Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le prix de toute chose - La Nuit Rouge

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 20 Avr - 17:47

Face à l'approche si surprenante du grand gaillard, le coursier pâlit légèrement, oubliant de rabaisser les mains après avoir lâché celle de la jeune femme à la chevelure de feu. Vint ensuite l'aggression du vieille homme, qui aurai pu être moins effrayante que celle du mercenaire, si t'en est qu'il n'ai pas usé de cette capacité particulièrement maîtrisée de sa part, d'assombrir ainsi son regard. Tentant de ne pas laisser paraitre devant l'assemblée réunie son petit moment de faiblesse, il essaya de reprendre sa posture professionnelle, le dos droit mais... les mains toujours en arrêt dans un geste ne voulant, apparement, pas terminer son action.
"Je connais parfaitement mon devoir, Docteur. J'ai au moins la chance de pouvoir pratiquer mon métier en ce moment même pour ma part." Un papier glisser délicatement entre ses doigts finit par lui arracher un petit hoquet de stupeur, coincé jusqu'alors au fond de sa gorge. "F... fort bien. Merci, monsieur Devaraja. Nous n'allons pas vous embêter outre mesure. Les formalités faites, nous pouvons reprendre notre route en sens inverse. Cependant, vous ne voyez pas d'inconvénients à ce que chacun soit sous tutelle d'un garde ? Ils ne seront pas encombrant et sauront se montrer discrets. Les festivités ne doivent pas devenir un poids, nous leur avons signifier que vos coutumes devaient être les leurs le temps de leur présence à Cestra. Bien... bien..." Il se tourna vers l'elfe, l'invitant à sortir et à les suivre. "L'empire vous doit une fière chandelle, monsieur, nous saurons vous remercier en conséquence." Il fit une révérence à l'assemblée. "Messieurs, Mademoiselle Elizabeth, nous vous tiendrons informés régulièrement et vous souhaitons de passer, autant que cela sera possible au vue des circonstances actuelles, un agréable séjour." Sortant en premier, 3 des 6 gardes l'ayant accompagné le suivirent, les autres étant chargés de la surveillance des Krov et du mercenaire qui, lui, n'aurait probablement pas besoin de protection d'après l'assurance dont il avait fait exemple quelques instants plus tôt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 21 Avr - 7:20

La réaction de stupeur de la petite lopette fesait plaisir à voir. Je m'attendais à un sursaut de surprise mais le hoquet que parvint à lui arracher Devaraja et Krov était une juste punition quant à la conduite plus que déplacée dont il avait fait preuve à l'égard de la petite. Quelle idée d'agripper comme ça une dame. En temps normal, je lui en aurait collé une si fort dans la tronche qu'on aurait été forcé de me couper la main tellement elle se serait retrouvée enfoncée dans sa sale face. J'étais légèrement sur les nerfs. Ils commençaient déjà à faire demi-tour, les formalités n'avaient pas durées bien longtemps. Dans les faits, tout le monde ici présents savait pertinemment qu'ils étaient venus plus pour nous placer sous surveillance le temps de nettoyer toute leur merde plutôt que pour nous informer de la mort de l'empereur. Daïa salua tout le monde, enlaça Lily avant de soulever un sourcil à la remarque de Jinendra.

- Franchement, juste, s'il vous plait, n'en faite pas plus. C'est déjà bien assez comme ça. Elle s'apprêta à se retourner avant qu'une illumination ne la fasse s'arrêter. Le voyage me laissera d'ailleurs le temps de cogiter sur comment quelque chose d'innexistant ou d'asséché peut être bléssé.

- Daïa, mon petit, ne les faites pas attendre je vous prie.

Quel rabats joie celui-là. Personnellement, ayant réussi à comprendre du premier coup, je rigolai comme un con. Enfin, juste à temps pour capter le regard de Lily. Oh oui, merde, j'avais oublié. Rattrapant l'elfette brune par l'épaule, suivi de près par la petite, nous l'arrêtions dans son avancée.

- Euh... derrière les tonneaux qui bordent le quai...

- A proximité d'un entrepot, si mes souvenirs sont bons...

- Ma veste... je l'ai zappé hier en rentrant, d'un pouce, j'indiquai Lily, elle, son serre-taille mais ça encore, c'est pas important.

- Et ? Je veux dire, pour ta veste ?

- Tout le fric était encore dedans.

- Oh le con !

Pas le temps d'en ajouter qu'elle parti à toutes jambes, je la pensais d'ailleurs pas capable de courir aussi vite. En attendant, nous échangeâmes un regard mi-lassé, mi-amusé avec ma petite protégée qui allait probablement le devenir plus que jamais. Nous redirigeant vers l'antre de notre hôte (oui je sais, j'éxagère mais faut donner un minimum de corps à mes propos), j'observai les trois gardes, avant que l'un d'eux ne s'arrête à ma hauteur, je le stoppai d'un geste.

- Dans tes rêves, tu t'occuperas de surveiller la demoiselle avec ton pote, on ne sera pas trop de trois je pense. Un regard à destination de Devaraja, l'air blasé. Sans vouloir vous vexer, hein, réflexe de vieux mercenaire.

- Nous allons devoir nous entretenir quelques instants avec ma fille. Fit-Kov, rajustant ses manches, il avait ce réflexe chaque fois qu'il s'apprêtait à bosser. Il s'agira donc de parler du cas de l'empereur. Un regard me fit comprendre mon rôle. Veuillez nous excuser, Devaraja, nous tâcherons de faire au plus vite. Ils remontèrent, suivis des trois gardes composant désormais notre suite. Quant à moi, je restai avec notre hôte.

- Ils ont pas voulu m'écouter. Je me passai une main dans la barbe. Je leur avais bien dit que c'était pas une bonne idée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 21 Avr - 11:38

Je souris, amusé par les remarques froides et les piques maladroites de l'elfe ; je lui tapote l'épaule avant qu'elle ne se détourne de moi pour acquiescer à Krov.
    « Une autre devinette à laquelle Lily attend sa réponse, je suppose ; j'espère que cela suffira à occuper votre trajet. »
Une grande agitation s'en suivi quand Krieger empêche sa collègue d'aller plus loin ; mais elle a tôt fait de rattraper le retard accumulé si j'en juge du pas de course dans lequel elle se lance, éperdue. Une idée me vient, alors même que je viens à peine de confier mon regret de ne pouvoir aider davantage la Krova si aimablement accueillie sous mon toit. Le mouvement reprend ; je décroche ma radio personnelle de ma ceinture (non celle qui me sert habituellement à communiquer avec Abbadir, mais bien ma radio personnelle, quand bien même j'en laisse toujours une à disposition au logis et dont l'adresse de la fréquence se trouve gravée sur le boîtier) et l'attache au collier du dragonneau. Je lui flatte ensuite les flancs et lui dis avec un sourire :
    « Va donc offrir tes salutations à la domestique de Krov ; elle reste une invitée, quand bien même elle n'a pas semblé nous apprécier. Allez, file ! Et n'oublie pas de lui rendre la politesse. »
Une fois le séjour déserté à l'exception d'Erwin et moi-même (celui-ci ne se retint pas d'exprimer ni sa gêne ni ses angoisses), je m'en vais lui montrer qu'il est tout pardonner (ou au moins un peu) et l'entraîne à ma suite dans ce qui me sers tout autant de bureau que d'atelier ; là, sans même faire attention à l'armure qui repose dans un coin de la pièce, son heaume vide qui repose mollement contre son plastron brisé, je m'arrête devant l'émetteur récepteur. L'allume. Cherche la fréquence qui m'intéresse.
    « Daïa ? Daïa ? Est-ce que vous me recevez ? »
Je fais à nouveau signe au messager que Krov a laissé avec moi pour que l'elfe ne se rebiffe pas d'entrée de jeu en entendant une voix qui ne lui serait pas plus amie que ça. Pour jouer d'euphémismes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 21 Avr - 13:47

C'était devenu incroyablement calme lorsque tout le monde fut affilié à une tâche. La mienne ? Celle de nounou. Apparement. Dans les faits, je devais veiller au grain le temps qui redescendent. Je fixais encore l'endroit ou mon oeil avait apperçu pour la dernière fois les Krov avant d'être réveillé de mes pensées profondes par le gamin qui vola à toute allure par la fenêtre. Cela me permit de remarquer que le gugusse me fesait signe de le suivre. J'allais pas me faire prier, autant m'occuper. Je suivais Devaraja dans une autre pièce. Pas curieux du tout, je me mis à tripatouiller différents objets trainant ça et là pendant qu'il semblait affairé à régler une sorte de radio. Vu les grésillements qui s'échappaient de la machine, ça ne pouvait être que ça d'ailleurs. Merde... repose ça délicatement et mes un autres bidules devant, avec un peu de chance, personne verra le petit bout qui manque. Lorsqu'il se retourna pour me faire signe d'approcher, je me redressai d'un coup, les bras dans le dos et souriant innocement.

- Daïa ?

- Oh non mais c'est pas vrai. Je me coltine un abonnement en plus? Eh le dragon on t'a jamais dit de pas ramasser la merde qui trai... Ils nous entendent c'est ça ? Erwin ?

- Hmm ?

- Collabo. Ah, le gamin revient vers vous. Non mais attendez, vous étiez sérieux quand vous parliez de venir en aide ? Faudrait penser à réviser votre ton, ça prête à confusion. Même à votre âge faut encore apprendre ce genre de détail ? Oooh... j'ai trouvé ta veste Erv.

- Arrête de causer. T'arrive à aligner trois phrases en même temps c'est incroyable, j'ai déjà mal au crâne. Ma veste ?!

- Oui. Mais c'est dommage pour toi, y'a plus rien dedans à par ma part.

- On peut chanter dans votre machin ?

- N'essaye même pas. Pratique cet engin, le boss devrait investir davantage. Hey, on peut même insulter à distance. Ca au centre de la taverne et tout le monde s'en donne à coeur joie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 21 Avr - 14:28

Krieger ouvre des yeux ronds, plus étonné (comme doit sans doute l'être sa comparse à l'autre bout de Cestra) par la générosité dont je fais présentement montre plutôt que par les mystères qui entourent la Fée Électricité et ses usages. Ils s'en donnent en tout cas à cœur joie, plus encore qu'ils ne le faisaient avant quand un semblant de protocole se personnifiait en Krov. À l'ultime question du mercenaire, je ne puis m'empêcher d'avoir un geste d'invite : qu'il chante ! Ce même si j'ai le pressentiment presque oppressant que je vais vite regretter amèrement cette autorisation ainsi offerte. Une petite étincelle de curiosité s'avive en moi et s'interroge : est-ce que parmi les sons paillards qui s'échapperaient de cette gorge simiesque quelque hasard y ferait s'aligner un semblant de magie ? Je n'ai toutefois pas le cœur à l'expérience, et me contente déjà bien d'être le spectateur de ce dialogue tout à fait cocasse. Public acteur, j'entre ensuite en scène :
    « Je souhaitais laisser à votre entière disposition cette installation ; bien sûr il s'agit d'un prêt de matériel et je m'attends de vous à ce que vous me rendiez sa sœur à la fin de votre séjour. Il s'agit d'une ligne privée, au contraire de ce dont vous disposez au sein de Dalentour : il va de soit que Monsieur Krieger a déjà dû manipuler ou voir manipulées semblables inventions. »
Je me tiens sur le côté de l'émetteur-récepteur, à l'endroit exact où :
    « Je compte laisser Abdervus de garde. Je me doute que certaines des informations que vous tenez à vous échanger sont loin de me concerner ; aussi tapez trois-fois pour vous signaler. Il viendra me signaler l'appel et, si savez être patiente, l'un des vôtres viendra au nouvelles. »
Il est évident qu'il aurait été suspect si l'esclave venait directement informer mes hôtes de l'appel en entrance ; et je me garantis au moins une présence à proximité du combiné qui me maintiendra renseigné. Je souris à l'adresse de Krieger, l'air navré :
    « Il va malheureusement falloir que l'on arrête là ces si charmantes retrouvailles après tant de temps éloignés les uns des autres, mais il serait sans doute plus sage de ne pas être trouvés ici quand ces messieurs les gardes en auront fini à l'étage, à essayer d'écouter aux portes. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Alexander Krov
Mirage
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 07/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 21 Avr - 16:04

- Vous pouvez attendre ici. Je nous pense tout de même en sécurité dans nos chambres, messieurs. Il referma derrière lui. Revérifiant ses boutons de manchette il se retourna, affichant de nouveau son air satisfait. Lily, elle semblait presque soucieuse derrière son eternelle sourire. Tu as du te remémorer le dossier de Luthien Liedor. Mirage se rapprochait de la jeune femme. J'ai fait de même, comme chaque jour, d'ailleurs. Il lui fit face, posant ses deux mains sur les épaules de la rouqine. Au bout d'un certain temps, un métier ne devient plus une tâche à accomplir mais fait parti intégrante du quotidien.

- Il ne souffrait de rien.

- Tu te trompes Elizabeth. La coupa-t-il d'un ton amusé. Mais tu es encore un peu jeune et trop innocente pour le voir. Cependant, tu as compris mais refuse tout simplement de t'en faire une raison. Un silence suivit ses paroles. Si feu l'empereur souffrait bien d'une chose dont je ne pouvais malheureusement pas le soigner c'était son importance politique. Souffla-t-il. Sa place, son rang. Autant de chose faisant saliver les plus envieux. Ces derniers composants en grande partie son entourage le plus restreint. Il relâcha l'étreinte de ses mains, reculant de quelques pas avant de tourner le dos à la jeune femme. Je peux sans nul doute te citer une succession de noms se comptant sur les doigt d'une seule main et jurer que le ou les coupables y figurent.

- Etes-vous en danger ?

- Non. Non, certainement pas. Faisant volte face dans un vaste mouvement de cape, il retourna auprès de la rouquine. Ils souhaitent me tenir à distance, croyant effacer toutes traces de leurs exactions. Mais ils savent très bien que tout est toujours prévu: de leur côté... comme du nôtre. Moi qui croyais entrer dans une période calme, me voilà plus que satisfait. Les choses sérieuses et un peu de renouveau dans nos habitudes vont apporter un peu d'action dans notre quotidien. Principalement le tien. Soulevant le visage de la jeune femme, il la fixai sans cesser de sourire. Si l'empereur a bien fait un choix intelligent dans sa vie, ce fut de me forcer la main pour ce voyage. Et je me réjouis que tu sois présente: tu vas en apprendre plus de choses que je le croyais. Il s'éloigna de nouveau, s'approchant de l'entrée. Bien que je n'imaginais pas devoir te mettre en situation à ton âge. Cependant, il ouvit la porte pour l'inviter à sortir, le plus tôt sera le mieux.

Ils retournèrent auprès du mercenaire et de leur hôte, toujours suivis de près par les trois gardes qui n'allaient décidément pas les lâcher une seule seconde.

- J'espère que nous ne vous avons pas fait trop attendre, mon ami. Une mise au point des évènements était indispensable. Cela est bien nouveau pour Elizabeth et je mets un point d'honneur à ce qu'elle sache comment réagir en de telles circonstances.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 22 Avr - 12:51

Je raccroche le combiné à la place qui lui est due, et, ma main dans son dos, entraîne le mercenaire jusque dans le séjour que nous venions de quitter, et où je glisse quelques directives à ce si cher Abdervus, celles attendues par Krieger, mais auxquelles j'ajoute quelques signes silencieux ; ceux par lesquels mon serviteur s'exprime habituellement et qui, pour une fois et par chance, sont assez discrets pour ne pas paraître déplacés dans ma manière de parler avec les mains … la mort si prématurée du haut représentant dalentien recèle peut-être quelques trésors de diversions possibles pour me débarrasser du jeune vampire au cours de la soirée … “Faux message ce soir”. L'esclave regarde l'employé, acquiesce et suis le chemin dont nous revenons. Je m'assieds après avoir servi chacun de ceux qui s'en revient des chambres dans les tasses qui me sont amenées, et à voix basse, assure ce faisant :
    « Tout est réglé à ce sujet ; je vous laisse en parler à Krov ainsi qu'à Lily. Je suppose que de vous trois, vous êtes celui qui se trouve le plus libre de ses mouvements, mais je vous laisse en décider. »
Puis, à Krov :
    « Ne vous alarmez pas pour si peu : nous avons toujours à nous dire, votre messager et moi-même, et je sais comme elle n'a pas votre habitude face à ce genre d'événement. »
J'observe les gardes qui les accompagnent, chacun d'âge et de stature différente, sans parler même du maintien :
    « Vous ont-ils informé des directives précises qu'ils ont reçues ou ces messieurs ne feront qu'assurer votre pleine sécurité ? Installez-vous et buvez un peu : le climat doit être plus insupportable encore quand on se retrouve harnaché comme vous l'êtes. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 22 Avr - 15:52

Leur rôle affilié, les trois gardes s'organisèrent. Le plus agé se chargea de suivre Krov, étant le plus patient et davantage enclin à entamer quelques discussions avec ce dernier, le plus jeune, ayant à peu près 23-25 ans, fut nommé à la garde d'Elizabeth. Quand au trentenaire, légèrement grincheux après son recadrage par la capitaine lors du trajet l'était encore plus depuis l'intervention du mercenaire dont on l'avait chargé de la protection. Cependant, bien que la petite était plus sympathique à surveiller, la présence de son collègue encore bien trop jeune et sérieux coupait court à toute approche (qui aurait pu donner une véritable raison à ce voyage stupide). Ils suivirent les Krov jusque dans leurs quartiers avant de redescendre quelques instants plus tard. Enfin tous réunis dans la même pièce, les débats pouvaient reprendre de plus bel entre l'hôte et les dalentiens. Dans les faits, chargés de la protection des trois invités forcés, les gardes n'étaient pas censés y prendre part. Or, et comme à son habitude, Garim ne se fit pas prier pour prendre ses aises lorsque Devaraja leur proposa si aimablement de s'installer.

"Merci de votre prévenence, monsieur Devaraja mais nous sommes ici dans le cadre de notre travail." Attrapant son coéquipier par le col pour le relever, Juldas, l'ainé des trois gardes et dont la stature laissait facilement entrevoir ses années de pratiques, le ramena auprès de lui et de la jeune recrue. "Nous ne pouvons malheureusement pas vous en dire davantage, mis à part si le Docteur le souhaite. Vous êtes déjà suffisamment averti par le courrier que le messager vous a remis en main propre. Pardonnez la conduite de mon camarade, il ne sait pas ou est sa place. Pour ce qui est de notre équipements, nous avons reçu une formation devant, normalement nous habituer à supporter leur poids en toutes circonstances."

"Dans les faits, nous sommes officiellement chargés de la surveillances et de la protection du Docteur Krov et de sa fille, principalement." Ajouta Garim qui se remit au garde-à-vous à côté du cadet, ce dernier, impassible et imperturbable quant à sa tâche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 22 Avr - 17:36

- Eh beh. Ca va devenir notre lieu de rassemblement ici.

Effectivement, on s'était tous réinstallés autour de la table que nous venions de quitter lors de la venue du messager. Sauf qu'il y avait une elfe de mauvaise humeur en moins et trois couillons en plus. Sauf un, avec qui j'avais travaillé d'ailleurs, sauf qu'il était vraiment plus jeune à l'époque. Cette fois, je me plaçai à la droite de Lily, Krov à sa gauche, les gugusses armés restant debout derrière nous. L'ainé des trois gardes recadra son cadet avant de faire un rappel bref sur les raisons de leur présence à Cestra. Parfait, il connaissait bien son job. Ne rien dire davantage, répondre quand on nous le demande et rester droit. Fut une époque ou j'étais à leur place. Maintenant, on m'affiliait une nounou, rien de plus dégradant, d'ou mon refus. Pendant son petit discours, je profitai d'être en tailleur pour poser un coude sur mon genous, et tenant ma tête d'une main. Prenant mon air blasé habituel, je fis moi aussi mon devoir, me tapotant la joue comme si de rien n'était.

On fait des cachoteries:
 

- Biensûr, Alexander répondit au garde tout en réajustant ses manches: message reçu. Cependant je ne pense pas avoir besoin de plus de détails. Le trajet a dû vous être pénible, tâchons de poursuivre cette journée comme si de rien n'était. Nous aurons tôt fait de rentrer et de nous occuper des évènements qui vont animer la Capitale ces prochains jours. Une occasion rarissime dans les faits, les jeunes gens vont avoir la possibilité d'assister à un moment historique.

- C'est ma première fois aussi. Un silence suivit mes paroles. La mort de l'empereur, hein.

- Surtout que l'empereur Liedor va être canonisé, mon regard à la petite lui arracha un sourire compatissant, une sorte... d'immortalisation si tu veux. Une cérémonie qui suivra son enterrement va lui octroyer une place parmis les divinités. Il y a un lien très étroit avec les guildes animant l'Empire. Il y a un aspect particulièrement spirituel au sein de la politique dalentienne. L'idée que des Saints patrons seraient les garants et les protecteurs des jurandes auquels ils sont affiliés. Si tous les savants expliquaient aussi calmement que la petiote, je serais peut-être moins con aujourd'hui. Effectivement, les prochains jours vont être chargés en émotion. Semblant se rappeler de quelque chose, elle continua d'un ton amusé. Croyez-vous que Léonidas va réussir à préparer sa maitrise ? Les couturiers vont faire entendre parler d'eux, surtout lors de l'élection. Abbadir choisit cet instant précis pour revenir, décidant, cette fois, de s'intaller entre Lily et moi, reprenant sa forme de gosse.

- Je suppose qu'ils vont devoir décaller certaines cérémonies. Si cela lui permet, une fois de plus, de se démarquer de ses pairs, il en tirera un véritable mérite.

Ca veut dire ?:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 23 Avr - 16:50

Les trois profils qui se mettent ainsi en scène devant moi m'arrachent un sourire de sympathie ; trois âges, trois milieux, trois caractères bien propres à chacun. Le plus jeune a cette tenue et cette superbe si familières à la jeunesse qui veut faire ses preuves : je suppose qu'il nous vient soit tout d'une famille dont il cherche à se débarrasser de l'ombre maudite, celle d'un manchot peut-être, soit qu'il se bat pour recueillir les quelques louanges d'un père dont les honneurs ont brillé si fort qu'il se sentira toujours dans l'ombre qu'ils projettent. Le plus âgé ne fait pas la plus petite entorse à l'étiquette : il a l'air las des vieux soldats qui sentent approcher la retraite et qui savent qu'il vaut mieux se tenir à carreau pour laisser un bon souvenir de soi ; je tâche toutefois de le rassurer alors qu'il pose une main ferme au col d'un troisième larron et lui barre ainsi l'accès aux bien pauvres largesses dont je leur ai fait l'offrande :
    « Il ne s'agit que d'une infusion ; je puis tout à fait comprendre que l'alcool ne vous est pas permis en service, mais il vous faudra bien boire … préférez-vous un contenant plus pratique, si la confiance que vous placez en les miens ne s'avère pas suffisante pour que vous vous accordiez le temps d'un thé ? »
Le troisième ne partage pas la même lassitude que son aîné : j'y lis quelque chose comme … de la colère ? De la frustration, peut-être ? Il est l'exemple de ceux qui ont roulé leur bosse, pas suffisamment pour se soucier de leur retraite, mais bien assez pour avoir trouvé ses repères et cultivé ses petites habitudes. Il s'assombrit peut-être d'avoir été ramené à l'ordre devant une recrue plus neuve qu'il ne l'est ; cet épisode lui suffit en tout cas pour se reprendre et adopter le ton et les manières qui sont attendus de lui.
    « Serais-je trop insistant si je vous disais apprécier pouvoir m'adresser par leur nom même à ceux qu'une dépêche lie au service de mes invités ? »
Un silence suit les paroles de mon cieux pair immortel, silence que Krieger parut prendre pour lui ; l'accueil (froid ici, amusé pour moi) bien peu causant que nous faisons tous à cette façon qu'il a presque de se réjouir de l'événement si tôt après son annonce a l'effet contraire à celui qu'il escomptait peut-être. Au moins, fidèle à lui-même, le vieux mercenaire empêche le froid de s'installer trop longtemps sur l'assemblée pour qu'il soit avisé de ma part de tenter de le briser. La conversation reprend, comme si rien ne s'était produit.
    « Léonidas ? » demandé-je distraitement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 23 Avr - 19:53

"Ne le prenez pour vous, Monsieur Devaraja. Cependant, je forme ici une nouvelle recrue. Je me dois de lui inculquer les bases de notre métier. Plus elles seront solides, plus il pourra correctement faire son devoir." Redressant la ceinture de cuir tenant ses armes, en l'occurrence, une épée longue ainsi qu'un revolver d'officier, tout comme les deux autres hommes composant son équipe, un sourire naquit peu à peu sur la figure du garde. "N'est-ce pas Krieger ? Ne sont-ce pas d'ailleurs les termes exact que tu as utilisé il y a de cela... ouf... bien 30 ans facile." Il profita d'attirer l'attention du mercenaire, dont il espérait que les souvenirs ne s'étaient pas dissipés malgré les années qui séparaient leur dernière escapade en groupe, pour lui taper fermement l'épaule en guise de salutation. "Formé par les meilleurs on ne peut que faire perdurer la tradition. Presque une affaire familiale. Mais si je puis me permettre, et n'hésite pas à me le signifier si je me trompe, mais le tout premier conseil que tu nous as apporté n'etait-il pas "Ne prenez jamais les plaisants ni en amitié, ni en confiance" ?" Se tournant vers le cadet et le trentenaire. "A méditer, plus pour l'un que pour l'autre."

Suivirent les paroles de la jeune rouquine, qui semblait essayer de détendre l'atmosphère pesante du aux événements. Cependant que la remarque du mercenaire ne fut pas sans laisser échapper quelques ricanements de la part des trois hommes alignés.

"Léonidas... le gamin du Ghiaccio, non ?" Garim semblait au fait, comme probablement la majorité des personnes résidants à Dühr et ayant déjà eu à acheter des livrés sur-mesure.

"Adresse par excellence. Cela n'est pas officialisé, surtout qu'il devrait obligatoirement recevoir sa maîtrise avant la cérémonie mais, parait-il qu' il ferait parti des favoris concernant la fabrication de la tenue qu'arborerai le nouvel empereur lors de son couronnement." Juldas glissa un clin d'oeil complice à la jeune Krov. Certaines informations ne devaient pas filtrer, néanmoins, quel risque encourait-il a parler du petit couturier ? "Je laisse le choix à mes coéquipiers pour ce qui est de leur patronyme, pour ma part, et pour plus de simplicité, je suis le Caporal-chef Juldas Kriman. "

"Soldat Garim Kelfinger."

"Soldat Kashi Kurimoto."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 24 Avr - 14:27

- J'ai pas l'temps t'arrêter tellement dégaine ta langue plus vite que ton ombre, gamin. Fallais que je rattrape sa connerie à celui-la, mais par tous les dieux que j'étais fier d'avoir réussi à introduire un peu de bon sens dans le crâne de petit crétin comme lui. Comme quoi, malgré leurs airs d'adolescents blasés dépressifs, les gosses que j'avais formé m'écoutaient à l'époque. Tu te trompes, c'était le seconde conseil ça. Le premier était "Si vous êtes pas foutu de finir votre pinte, au lieu de la jeter comme des andouilles ou de laisser le fond s'évanter: appelez moi.". Je me retournai pour lever ma face de mercenaire dans sa direction et poursuivre, souriant à mon vieux pote. D'ailleurs ça tient toujours, hein. J'indiquai les deux guignols de l'index. C'est ça que vous devez méditer, avant tout autre chose, les gars.

- Je n'ai pas souvenir d'un tel conseil, ajouta Lily, dont je voyais bien le petit regard amusé.

- J'ai pas eu le temps avec toi, tu finirais tous les fonds de cuve de la Bigote défroquée que t'arriverais toujours à rester fraîche et pimpante !

- Krieger. Le vieux tenta de me recadrer. Glissant un dernier regard à la petiote, je lus facilement sur ses lèvres: "Ja-loux". Oui ! Oui j'étais jaloux. Le défis était lancé, mais seuls nous deux en étions parfaitement conscients. Ca c'était ma gamine.

- J'y peux rien si je l'ai trop bien élevé. Grommelai-je en me retournant, reposant ma tête dans ma main. La discussion concernant Léo et ses talents hors pairs se poursuivit. Je me demandais d'ailleurs comment se portaient tout le petit monde à Dühr.

- A à peine 13 ans, Léonidas fait énormément parler de lui à la Capitale. Il devait normalement recevoir sa maitrise sous peu. Incroyable d'avoir déjà un avenir tout tracé à son âge. Une famille remarquable. Lorsque Lily se pencha légèrement pour attraper la tasse qui était devant elle, je pu, avec une délectation certaine, remarquer l'imperceptible mouvement de sourcil de Krov quant à la mention des Ghiaccio. Il se charge de la confection de beaucoup d'uniformes. En outre, il a insisté fortement pour refaire les découpes et coutures des vêtements que vous aviez envoyé. Je le soupsonne d'avoir choisi cette excuse afin d'avoir l'occasion de manipuler des tissus dont il n'a que rarement l'opportunité d'utiliser. Termina-t-elle, derrière ses pensées et son air faussement amusé, je voyais bien qu'elle aussi s'inquiétait pour nos amis, bien trop éloignés de nous en ces circonstances. Elle reposa la tasse devant elle, semblant se rappeler de quelque chose. Je n'ai même pas pris la peine de vous remercier, par ailleurs. Pardonnez mon impolitesse. Elle était trop rigolote quand elle s'auto-grondait avec ses petits sourcils froncés. Je revoyais en elle l'enfant qu'on m'avait confié 8 ans plus tôt.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 24 Avr - 18:02

Péronnelle ! C'est bien la pensée que j'ai de lui, de ce Juldas Kriman ; en voici un qui ne sais ni mâcher ses mots ni tourner sa langue dans sa bouche. Pour un homme du métier qui vient à l'instant de prôner l'honnêteté et de dénigrer la confiance mal placée, il me paraît courir peut-être un peu trop après les éloges de son vieux professeur. Je me pose, menton contre mes phalanges, pour porter une attention plus pointue à ce qui s'échange entre les différents hommes pour savoir s'il n'adresserait pas ses mots et ses leçons à plus que les deux hommes attendus ; son mentor, après tout, se réjouit bien d'un verre où se trouverait versé rien de moins corsé qu'une bière, qu'il siroterait encore comme du petit lait … ce sur quoi notre bon coureur de margotons ne se gêne pas pour surenchérir. Tout à ces dissections et ces observations peut-être trop intrusives au goût de certains, c'est à peine si j'entends parler de ce Léonidas Ghiaccio que tous paraissent pourtant connaître, et ce ne serait-ce que de nom. Les regards complices que s'échangent le mercenaire et sa protégée ponctuent régulièrement la conversations.
    « Vous êtes toute pardonnée, Mademoiselle Krov ; il est fort aimable de votre part d'avoir préféré ces tissus plutôt que d'avoir choisi de vous mettre aux couleurs de votre père … au moins pour ce trajet-ci, » excusé-je distraitement, mes mains autour des parois d'une tasse dont je n'ai pas encore touché le contenu depuis que leurs gardes attachés de frais ont refusé l'offre que je leur faisais ; « si vous souhaitez vous procurer quelques rechanges pour pallier aux éventuels incidents comme ceux auxquels nous avons dû faire face hier, n'hésitez pas à me le signaler : votre séjour est bien assez long pour que vous vous le permettiez. »
Je suspends mon regard un instant sur l'assemblée.
    « Et si ces messieurs souhaitent eux se faire une idée des quartiers où ils pourront se procurer d'éventuelles munitions, ou s'ils aimeraient se faire une idée de ce que contient l'armurerie du plaisant qu'ils ont devant eux, je puis leur en indiquer la voie. Ainsi, s'ils ont à craindre de moi, ils sauront quelles sont mes méthodes. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 25 Avr - 16:27

"Retourner à la Bigote serait une occasion à ne pas manquer lorsque nous ferons tous notre retour à Dühr. Par ailleurs n'hésite pas à passer, un de ces jours, pour montrer aux jeunes recrues tes talents au combat. Une vraie danseuse." Juldas lança un regard passant simultanément d'Erwin à la petite rouquine. "Je ne serais même pas étonné que mademoiselle Krov n'est pas eu droit à la même formation que nous autres. Venant de toi, homme ou femme, aucune excuse n'était valable pour ne pas participer aux entrainements. Tous au même niveau." Il frappa un grand coup dans le dos du plus jeune des gardes. "Bien que l'âge devienne source d'inégalités dans les capacités physiques. Mais la retraite s'approche à grand pas." Une forte nostalgie s'échappait des paroles du garde, une carrière qui arrivait à sa fin et pourtant, la vie qui continuait son ascension, sans ne prêter ne serait-ce qu'un petit regard vers l'arrière. Il soupira. La question de l'hôte de Cestra ne fut pas sans éveiller l'attention des trois gardes. Le gradé fut le premier à prendre la parole, seul véritablement habilité à le faire lors des missions. "Concernant l'armement et les munitions nous sommes parés comme il se doit, néanmoins, je suppose que ça ne nous ferait pas de mal de jeter un coup d'oeil, effectivement."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 25 Avr - 17:07

- Nous ne voudrions pas abuser de votre hospitalité, Devaraja. Il va de soit que nous avons prévu un nombre de rechanges que souhaite être suffisant pour le temps qu'il nous reste à passer à Cestra.

Concervant son expression faussement sympathique, Krov leva une main en signe de négation quant à la proposition de Jinendra. Moi ? A part les fringues que je portais hier et qui étaient trempés, ceux d'aujourd'hui et ma livrée de mercenaire trainant quelque par sur le bâteau... j'avais rien d'autre. Je glissai un regard amusé vers Devaraja. Oui... mais non. La dégaine que j'aurais pas la dedans. Du blanc quoi. Sérieusement, à part aux mariées et aux psychopathes: le blanc n'allait à personne.

- C'est rare de voir Lily avec autre chose. J'attrapai l'un des pants de sa cape. Du noir, sur du noir, avec un peu de noir et... oh ! Du gris foncé. Ses yeux tournés dans ma direction, un sourcil relevé, je su que lorsque Krov viendrai à passer le flambeau: le chômage m'attendrait. Je regrette rien.

- Tu crois. Chuchota-t-elle en souriant.

Par contre, je savais pas se qu'ils mijotaient avec Mirage mais l'air amusé du vieux n'était pas pour me rassurer. Quelque chose m'étais réservé, mais quoi ? Devais-je me préparer à fuir par la nage ? Fallait que je vois si Jinendra avait pas une combinaison de plongée en réserve. Ca devenait gênant... imaginer ne serait-ce qu'une seconde certaines personnes en tenue imperméable moulante... Fichtre. Ne jamais glisser cette idée à Dante. Il gâcherai encore l'un de mes anniversaires avec ses conneries. Pourquoi je pensais à lui ? STOP ! Je me passai la main dans la barbe, continuant à m'insulter intérieurement. Une proposition si bien énoncée vint me sauver la mise. Je me relevai d'un bond, oubliant un fois de plus que ma peau n'avait pas tout à fait fini de se refermer à certains endroits.

- Sérieux ? Ca fait plusieurs mois que je me tue à faire le trajet et on me fait même pas voir ça ? En plus le gugusse avait des armes légères. C'est pas très cordial ça. Je posai ma paluche sur la tête d'Abbadir. Il va nous montrer ça le Wanaka ?

- C'est pas ton Wanaka ! Basileus d'Abbadir ! Pas du barbu. Je quittais pas Jinendra des yeux, souriant comme un gosse, tandis que le blondinet tentait de se dépétrer de main.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 26 Avr - 14:31

L'accueil de mes propositions est … à la fois surprenant et mitigé. L'un pour moi, l'autre pour l'assemblée des gardes ; celui au service de Krov a les yeux aussi brillants que ceux d'Abbadir chaque fois que nous passons par le marché (et tout particulièrement par les étals de fruits et légumes), et la comparaisons semble poussée plus encore par Krieger lui-même qui choisit ce moment précis pour taquiner le jeune esclave ; Kriman, Kelfinger et Kurimoto ne semblent, eux, ne s'intéresser à cette aubaine qu'à titre informatif et seulement. Je leur souris et ne résiste pas à leur demander, plus par amusement que par une tentative désespérée de rafler de ci, de là quelques informations quant à leur séjour :
    « Et pour combien de jours ou pour des combats de quelle envergure êtes-vous parés, messieurs ? »
Je reprends tant mes questions que mon sérieux :
    « J'ai toutefois besoin d'informations sur la logistique nécessaire à votre présence parmi-nous : je suppose que vous ne vous laisseriez en aucun cas semer par vos protégés, mais cela implique-t-il un couvert supplémentaire pour chacun ? Ou votre confiance est à ce point défaillante me concernant que vous préférerez vous sustenter par d'autres biais ? De plus, il me faudra de plus amples renseignements quant aux moyens que je devrai mettre en place concernant votre hébergement, messieurs. »
Krieger est bien loin de ces préoccupations et n'a à l'en croire que la découverte de l'armurerie pour seul et unique désir. Le dragonneau prend bien mal la plaisanterie du vampire et fait valoir avec force ce qu'il ressent comme le privilège de me servir ; j'accorde au mercenaire toute la sympathie qui lui est due lorsque je prononce ces mots :
    « Votre présent employeur parviendrait à s'assombrir davantage s'il vous entendait m'honorer ainsi du titre de maître trop souvent, Monsieur Krieger. Si c'était si peu digne de ma part, soyez assuré que je saurai me rattraper lors de vos prochaines visites, » dis-je comme je me lève de table et fais signe de ranger même ce qui n'a pas été consommé, « Vous aurez déjà un premier aperçu aujourd'hui, et s'il vous en venais le souhait quand vous serez pleinement remis de votre baignade, vous pourrez vous y entraîner. Voilà des années que je ne me suis plus essayé à certaines d'entre-elles, » ajouté-je plus à part moi.
Je les invite à emboîter le pas, prenant au mot l'homme à tout faire de la Maghia quand je nous fait suivre le chemin qui mène à mon armurerie ; un choix judicieux si j'en juge par les quelques rayons qui parviennent à percer entre les différentes tentures assombries par l'effet des tracés qui les couvrent : ils sont de cette couleur blanche et sèche de ces fers laissés aux braises au plus profond des forges, et sont très sûrement tout aussi brûlants sur les tissus qui font l'épiderme d'un vampire qui s'est frotté à assez de sel pour le restant de ses jours. C'est un détail qu'il me faut toujours prendre en compte chaque fois que Krieger se trouve être de passage, puisqu'il est rare de trouver lieu où se sustenter à Cestra qui ne sale pas ses plats. Ajoutez à ceci leurs récentes recommandations au sujet des allergies à tout ce qui sortirait d'un animal et qui saurait se cuisiner, et laissez là vos quelques cuisiniers à songer seuls à ce qu'ils feraient cuire, flamber, sauter ou mijoter pour ce soir : vous aurez une idée assez concise de la présente ambiance au sein de mon domaine si vous vous concentriez sur la domesticité en charge de ces lieux. Les mets qui nous attendent pour célébrer le Layl Raat n'auront rien de local, ni même de saveur si typique ; les habitués conservateurs et les curieux au palais plus touristique ne seront pas de ceux qui y trouveront leur compte, mais je concède avoir un certain attrait pour la découverte moi-même, fusse-t-elle seulement gustative. Une main sur l'épaule du petit blond aux boucles fournies, je l'entraîne avec nous.
    « Reste sous cette forme ; fais attention à ce que tu manipuleras, mais si quoique ce soit viens à t'inspirer un intérêt quelconque, signale-le moi. Je te conseille celles de contact et en métal, de préférence. »
La route se poursuit fort heureusement à l'ombre en intérieur ; c'est évidemment Muharib qui patiente à l'entrée de la vaste salle, comme il en a pris l'habitude à mon service, s'il ne si entraîne pas de son propre chef ou poussé par la compagnie de mes fils. Il se lève, nous salue, et nous invite à passer le seuil.
    « Mon invitation à profiter des différents objets présents ici concerne bien entendu les armes blanches : la plupart de mes munitions sont sous clef, et seuls quelques très rares serviteurs sont habilités à en disposer. Toutefois, les armes à feu sont placées derrière les panneaux situés à votre droite. J'ai préféré des murs lisses pour des raisons évidentes de sécurité lors des échauffements les plus techniques, puisque laisser trop de lames en exposition pour le simple goût de la décoration aurait pu s'avérer la cause de plusieurs morts indésirables. »
Mon serviteur s'approche l'un après l'autre de plusieurs panneaux qu'il parvient à déloger et faire coulisser après quelques pressions ; derrière-eux se révèlent les fers, les aciers, les plats et les tranchants d'armes fort fonctionnelles qui n'auraient que bien peu leur place au sein de parades. Je déjuche une paire de chakrams depuis longtemps oubliés au profit de la poudre et des balles, mais qui ne sont pas sans m'évoquer quelque idée nouvelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 26 Avr - 16:14

La question de l'hôte de Cestra reçut une réponse plus qu'amusée de la part du vieux soldat. En effet, celui-ci ne se priva pas de rire de bon coeur. "Eh bien, sachez simplement que nous espérons ne pas avoir à vous faire montre de nos talents et de notre équipements." Croisant les bras et reprenant son sérieux sans quitter un seul instant des yeux Devaraja, il reprit. "Certaine chose ne doive pas être divulguées. Vous avez toutes les informations nécessaires dans la lettre que nous vous avons délivré plus tôt." Cependant, la liste supplémentaires de questions ne fut pas sans afficher un air de réfléxion sur le visage de Juldas. "Il ne s'agit pas de faire confiance ou non, monsieur Devaraja. Comprenez que nous ne faisons ici que notre travail. La formation que nous avons reçu à Dühr n'est probablement pas la même que celle fournie à Cestra. Pardonnez notre comportement si vous nous trouvez impertinents." Posant ses mains sur les épaules respectives des deux gardes, il poursuivit. "Pour la nourriture, il nous faudra en effet pouvoir nous sustenter, rien que pour rester parfaitement éveillés. Par ailleurs, concernant les chambres, il est préférable que nous restions au plus près du docteur Krov et de sa fille."

La réaction à peine exagérée du mercenaire s'attira une nouvelle vague de moquerie de la part de son ancien camarade et de Garim. Concernant Kashi, lui, restait droit, non sans qu'un subtil tic ne vienne soulever ses commissures un bref instant. Finalement, tous conviés à suivre Devaraja, d'humeur à leur faire visiter les lieux, les trois gardes laissèrent s'avancer les dalentiens en premiers, les suivant de près. La salle d'arme s'avérait plutôt impressionante. Les deux plus jeunes soldats lorgnaient certaines lames, les touchant avec leurs yeux (ils y auraient ne serait-ce que posé un doigt que celui-ci aurait rapidement pris son indépendance par le propre tranchant de leur officier). Quand bien même l'espace pouvait en surprendre plus d'un, dont les passionnés, la Capitale possédait elle aussi des endroits d'envergure similaire voire supérieure. Mais il était tout bonnement amusant d'observer l'hôte si ardemment désireux de faire montre de sa fortune. Croisant les bras et restant plus en arrière que ses compagnons, Juldas gardait un oeil sur l'assemblée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 26 Avr - 17:46

Les trois guignols se mirent à rire gras quant à ma réaction.... légèrement abusée. Mais bon, je devais me faire déjà mes propres arcs pour être entièrement satisfait... en plus le boss ne nous fournissait que le strict nécessaire pour les missions dont il nous donnait la charge. Bien entendu, il les récupérait juste après. Si vous rameniez du matériel abîmé... "ça va barder pour ton matricule" comme le disait si bien mon père.

- M'octroyer un tel titre serait bien orgueilleux et inutile, qui plus est. Glissa Krov.

- Oh la merde, c'est ça que ça veut dire ? Fallait vraiment que je me mette à apprendre d'autres langues au risque de passer encore plus pour une andouille. Vous emballez pas, m'sieur, sans le protocole et tout le baratin diplomatique c'est tout juste si j'ai pas déjà un surnom tout préparé pour tout le monde.

La proposition suivante n'était pas pour me déplaire, bien au contraire. Lily vint se placer à côté de moi, toute amusée de ma réaction. Entrés dans la fameuse salle, mon compte était bon. Même les deux jeunes avaient les yeux qui brillaient. Pour le coup, une vie ne pouvait en aucun cas être suffisante pour en maîtriser autant.

- Vous n'avez jamais eu l'occasion de voir Erwin à l'oeuvre ? Intervint Lily, elle aussi en pleine observation. Il a une technique révélant une grande agilité. Son attention se porta sur une des lames, le gamin s'approcha, suivit du plus jeune des gardes. Les tracés sont finements réalisés.

C'était rare de voir le gosse avec une tête sérieuse. Calme qui plus est. Il s'éccarta, faisant lui aussi son petit tour des lieux. Le vieux restait à proximité de Juldas, peu interressé par les armes. Même si la remarque de Lily l'avait fait approcher un bref moment. Mais si je pensais en avoir pour mon argent, lorsqu'un gugusse vint ouvrir un panneau et que le Devaraja décrocha deux éspèces de plateaux à tarte sans fond aux bords plus fins et tranchants qu'une lame de rasoir, je pu difficilement me retenir de rire.

- C'est pas du frisbee de gonzesse ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 26 Avr - 18:50

Je passe le pouce le long des tranchants trempés ainsi que des tracés cuivrés qui cerclent les lames pour en éprouver l'affûtage ; loin d'ignorer les mots glissés par le porte-parole impérial, je préfère souligner ainsi cette façon presque thare qu'il a de lancer ses insultes … et ce n'est pas sans rappeler que nos deux terres sont sœurs l'une de l'autre, ce que je ne manque pas de rappeler :
    « Il m'a rarement été donné de croiser Dalentiens au parler si frontal, caporal-chef.Vous tenez de ceux de vos ancêtres qui ont fondé la communauté qui vous accueille aujourd'hui. »
L'implication du jeune reptile dans son éducation aux armes et tout le sérieux qu'il place dans le choix de l'objet de mort dont il sait qu'il ne pourra se servir que pour se défendre fait plaisir à voir ; je ne puis néanmoins m'empêcher de lui reprocher intérieurement de ne pas afficher un tel soin à ses propres leçons, et songe que peut-être son attention saurait se focaliser un instant s'il exténuait tout à la fois son corps par un entraînement plus physique. L'aboiement si commun de Krieger me ramène des lointaines plaines d'errance où se perd mon esprit qui revient à mes hôtes ainsi qu'à mes armes ; un battement s'est à peine écoulé ; j'ai l'impression pourtant qu'une éternité me sépare du venin prononcé par le vieux garde si près d'être retraité. Je ris, tiens les deux cercles de cuivre et d'acier avec précaution pour les lui montrer :
    « Ce sont les frisbees qui tiennent de ces chakrams, mais je vous déconseille de les envoyer à l'horizontale en combat si vous tenez à vos coéquipiers. Si vous souhaitez une démonstration, je peux faire venir des cibles. Le maniement de ces lames m'a coûté de nombreuses plaies dans ma jeunesse, et m'a coûté un certain nombre d'automates et de golems. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 27 Avr - 5:28

"Il est généralemet préférable de s'exprimer que d'intérioriser." Juldas n'avait pas vraiment apprécié la comparaison. Tharen était très loin d'être l'une de ses terres favorites. Les moeurs y régnant lui étaient bien trop incompréhensible. Un irréspect total de la liberté humaine pour le profit d'un petit nombre de richards ne regardant pas plus haut que leur nombril, si t'en est qu'ils parviennent à cesser de s'admirer dans leur miroir. Le docteur resta à ses côtés, ils devaient partager en grande partie les mêmes ressentiments quant à cet endroit. Cette manière de rester constamment de marbre, un sourire fixé aux lèvres n'était cependant pas particulièrement rassurante. "Vous n'avez pas concerver certaines armes de votre jeunesse, docteur ? On se demande souvent ce que vous fesiez avant de devenir médecin à la caserne." Les autres étant affairés à leurs contemplations, Juldas tenta le tout pour le tout: entamer une discussion avec un vampire ayant près d'un demi-siècle. Il était apprécié, même bien au-delà à Dühr. C'était à se demander qui se cachait derrière ce masque.

"Avez-vous déjà utiliser des armes gravées de la sorte, miss Krov ?" Kashi se décidait enfin à s'exprimer un peu, ne quittant pas mademoiselle Elizabeth d'une semelle tandis que son céquipier parcourait la salle. "Nous avons eu l'occasion de tester des armes enchantées lors de notre formation. Mais la sensation était loin d'être agréable." Un léger accent perçait encore dans sa voix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander Krov
Mirage
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 07/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 27 Avr - 9:08

Il était clair que ce Juldas n'hésitait pas à exprimer tout haut ce que beaucoup pensaient tout bas. Cela aurait pu être particulièrement divertissant si ses petites remarques et questionnements s'étaient arrêtés à ce pauvre Devaraja. Or, son attention se porta rapidement sur Alexander lorsque le premier préféra attirer Krieger, qui suivait la cadence tel un âne poursuivant une carotte attachée au bout d'un fil. La question du vieux garde ne reçu, pour toute réponse, qu'un sourire encore plus prononcé de la part de Mirage qui gardait une vue d'ensemble de la salle à l'affut des moindre faits et gestes des personnes s'y déplaçant. Il était des période de la vie qu'il était préférable d'oublier. Quand bien même tout restait scellé. Mais cela ne regardait que lui.

- Oui, quelque fois, répondit Lily au jeune Kashi. Néanmoins, je préfère utiliser l'élément afin de facilité les mouvements, mettre le climat et l'ambiance alentour à mon avantage. Elle tourna sa frimousse amusée en direction du cadet. Mais jamais je n'ai l'occasion de m'en servir autrement qu'en entraînement. Cela n'arrivera sûrement jamais. La formation dont je bénéficie doit être beaucoup moins ardue que la vôtre.

- "Votre jeunesse", effectivement ils sont plus tout neufs vos chatrucs. Krieger observait toujours les deux armes présentées par Devaraja, l'air curieux mais dubitatif. Pardon. Après avoir étudier l'objet sous toute les coutures, il parvint à localiser un endroit sûr ou le tenir. C'est censé revenir ou simplement lancé ? Le soupesant. Au vu des matériaux, je croyais ça plus lourd mais ça va pour des armes à distance c'est correct. Les tracés sont pour un seul élément ou plusieurs ? C'est possible d'en mettre de différentes sortes ou faudrait savoir tous les manipuler ? Il était capable de réfléchir quand il le voulait. J'ai aucune connaissance la dedans. Mais ça me donne une idée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 27 Avr - 16:23

Juldas reçoit ce que je lui envoie de la manière souhaité ; je prévoie que nous ne nous entendront pas, si ses idées sont à ce point éloignées des critères de la société qui fait aujourd'hui mon foyer. Voilà qui est pourtant pour me déplaire, puisque ce brave homme me semble prompt à partager son point de vue avec assez d'élégance pour ouvrir une discussion construite bien que venimeuse ; et même si sa morale ne correspond en rien à celle qui est la mienne, j'apprécie ces échanges comme je le ferais d'une partie d'échecs dalentiens, et c'est d'autant plus plaisant quand nous avons chacun à défendre un territoire qui nous est propre. Je ne résiste pas à renchérir pour montrer comme à cet instant je vais dans son sens :
    « C'est précisément ce qui m'a longtemps éloigné de ceux qui avaient été les miens dans le delta de Dühr : la bienséance dalentienne a cette fâcheuse manie à laisser s'enkyster les situations les plus délicates quand il serait bien plus préférable de crever l'abcès ainsi formé. C'est là un point sur lequel je ne peux que vous rejoindre, Caporal-chef Kriman. »
Mon oreille est imperceptiblement attirée vers les discussions qui vont s'éparpillant tout à notre entour : si le caporal-chef croit trouver chez Krov des atomes crochus, son soldat le plus jeune s'est lui tourné vers Lily pour l'interroger sur les habitudes de combat qu'elle s'est forgé, notamment au sujet des tracés. Je souris, paisible :
    « En effet, selon la manière dont sont pratiqués les enchantements, il est possible de ressentir une forme de gêne, voire même de fatigue ; les sorts les plus complexes ont parfois amenés certains profanes dans la tombe. Plusieurs points doivent être considérés lors de l'utilisation de tels artefacts : notre race, notre sang, et enfin notre propre pratique magique. Toutefois, » nuancé-je, une main glissée dans une poche pour en sortir une pierre légèrement translucide, « de semblables charges permettent même au plus incapable de manier des arcanes dont il n'aurait pas même oser rêver. »
J'escamote dans une manche le petit objet scintillant où se meuvent quelques ombres aux contorsions et convolutions abstraites. Krieger creuse un peu plus en avant le sujet, tout absorbé qu'il est dans son étude contemplative des lames dont il s'est saisi.
    « Vous êtes tout pardonné, Krieger … toutefois … laissez-moi le temps de répondre, » ris-je sur un ton plus navré, « les chakrams … non, donnez-moi celui-ci et tenez-le plutôt … de cette manière, voilà. Évitez les lames. Si vous les lanciez à l'horizontale comme un disque, vous éventreriez ce pauvre Muharib dans le geste. Prenez plutôt votre élan depuis l'arrière, et entamez un mouvement circulaire vers le bas avant de remonter légèrement. Vous pouvez aussi lever votre bras et lui faire gagner un eu de vitesse par rotation, mais nous éviteront ici. Ceux-ci ne sont pas dentelés pas pour me revenir (ce serait tout à fait fou sachant l'arme constituée uniquement d'une lame) mais pour ne pas se coincer dans un os à l'impact : ce serait dommage de devoir les laisser derrière soi. Les tracés sont habilités à conduire ma propre puissance électrique ; en théorie, rien ne les empêche de recevoir un autre élément, mais le cuivre fond aisément sous le feu … la glace pourrait peut-être ne pas perdre trop de sa puissance par ce biais ? Mais pour répondre à votre dernière question : ils font partie des armes qui partagent l'énergie du porteur. Quelle qu'elle puisse être. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 28 Avr - 9:49

Vous ne pensiez pas si bien dire mon cher Devaraja. Nos coutumes s'avèrent probablement encore plus disparates que vous ne semblez le penser. Mais revenons à notre description de ce charmant tableau offert si plaisamment à nos yeux. Juldas fut et c'est peu dire, bien déçu de la réaction (ou dans le cas présent de la non-réaction) du Docteur quant à ses questionnements. Ce pauvre bougre se ressaisit, reprenant son port droit et tentant de récupérer sa dignité et la place lui étant octroyée par son grade. Garim, continuai son tour des lieux, examinant avec minutie l'ensemble des pièces composant l'armurerie de l'hôte de Cestra. Quant à Kashi, il eu, plus qu'il ne le saura jamais et ne serait en mesure de l'imaginer, réponse aux questions soulevées plus tôt.

"Je ne préfère pas remettre en cause vos capacités, mademoiselle Krov. Au vu de votre place je ne doute pas des compétences qui vous ont été inculquées lors de votre formations. Vous savez, je n'ai réellement appris la maitrise d'une arme que lorsque je suis entré au sein de l'armée." Devaraja intervint ensuite, apportant ses connaissances des enchantements imposés sur les armes avant de sortir de l'une de ses poches une pierre particulièrement étrange. Si le maintient d'une lame magique avait eue pour effet de mettre mal à l'aise Kashi, l'objet présenté pas le thare lui glaça le sang. Un temps d'arrêt ou ses yeux se fixèrent sur le caillou aux couleurs changeantes et semblant composé d'une sorte de fumée se mouvant à l'intérieur. Il finit par se reprendre promptement lorsque Devaraja la dissimula de son regard."Qu'est-ce que cela ?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 28 Avr - 11:34

- Vivant.

Affairée à la contemplation des tracés, Elizabeth souffla la seule réponse qu'elle fut en mesure de fournir au jeune garde. Sans se retourner, il n'était pas difficile de deviner en quoi correspondait le dit objet ayant ainsi glacé le sang du pauvre Kashi. Elle glissa cependant un regard à Mirage qui le lui rendit, souriant mais bien loin d'être rassurant quant aux pensées qui venaient à lui traverser l'esprit. Detournant les yeux, ceux-ci revinrent à leur observation des tracés, tandis que leur détentrice restait plongée dans ses pensées. Derrière toute cette abondance de verdure, ces dorures et les tentures colorées, la somptuosité des lieux n'était qu'un mince tissu venant recouvrir et tenter déséspérément de dissimuler aux regards une terre sèche et vide, ne semant que la mort et la désolation. Se retournant, elle retrouva son sourire face à la concentration d'Erwin quant à la manipulation de l'arme qu'il tenait entre ses mains.

- J'allais pas les lancer, non plus. Je suis peut-être con mais pas fou. Pas encore. J'éspère. Il rendit les deux objets circulaires à leur propriétaire. C'était pour me renseigner. Il laissa echapper un subtil regard du côté de Lily, se refocalisant sur l'hôte. Quelque chose sembalit germer dans sa petite tête de mercenaire. Des futures tests ? Il ne tarderai sûrement pas à venir en réfairer à Lily. On peut faire ça sur n'importe quel objet ? Quelque soit le matériaux dont il est fait ? Bien que je me doute que certains doivent être plus ou moins otpimaux selon l'élément utilisé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 29 Avr - 7:52

[Une simple petite ambiance]

    « Pas tout à fait, Mademoiselle Krov. »
Le détachement que nous partageons, Krieger et moi-même, pour la charge que j'ai à l'instant manipulée aux vues de tous semble creuser un fossé entre notre conversation et celles qui nous entourent ; la voix avec laquelle il s'étonne déraille et témoigne plus que jamais de son jeune âge ; j'use de la mienne pour nuancer la réponse qu'y apporte Elizabeth avec toute la tempérance dont j'ai la coutume. Je lui dois néanmoins, au sein même du laconisme dont elle a enrobé son répondant, le mérite d'avoir su deviner juste sans avoir pris même le soin de se retourner : toute à ses tracés (ou devrais-je dire : les miens), elle s'est sensiblement désabusée. Son protecteur, toujours là pour nous offrir à toute heure du jour un spectacle à chaque fois différent du précédent. Après une étude détaillée des maintiens possibles des deux disques de mort, il conserve encore les sourcils froncés dans une figure d'incertitude absolument insensible au monde ni même aux événements qui l'entourent.
    « Je vous sais de bonne fois, Monsieur Krieger ; mais quand bien même je oserais pas mettre en doute la prudence avec laquelle vous maniez les armes, un esprit averti en vaut deux. »
Mais sa prudence n'est pas la seule chose qui soit manifeste chez le mercenaire : ses pensées, même à ce point concentrées sur ces armes qu'il tiens entre ses mains, semblent fomenter quelque tests pratiques dont la teneur m'échappe. L'incertitude ne m'empêche cependant pas de surenchérir :
    « N'importe quel objet. N'importe quel matériau, » et, à titre d'exemple : « vous avez pu, depuis votre arrivée et même vos précédentes visites voir de ces enchantements sur les tissus qui font nos tentures, la pierre qui fait nos murs, parfois même les branches et les troncs qui font nos pilotis ; en décorer les armes n'est venu qu'après coup à l'esprit de nos bâtisseurs, forgerons et orfèvres. La raison principale est l'épuisement : les combats en deviennent d'autant plus éprouvants quand on œuvre par les armes de mêlée ; il a fallut attendre une série d'innovations en matière de tracés pour que ceux-ci ne nécessitent plus de contact direct les uns aux autres et permettre de frapper à distance pour que l'attrait à leur égard fasse peau neuve. La majorité des tracés qui permettaient semblable usage par le passé (et dont je n'ai pour autant pas boudé l'emploi depuis) sont ceux qui avaient vocation de résistance, de stockage, mais qui pouvaient se montrer aussi gourmands que peu pratiques dans leur emploi. La flexibilité. C'est ce qui a attiré toutes les attentions sur les tracés qui permettent d'interagir à distance ; les pertes sont malheureusement assez grandes. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le prix de toute chose - La Nuit Rouge
Revenir en haut 
Page 6 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Féia :: Irracya :: L'archipel de Tharen :: Cestra-
Sauter vers: