Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le prix de toute chose - La Nuit Rouge

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 10 Avr - 12:52

Un silence de mort suivirent les paroles de Jinendra. Le temps qu'il se lève, fasse le tour de la table et s'approche de notre emplacement, je glissai un regard d'incompréhension à l'adresse de Lily... qui paraissait presque amusée en fait. On me prit mon assiette et mes couverts, les déplaçant sous le nez du gamin qui mangeait encore son citron.

- Ah oui. Effectivement. Vous me prenez pour un con.

- Je crois que "l'illustration" dont vous nous faites le spectacle atteste de vos convictions, en effet. Lily attrapa les quelques plats qui n'avaient pas été touchés, les rapprochant aussi du petit, qui ne comprenait pas ce qu'il se passait. Le vieux avait un air particulièrement railleur et passait petit à petit les plateaux à sa fille. Gardant un sourire calme, Lily se leva, se retrouvant à côté de Devaraja. Mais nous ne parlons pas de redistribuer des restes à moitier consommés mais bien d'un partage de ressources équitable, ayant les même qualités. Il ne s'agit pas de donner aux autres ce dont nous n'avons plus l'utilité mais bien de nous placer tous et toutes au même niveau. Priver certaines personnes des ressources et des droits les plus fondamentaux pour ensuite les conforter dans une idée "d'égalité" parce que nous leur en offrons quelques fragments sommaires est ceux pour quoi nous luttons. Peut-être est-ce un discours propagandiste à vos oreilles, monsieur Devaraja. Néanmoins, on ne peut nier qu'il illustre davantage l'idée de "l'égalité des chances".

- En gros, si vous avez pas compris: donnez lui pas des restes à ce pauvre gamin alors qu'il y a encore pleins de bouffe sur la table. Et je rigolai. C'était pas suffisant de lui prendre sa liberté ? Ajoutai-je sur un ton un peu plus provocateur, cessant de sourire tout en me redressant.

- Krieger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 10 Avr - 18:56

Sans quitter Lily des yeux, voyant bien d'elle qu'elle a saisi ce qu'il en est, je réponds aimablement à Monsieur Krieger :
    « Non, absolument pas ; je ne fais que vous taquiner un peu, puisque je sais que votre collègue ne m'aurait laissé toucher à son assiette qu'au prix de quelques doigts, si j'avais osé faire de même. »
Je me retourne d'un seul bloc vers le mercenaire bougon, et avec raison :
    « Mais n'hésitez pas à me signaler toute familiarité excessive de ma part. »
La jeune femme se lance elle aussi dans une illustration très métaphorique des propose qu'elle avance, et les plats s'amoncellent bien vite devant ce pauvre petit Abbadir qui ne sait plus où donner de la tête. Malgré tout l'appétit que je lui connais à cause de son état quasi perpétuel de croissance,la surprise et l'incompréhension ont fini de pousser son estomac à une saturation nerveuse ; je lui fais signe que tout va bien et qu'il n'a pas à s'inquiéter de ce que je pourrais dire : nous ne faisons là que confronter des avis manifestement disparates les uns des autres. La jeune Krov renchérit avec beaucoup d'emphase sur cette idée qui lui tient tant à cœur : celle de l'égalité des chances. C'est celle-là même que j'aimerais détromper, cette illusion dalentienne. J'attrape des couverts laissés là à disposition si un accident matériel avait interrompu le repas de mes commensaux et divise l'assiettée qui nargue le garçonnet en deux parts égales que je sers équitablement entre lui et Krieger.
    « L'égalité des chances, comme vous appelez cette redistribution, n'est pas tirée du néant. Elle puise dans ce que ceux qui gagnent le plus ont obtenu en ayant travaillé ; et ils ne gagnent autant que parce qu'ils se sont battus pour pouvoir s'asseoir aux places qu'ils occupent, précisément parce que ces places apportaient davantage. En donnant à ceux qui se contentent des échelons les plus bas, on décourage ceux qui ne peuvent plus attendre de l'ascension sociale une augmentation de leur niveau de vie, et par là même nous tuerions tout désir d'innovation comme d'initiative pour murer les hommes dans une paresse caractéristique. Toutefois …, » je reprends place, m'installe pour embrasser du regard la totalité de l'ambassade, « … ceux qui ont su atteindre un niveau de vie on ne peut plus satisfaisant doivent encore craindre la concurrence et eux-même savoir évoluer encore et toujours pour perdurer sans jamais se faire renverser. Nous assistons alors à une lutte perpétuelle et extrêmement dynamique, saine pour l'économie ainsi que la bonne santé de la société. »
Krieger m'empêche d'aller plus loin et coupe de son contexte l'image employée par sa protégée et qui ne servait que d'exemple à son propos jusque là. Il subit la remontrance discrète bien que sèche de son employeur, face à laquelle je choisis de me montrer somme toute mansuet et accort :
    « Ne le prenez pas mal pour moi, Alexander : ce n'est rien, je vous assure. »
Je croise mes mains sur la table et observe le jeune vampire droit dans les yeux. Ma voix est calme, et mesurée, en accord complet avec la mer d'huile qui règne en moi :
    « Monsieur Krieger. Vous savez ce qu'est un contrat : je ne vous apprends rien, d'autant plus que vous êtes Dalentien. Quelle liberté avez-vous de rompre un contrat une fois que vous vous y êtes engagé ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 11 Avr - 4:50

- Je crois qu'on a dépassé le stade de "familiarité excessive" depuis un moment déjà. Et si je puis permettre, vous vous adressez à monsieur Krov, non pas à Alexander. Une fraction de seconde suivirent ses paroles avant que l'elfe ajoute, un sourire apparaissant progressivement sur le visage. Jinendra.

- Daïa, restez polie, je vous prie. Laissons monsieur Krieger s'exprimer, puisqu'il semble enclin à poursuivre le débat. Mirage restait particulièrment calme, posant une main rassurante sur les épaules d'Abbadir qui s'était lentement approché de lui, tout penaud.

- Les contrats à Dalentour ? De la belle merde aussi. Ria le mercenaire. Après ça dépend la forme de celui-ci. Pour autant que je sache, quand on signe un contrat, on a connaissance de ce dernier. Si on ne veut pas le signer: libre à nous. Si on veut le contester par la suite, libre à nous d'essayer d'entamer des négociations avec le concerné. Mais s'il l'autre à accepter, il devra se faire à ce qui est noté sur la paperasse.

- Le système de contrat au sein de l'empire est actuellement en train d'être révisé auprès de l'actuel empereur. Ajouta Krov, paraissant presque satisfait de la réponse de son employé. Après plusieurs entretiens et débats sur la question, ce dernier est partant pour mettre en place certaines modifications quand à la forme des contrats et de leur importance. Bien entendu, cela va convenir à certaines personnes et non à d'autres. Nous ne pouvons pas avoir constamment la même opinion.

- Je comprends ce que vous voulez souligner mais la comparaison reste fragile avec la "privation de liberté" énoncée par monsieur Krieger. Lily s'était aussi réinstallée et s'adressait à leur hôte. Bon, nous nous éloignons du sujet premier. Quoi que... pas tout à fait. Comme le souligne Erwin, les contrats sont signés, en général, en connaissance de causes. Cela serait surprenant d'observer que les personnes à qui l'on retire leur liberté à Tharen aient signé un contrat stipulant leur accord quand à leur statut. Abbadir tira la manche de la rouquine, l'invitant à se mettre à sa hauteur.

- J'ai pas compris.

- Ce n'est pas grave. Rasura Lily en lui ébouriffant les cheveux. Cela nous permet de rebondir sur un sujet plus léger qui plaira surement au petit. Elle se redressa, affichant un air plus que rayonnant. J'ai entendu parler de l'une des traditions se déroulant lors des Nuits rouges concernant directement Abbadir, qui plus est.

- Les gâteaux ! Les gâteaux !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 11 Avr - 11:56

Un délice, cette domestique, au répondant rafraîchissant, bien que j'ai pour bien moins rappelé à Abdervus de tourner sept fois sa … enfin, maintenant, ce n'est plus bien grave s'il l'oublie. « Si Daïa tient à nous faire part de son point de vue quant aux sujets abordés ici, qu'elle ne se retienne pas : votre employée m'inspirerait presque d'imposer un certain temps de passage à chacun des intervenants. » Krieger ne se fait pas prier pour poursuivre sur sa lancée. Très démonstratif dans ses gestes autant que sa parole, il fait plusieurs fois bondir le couvert en marquant ses arguments par un coup asséné à la table. J'ai sauvé du séisme la tasse que je me suis versé au samovar sur le retour et en agite très attentivement l'infusion forte qui s'y dilue. L'amertume si typique plaît bien davantage au palais de celui-ci de mes fils. « L'honneur pousse parfois dans un asservissement bien plus grand que celui qui a jamais pu être dispensé ici ; la parole ainsi que les non-dits pèsent parfois terriblement lourd entre les frontières dalentiennes. Je doute profondément qu'un seul empereur pourra venir à bout d'un système qui est encore à ce point tenu à cœur par le vulgaire. » Au point parfois de le pousser à faire quelques entorses sans conséquences quant à cette égalité si chère à l'Empire, comme auprès des farÿd. Il me semble que pareil changement déplaira bien davantage qu'il ne plaira ; j'espère pouvoir me tenir au courant des débats qui entoureront cette motion. Je suis repartis assez loin dans mes pensées pour me rendre compte avoir laissé tout le contrôle de la machine à mon fils : quand Elizabeth avance progressivement sa transition quant aux esclaves, je m'aperçois avoir achevé de vider la tasse qui repose désormais devant moi, son fond empesé de quelques feuilles humides qui embaument timidement la pièce. Voir Abbadir si enthousiaste à la simple idée de recevoir ses sablés rituels prête à sourire quand l'on sait avec quelle liberté le garçonnet s'en vient piller avec la régularité d'un horloger tout ce qu'il pourrait souhaiter dévorer dans les placards. « Avant de vous laisser expliciter ce que vous souhaiteriez savoir des sablés mauves, laissez-moi rappeler que la loi qui a cours dans un pays est censément acceptée dès lors que l'on y pose le pied : tout séjour y a donc valeur de contrat. Ceux d'entre-eux qui parviennent à quitter nos frontières pour les Astriones ne sont plus tenus de nous revenir ; mais poursuivez : je vous ai assuré n'avoir rien contre répondre à vos questions, quelles qu'elles soient. Vous êtes libre de poursuivre, Elizabeth. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 11 Avr - 16:31

- Quand à savoir ce qu'il va advenir de ces idées, je ne peux encore rien garantir. Mais il est certain que vous serez au courant, naturellement, des débats qui auront lieus à ce sujet. La patience mène toujours à quelque chose, n'est-ce pas Abbadir ?

Après les quelques mots de Mirage, le petit continuait à sautiller sur place, chantant les louanges des biscuits mauves. Quand à savoir si il avait connaissance de ce qu'il pourrait en obtenir ou simplement s'il y voyait l'occasion de se remplir, une fois de plus, l'estomac, rien n'était moins sûr.

- Ils ne sont plus tenus de revenir car considérés comme libres ou pour leur propre sécurité ? Demanda Lily, sur un ton signifiant qu'elle savait la réponse à l'avance. Je ne vous embêterez pas plus longtemps avec le principe de "l'égalité des chances" car en l'occurrence, de nombreuses personnes ont pris soin de m'informer à ce sujet. Concernant la distribution, j'entends. D'ailleurs, celle-ci se fait-elle par le biais d'une cérémonie publique et organisée ou individuellement ? Le garçonnet se réinstalla en tailleur à proximité de leur hôte, riant comme seul un enfant pouvait le faire. La rouquine qui avait observé sa danse enjouée retrouva son sourire. Cela soulève une question que me taraude, ajouta-t-elle, pensive, les affranchis sont-ils laissés à eux-mêmes ou leur accordez-vous une aide quelconque pour leur réinsertion ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 12 Avr - 17:42

La seule patience dont Abbadir semble en moyen de faire montre, c'est celle qui sépare le moment de la mastication des fameux biscuits jusqu'à leur déglutition. Il sautille sans se lasser, tous ses sens maintenus en éveil par la question qui a été lancée par Lily et que celle-ci n'explicite pas de suite. Je me bénis d'avoir installé le séjour au rez-de-chaussée et déplace mon attention sur la jeune femme ; celle-ci, comme elle secoue sa tête dans un joyeux charivari de cheveux roux, s'en prend désormais à la distribution des sablés … question intéressante, s'il en est, puisqu'elle est plutôt laissée à la discrétion des maîtres concernés. Mais cette question à peine énoncée, et la voici lancée sur une nouvelle idée qu'elle a elle-même soulevé. Je m'arrête sur cette dernière, et réponds simplement :
    « Non. »
Et de poursuivre :
    « Tout comme les cérémonies, c'est quelque chose qui peut varier sans commune mesure d'un Thare à l'autre : certains acceptent de ne se fier qu'aux anciennes traditions qui veulent que l'esclave soit affranchi dès les prémisses des festivités pour accomplir son devoir auprès du reste de la maisonnée en servant ses confrères comme des maîtres ; ceux-là sont ceux qui affranchissent leurs esclaves sans leur laisser de trousseau, soit parce qu'ils ne sont plus sous leur autorité et n'ont plus à la subir même par leurs dons, soit par pure économie. »
Je prends une position plus confortable, les observe chacun l'un après l'autre comme je me penche juste assez pour faire reposer mon menton sur mes phalanges jointes.
    « À simple titre d'exemple et parce que je suis l'une des principales figures de ce commerce, je n'assure la distribution qu'aux derniers jours de la Nuit Rouge pour éviter les esclandres entre esclaves ou que ceux-ci ne mettent trop de pression sur un confrère à qui je fais immédiatement porter l'uniforme bleu ; il fait ainsi toujours partie de la domesticité et perçois dès lors un salaire pour les travaux qu'il exerce sous mon ordre. Je suis d'ailleurs d'avis que dès sa désignation, et parce qu'il doit assurer le service de tous les esclaves qui le lui demandent au cours de Layl Raat, ce temps soit pour lui synonyme de salaire. »
Loin d'être une question de générosité, ce n'est là qu'un avis issu d'une déduction logique pure : on ne va tout de même pas faire travailler un homme libre pour le simple plaisir de la chose.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 12 Avr - 19:23

La réponse donnée avait le mérite d'être, dans sa brièveté, tout à fait claire. Daïa posa bruyamment ses couverts, reculant son assiette d'un air mêlant dégout, nervosité et hilarité. Cette capacité à extérioriser ses pensées par simples expréssions faciales était quelque chose d'impressionnant. Mirage toussota afin de signifier son mécontentement face à l'emportement de la preceptrice de Lily. Leur hôte continua cependant à répondre aux questions de cette dernière par le biais d'un discours si joliment paré que la subtilité des faits énoncés auraient presque pu passer innaperçus aux oreilles des moins habitués aux allocutions politiques. La rouquine ne pu dissimuler son amusement. Un coup d'oeil en direction de l'elfe, bouche bée et les sourcils si froncés qu'ils se confondaient quasiment avec les yeux, lui indiqua qu'elle n'avait pas omis le moindre mot. Le regard de Lily se reporta sur Devaraja.

- En effet, les heurts qui en découleraient seraient bien fâcheux. Surtout lors de telles festivités. Cela ne parait pas étonnant qu'avec une telle entreprise entre vos mains, vous ayez réfléchis de manière consciencieuse à ce qui se révèlerait être le mieux pour vos affaires. Elle prit un air pensif. "Tout travail mérite salaire", bien entendu. Cependant, cela dépend de si la rémunération se fait par tâches effectuées, par heures de travail... ou par minutes, pour le coup. Mais bon, cela doit aussi dépendre "d'un Thare à l'autre". Espérons qu'ils concervent au moins le costume. Termina-t-elle, gardant son éternel sourire et un ton de voix tranquille. Si Alexander paraissait se satisfaire de la scène, Daïa et Erwin étaient parvenus au stade ou, se retenir de rire devenait tellement difficile que leur visages avaient pris une teinte d'un rouge probablement encore inconnu jusqu'alors. D'un calme olympien, la rouquine poursuivit sur un autre sujet. Mis à part les Nuits rouges, avez-vous d'autres périodes de féstivités à Tharen ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 13 Avr - 17:02

Un silence s'en suit, qui s'éternise ; si je ne savais pas en avoir peut-être un devant moi, j'eusse dit en cet instant qu'un ange passait. Les regards s'échangent entre chacun, et voici l'héritière lancée dans l'une de ces tirades dont elle a le secret : le ton est caustique, relève presque de la satire et n'effleure ce qui la chagrine qu'en surface seulement. Je la suppose pourtant encore bien en deçà de ce qu'elle s'est montrée capable de formuler dans ses lettres ; je ne souhaite pas m'avancer davantage sans avoir eu la plus parfaite conviction que leur auteure est bel et bien cette jeune personne qui siège là, juste devant moi. Je ne désespère pas : elle s'approche, progressivement, de cette image qu'elle m'a fait me construire.
    « Vous semblez apprécier vous prononcer plus vite que vous n'observez, Elizabeth, » dis-je comme une jeune servante en livrée bleue s'affaire à remplir les tasses de chacun, sans oublier cette fois-ci d'offrir à notre bon ami le mercenaire quelque chose qui tienne plus au corps qu'une simple infusion ; « Je concède ne pas leur ouvrir les portes dès leur première Layl Raat ; je n'ai toutefois jamais dit que ces hommes et ces femmes quittaient nécessairement mon service dès lors qu'ils quittaient leurs uniformes noirs. »
Et pour ce qu'il en est des autres célébrations locales … :
    « Si cela vous intéresse, dans le cadre purement sociologique de votre formation, il est bien une autre fête majeure sur le calendrier thare : il s'agit de la crue du Ternier. »
Je reste songeur, porte ma tasse à mes lèvres et en sens l'amertume des quelques poudres que j'y déverse avant de poursuivre :
    « C'est un événement plus cestrain que national, bien sûr, mais nous vivons selon la qualité du limon qui est recueilli sur les lèvres de notre fleuve, et dont nous nous servons tant pour l'agriculture que dans le bâtiment. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 13 Avr - 18:58

- "L'important, c'est de savoir ce qu'il faut observer", monsieur Devaraja. Et n'ayez crainte que rien n'est laissé filtrer. J'ajouterai, qu'"observer est le plus durable des plaisirs de la vie", nous avons donc tout interêt à apprécier cette action à sa juste valeur. Tant que cela reste suffisemment précieux pour rester un plaisir et non une simple habitude sans saveur. Elle quitta leur hôte des yeux, plongeant son regard dans celui de l'employée venant servir de quoi s'hydrater à l'assemblée réunie autour de la table. Merci. Fit-elle, tout sourire, en acceptant la tasse.

Sa preceptrice fit de même. Erwin, quand à lui, gratifia l'ensemble de la salle d'un soupire de soulagement si sincère en recevant sa boisson, que même Mirage parut s'en amuser. Ce dernier refusa poliment, préférant rester attentif au moindre mots prononcés, gestes et aux plus infimes expressions des deux principaux intervenants. Devaraja poursuivit en répondant à la question de Lily concernant les autres évènements se produisant à Tharen, principalement au sein de Cestra.

- S'il y a bien une chose que l'on ne peut reprocher quand à votre région, c'est bien cette capacité de communion entre le civilisationnel et le naturel. Les espaces verts sont de moins en moins présents ou entretenus à Dühr. Il faut tâcher de concerver le plus longtemps possible cela. Utiliser correctement ce que la nature nous offre sans en venir à la détruire. Je n'ose même pas imaginer les dégâts engendrés à long terme. Pensive, elle huma longuement les vapeurs s'échappant de la tasse qu'elle tenait entre les mains avant dans prendre une gorgée et de la déposer sur la petite table.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 14 Avr - 17:31

Je lui offre le plus larges de mes sourires les plus cordiaux à sa réponse pour éviter de laisser trop paraître comme je bute sur ses citations ; j'ai bien du mal à ne pas laisser une rangée de dents carnassières ce faisant, et préfère me tourner sur ma tasse pour me donner l'impression de comprimer un cou chaud entre mes mains qu'un geste convulsif vient serrer contre le récipient hyalin dont les parois sont rendues mordorées par leur contenu.
    « C'est fort aimable à vous de nous faire profiter de cette éducation qui vous a été si gracieusement offerte et dont vous nous vantiez tant les mérites à l'instant ; je crains malheureusement que vous ne deviez encore vous approprier les mots des grands maîtres plutôt que de nous les partager tels quels. » Et d'ajouter en pensée : sachez aussi que si l'observation est à ce point durable, c'est parce que vous pouvez encore la pratiquer quand bien même il ne vous resterait que vos yeux pour pleurer. « Le rappel est bon, mais il serait sûrement bien lus avisé d'économiser vos forces dès lors qu'il s'agit de citer d'autres mots que les vôtres à un vieil immortel, jeune fille. »
Krov a l'aspect d'un vieux chat décharné qui jette sur nous un regard aussi hautain que satisfait comme il semble observer les faits et gestes de la gente humaine qui siège et échange devant lui.
    « Les Thares sont comme les alchimistes à cet égards, Mademoiselle Krov : nous savons que rien ne se perd ni ne se crée ; aussi nous comprenons qu'il est aussi vain de chercher à détruire qu'à construire du néant … et pourtant ce que nous transformons encore et toujours crée bien ceci : de la richesse à échanger, ainsi qu'une société à faire perdurer. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Sam 14 Avr - 20:34

- Les citations sont faites pour être transmises, sans cesser de sourire, elle glissa un léger regard en direction de Daïa qui, sa fourchette en main, les phalanges blanchies par la force avec laquelle elle étreignait le couvert, semblait perdre patience. Ces maîtres, n'ont pas travaillé pour que leurs paroles et leurs savoirs se diluent dans le temps mais pour qu'ils perdurent et soient sans cesse étudiés et utilisés. Nos ancêtres ont fait de nous ce que nous sommes aujourd'hui. Ainsi, elle reporta ses yeux sur leur hôte, malgré la brièveté de leur existence, ils ont eu cette capacité à rester dans les mémoires et dans les gestes de tout un chacun. Par le biais des objectifs qu'ils se sont fixés, les buts qu'ils ont réussi à atteindre, ils sont parvenu à faire de certaines de nos habitudes ou traditions, des comportements presque innés. C'est en cela que réside la véritable immortalité. C'est grâce à cela que nos sociétés perdurent. Elle laissa passer un petit moment, son sourire s'effaçant peu à peu, une pensée lui traversant l'esprit. Elle reprit d'un ton se voulant compatissant, sans quitter Devaraja des yeux. Serait-ce la crainte d'être oublié, de ne pas laisser votre marque dans ce Monde qui vous tourmente ?

- Il y en a qui perdurent par leurs esprits et d'autres qui se font simplement un malin plaisir à s'imposer aux regards de tous et à s'étendre, dévorants la plus petite étincelle de vie et d'espoir tel de vulgaires miasmes ne cessant de vomir leur rancoeur sur un Monde qui leur importe peu. Ceux-là ne restent pas dans les mémoires pour leurs idées novatrices et révolutionnaires mais par leurs éxactions et bien souvent... par leur fin somme toute... tragique mais radicale. Ajouta Daïa.

- Mesurez vos propos, Daïa. Nous sommes ici en tant que représentants.

- Ne serait-ce pas plutôt cela qui vous tourmente, mon cher monsieur ? Parce que c'est bien beau de se cacher derrière la carquasse de l'un de ses gosses mais quand est-ce que vous nous ferez l'insigne honneur d'enfin vous exprimer par vous même ? A moins qu'une vie d'immortel assisté vous convienne. Vous avez de la chance que la petite soit compatissante, parce que dans ce Monde, peu de gens doivent être en capacité de pouvoir supporter votre tête en peint... Erwin ne la laissa pas terminer, la relavant par le col et l'éloignant de quelques pas. Il lui murmura imperceptiblement quelque chose à l'oreille. Mais le geste n'échappa pas à Lily qui se releva presque dans le même élan que Mirage. Tandis qu'Abbadir, de retour à sa forme draconique, commençait à montrer les crocs, le poil hérissé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Dim 15 Avr - 16:42

Et la voici repartie dans l'une de ses démonstrations scolaires qui ne servent finalement qu'à la dresser en parangon de justice, de sagesse, de douceur et de que-sais-je d'autre encore ; si elle tient à ce point à connaître ses auteurs sans chercher à faire siens leurs mots, qu'à cela ne tienne ! Mais qu'elle n'aille pas y mêler l'idée qu'elle se fait de la moralité à tout ce qu'elle fait en mettant en avant qu'il s'agit là du mieux et du meilleur. Toute pétrie de ses saletés de bonnes intentions, elle ne sait plus s'arrêter : à peine a-t-elle fini de reprendre son souffle et sa salive qu'elle est déjà partie dans un nouveau pamphlet qu'elle me sert avec toute la compassion dont elle peut faire montre. Je m'en vais lui répondre, mon inspiration toute préparée, quand sa domestique vient nous prouver une fois encore sa bonne conduite et cette véritable science de la retenue dont elle s'est faite la parfaite représentante. La sentir enrager à ma place bien que sur un tout autre sujet a cet avantage qu'il m'apaise, va même jusqu'à me rendre ce sourire que j'avais perdu sans m'en apercevoir. Quand Krov, sans enthousiasme ni expression particulièrement marquée, remet l'elfe à sa place, je lui fais signe de la laisser poursuivre … me lève … vais jusqu'à elle, le pas tranquille même quand Monsieur Krieger la tire à lui pour lui glisser quelques mots. Je me tiens à la place qu'elle occupait à l'instant, mes bras croisés dans mon dos, et la voix douce :
    « Quelle fin tragique et radicale dois-je m'attendre à rencontrer, jeune fille ? »
Je n'ai pas l'occasion de creuser plus avant mes questions quand entre l'un de mes plus jeunes serviteurs, dans sa petite livrée bleue et les bras chargés d'assez de victuailles pour sustenter tous les invités de ce soir, entre en trombe et répond sans se faire prier à mon expression de profonde contrariété :
    « Monsieur ! L'Empire ! »
Il balbutie ; je l'invite à s'asseoir.
    « L'Empire, monsieur, » halète-t-il encore après s'être hydraté. « L'Empire est au port ! Ils ont des voiles noires ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Alexander Krov
Mirage
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 07/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 16 Avr - 8:46

Elle parvenait à toucher un point sensible, en faisant perdre son sourire, normalement graver comme dans du marbre, à ce pauvre Devaraja. Ce petit jeux aurai pu devenir on ne peut plus amusant si Daïa n'avait pas choisi cet instant pour cracher tout son mépris au visage du chauve. Krieger se chargea de l'éloigner, le regard partagé avec Krov ayant été parfaitement reçu. Ce dernier se releva prestement, s'approchant du mercenaire et de la preceptrice, suivi de Lily... et de leur hôte qui avait apparemment retrouvé son air amusé. Erwin restait planté entre l'elfe et la cible des moqueries et injures de celle-ci.

- Oh mais vous le saurez bien assez tôt, continua Daïa, reprenant elle aussi, un ton de défis. Je trouve ça dommage qu'à ce moment précis, vous serez encore caché derrière l'une de vos carapaces. Juste pour le plaisir voir vot... L'entrée du messager coupa net le discours de l'elfe, faisant se retourner toute l'assemblée en direction de la porte.

- Des voiles noires ? Au port ! Sans attendre une minute de plus, Alexander ordonna d'un geste ses trois compagnons à le suivre. Tout de suite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Lun 16 Avr - 17:15

Envoyés par les membres de la chambre des députés formant, pour l'heure, les dirigeants de l'Empire depuis la mort de l'empereur Luthien Liedor, le principal messager du député Saeros ainsi que quelques gardes firent le trajet depuis Dalentour vers Cestra afin d'aller signaler les évènements c'étant produits après le départ du médecin de la cour. Ayant levé les voiles noires en signe de deuil et de nouvelles sombres à porter, leur arrivée devait, avant même leur arrêt et leur descente sur le quai, avoir était annoncée à bon nombre d'oreilles. Cependant, 3 personnalités politiques étaient prioritaires, les dalentiens ne devant laisser filtrer qu'un minimum d'informations sur les faits se produisant actuellement à Dühr. Le messager descendit en tête, arborant, tout comme les 6 gardes l'entourant, les couleurs de l'empire par le biais d'une broche accrochée à leur col: pourpre et or. Cette broche n'était autre que le blason de la famille de feu l'empereur. Droits et d'une démarche solennelle, ils avancèrent dans les rues de la capitale, se dirigeant vers la demeure de monsieur Devaraja. Ils entrèrent au sein de la propriété, les employés ayant ouverts les portes à leur approche et ayant probablement déjà informé le maître des lieus de leur venue. Sans même avoir besoin de sse présenter, le médecin impérial sorti en trombe, tombant nez à nez avec le messager qui s'inclina en signe de salutation.

"Des nouvelles bien sombres provenant de l'Empire, Docteurs Alexander et Elizabeth Krov. Nous sommes aux regrets de vous annoncer le décès de l'Empereur Liedor, survenu peu après votre départ." Se redressant, il extirpa un mince étuit cylindrique en cuivre de sa manche. "Les salutations de l'Empire, monsieur Devaraja. Pardonnez une telle entrée dans vos terres et votre demeure. Vous nous voyez nous présenter à vous d'une bien fâcheuse manière. J'ai à vous remettre un courrier vous étant déstiné."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mar 17 Avr - 16:38

Ennuyé de voir mon hôte ainsi se précipiter au dehors et étouffer une exclamation de surprise quand dans l'encadrement des tentures se dessine les traits graves et soignés du héraut impérial et de sa suite ; il fit sa révérence si près du nez de Krov que l'étude millimétrée des convenances n'est plus à démontrer au sein des serviteurs et autres représentant de l'empereur … si l'on devait en exclure les quelques âmes qui accompagnent ce bon médecin aujourd'hui. Les messager, en plus d'avoir un compas dans l’œil, possède aussi des nouvelles des plus intéressantes (ou du moins : malheureuses) dont on lui a fait un devoir de nous faire part.
    « Alexander, faites-nous donc l'insigne honneur de revenir auprès de nous avant d'attraper un mauvais rhume, » glissé-je à l'attention du médecin, ma main tendue à l'attention du messager.
Je me saisis de la lettre et en parcours les quelques lignes d'un œil presque amuser comme mes commissures tiquent aux mots employés pour qualifier le décès si … « prématuré » de Sa Majesté Luthien Liedor. Je lève un sourcil à l'adresse du docteur et interroge distraitement :
    « Je ne savais pas ce bon empereur atteint au point de se faire emporter par la maladie … docteur ? »
Je reforme le plis et l'escamote dans le revers de ma chemise ; dans un grand geste d'invite, je laisse ces quelques indications à l'envoyer :
    « Vous pouvez disposer comme bon vous semble des quelques pièces laissées libres par le représentant de feu Sa Majesté Luthien Liedor ainsi que sa compagnie dans l'aile réservée aux invités s'il vous tient à cœur d'attendre ma réponse ; je suppose toutefois pouvoir en venir à bout le temps de laisser à mes convives une occasion d'échanger entre-eux au sujet de cette … si sinistre annonce. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Alexander Krov
Mirage
avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 07/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 18 Avr - 5:26

- Non mais c'est pas vrai... le mercenaire s'éloigna de quelques pas, une main plaquée sur le visage, on aurai presque pu croire qu'il... oui, effectivement, il était en train de rire, nerveusement, mais il riait devant les messagers du gouvernement impérial. J'l'avais dit. C'est pas faute de l'avoir dit.

- Impossible, Lily et Alexander échangèrent un regard, nous sommes partis hier matin, sur son commandement. Il était en parfaite santé, quelques soucis d'embonpoint mais rien de plus. Krieger allez chercher les valises, je vous prie. Mirage s'approchai toujours plus de la sortie, tentant de dégager ces individus du passage. Nous rentrons, je dois voir le corps le plus rapidemment possible. Toujours aussi calme mais sans l'ombre d'un sourire sur le visage, Krov s'arrêta à quelques centimètres du visages du coursier, ce dernier lui était bien familier. Ses commissures se relevèrent, affichant un sourire carnassier. Ne croyez as une seule seconde que je vais tomber dans votre petit jeux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 18 Avr - 14:37

"Voyons, docteur Krov, écoutez les bons conseils de votre hôte et rentrez gentillement sans faire d'histoire." Sans quitter une seule seconde son sourire de commerçant et malgré les menaces à peines dissimulées de ce bon vieux médecin de cour, le messager indiqua à deux des 6 gardes l'accompagnant depuis qu'il était descendu du navire, de suivre Alexander à l'intérieur.

Plus bas à Krov:
 

Frappant ses mains l'une contre l'autre, il s'avança, faisant une révérence à l'ensemble des individus présents dans la pièce. "Nous allons attendre ici, monsieur Devaraja. Loin de nous l'idée de vous prendre davantage de votre temps. Soyez assuré que nous vous informerons de toutes les nouveautés concernant les évènements actuels." Il fit de nouveau face au docteur. "Il va de soit que pour votre sécurité, vous ne devez être au courant que d'un minimum des éléments relatifs à cette histoire. Si la décès de l'empereur n'est pas de cause naturelle, ce que nous croyons, il est clair que l'individu s'en étant pris à sa personne n'attendait que le moment de votre départ pour agir. Nous attendrons donc d'avoir de plus amples connaissances sur le sujet afin de déterminer quand votre retour sera le plus opportun... à votre sécurité, j'entends. Biensûr, vous pouvez nommer l'un de vos compagnons pour transmettre vos commandemants. Mis à part mademoiselle Elizabeth Krov qui,  fort malheureusement, est dans la même situation que vous. De plus et si je puis me permettre: on ne sépare pas les familles."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 18 Avr - 15:22

Le membre 'Jinendra Devaraja' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Espionnage' : 1, 1, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 18 Avr - 16:37

Il se passe autour de moi tout ce qui devait immanquablement se passer : je vois se rejouer comme une pièce vue et revue et à laquelle je réserve pourtant tout l'intérêt qui lui est dû. Je retire doucement Krieger à cette scène, le décale de sous le nez des envoyés impériaux pour que le bon mercenaire puisse plus librement se laisser aller à l'expression de ce que cette ironie dramatique cause dans cet esprit simple ; ce qui me permet ainsi de revenir à la part la plus centrale des acteurs qui répliquent devant moi. J'ai rarement pu saisir un faciès à ce point patibulaire s'accrocher à chacun des traits de ce si cher Alexander … si bien que je dois prendre sur moi pour ne pas le placer dans un coin aux côtés de son vampire. Sa fureur libérée, je me penche à son oreille et l'avertis à vois basse :
    « Je crains malheureusement que toutes les dispositions quant à un séjour prolongé ne soient déjà prises, mon ami ; j'ai reçu des instructions très complètes quant à votre protection …, » si la détention d'expatriés peut être légalisée sous ces termes.
Je profite de ce que tous soient concentrés sur les fières palabres pour revenir sans me presser jusqu'à leur niveau, en particulier de celui d'un protagoniste remarquable par ses absolues silence et blancheur. Je lui passe mes mains sur les épaules et l'approche de l'épicentre du dialogue. Tout sourire, je passe de Krov au messager et annonce avec toute la douceur du monde :
    « Nous avons là une jeune femme qui a souligné avec beaucoup de soin comme sa patrie pouvait lui manquer et comme ma présence avait ce don de l'insupporter ; je suppose qu'elle s'est d'ores et déjà faite à l'idée d'un départ avancé … n'est-ce pas ? » chantonné-je enfin à l'adresse de l'elfe qui n'a toujours pas réussi à piper mot quant à son sort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Mer 18 Avr - 18:39

Etat d'esprit de Daïa

- Attendez une seconde... si on est représentants de l'Empereur mais que celui-ci est mort... pour savoir si j'ai bien suivi le déroulement de la chose... on est représentants de qu...iii ? Le contact entre les mains de leur hôte plus cordial encore qu'il ne l'avait probablement jamais été et les épaules de Daïa, avait créer une étrange réaction chez l'elfe qui devint plus pâle encore et commença à bredouiller. Effectivement ! La proposition est si bien faite ! Hehehe... euh.. Je me porte candidate. Termina-t-elle en se dégageant des paluches avant de remonter en direction des chambres pour y reprendre sa valise.

- Un "séjour prolongé" ? Baliverne. Mirage s'éloigna quelques instants, faisant un geste de dédain à destination du messager, se dirigeant vers le mercenaire qui se raidi à son approche et cessa instantanément de rire.

A Erwin:
 

Ambiance

- C'est fort aimable à vous d'être venu aussi promptement à nous pour nous annoncer la nouvelle. Lily s'avança doucement vers le messager, affichant un air attristé mais souriant. Vous auriez pu simplement vous contenter de transmettre le message par le biais d'un appel radio ou d'un seul coursier mais vous nous avez fait l'honneur de venir en ambassade. Le voyage a du être particulièrement éprouvant. Elle fit une légère révérence pendant que Mirage se raprochait, souriant. Pardonnez notre réaction, comprenez qu'avant notre départ nous avons bien entendu pris le plus grand soin quant à la vérification de l'état de santé de feu l'empereur. Elle se redressa et continua d'une voix plus que posée. Nous espèrons avoir des informations au plus vite et cela, bien entendu, concernant le dossier médical établis par l'auteur de l'autopsie. Cependant, une question concernant le voyage que nous devions mener en direction de Syab: sera-t-il reporté ou avez-vous pris des dispositions afin de nous permettre d'y aller au moment voulu ?

Daïa descendait les escaliers, sa valise en main et accompagnée par les moqueries d'un mercenaire qui profitait de sa mise à l'écart pour commenter chaque moment de la scène se déroulant sous ses yeux. Passant à proximité d'Erwin, celui-ci en profita pour lui glisser quelque chose à la main, qu'elle cacha rapidement dans son décolleté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Herendyll Saeros
Empereur des maîtres chanteurs
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 15/04/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 19 Avr - 8:44

"Exactement: votre "séjour prolongé", docteur Krov, est organisé à la perfection. Vous n'avez à vous soucier de rien d'autre que de continuer à faire bonne figure." Le messager ne prit pas la peine de répondre au geste de cette vieille carne. Lui-même avait probablement déjà tout prévu de son côté. Personne ne trompait personne mais quand bien même il semblait vouloir le nier: tout le monde jouait le jeux. Krov s'éloigna du reste du petit groupe formé devant l'entrée, peu après la fuite de l'elfe qui était remontée en trombe, laissant place à quelque chose d'on ne peut plus agréable à l'oeil et aux oreilles. Un gâchis certain que de laisser cette pauvre enfant aux mains d'un vieux vampire. Ce dernier se rapprocha du comité, laissant aux regards les plus avisés tout le loisir d'admirer le contraste net entre la jeune rouquine et lui. Si t'en est que l'on puisse se détourner détourner du premier spectacle. "Vous devriez prendre exemple sur votre fille, docteur Krov." Sans quitter la jeune femme des yeux, il attrapa ses deux mains dans la continuité des gestes de celle-ci. "Pas d'inquiétude, mademoiselle Krov. Ne vous en faites pas pour nous: l'habitude des voyages est déjà bien acquise. Nous sommes encore en âge ou la fatigue ne s'avère être qu'un détail minime." Lui lâchant doucement les mains il répondit à sa question. "Bien entendu, ma chère, toutes les dispositions ont été prises afin que vous puissiez entamer votre voyage à Syab en temps et en heure. On courrier sera d'ailleurs transmis à la Jarl de Woktal dans les plus brefs délais." Reportant son attention sur l'hôte des 4 dalentiens, il reprit. "Tous les frais nécessaires à leur entretien seront à notre charge. Il va de soi que l'Empire vous fera montre, comme il se doit, de sa gratitude envers votre aide si généreuse."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 19 Avr - 11:50

Le membre 'Jinendra Devaraja' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Espionnage' : 2, 3, 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 19 Avr - 12:14

Si je n'avais été écrire ma lettre avec le nécessaire que m'apporte Abdervus pour que je ne manque rien de ce qu'il se dit et se dira entre mes hôtes plus ou moins imposés, je me serais très volontiers senti vexé pour mon comparse immortel devant le ton fort déplacé qu'emprunte face à lui le héraut impérial ; nous savons tous ici comme les circonstances qui ont entraîné le décès précipité de Luthien Liedor le Dalentien (qui acquerra très vraisemblablement un sobriquet tout autre au moment de sa canonisation ; pour l'instant, compte tenu de là où il doit reposer, je serais presque tenté de proposer « le Refroidi »), mais je suppose être de bien meilleur goût de poursuivre ainsi nos faces à demi-voilées plutôt que d'enfoncer les portes ouvertes et e s'en aller railler si ouvertement un bien vieux singe qui s'est lassé de grimacer. Pour l'heure, je suis concentré tant sur le papier que je gratte que sur les gestes plus que les mots qui sont échangés … je ne tiens pas à raturer trop de papier pour avoir pris note de ce qu'il se disait plutôt que de répondre au secrétaire improvisé de feu Sa Majesté.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 191
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Jeu 19 Avr - 13:25

J'avais écrit le billet que Daïa fourra avec une grâce plus qu'inexistente entre ses... "attributs féminins" ? Pour le coup, ça m'avait coupé le caquet. Je m'attendais pas vraiment à cela, même venant d'elle. Avec sa petite valise dans la main et son air complétement neutre elle semblait bien préssée de partir la bougresse.

- Grand Large ? Qu'elle chuchota.

- Hein ?

- Plus haut les yeux Erv. Vite, avant que je t'en foute une. Au Grand Large ?

- Le tenancier saura quoi en faire. Pardon. Je relevai mon regard. Oui, oui: la taverne. Baisse ta main, on frappe pas les malades !

Je la suivis lentement, dans la mesure des capacités de mes pieds à l'heure actuelle, en direction du groupe planté devant l'entrée. Lily paraissait s'en sortir avec le messager, le vieux, montrait autant que cela était possible pour un individu ayant l'émotivité d'une porte de prison, son approbation quant à ce qu'elle disait. J'entendais rien pour ma part. Mais j'aurai préféré tomber 6 fois de suite dans l'eau de mer que de voir cet ignoble connard prendre les mains de la petite. Rester calme... surtout, ne pas lui exploser la face sur le sol du cordial. Je m'avançai, me plaçant de toute ma hauteur aux côtés de la gamine avant de déposer ma paluche de mercenaire sur sur son épaule. Elle leva son regard dans ma direction, pendant que le coursier s'adressait à Jinendra, affichant son calme olympien et son léger sourire. Du coin de l'oeil, très subtilement, je cru voir Lily se frotter légèrement les paumes sur les pants de sa cape. Cela fut très bref et, en vérité, je n'étais même pas sûr de ce que j'avais pu voir mais me suffit à me faire graver le visage de l'autre con en mémoire.

- En temps normal je ne viendrai pas vous dire comment faire votre travail, mon ami. Cependant, lorsque vous me donnez des ordres ou des indications je vous prierais de founir le noms des individus seuls ayant cette autorité sur ma personne et celle des personnes m'accompagnants. Car si vous pouvez jugez les qualités de quelqu'un et les rapporter à votre employeur, sachez que je peux en faire de même. Alexander se rapprocha davantage du coursier, affichant un air amusé. Et bien plus encore. Il se tourna, dans un mouvement de cape, en direction de l'elfe. Prête à rentrer, Daïa ? Vous savez ce que vous avez à faire, je ne vous apprends rien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jinendra Devaraja
dit « Le Cordial »
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 04/03/2018

MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   Ven 20 Avr - 14:37

Attaché encore à poser mon paraphe final sur le papier devant moi, j'en dévie un temps les yeux quand je saisis au vol l'approche furieuse mais fort bien tempérée de Monsieur Krieger : pareil à un squale, il fend sans se soucier un seul instant de son assistance la distance qui le sépare du messager pour l'écraser de toute sa présence et de toute l'autorité dont il nous montre ses réserves les plus profondes. L'échange des regards et les gestuelles me sont toutefois inaccessibles : j'ai l'impression étrange de ne pas posséder d'informations en quantité suffisante pour mettre à ma portée ce dont je suis le présent témoin. Peut m'importe : je scelle le plis dans son enveloppe et enjambe en quelques trois pas seulement l'espace qui me rendait ce petit monde à ce point insondable.
    « Tenez, jeune homme, » annoncé-je au messager, glissant le courrier dans ses mains à peine abaissées, « vous pourrez ainsi disposer et cesser toutes ces simagrées qui doivent blesser cette pauvre mâchoire qui est la vôtre, avant que l'effort n'y fasse fleurir de bien vilaines vergetures. »
Je suppose surtout Erwin très tenté de la blesser lui-même, de sa propre main … ou poing. Je m'adresse ensuite à l'assemblée qui a peuplé ma demeure une nuit déjà et dont j'allais devoir me séparer de l'un de ses éléments.
    « J'espère, Daïa, que vous ferez bon voyage et suis navré de vous voir écourter ainsi votre séjour ; je suis atteint dans mon âme et conscience de ne pouvoir faire plus ni pour vous ni pour ceux dont vous avez assuré la compagnie jusqu'ici. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t202-jinendra-devaraja
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le prix de toute chose - La Nuit Rouge   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le prix de toute chose - La Nuit Rouge
Revenir en haut 
Page 5 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10, 11, 12  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Féia :: Irracya :: L'archipel de Tharen :: Cestra-
Sauter vers: