques pas, amusé, attrapant l'un des verres à proximité. La soirée allait peut-être valoir le coup tout compte fait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 12 Aoû - 21:04

La réponse dont nous gratifie la jeune Krov attriste certes notre comparse, mais n'est pas sans lui suffire ; j'ai plus de mal à m'en satisfaire, sachant voir plus loin que lui ne le fait, et s'il se contente de croire sans ciller un seul instant au sourire contrit de cette jeune fille, j'ai moi le sentiment que celle-ci nous dissimule ce qu'elle sait. Sans en avoir l'absolue certitude, j'ai le sentiment que se cachent quelques connaissances derrière ses trop sympathiques simagrées ; si tel est le cas, son habileté sème toutefois le doute, et je ne puis être sûr de rien : ce ne sont là que supposition face auxquelles je ne suis rien, rien d'autre qu'un spectateur comme tant le sont au sein de mon domaine ce soir et les suivants.

J'étais bien loin d'imaginer ce qui suit : le discret, indécis et timide Kurimoto semble blessé par le sujet soulevé avec si peu d'adresse par le commerçant, celui-là même de mes collègue à ne s'être jamais illustré par sa subtilité. Sayla m’apparaît elle moins sensible à cette interruption et ne laisse pas de poursuivre sur la base ainsi dressée :

« Ne soyez pas si prompte à excuser ce genre d'attitude ; d'autant plus sous ces latitudes, au sein de cette cours et ce tout en étant femme. La générosité, la tempérance et la politesse ne doivent pas faire de concession à ce point larges devant une telle insulte.
– Ce que Sayla cherche à nous dire, pour ceux qui ne suivraient pas, » dis-je, baissant doucement le verre que la politicienne serre avec force dans une poigne menaçante qui ne souhaite que s'en prendre à Ramal, « c'est que d'aucuns sont un peu durs de la feuille, et qu'il faut parfois donner un peu de la voix pour s'en faire entendre. N'est-ce pas là un bon conseil ? »

Le négociant ne saisit malheureusement pas mon air entendu, et se contente de répndre ceci :

« Excellent, en effet.
– Comment se porte votre hôpital et les services affiliés ? Voilà longtemps que je n'en ai pas demandé de nouvelles à votre père … vous pourriez en décrire l'infrastructure si particulière à Sayla, en passant. »

Avant que cet assassinat fomenté depuis ces cinq dernières secondes ne soit mis à exécution de sa main sur mon ami, de préférence.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 13 Aoû - 18:31

Une certaine tension venait de naître au sein du petit groupe que nous formions et rien ne paraissait parvenir à l'atténuer. Je levais doucement mes deux mains en direction de Kashi et de madame Falur, souriante et me voulant apaisante.

- Cela ne sert à rien de s'emporter. Les paroles ont été dites et nous devons faire avec. S'enerver ne changera rien. Et je crains que monsieur Ramal n'a tout simplement pas compris la portée de sa question. Il n'y a pas d'âge pour apprendre de ses erreurs.

J'ajoute en baissant les mains, tout de même légèrement amusée par le côté particulièrement simplet du marchand. Il semblait maintenant avoir l'attention portée ailleurs. Le nombre de personne se proclamant adulte et responsable affichant des personnalités très enfantines était plutôt impressionant. Je ne savais s'il fallait en rire ou s'en inquiéter, pour nous, comme pour eux. La plupart détenaient des charges, sommes toutes, considérables. Ils en gagnaient en influence mais devenaient aussi les proies du grand public. Tout le monde entretenait son propre jardin, jetant quelque fois un regard sur celui de son voisin mais uniquement afin d'éveiller quelques jalousies. Les sociétés utopiques n'existaient pas, mais l'entraide était indispensable, simplement pour la cohabitation.

- Les structures hospitalières se portent à merveille. Un changement de sujet qui m'était plus que plaisant.On évoquait un lieu ou j'avais grandi, appris, fait des rencontres inoubliables, parfois poignantes. Nous avons mené quelques travaux au sein de deux des infrastructures situées en amont et en aval de Dûhr. Une fois terminés, ce sera au tour de l'hôpital central. Des ailes vont y être ajoutées, surtout accès dans le domaine de la recherche. Nous aimerions laisser à disposition des médecins des différentes contrées la possibilité d'accéder gratuitement et en toute discrétion aux outils indispensables à leurs études. Un espace d'échange, lui aussi ouvert au public, permettra d'acceuillir les chercheurs et scientifiques itinérants qui souhaiteraient mener quelques conférences. Un moyen comme un autre de partager leurs découvertes et sensibiliser l'opinion public sur certaines maladies, leur offrir les moyens d'éviter ou de prévenir certains maux par des gestes simples. La bibliothèque va prochainement agrandir sa gamme d'ouvrages de toutes sorte. Madame Moreira est d'ailleurs en charge de celle-ci. Fis-je un peu plus pensive, elle devait être arrivée maintenant, j'éspèrais pour elle que tout allait pour le mieux, comme pour tout nos amis laissés à la capitale. Des activités vont être proposées occasionellement afin d'apprendre à ceux qui le désir comment concocter certains soins, baumes et autres médicaments servant à soigner les maladies bénines, apaiser les petites blessures ou encore empêcher voire ralentir les infections et empoisonnements qu'encore seul un médecin compétent peu guérir. La reconnaissance des plantes, leurs particularités,... beaucoup de cours qui permettraient de sauver des vies et d'inculquer un savoir et des connaissances solides aux habitants. Nous appliquons déjà ce mécanisme parmis les différents orphelinats au nom de monsieur Krov. Je suis attachée à cette responsabilité, par ailleurs. Le regard rêveur, je termine. Ces cours offrent aux enfants l'occasion d'ouvrir leurs esprits et de se diriger par eux-même vers les domaines qui les passionnent le plus. Avec ces données, nous les aidont à choisir leur apprentissage et à s'insérer dans la société avec tous les baguages nécessaires.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 14 Aoû - 17:27

"Vous remarquerez que j'ai tenu ma langue jusqu'à maintenant."

La Persy ne dit rien mais retient tout.

"Mais c'est qu'il sait s'exprimer autrement qu'en chouinant le bridé. C'est juste trop choux."

...

"Bordel de merde vous vous coltinez que des casse-couilles pareil dans vot' taff' ? J'en viendrais presque à m'excuser. Mais c'est presque devenu une passion de faire chier les gens."

Il commençait vraiment à taper sur le matricule ce débile avec sa fleur dans les mains. Ah, en parlant de fleurs:

"261."

Et oui...

"Le nombre exact de fleurs que la sainte vierge à sur sa tête."

...

"Non, sérieusement: je m'emmerde."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 26 Aoû - 11:47

Je choisis de rester silencieux et de ne pas soulever ce ton si sentencieux qu'elle réserve à ses remarques ; si je ne la savais pas si inspirée par la question que je viens de glisser, je supposerais un soupçon de condescendance dans ce rien d'amusement qu'elle semble concevoir vis-à-vis du négociant. Tant que l'attention est toute entière braquée sur les discours de la jeune femme, je dirige lentement cette petite troupe vers l'essentiel des plats laissés à disposition des convives de ce soir, ne serait-ce que pour occuper et apaiser plus encore des esprits déjà bien échauffés pas les paroles qui se sont vues échangées. Puisque mes mains s'avèrent déjà bien encombrées par les épaules des deux destinataires du discours de cette petite rousse, je n'ai pas grand peine à amorcer la marche qui s'achèvera une fois face aux assiettes et aux plats. Sayla, dont l'attention toute entière se révèle absorbée par l'entrain insatiable de son interlocutrice, acquiesce comme avancent et s'articulent les discours et descriptions dans lesquels s'est lancée avec passion cette idéaliste qui lui est si similaire. La politicienne s'interroge plusieurs fois sur des points divers de ce portrait fouillé qu'elle vient si aimablement de nous dresser, et parmi ses questions se trouvent celles-ci :

« C'est un projet tout à fait conséquent, Mademoiselle Krov ! Louable, bien sûr, et comme je ne serai jamais en mesure de le faire assez, » se rattrape-t-elle, « mais conséquent … si en effet vous n'avez pas de cible principale, est-ce que l'on peut comprendre que vous êtes parvenue à débloquer les fonds nécessaires en vous approchant de vos différentes guildes ? Ou est-ce là le résultat de donations généreuses dont monsieur votre père à commencé la collecte bien avant votre naissance ? »

Son regard si brillant de curiosité et d'intérêt semble s'être un tant soit peu terni à ces suppositions ; je suppose qu'elle sait ce que cela impliquerait pour elle et son programme si pareils changements ne s'avéraient possibles que grâce à l'appui que ce que seule une longue immortalité pourrait permettre d'amasser. Elle s'est un instant abstenue de me regarder, consciente que si elle s'était tournée vers moi, ç'eût été pour voir un sourire discret me fleurir sur les traits … mais pas, curieusement, pour les raisons qu'elle imagine : l'importance du réseau de Krov est telle que les épargnes sont aussi nombreuses et volumineuses que rapides, et presque instantanées. Ce n'est pas l'eau qui manquerait à ce moulin. Elle porte sa coupe à ses lèvres, songeuse, avant d'ajouter après cette brève réflexion :

« Je ne suis peut-être pas assez cultivée à votre sujet pour saisir l'évidence, mademoiselle Krov … mais quelle est la différence majeure entre vos trois hôpitaux ? »

Je les entends qui poursuivent leur discussion alors que je me sers au samovar … non sans essayer, aussi discrètement qu'il m'est possible, de subtiliser au passage peut-être un pétale de certaines fleurs des cheveux de sa locutrice dont l'enthousiasme à nous raconter son petit chez-elle dont elle se trouve si loin déjà ce soir.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 26 Aoû - 19:47

La tête dans nuages et de fleurs sertie,
Prélever l'une d'elle va-t-il éveiller Lily ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 26 Aoû - 19:47

Le membre 'Lily Krov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Espionnage' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 27 Aoû - 12:50

Tout en discutant, nous nous étions rapprochés peu à peu des différents buffets. En toute sincérité, je devais bien l'admettre... les péripéties de cette journée m'avaient ouverts l'appétit. Sur les différentes tables reposaient une multitude de plats différents. Palais de saveurs et de senteurs formant un appât de choix pour un estomac aussi faillible que l'était le mien. Des petits reniflements venaient indiquer que le flaire d'un adorable dragon n'avait pas pu résister davantage à la tentation. Descendant le long du bras de monsieur Devaraja tel un lézard, il ne manqua pas une seule occasion pour se servir sous mon regard amusé. Les joues pleines et l'air satisfait, il s'en retournait sur les épaules qu'il avait quitté précédement ronronnant d'un plaisir tout enfantin.
Madame Falur avait écouté avec une attention toute particulière les projets et ambitions touchant les structures de l'Hopital mais aussi de l'Empire sous certains aspects. Ses questions étaient plus que les bienvenues. Evoquer tout cela permettait d'en avoir une vision plus claire et surtout, en débattre laisserai apparaitre les possibles failles.

- Des  projets d'une telle ampleur ne se construisent pas sans un certain soutient, en effet. D'ou l'importance de cette conversation. Peut-être que, sans en avoir véritablement conscience, Madame Falur apportait sa pierre à l'édifice grâce à sa réléxion. En ce qui concerne la plupart de ceux-ci, ils ont toujours plus ou moins existé, cependant, de manière beaucoup plus discrète. Les orphelinats, la bibliothèques, l'aide aux personnes en difficultées, les locaux dédiés aux recherches,... Mais ici, nous allons pouvoir enfin véritablement l'ouvrir à un public plus large. Mais, comme tout, il va encore falloir du temps afin de tout mener à bien. J'ajoute avec un sourire compatissant. Pour ce qui est du coût d'une entreprise de cette taille, je dois avouer que monsieur Krov a eu l'avantage pour lui d'avoir le temps de mettre un peu de côté. Néanmoins, l'Empereur Liedor ainsi que de nombreuses guildes nous on plus ou moins porté une oreille attentive. Effectivement, quelques changements viendraient modifier le visages de certaines institutions impériales. Nombreux sont ceux pensant qu'une vague de renouveaux ne serait que bénéfique mais, comme pour tout, il y a aussi des réticents, que nous comprennons. Avancer vers un terrain inconnu peu être effrayant. Nous ne garantissons pas que cela se passera sans heurts mais... il n'y a qu'en essayant de transformer les choses que nous pourront nous faire une idée plus claire de ce qu'il faudra revoir ou non. Dis-je un peu plus bas, en pleine réfléxion. Les besoins évoluent, les envies et attentes se diversifient,... l'Empire doit aussi savoir s'adapter à son peuple et non uniquement l'inverse. Luthien Liedor semblait prêt à soutenir cela. Nous verrons pour la suite mais être pessimiste n'aidera aucunement. Je termine d'un sourire plus assuré.

Résister plus longtemps serait vain, ils m'avaient lorgné depuis bien trop longtemps ces petits fours. J'en pris un (ou deux ? Je ne saurais dire...) et retournais auprès de madame Falur qui poursuivi sur une question on ne peut plus interréssante. Il est vrai que faire la différence entre nos différents bâtiments n'était pas toujours facile.

- Oh, ne vous inquiétez pas. Si nous n'avons pas l'habitude de voyager entre les trois hôpitaux, il est difficile de les identifier. Si je puis vous simplifier le schéma, l'Hopital Central est celui situé véritablement au coeur de Dühr, au plus proche de l'Ambassade. Se sera dans celui-ci que se trouveront les patients les plus atteints et les outils de recherches les plus poussés. Ce sera ici que les opérations les plus importantes se dérouleront. Nous y avons une salle de conférence et une bibliothèque. Les deux autres, en amont et en aval de la Capitale restent plus modestes mais non moins importants. Des médecins indépendants y ont leur bureau et leur propre cabinet. Il s'agit aussi des deux emplacements ou sont rattachées les résidences des étudiants en médecine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 28 Aoû - 13:51

"Et y'a quoi dans le plat là ? Et ça là, c'est quoi ? Z'êtes sûr que ça s'bouffe c'te merdouille, c'est encore plus flippant qu'vot' gueule. Sérieux..."

ON ARRETE TOUT LA !

"Mais faites pas l'con ?! Vous allez vous rendre malade avec c'te flotte !"

C'était pas censé être des "festivités" ? Et lui, il fesait quoi ce grand con ? Il... buvait... DU THE ?!

"Ca va la mémère ? Une tisane et au lit, hein. Faudrait pas qu'elle soit fatiguée demain."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 31 Aoû - 9:35

L'épaisse infusion noire se dilue dans l'eau que j'ajoute sous les plaintes horrifiées d'un certain passager clandestin qui ne manque jamais d'exposer sa science précieuse aux seules oreilles et pensées qui sont encore capables de la percevoir. Cela transporte toutefois son lot de changements une fois passés ses pépiements incessants dont cette jacasse verbeuse s'est plu à me servir. Je ne me souviens pas l'avoir laissée insensible aux saveurs ; si cela peut ne serait-ce que l'occuper, je ne manquerai pas de me servir au buffet.

Je vous sais gré de cette attention toute particulière que vous me portez ; j'y suis fort sensible. S'il vous sied tant de connaître les astuces dont use cette … mémère pour vivre plus de cinq cent ans, la première que vous vous devez de savoir est de ne jamais menacer un esclavagiste aussi bien placé que je le suis. Cessez désormais de jouer les concierges ; j'aimerais pouvoir me concentrer sur ce qu'il se dit.

Malgré ces quelques mots glissés à l'attention de ce parasite des océans, je ne ressens aucune aversion vis à vis de cette voix et de ce dont elle parvient à se saisir pour passer le temps. Ces quelques répliques m'amuseraient presque … sachant que cette petite ne peut désormais plus m'échapper, à ce point à ma merci.

Je m'en retourne à nos invités, à temps, puisque le sujet de Luthien est abordé ; aussi, avant que Ramal ne puisse répliquer, je lui présente une coupe : qu'il s'attache d'abord à la vider avant de nous honorer d'une autre de ses répliques. Cela devrait le seconder dans cette tâche semble-t-il fort difficile qui est de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de participer à cette discussion. Je suis heureux de constater que rien de suspect n'en a réchappé : je suppose que Sayla ainsi que Lily se plaisent à construire de vives voix l'idée que la seconde se fait de l'hôpital impérial. Je m'approche, l'oreille attentive, et laisse courir Abbadir jusqu'aux épaules que je ne l'ai pas senti quitter. D'un geste tranquille, j'ajoute à ma tasse le nécessaire avant de suivre l'échange qui se poursuit.

« Malheureusement, mesdames, le pessimisme a beau n'avoir rien d'agréable, je suggère pour autant de ne pas se précipiter à le remiser, » laissé-je en suspend le temps seulement d'étancher ma soif, « se préparer au pire doit en passer par l'imaginer. Elizabeth ; vous suggériez à l'instant de laisser un accès à votre matériel en toute discrétion à tous les médecins qui s'en sentirait le besoin … ? »

Il ne faut qu'un froncement de sourcils à Sayla avant de saisir ce vers quoi je veux en venir.

« Comment parvenez-vous à parer aux éventuels usages criminels de votre matériel ? » demande-t-elle soudain, alors qu'elle se retourne avec tant d'empressement qu'elle faillit de peu à couvrir l'assemblée du contenu à peine goûté de son verre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 1 Sep - 15:46

- Ne vous sentez gêné de poser les questions qui vous viennent à l'esprit. En discuter permet de se faire une idée plus général. Et de voir les changements à apporter, aussi. Aucune entreprise ne peut être sans faille. Fis-je à l'adresse de Monsieur Devaraja et de Madame Falur. Le point soulevé est plus qu'interessant, je dois dire. Je rapprochai un peu les pants de ma cape, le soir apportait avec lui un petit vent frais. Nous avons réfléchi à cela. Il est vrai qu'il ne s'agit pas d'un détail sans importance et sans conséquence. Les laboratoires sont pour la plupart surveillés et le matériel fournis sur place. Les médecins, scientifiques et professeurs qui peuvent attester de leur statut (il y a toujours moyen de le faire même en l'absence des serments et divers tatouages de guilde) y accédront en priorité. Cependant, nous ne pouvons pas affirmer que cela ne comporte aucun risque, mais c'est comme tout. Ce n'est pas en bridant les individus toujours plus que nous les empêcheront d'agir comme ils le désirent. Tout lieu n'est pas dépourvu de personne malintentionnées. C'est malheureux, mais c'est ainsi. Mais ils ne correspondent qu'à un infime panel de la population. Il serait injuste qu'une minorité empêche la mise en place de certains projets se voulant progressistes. Je haussai les épaules. Accorder plus de liberté doit aller de pair avec la confiance que nous portons à tout un chacun. Nous ne pouvons pas entrer dans l'esprit de chaque être et le modeler de telle sorte à ce qu'il soit parfaitement conforme à nos attentes. Cela serait contraire à toute forme de liberté, couperait court à toute évolution et tout progrès et, surtout, serait inhumain. Je repris un air plus rassurant et apaisé. Nous pouvons et nous devons envisager ce genre de problème, ne serait-ce que pour parvenir à les régler si ils venaient à survenir. Mais cela ne doit pas former un barrage au renouveau. L'ouverture de ces laboratoires vont énormément contribuer à la création de médicament et de savoirs qui nous seront essentiels et précieux. Imaginez ce, qu'ensemble et à l'aide des connaissances apportées par chacun, nous pourrions découvrir, tout ces remèdes qui pourraient venir à bout de maladies sévissant depuis l'existance même de la vie. Ce serait une avancée considérable et permise grâce aux partages et soutient de tous.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 3 Sep - 20:23

Je soulève un sourcil à la réponse de Lily, tant pour l'apostrophe qui m'est adressée que pour les sons d'une richesse tout bonnement infinie que se plaît à m'offrir Perséphone au moment de tremper mes lèvres dans le liquide laissé sémillant après ce que j'y ai glissé … mais sans plus. Du moins, dans un premier temps. La jeune femme poursuit sans plus discontinuer, mais suivant cette ligne si familière qui me pousse peu à peu à me saisir de la place de locutrice précédemment occupée par Sayla ; celle-ci semble avoir porté son attention sur une écoute plus soignée du tour de cet échange.

« Mademoiselle Krov, » reprend-je, laissant ma tasse de côté un instant, « je ne sais si vous avez contact avec les ailes plus psychiatriques des hôpitaux dalentiens, mais j'ose supposer sans trop m'avancer que vous en connaissez le but : réinsérer les patients au sein de la société telle qu'elle est supposée fonctionner, ce en devant parfois brider les élans délétères qui les animent. Ce qui signifie étouffer ce qui peut pousser certains suicidaires à passer à l'acte, ce qui passe par éloigner d'eux le matériel nécessaire à cette opération. Le plus souvent, c'est à dire quand le suicide visé ne consiste pas en un acte idéologique, cet éloignement suffit. Aussi, pourquoi cela ne fonctionnerait-il pas en bridant toutes les facilités matérielles de potentiels criminels dont les exactions pourraient coûter cher à votre hôpital … d'autant plus que celui-ci voit son principal directeur souvent en opposition idéologique avec les dirigeants en place, si progressistes fussent-ils ? J'ai plus de raison d'hésiter à céder de ma confiance à un médecin de campagne venu profiter d'un peu de gratuité et de discrétion que de raisons à le laisser approcher ce matériel, sachant qu'il sera bien moins en mesure de par sa formation à pousser vers l'innovation que ne le serait un scientifique consommé et réputé et dont la proximité que vous auriez déjà entretenue sur plus long terme entre vous et lui vous en brosserait un portrait détaillé. »

Je sens que ces derniers jours commencent à avoir raison de mon fils ; aussi m'appuie-je le plus discrètement du monde, ou peu s'en faut l'espéré-je, contre la table. Ce sans jamais rien afficher d'autre que le sourire qui échoit à situation si festive à l'entour.

« Pour ce qui relève de lire et modeler les autres à l'envie, il va de soi que cela relève de l'idéalisme ; je ne crache en aucune façon sur les apports de solides recherches en matière d'études de société pour adapter nos réactions à celles de nos locuteurs : vous seriez surprise de constater comme il est facile en quelques mots seulement de pousser quelqu'un à aller au-delà de ce qu'il est tenu de faire, et donc, sans l'avoir modelé, pouvoir pourtant lui faire suivre le chemin qu'on lui a préalablement désigné – ne songez à cette remarque que dans son efficacité amorale. C'est une des raisons qui poussent à soigner l'éducation à la racine, ce justement par la morale.

– Laquelle ? » se permet cette voix féminine plus familière située à ma droite, chargée d'un accent très symptomatique d'une origine thare. Je note qu'une sorte de défi se dissimule derrière le ton faussement innocent en usage ici. C'est amusant de constater comme, malgré son invitation, celle-ci sait se prendre au jeu ; peut-être suppose-t-elle pouvoir se passer un jour d'une campagne aussi fournie que celles qu'il m'a déjà été donné de subventionner dans le cadre d'élections législatives.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 4 Sep - 5:43

Jet secret.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 4 Sep - 5:43

Le membre 'Lily Krov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Espionnage' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 5 Sep - 18:48

- C'est un exemple, très précis mais bien imagé. Dans les faits, ces ailes sont généralement elles-même surveillées, tout comme le sont les prisons et, de la même manière: les écoles. Le risque zéro n'existe pas, que vous vous trouviez n'importe ou, n'importe quand et ce, sous n'importe quel régime. Il est impossible d'affirmer avec exactitude que nous ne rencontrerons pas de soucis avec la mise en place de ce projet. Mais voyez cela comme étant un mal pour un bien: nous apprenons tous de nos erreurs, c'est en y étant confronté et en devant y faire face que nous parviendrons seulement à forger quelque chose de parfaitement solide et concrêt. Tout le monde peu, un jour ou l'autre mal tourner. La vie et semée d'embuches et d'obstacles divers et variés, plus ou moins complexe mais ce ne sera qu'en tentant de les démenteler que nous pourrons évoluer et nous perfectionner sans cesse et toujours plus. Nous en revenons à cette question de confiance, monsieur Devaraja. A tenir constamment la bride trop serrée celle-ci finira inévitablement par se fragiliser et céder. On ne peut indéfiniment forcer tout être à suivre le chemin que nous voulons. Tôt ou tard la curiosité va l'emporter et cela, plus ou moins violemment. La confiance ne s'exige et ne s'achète pas. Il s'agit d'un don indispensable à l'harmonie de toute société. La pierre angulaire du progrès par le libre arbitre. Je n'avais même pas remarqué à quel point j'accompagnai mes paroles de gestuelles. Je m'arrêtai quelques secondes, réfléchissant quant à un détail me taraudant concernant la vision de notre hôte. Il ne faut pas sous-estimer les capacités physiques comme mentales de ceux nous entourant ou nous faisant face. L'orgueil ne mène qu'à une chute douloureuse et apporte des conséquences souvent funestes. Jouons trop avec le feu et nous finirons par nous brûler à un moment ou à un autre.

Pendant que nous étions tous en train de débattre et de discuter de choses et d'autres, mon regard me fit faire un constat qui était sans appel. Notre arrivée n'avait pas été de tout repos. J'avais fait preuve d'un manque total de professionnalisme mais, mieux valait voir cela tard que jamais. Un rapide coup d'oeil à sa gestuel pendant qu'il répondait. Mon sourire s'effaça juste le temps qui m'avait été nécesaire pour observer son regard. Je laissai madame Falur finir de poser sa question, tout en reprenant mon air festif.

- Pardonnez-moi d'interrompre juste un instant notre discussion. Les évènements de la veille et la visite guidée de cette après-midi ont eu raison de ces deux pieds. Fis-je en esquissant des petits sauts pour indiquer mes jambes. Nous pourrions poursuivre installés plus tranquillement, qu'en dites-vous ? Demandai-je avec un sourire légrement embarrassé, éspèrant que ce qui fonctionnait en général avec Erwin pour le mener à s'asseoir aurait les même effets sur notre hôte et son fils.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Esclavagiste
avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 03/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 6 Sep - 9:55

Tout devenait clair en fait.

"Ah pardon. J'avais pas saisi. Je saurai la prochaine fois."

C'était évident, tout était lié.

"On joue le gros dur mais on supporte même pas l'eau chaude. M'étonne que l'alcool s'est pas pour vous."

Je réussissais à diminuer un peu le son de ma voix, mais pas l'amusement qui perçait dans le ton.

"Poussée de chaleur, la tête qui tourne et grosse fatigue ?"

C'est la vie ! Ou son terme.

"Faut pas chercher plus loin, ma grande. T'as la ménopause."

L'autre garce en face faisait genre mais son numéro trompait personne. Quand à savoir ce qu'elle pensait... j'avais mes suppositions et elles étaient délectables. Et l'abruti allait pas y couper:

"Pitoyable. Mais d'un triste ! Oh... Il va se mettre à chialer ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le prix de toute chose - La Nuit Rouge
Revenir en haut 
Page 12 sur 13Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Féia :: Irracya :: L'archipel de Tharen :: Cestra-
Sauter vers: