Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'amour d'une mère ... pour la tradition

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Sam 17 Fév - 19:16

    « Je reviens vite, oui, promis.
    – Et tu ramèneras des gâteaux, aussi ?
    – Si j'en trouve ? Oui, bien sûr.
    – Il fait beau là-bas ? La neige elle est comment ?
    – Pas bien différente de celle des plateaux, mon renard.
    – Les Plats tôt ?
    – Je t'y emmènerai un jour, ma chérie.
    – Papa ?
    – Oui ?
    – Dante, libère la ligne.
    – Tu me manques.
    – Je sais, ma toute belle. Tu me manques à moi aussi.
    – Libère la ligne.
    – On fera un igloo, quand on ira voir la neige qu'est toute froide et qui croustille ?
    – Promis, ma grande … eh ! Rends-moi ça !
    – Navrée, Dante, on a autre chose à faire ici que des igloos.
     »
Je me débats un peu pour récupérer la radio, mais peine perdue : c'est à une orquesse que j'ai affaire, pas une humaine, et elle n'a pas volé son surnom de Tapedru ; c'est ce qu'elle me rappelle fort douloureusement quand elle m'en colle une à m'en déloger une ou deux cervicales. Ce qui a le don de m'assagir … pour quelques minutes, du moins. Je concède que je dois reprendre mon sérieux et l'apparence toute assortie qui sied le mieux à un agent de liaison quand s'approche de nous la jarl de la province, Elleira, grande chose bleue et bipède à qui on nous recommande de montrer autant de déférence qu'à l'Empereur lui-même. Je veillerai donc à me servir de ses portraits pour jouer aux fléchettes, comme je le fais de l'Empereur. C'est une pensée en l'air, pour le moment, où je dois surtout me maintenir au garde à vous et droit dans mes bottes autant que mes fourrures.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Dim 18 Fév - 17:39

Elleira traversait les couloirs en saluant brièvement les domestiques, Rhyas la suivait comme son ombre. La jarl se rendait au rendez-vous des Louvetiers. Elle espérait tomber sur les quelques-uns qui étaient sympathiques, mais Damien lui avait déjà dit qu'il ne serait pas le prochain à la voir.

- Tu peux ralentir, tu sais! protesta Rhyas. Je suis plus petite que toi!

Elleira tourna la tête vers son aînée avec un sourire narquois:

- De dix centimètres! Tu m'entends pas chialer sur la taille de Nagnar!
- Pfff!

La prêtresse consentit à ralentir le pas.

- C'est déjà ce temps de l'année? demande Rhyas.
- Yep, répondit Ellie.
- Pourquoi la Drönning te fait endurer ça déjà?
- Parce que Syab bénéficie du soutien de Dalentour, ça cause moins de conflit et on a des chasseurs spécialisés pour la vermine.
- On est immuns! s'écria l'assassine pendant qu'elles approchaient des Louvetiers qui étaient là-bas.
- Rhyas, ils sont là, la pressa Elleira.
- Combien d'entre eux parle sybanès pendant que nous on parle commun?

Toute la discussion entre les deux était dans leur langue natale.

- Je sais pas, mais je mets mes paris sur le Farid, Rhyas, lui souffla la magus de feu.
- Ah skit... jura l'espionne.

La Faryd onyx changea d'attitude, maintenant calme. Elle n'avait pas revêtu son armure, elle avait ses vêtements plus normaux. Pas besoin d'avoir l'air d'une assassine, le look était pour le choc, et elle préférait son manteau, presque copie conforme à celui de sa soeur. Pour la rencontre, Elleira s'était vêtue pour l'occasion, un peu de protection, son armure de cuir noir et ses protection aux jambes, tout en portant son grand manteau aux dragons brodés et la bordure dorée dans laquelle était inscrite la devise du clan. À sa ceinture étaient attachés les fourreaux de Sol et Mani. Ils étaient dix-sept Louvetiers. Lequel ou laquelle allait être le ou la porte-parole cette fois-ci? La Reine de Feu alla s'asseoir sur son thrône de chêne, Rhyas se postant à ses côtés. L'assassine était armée, elle cachait ses dagues dans ses manches.

- C'est l'tour à qui c'te fois-ci? demanda la jarl qui passa au commun.

Ils savaient très bien ce qu'elle voulait dire. Elle n'était pas friande du commun, elle savait que ses propos étaient moins... proprement dits, et elle ne le pratiquait pas si souvent que ça, malgré ses efforts son accent était encore un peu prononcé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Lun 19 Fév - 12:16

Tous ensemble, dans un mouvement de cervicale parfaitement coordonné, nous nous tournons vers Elleira qui s'adresse à sa suite. Il ne faut pas être un fin syabbophone pour saisir qu'il s'échange quelques jurons, qui ne manquent pas de faire sourire notre interprète de secours. Sur les dix-septs Louvetiers appartenant à ce détachement, Regnsjal est le seul à venir du pays, mais malheureusement pas de la région : il est du Sud, je crois. Je sais surtout qu'il est au nombre des rares Farÿd qui acceptent de se raser, même si seulement par endroits (quelques coups de rasoir font des dessins que je trouve dignes d'une tapisserie dans son épais volume de poils vert mousse, mais qui laissent au moins deviner la forme de son tatouage de fonction) ; de ce que j'ai cru comprendre, les Farÿd apprécient à peu près aussi peu de se faire raser qu'un Hyii de se faire toucher les cheveux. Vous vous doutez donc bien qu'au cours de nos formations, j'ai plus d'une fois profité de son sommeil pour m'amuser un peu ; et je ne suis d'ailleurs pas le seul ici. Quand Elleira prend la parole, la fine équipe échange un regard avant de le poser, fataliste, sur moi ; voici plusieurs années j'attends mon tour, et bien que j'ai pu en réchapper souvent, vient un moment où nos supérieurs nous acculent tous ici à ce choix. Je m'avance, baisse la tête devant notre hôte en signe d'humilité ; je sais que ça ne prendra pas, mais il est toujours bon d'espérer.
    « Jarl de Woktal, je demande audience auprès de vous pour vous rapporter les nouvelles de l'Empire et de l'Archipel, ainsi que d'en réclamer de votre provinces et de ses voisines. »
Elle sait toutefois que nous avons interrogé chaque Farïd sur notre chemin, et que nous attendons tous d'elle de voir si les informations dont elle nous fera part seront ou non en concordance avec ce que nous sommes déjà parvenus à entendre jusque là.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Lun 19 Fév - 13:26

L'expression amusée du Farid vert n'avait pas échappée aux deux sösters. Elleira sentait que Rhyas bouillait un peu sous sa façade. Elle s'en remettrait. Comme si c'était la première fois que ça arrivait. Les escouades de Louvetiers avaient toujours quelqu'un pour traduire quand ils venaient en Syab, surtout quand ils venaient dans la capitale. Quelques-uns étaient des Menneskelig qui avaient appris le sybanès, parfois ils étaient chanceux et un des rares Faryds qui acceptaient le rasage était avec eux. Malgré les différences, les deux voisins avaient pour coutûme de décorer le corps de leurs sujets. Seulement, Syab le faisait temporairement. Ce n'était pas une occasion de revêtir les peintures, ce n'était qu'un rapport de Louvetiers.

Cette fois, la décision du porte-parole était unanime: tout le monde pointa du regard le un homme aux cheveux blonds. La jarl n'aurait pu dire s'il attendait ce moment, ou le redoutait. Étiquette étant étiquette, il s'était avancé et agenouillé devant elle. Le rapport habituel, bien sûr. Elleira tendit la main, paume vers le haut, en face de Rhyas. L'assassine sortit de sa veste un cahier à la couverture de cuir que sa cadette commença à feuilleter jusqu'aux notes qui intéressaient ses visiteurs. Ellie avait pensé demander à Drönnig de former leur propre division militaire pour remplacer les Louvtiers, mais se mettre les autres pays à dos n'étaient pas la meilleure idée. Syab avait besoin d'eux, même si le pays était trop fier pour l'admettre.

- Kek goules ont été r'pérées à la frontière de Davoh, ent' Mesméra et Spelte. Au nomb'de 5, s'lon les témoins. Bétail attaqué à Ramsko, juste au sud d'Wotkal, les gens disent avoir d'aut' goules, lisait Elleira. Une meute de lycans a décidé de v'nir faire un tour dans les forêts, dans l'coin du Lac des Loups.

Elle ferma le livre d'une main, un peu sèchement. Bien qu'elle était fière et prenait son rôle de Voix au sérieux, elle n'en aimait pas tous les aspects.

- Et sur le reste du cont'nent? Dois-je m'attendre à d'bonnes nouvelles? Ou mauvaises nouvelles?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Mer 21 Fév - 13:05

Je dois beaucoup lutter contre moi-même pour ne pas me fendre d'un sourire à son accent ; c'est au moins mieux qu'à mes débuts : je doute avoir été capable à l'époque d'une telle retenue. Je me rassure aussi d'être un tant soit peu abrité des regards inquisiteurs de la farïd noire qui est restée au côté de sa dame : quand cette dernière occupe ses yeux à lire les quelques doléances laissées par ses sujets, Rhyas (car c'est son nom, et je m'en souviens) conserve l'aspect de l'oiseau de proie perché à son poing, l’œil aux aguets et les serres à l'attaques toutes préparées. Son descriptif de la situation achevé, la plume d'un associé grattant frénétiquement le papier à proximité, Elleira me donne la réplique. Je me redresse, tout mon sérieux repris :
    « Rien qui ne menace vos frontières : la grande majorité des lycanthropes recensée a eu l'intelligence de choisir pour asile les Plateaux de Lies, les grottes et les grandes plaines, au grand dam des populations orques établies dans la périphérie de Tarnindral ; l'épidémie a pu être endiguée malgré la forte tendance des peuplades locales à repousser le plus gros de nos services. Malheureusement, plusieurs wendigowak ont ainsi eu l'occasion devoir le jour ; ce n'est qu'à cet instant qu'il a été convenu un accord dont nous vous passeront les détails, mais orcs et orquesses de ma division sont pour beaucoup dans notre réussite, » commencé-je, présentant d'un mouvement de main mes compagnons.
Ceux-ci restent bien amers au souvenir de cette mission encore vécue comme un échec et refusent avec une obstination qui leur est fort coutumière tous les honneurs qui leurs sont chaque fois rendus. Je poursuis :
    « L'archipel de Tharen s'est vu relativement bien épargnée par les attaques, et ce malgré les importations régulières d'hommes et de femmes énarides ; leur commerce est maintenu sous surveillance stricte et soyez assurée que nous restons prêts à agir en cas d'application de méthodes qui seront perçues comme à risque pour le reste des Irracyiens. En dehors de quelques chimères capricieuses, notre recours ne s'est pas avéré nécessaire sur place et ils débattent entre-eux de la possibilité de réduire l'apport des aides qu'ils fournissent aux louvetiers. »
Point problématique s'il en est : les strates basses sont les premières touchées par les débordements venus d'en haut, et ce sont bien souvent les seules âmes que nous venons à protéger, ce qui ne semble pas concerner ceux qui nous nourrissent.
    « Circuler au sein des bois et des forêts amanéennes s'avère toujours une gageure, mais ils semblaient cette fois vides de menaces : la division qui nous y a précédés s'est montrée efficace pour la débarrasser des quelques goules qui avaient élu domicile à leur ombre. Enfin, » et je hausse autant la voix que le menton, « nous avons ouï dire en chemin que les rapports auprès des Zmar vos voisins se sont rendus quelque peu épineux ces derniers temps après que vous eussiez choisi de faire l'acquisition d'un tuteur pour votre fille parmi les assassins responsables de la disparition de la famille qu'ils avaient choisie comme héritière ; nous comptons sur vous pour ne pas dresser sur notre chemin plus de barrières que celles auxquelles notre profession nous heurtent d'ores et déjà, jarl. Y aurait-il, à votre connaissance, d'autres éléments à porter à notre attention qui risqueraient d'influencer la qualité de nos déplacements sur les terres de ce royaume ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Mer 21 Fév - 15:00

Oh elle le voyait, ce petit coin de bouche qui se débattait pour se soulever. Elleira n'aimait pas parler en commun. Elle s'entendait et son accent la faisait grincer des dents. Rhyas se marrait intérieurement, ressentant l'embarras de sa soeur qui faisait tout pour rester calme et froide. Plus facile à dire qu'à faire. Ryhas ne quittait pas les Louvetiers des yeux, elle les examinait un à un. Ils étaient délégués, ils avaient autant de pouvoir sur Elleira que la Drønning elle-même. Et ça, la jarl détestait. Derrière cette façade neutre se cachait une aversion de l'Accord. Elleira comprenait très bien pourquoi, toutefois elle partageait les pensées de Rhyas à ce sujet.

Le rapport était clair, essentiel. Le blond leur rappelait que des quatre pays sur Irracya, Syab était celui où les épidémies étaient le moindre. Ils étaient immuns après tout. Le pays apportait son aide pour les bénéfuces surtout. La question d'argent viendrait bientôt, Ellie avait avec elle, dans son bureau, l'or destiné aux Louvetiers, côtisations des quatre provinces. Mais la conversation n'allait pas vers les fonds monnétaires.

Leur 'diplomate' avait levé le visage pour la regarder et il commença à parler de l'affaire Zmar. Les queues d'Elleira tressallirent à la mention du meurtre, les flammes des lampes et du feu central commençaient à se teinter de bleu.

- C'qui s'passe entre moi et Zalma ne vous r'garde pas, siffla Elleira.

Pas la peine de lui rappeler. Et Wotkal dépendait beaucoup de Skavot en importations de nourriture. Elle avait réussi à garder les échanges cordiaux jusque là. Et bien sûr les rumeurs se promèneraient, la jarl n'allait pas faire chaque citoyen qui parlait de Zima et Cirrus! La vindmagasin était en sécurité à Alserd, Elleira y veillait. Ils avaient même appris pour le tutelage de Gersemi. Dante finit sur un avertissement. Elle aussi:

- La vie privée de ma fille ne vous concerne aucunement, dit lentement Elleira en énonçant chaque syllabe avec un ton rempli de menaces tout en se levant de son trône pour surplomber le menneskelig de toute sa hauteur et le regarder de haut. À moins d'vouloir en finir et prendre votre argent, non, il n'y a rien d'aut'.

Il lui tapait déjà sur les nerfs avec son ton... Rhyas restait de marbre mais guettait les flammes qui bleuissaient de plus en plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Jeu 22 Fév - 12:06

Le détachement de louvetiers tout entier s'assombrit devant le ton tranchant qui accompagne les mots sans équivoque de notre hôte. Personne ne me retient quand je choisi de me tenir au garde à vous, dans un salut militaire typiquement hyii, plus fier que droit.
    « Ce qui se passe entre Zalma et vous nous concerne au plus haut point, au contraire, jarl, » insisté-je ; « dois-je comprendre que vous vous dérobez à vos obligations en choisissant délibérément de tenir des informations politiques sous silence ? Je n'ai très probablement pas besoin de rappeler le sort qu'ont connu ceux des orcs qui ont cru bien faire en repoussant le joug impérial autant que l'aide des nôtres. Ne prenez pas pour excuse une quelconque intelligence bestiale qui entamerait vos capacités mémorielles : Regnsjal ici présent pourrait vous soumettre dès à présent le même rapport. »
Tapedru n'a pas besoin de me faire ce petit signe pour m'y inviter : j'ai mentionné une nouvelle fois ce que nous percevons comme une défaite cuisante vis-à-vis des populations orcques, et choisis d'interrompre tout net l'impertinence dont je fais montre. À son expression, je me sens en droit de craindre une bonne calotte à l'arrière-du crâne (de celles qui pourraient presque nous rendre aveugles) ; Regnsjal, le farïd, semble reprendre ce que j'ai précédemment rapporté. Je ne prête pas de réelle attention aux flammes bleuâtres qui jettent des ombres jaune et dansantes sur les murs et derrière-nous.
    « Si la vie privée de votre fille ne nous concerne en rien, ce que vous en faites vous nous concerne, que vos crétineries d'arrangements claniques nous touchent ou non au cœur, tutorats tout comme mariage arrangé, » je me sens violemment secoué, ramené en arrière alors que ma voix monte, lentement mais sûrement, sifflante comme le serait le feulement d'un chat échaudé. Je ne crains pas l'eau froide pour autant : « oui, les choses s'apprennent vite quand un lien correct est entretenu auprès des petits, ma jarl. »
Tapedru semble au désespoir, à l'image du reste de notre fine équipe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Jeu 22 Fév - 13:25

Musique

Rhyas tentait de garder sa façade mais Elleira commençait à s'échauffer de plus en plus. Ses yeux fixaient Dante sans le lâcher une seconde, les autres Louvetiers n'étaient plus présents dans sa vision.

Bryn! Calmes-toi! intima Rhyas à sa soeur.

La jarl se tourna sèchement vers la Farid noire qui restait de marbre. La différence de caractère entre les deux soeurs ne pouvait être plus flagrante. Rhyas avait toujours plus tranquille, même si facétieuse à ses heures, et Elleira avait toujours été une boule de feu sur le point d'exploser. Il fallait que Surric soit de passage à Shi aujourd'hui? Sa présence était vitale en ce moment!

Dante tirait sur les mauvaises cordes et la jarl serrait les crocs, les dévoilant peu à peu. Comme si il savait de quoi tout en retournait à Syab!

Bry! C'est pas important! Laisses-le parler! plaidait l'espionne pour calmer la brannmagasin.

Mais la danser magus ne l'écoutait pas. On pouvait voir dans le regard de Rhyas qu'elle s'inquiétait. Et Dante devait en ajouter une couche. Et tirer sur la corde la plus sensible. Dès qu'il osa se prononcer sur la petite, toutes les flammes dans la salle explosèrent d'azur. Elleira n'essayait même plus, elle montrait les crocs, les oreilles rabaissées vers l'arrière, elle était agressive.

Brynhildr!! supplia Rhyas.

Elleira fit un pas vers l'avant, les flammes pulsant quand elle posa sa patte au sol.

- Syab accepte vot' traité pour les bénéfices, vos goules, vampires et lycans ne nous affecte pas comme vous Menneskelig!

Elle fit un autre pas.

- Un, j'ai mes raison d'penser qu'l'implication du parti coupable a été sans connaissance de cause. Deux, l'hébergement du parti coupable n'a été que bénéfique, autant pour ma province que pour ma fille, feula Elleira avec grognement sous-jacent dans sa gorge.

Le fait qu'il pouvait lui tenir tête l'enrageait! Ce foutu bout de papier! La jarl dégaina ses deux épées d'un même geste. Rhyas s'approcha pour mettre ses mains sur les épaules de la jarl pour la ramener à la raiso, mais Elle s'enflamma pour l'en empêcher.

- Je vais le massacrer, grogna Elleira en sybanès.
- Tu vas pas lui lancer un duel?

La Farid bleue ne répondit pas. Zima était un miracle pour la province. Wotkal avait reçu une grande somme d'or et pouvait supplémenter son peuple pendant un moment. Gersemi avait tellement progressé en magie, son comportement s'était amélioré, son estime de soi était en santé. Malgré la tragédie à Gumyr, tout allait bien ici. Elleira ne laisserait pas Dante ternir ce moment de joie!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Ven 23 Fév - 20:08

Ma tirade semble être entendue en silence par Elleira, dont seules quelques flammes pétaradantes de turquoises luminescentes nous laissent comprendre avec quelle hargne sont retenus mes propos ; bientôt ses crocs se découvrent et dans une même onde bleue, tout les foyers de la salle se teignent. Alors qu'elle avance vers nous tous, nous nous tenons tous face à elle comme la montagne face au vent, sans ployer ni trembler ; elle qui se croit la tempête quand elle réplique n'est, face à nous, rien de plus qu'un murmure lointain : nous sommes l'Accord qui uni les peuples entre-eux, pas un vulgaire ramassis de roture sur lequel elle doit se sentir le droit de vie ou de mort … ce quand bien même cela devrait la changer de ses serfs. Je note qu'elle préfère aussi traiter avec de bêtes forbans plutôt que nous. Impassible au-devant de son avancée, je poursuis et hausse ma voix jusqu'au niveau de la sienne :
    « Répétez ça devant votre reine, femelle, ainsi que devant cette Zalma que vous ne semblez pas respecter autant que ce que vous prétendez ! Rappelez-vous seulement que vous vous exprimez au nom d'absentes : vous qui vivez au nord et loin des frontières et qui osez préjuger des dégâts des goules dans la province qui vous nourrit alors même que vous vous collez à ses terres comme les goules à a chair de ses sujets ; vous encore en qui Alliéa a confié sa parole en espérant que vous sauriez vous montrer suffisamment sage pour la respecter autant que son choix quand elle a participé à cet accord que vous dénigrez, ce seulement pour le bien du peuple que vous partagez. A-t-elle mal fait ? Devons-nous entendre par là que vous nous prenez comme témoins de votre sédition aujourd'hui déclarée ? » ; je prends une respiration avant de reprendre, plus carnassier : « … à moins que ce ne soit une habitude, chez-vous ? De vous accaparer la parole des autres ? De vous supposer trop importante pour vous y attacher ? Revenons à ce qui nous concerne et qui semble pour vous relever du privé : quand vous vous engraissez plus que deux hommes, croyez-vous seulement que dans votre province, votre peuple tout entier puisse seulement y songer ? Votre goût du luxe n'est plus à démontrer : vous vous baignez dans une richesse crasse et peinez à vous séparer de l'argent promis aux louvetiers, vous teignez vos accoutrements avec les pigments les plus coûteux, gâtez votre petite dernière à un point que même vos marchands finissent par nous en souffler quelques mots. Devrions-nous, face à un possible assèchement des ressources de vos sujets, craindre une hausse du banditisme sur les routes ? De plus, bandits ou non, les quelques âmes égarées sur les chemins grands ou petits font de potentielles victimes supplémentaires, réclamant un investissement en hommes supplémentaire. Quant aux jarls Zmar, n'en recherchez-vous vraiment pas l'extermination pure et simple sachant qu'en plus de former votre fille auprès de l'assassin de leurs héritiers, vous la promettez au fiancé de Ciel Zmar, qu'une semblable union n'arrangeait plus en rien dès lors qu'elle et son frère perdaient le pouvoir ? En somme, celui qui a pu souffler sur les braises qui ont allumé les flammes de la fureur des enfants Zmar, l'instigateur véritable de toute cette affaire odieuse ? Si c'est l'invasion d'une province riche que vous souhaitez, c'est, et j'en conviens, un plan rondement ficelé que vous nous présentez-là : affaiblir leurs forces en laissant pénétrer nos goules et nos lycans (sans même oser seulement penser à ce qu'il arriverait si un wendigo arpentait ces terres), provoquer la ruine du pouvoir en vendant votre fille de pas même douze ans à une charogne d'infanticide et vous l'accaparer par la même occasion ! C'est bien digne d'une mère assez mal-baisée qui, dès qu'elle n'a plus eu ni père ni mère pour lui rappeler de ne pas ouvrir les cuisses dès ses premières chaleurs s'est appliquée à pondre des gosses à qui elle a présumé les mêmes pulsions ; non, attendez, à la dernière seulement. Tous les autres ont su sauver leur cul à temps, mais que ferez-vous de votre beau-fils quand Warui ne sera plus qu'une charogne de plus qui vous aura servi à paver …. »
Regnsjal, couleur des mers énarides à la lueur renouvelée des foyers bleuis, m'aiguillonne discrètement entre deux côtes pour ne rien laisser paraître de son désaccord quant à mon emportement ; j'aurais aimé qu'il se prononce et ajoute de l'eau à mon moulin, rappelle plutôt ce pourquoi lui-même s'est engagé en tant que Syab. Il n'en fait rien, se contente de garder le silence et, à l'instar de mon détachement tout entier, montre une cohésion de façade qu'il parvient à conserver même quand je fais le chois de cracher les mots que je n'ai pu prononcer à une enjambée seulement des pattes de la farïd. Le feu gonfle et gronde sur la fourrure cérulée qui se détache curieusement des bleus ambiants, sans rien évoquer pourtant en moi : ni crainte ni respect ne peut naître là où le dégoût habite tout entier.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Sam 24 Fév - 1:25

Musique

Ce n'était pas comme si Elleira ignorait tout cela. Dante était simplement la première personne a lui dire avec une telle froideur, hargne et condescendance. Il ne mâchait pas ses mots, mots qui étaient brusques et crus. Aucun d'entre eux ne tremblait, aucun ne reculait. Elle savait qu'ils avaient le droit. Eux, de simples mortels. Qui étaient-ils pour la rabaisser elle, qui avait du sang divin? Ils étaient l'unité d'élite qui s'acharnait à garder Irracya unie et sans danger. Là où elle avait l'habitude de ses citoyens ou des Faryd des autres provinces, même des autres Ulvjegers qui faisaient plus de courbettes devant elle, elle n'avait pas l'habitude des gens comme Dante, qui ne se cachaient pas, qui crachaient au visage de ceux qu'ils jugeaient incompétents. Et visiblement, aux yeux du menneskelig, elle ne faisait pas travail comme elle devrait.

Les flammes pulsaient avec chaque argument, le visage d'Elleira était de plus en plus déformé par la rage. Il tirait sur chaque corde, appuyait sur chaque bouton.

Oui, elle dépendait de son peuple pour sa propre survie, c'en était ainsi, ça l'avait toujours été depuis la création du clan. Oui Alliéa l'avait nommée son ambassadrice, chose qu'Elleira se demandait encore pourquoi alors que Zalma aurait été un bien meilleur choix, malgré que Freya l'était avant sa mort. Parce qu'Ellie était à Alserd? Et de loi l'idée de se révolter contre sa Drönning, la jarl azurée lui en devait trop pour même oser y penser. Elle lui devait sa position et le support qu'Alliéa lui avait donné depuis ces deux dernières décennies. Dante continuait sur sa lancée, il ne lâchait pas. Rhyas n'osait plus bouger, devait-elle ramener sa söster à sa chaise, la laisser devant le mâle blond, la calmer, lui parler? Dante commençait à critiquer les dépenses de sa lille söster. Qui ne savait pas qu'Elleira pouvait dépenser sans compter? Yule était un exemple parfait, plus que parfait, pour appuyer le point de Dante. Elleira avait une fortune parce qu'elle était le siège d'une des religions les plus pratiquées du pays, elle tentait d'en garder le plus possible dans ses coffres, mais peut-être pas pour les raisons que le Ulvjeger pensait. Il divaguait maintenant sur un 'plan' élaboré pour conquérir Skavot. Vu sous certains angles, la Farid bleue ne pouvait nier l'apparence des choses. Étrangement, aux yeux de Rhyas, les flammes se calmaient dans la salle. Mais quand Dante s'attarda sur Gersemi...

D'un geste vif, Elleira placa la lame de Sol au cou du menneskelig, il ne s'arrêtait pas pour autant. Il critiquait sa gestion, ça pouvait passer, elle pouvait ravaler son orgueil avec difficultés. Mais là il s'attardait sur sa famille. Et quand il insulta la jarl, Elleira se retenait avec toute sa volonté. Il ne savait rien! Il n'était pas là! Il n'était pas à sa place! Il n'avait pas enduré ça! IL NE SAVAIT RIEN!!! Toutes les sources de chaleurs rugissaient et crachaient du cobalt, elle se faisait violence pour ne pas lui trancher la gorge en ce moment même. Un long silence s'installa avant qu'elle décide de rengainer ses armes et de reculer d'un pas, les flammes retrouvant leur apparence normales.

- Tssk...

Elleira prit une grande inspiration, les yeux fermés. Si ça continuait ainsi, elle risquait trop, beaucoup trop. La résultat n'en valait pas la peine. Pour le bien de Wotkal, des Sytha, de Gersemi... Il valait mieux lâcher le morceau et laisser tomber. Ils avaient le pouvoir. Ils le savaient. Elle devait se montrer matûre, digne de parler pour la Drönning, sa province et son clan. Plus de termes détournés, juste la simple vérité et intention derrière les actes.

- Cirrus s'est procuré les ingrédients nécessaires auprès de Zima Targavin. Il n'lui a jamais dit c'qu'il comptait faire avec. La préméditation du meurtre était connue seulement d'lui et d'sa soeur, commença la Drönning av Brann. Zima a été 'bannie' d'son clan, quand l'affaire a été conclue. Cirrus et Ciel sont en fuite, vous l'savez déjà, ils ne sont plus en Syab.

Pour Elleira, c'était un bris de confiance envers Nosha, de raconter ce qui s'était passé, elle s'en mordait un peu les lèvres, visiblement réticente.

- Leur oncle, après d'nombreux accords, d'nombreux contrats, m'a contacté. Les Targavin ne sont pus admis à Skavot, du à l'erreur de Zima. Les alternatives était d'la confier à Balder Wulf, à moi, ou d'l'envoyer en dewors du pays. Leur oncle, Imbir Targavin, s'est adressé à moi.

La Farid azurée replaça son manteau, geste inutile, par réflexe.

- En échange d'protéger Zima Targavin et son p'tit frère, j'ai conclu un échange avec Imbir Targavin. Le gain monnétaire... a été substantiel.

Qui aimait parler de dépenses?

- Comme vous l'savez... Wotkal ne peut s'permettre les mêmes matières premières que Skavot et Obrina. L'argent des Targavin est un coussin, en cas d'urgence, mais aussi un grand coup d'main face aux importations, surtout la nourriture. J'en ai prof'té pour acheter plus, l'hiver étant difficile c't'année.

Elleira eut un faible soupir.

- J'ai donc assigné Zima Targavin, Signeuse et Médicaliste, à l'éducation magique de ma benjamine, poursuivit-elle. Je n'peux lui donner toute l'attention qu'j'aimerais et les moments passé avec elle... je préfère qu'ils restent ent' mère et fille, non en tant qu'jarl et héritière. Zima continue son apprentissage pendant mes d'voirs, m'accordant plus de temps avec elle. Zima est ptet' même la meilleure chose qu'soit arrivée à Wotkal d'puis longtemps. Tout, chez ma fille, s'est amélioré: son caractère, sa façon d'penser, son comport'ment, son estime personnelle, ses aptitudes magiques, elle qui avait du r'tard parmis les enfants de son âge. Ses progrès sont fulgurants, grâce à Zima et son frère.

Il avait de la joie dans sa voix, de la fierté. Elle pensait réellement ce qu'elle disait. Il restait encore quelques points à aborder, parmi les plus délicats:

- Mes raisons derrière les fiançailles d'ma fille... sont simples: Runa Berengari m'a approchée pour proposer le mariage. Sachant ma relation a'ec Zalma tendue, du à l'hébergement d'Zima, j'me suis dit qu'd'avoir un Berengari pourrait créer un lien plus facile ent' les deux provinces, alléger la tension. J'ose croire qu'la correspondance ent' ma fille et son fiancé est sincère. Du moins, c'est l'impression qu'j'ai quand Warui attend son courrier avec impatience.

Elle avait un léger sourire à cette mention, un sourire franc. Ces petites étoiles dans les yeux de sa petite quand elle recevait ses lettres lui réchauffaient le coeur.

- À c'point-ci, tout le monde est au courant. Non, j'n'ai pas attendu de n'plus avoir de parents. Mon père m'est inconnu. Ma mère fut tuée devant moi, me protégeant des disciples d'Arendes (Elle siffla le nom du fondateur de la Secte avec une haine intense) qui ont assassiné ma famille, les anciens comme les nourissons. C'est d'un accord commun ent' moi et mon mari que nous avons décidé d'avoir des enfants aussi tôt. Est-ce que j'le regrette? Oui et non. J'le referais, plus tard, j'attendrais plus longtemps. Mais j'regrette ni ma fille, ni mon fils. Jusse pour pointer: C'tait mes troisièmes chaleurs, Ulvjeger, pas mes premières.

La jarl de Wotkal tourna le dos à Dante pour retourner près de son trône.

- Non, sir, j'n'ai pas l'intention d'laisser ma fille comme une vieille peau à la première occasion, dit-elle toujours le dos tourné à l'escouade. Mes enfants n'sont pas sauvés, j'les ai laissés choisir. Fiancer ma fille cont' sa volonté relève de mon égoïsme. J'pourrais argumenter que, ent' famille nobles, il est normal d'arranger les unions, ça a été l'cas pour moi, j'répète c'que j'connais, après tout. Quant'à mon futur beau-fils, il rejoindra les Sytha, il perd le droit aux terres de Berengari, il est vrai. En revanche, a'ec lui, sa famille gagne le support d'mon clan.

Comme si Dante allait tout laisser passer sans contrer ses dires. Il avait plein de matériel à utiliser contre elle, elle venait de lui en balancer à la pelletée. Il voulait qu'elle dise tout ce qui se passait, sans retenue. Elle l'avait fait.

- C'pendant...

Elleira refit face au blondin.

- J'doute qu'la tension soit véritablement tombée...

Elle rebrandit ses épées.

- Alors j'vous propose, plutôt, j'vous convoque en duel. Vous m'aimez pas, j'n'apprécie pas qu'on m'insulte au niveau d'mes décisions personnelles concernant mon corps.
- Tu le convoque en duel? Vraiment? demanda Rhyas en sybanès.
- Il ne m'aime pas, je ne l'aime pas non plus. Il a une grande gueule et j'aimerais la lui fermer, répondit la Farid cérulée dans leur langue natale.
- J'espère que tu es prête à toute éventualité, la prévint l'assassine.
- Honnêtement... je l'espère aussi, avoua Elleira.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Mer 28 Fév - 16:21

La lame me mord presque la pomme d'Adam : à chaque mot, chaque souffle, chaque déglutition, je la sens qui vient jouer avec le fil. Je sais que si je ne suis pas encore étendu mort en travers du hall, Elleira ne me tuera pas. Elle se tient coite, ses muscles se détendent peu à peu ; sa lame s'incline de seconde en seconde. Elle comprend enfin ce qui est attendu d'elle … ou peut s'en faut : alors qu'elle rengaine ses armes, la voici qui cherche à farder les lézardes faites à son honneur. Je ne devrais pas être surpris, et pourtant je le suis : je n'arrive pas à croire qu'elle peut ne serait-ce que supposer que ses belles paroles et ses justifications plus fragiles que le verre la laveront de ses tares. Toutefois, nous l'écoutons tous, respectueux, silencieux, et attendons notre tour avant de prendre la parole. J'accepte de la voir s'expliquer avec toute la naïveté si propre à ceux qui n'ont jamais connu la rue ou la servitude, la fange dans laquelle baigne le plus bas de l'échelle ; l'ingénuité si coutumière à ceux et celles qui naissent accrochés aux tous premiers barreaux. C'est quelque chose qui vient faire pétiller un sentiment obsédant de nostalgie pour un temps que je ne regrette pourtant pas : je sens encore le soleil hyii sur mes bras et le lac, dont les arômes si uniques ne ressortent jamais mieux que sous la lumière chaude du jour estival. Je revois les mercenaires me laisser barboter quelques épices pour ma mère, ou nous coller une taloche quand ils nous trouvaient dans leur remise, mes vieux camarades et moi-même. L'odeur âcre de l'encens me revient, accompagnée de ce petit goût de rébellion qu'avait sa fumée chaque fois que ma mère et moi parvenions, avec toutes les novices et leurs petits, à la faire se répandre depuis le faîte des temples, comme un appel lancé aux grands reptiles qui nous avaient juré leur protection dans les légendes. Jamais un seul n'était venu. Les Hyii prient encore ; j'ai essayé.

Devant nous et point par point, Elleira poursuit. Inlassable. Je croise les bras, poussé aux extrémités de la patience. Je finis par ne plus tenir, la coupe à l'instant même où elle marque son « cependant » d'une hésitation purement rhétorique.
    « Cependant votre naïveté face aux très probables mensonges et manipulations de marchands chevronnés ainsi que le nombre exact des fonds de chausse que vous avez reteints avant de vous faire engrosser n'est pas ce que les louvetiers attendaient de vous aujourd'hui ; ces démonstrations de noblesse, ou le sermon que vous avez offert à ces quelques profanes en visite, n'ont pas de valeur devant l'Aconit. Je ne relèverais pas plus les niaiseries que vous vous plaisez à vous raconter, avec ces histoires maritales censément imitées quand votre propre mère s'est bien passée du poids d'un époux. »
Et j'essaie, tant bien que mal, de m'en tenir à ces derniers mots ; je suppose que, s'ils en avaient été capables, chacun et chacune m'auraient bâillonné d'une main et traîné hors des frontières woktanes le temps que je m'apaise … et que la jarl elle-même prenne le temps de se remettre. Je suppose néanmoins que certains des reproches que je lui ai adressés portaient en eux les questions craintives que d'aucuns parmi nous avaient en eux. Je suppose encore que, pour m'avoir fait leur porte-parole, ces mêmes d'aucuns se sont sentis des envies de remontrances salées. Elleira, elle, reprend place. J'ai laissé mes bras retomber le long de mes flancs, les paumes furetant autour des gardes à ma ceinture.
    « Vous me convoquez ? » ris-je, carnassier, à son adresse ; « excusez-moi … mais vous me provoquez.
    – Jarl, nous ne pouvons accepter ce duel.
    – Regnsjal, tu la vois bien décidée à ne pas payer sa dîme, non ? Autant la parier à ce petit jeu avant de rayer Syab des accords ; ou du moins, tout Woktal. Je suis persuadé que la reine appréciera.
    – Dante !
    »
Je me tais, et m'incline pour céder la parole à l'orcquesse qui vient de m'interrompre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Mer 28 Fév - 19:35

Loin de là, très loin de là. Ils voulaient des explications, elle avait tout dit. En signe de bonne foi? Tenter de réparer quelques énormes fissures dignes de faire s'écrouler une montagne! Ce n'était pas beaucoup, mais si ça pouvait les satisfaire pendant un moment. Oh vrai... elle n'avait pas précisé que Zima n'était qu'une enfant... est-ce qu'il était trop tard? Mentionner que Leif n'avait qu'à peine 13 ans? Bien qu'ils n'avaient qu'à demander aux citoyens de la capitale qu'ils auraient ces réponses sur-le-champ. La jarl se doutait que d'ici peu elle recevrait un joli message lui relatant ce moment bouillant, demandant des explications de son échauffement. Au moins elle était chanceuse qu'Alliéa ne sorte pas du palais pour lui passer un savon devant sa cour. Sa propre mère l'aurait fait. Freya pouvait être comme ça, Rhyas lui disait. L'assassine promenait ses doigts sur les compartments où étaient cachées ses dagues. Elle se replaça les cheveux pour diminuer un peu la tension qui émanait d'elle-même. Elle voulait complètement à sa soeur d'avoir presque péter un câble pour, à ses yeux, pas grand chose, mais sa fierté et son orgueil n'égalaient pas ceux de la Jarl. Ce qui était bénin pour elle, était un affront pour la prêtresse.

Biens ûr que Dante n'allait pas laisser les questions de fiançailles arrangées sans y gliser encore un autre mot. La Faryd charbon émit un léger soupir face à l'acharnement du menneskelig blond. Cette fois, Elleira ne réagit pas. Ça ne valait pas la peine. Il touchait un bon point... Freya n'avait pas prit parti. Décision que ses filles n'avaient jamais vraiment compris, le reste du clan était marié. Leur mère avait toujours paru comme l'élément qui sortait de la norme. Le mariage était déjà officiel, entre Leif et Warui. Les Ulvjeger n'allaient pas l'empêcher. La mage d'armes laissa les ropos de Dante lui passer par-dessus la tête avec pour seule réplique:

- Ma mère était un peu excentrique.

Pour ce qu'elle se souvenait. Mais oui, Dante, tu as le droit d'avoir ton sentiment de supériorité face à mon vocabulaire.

- Tss tss... merci pour cette s'conde éducative, sir Ulvjeger. J'admets que j'dois met' mon vocabulaire au point pour la prochaine sortie à Dühr, dit Elleira avec un léger sourire en coin.
Tu es encore certaine pour le duel? demanda Rhyas.
Je l'ai lancé, je peux pas vraiment revenir en arrière. Et puis, regardes-le, répondit la Farid bleue d'un léger mouvement de tête vers Dante. Lui il  est partant, ça crève les yeux. Oh. Peux-tu aller chercher la bourse?

L'aînée regarda l'escouade puis sa soeur, puis l'escouade encore avant de disparaître dans un nuage de fumée et de réapparaître après quelques instants, une grande bourse en cuir, bien remplie, dans les mains. Et voilà pour Dante qui disait que la Jarl ne voulait pas payer.

- Nan, disons qu'le duel n'est qu'une proposition. J'allais vous r'mettre l'or de toutes façons, dit la grande Farid azur.
- J'attends après l'duel ou j'le donne à l'orquesse tu'suite, ma Dame?
- Ça peut attendre après.
- Viens pas brailler si il te casse la gueule, marmonna l'assassine en sybanès entre ses crocs.

Elleira alla se placer un peu plus loin de son trône, faisant tournoyer une épée dans chaque main. Elle attendrait Dante avant de se mettre en posture de combat.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Mar 6 Mar - 17:50

    « Lieutenant Louvetier, » la corrigé-je cette fois vraiment.
Regn, lui, poursuit en langue syab, fort aimablement traduite à mon oreille par Tapedru (dont il faudrait un jour que je retienne le nom ; au bout de vingt ans, ce serait bien) :
    « Par égards pour sa majesté la reine Alliéa ainsi que pour l'accord qui nous lie, nous ne saurions accepter que ce litige trouve solution par le sang ….
    – Regn, tu n'es pas porte-parole aujourd'hui : si ce jarl lance un défi aux nôtres, sa suzeraine pourra se décharger des conséquences que ce duel engendrera. Quant à notre détachement, il n'est pas représentatif de tout l'ordre ni même de l'accord : nous sommes des soldats. Nous nous devons d'obéir contre juste rétribution. Je me plie volontiers à résoudre ce litige selon ce qui semble être la coutume barbare qui tient lieu de loi dans cette contrée. 
    »
J'ai, de toute façon, déjà détaché la hache de ma ceinture.
    « Et si j'en crois ces-dites lois qui régissent les duels, c'est moi qui ai le choix des armes, jarl. Montrez ce que vous valez vraiment, par la hache et son fer seulement : n'allez pas biaiser par les flammes, ne serait-ce même que pour nous rejouer le pitoyable petit numéro d'intimidation que vous vous êtes plue à faire avec les torches et les brasiers. »
Je compte sur un combat à plus courte allonge que celle qu'offre normalement le sabre pour tourner ma petite taille à mon avantage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Mar 6 Mar - 20:36

Elleira eut un léger soupir quand Dante la corrigea sur son tître.

Que je t'entende chialer, Bry. T'es la première à rappeler tes thanes à l'ordre, agaça Rhyas.
À peine vrai.
- Bien, Heirish Ulvjeger, concéda la Jarl.

Ou devrait-elle le dire en commun? Si elle perdait, si elle gagnait elle continuerait de le dire en sybanès. Et eh bien leur Farid prenait la parole... pour être coupé par Dante presque aussitôt. Il avait de bons points: Elleira ne doutait pas que Sa Majestée se déchargerait du duel. Ce n'était pas comme si ils allaient se tuer non plus. Ils allaient seulement relâcher un peu de pression. Le commentaire de 'coutûme barbare' eut pour effet qu'Elleira eut un léger tic aux oreilles. Barbare... pas la peine de s'énerver de nouveau. Syab avait cette réputation face aux autres contrées d'Irracya. En même  temps, ils étaient des animaux.

Je te jure, s'il continue avec ses commentaires... soupira mentalement la Jarl bleue.
Je sais, ils sont irritants à sans cesse nous comparer à eux, aquiesça l'assassine. Comme si ils étaient le modèle de base de la civilisation Irracienne.

Elles partageaient ce même avis. Il fallait pourtant s'endurcir face à de tels commentaires, sinon elle n'en sortirait jamais. Et Dante ne perdait de temps, ils s'armait déjà de sa hache. Son pitoyable numéro de... oh il n'avait rien vu... mais elle hocha de la tête. Elle n'utiliserait aucune magie. Dante verrait qu'elle n'en était pas moins redoutable. Sa grosse condition par contre... La jarl ne put réprimer une expression de surprise. Elle regarda ses armes, puis Rhyas. Le menneskelig la mettait dans un coin, au pied d'un mur. La Farid azurée s'était toujours battue avec Sol et Mani.

- ...

Elleira rangea ses armes dans leurs fourreaux respectifs. Rhyas la rejoignit à ses côté pendant que sa cadette détachait sa ceinture pour lui remettre. Bon... maintenant il fallait trouver une hache. Les épées étaient quantités massive à Syab, les haches moins. Rhyas redisparut dans un nuage de fumée après avoir déposé les armes et la bourse sur le trône. Sans doute partie chercher une hache dans l'armurerie. Foutu Dante... Pas de magie et pas d'épées. Il voulait vraiment se battre en étant dans son propre élément. Elle... n'aurait pas du le provoquer en duel... non elle n'aurait pas du. Sa soeur revint avec une hache. La magus la soupesa pour avoir une idée de la force à employer pour la manier. Elle ne doutait pas qu,elle serait maladroite avec. Mais puisqu'il fallait... Elleira alla se placer, attendant que Dante fasse de même. Rhyas alla se percher sur le trône, surveillant les duelistes. Elleira prit position, son flanc gauche plus éloigné de son adversaire. L'assassine, quand les combattants furent prêts, annonça le début du duel. La Jarl misa sur sa vitesse pour bondit sur Dante comme un fauve, donnant un coup de hache de la gauche vers la droite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Ven 9 Mar - 17:03

Le membre 'Dante Ghiaccio' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Esquive' : 1, 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Sam 10 Mar - 17:03

Elle poursuit ses petites provocations en sybanès, sinon trop paresseuse pour seulement apprendre un jour la langue commune. Dans le premier cas, je ne peux m'empêcher de voir là un certains plaisir à se renfermer sur ses racines. Je la laisse échanger quelques regards appuyés avec son ombre, qui ne laissent rien ignorer du dialogue muet qui a pris place entre les deux femelles. Je garde toutefois pour perturber un peu le courant de l'action mes commentaires, ne serait-ce que pour pimenter un rien le combat … qui commence. Elle se jette sur moi, sa seule hache en main : le coup est vertical, et m'aurait laissé une belle estafilade s'il n'avait été si lent et imprécis ; je n'ai qu'à faire un demi-tour pour esquiver cette première impulsion, la plus aisément prévisible d'entre toutes ; pur amusement de ma part, je réplique du dos de la lame contre sa nuque dans un arc qui achève ma rotation.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Sam 10 Mar - 17:46

Jet moyen pour esquiver cette magnifique attaque de Dante.

1 - Esquive gracieuse
2 - Un peu mal mais sans plus
3 - Tombe face première à terre

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Sam 10 Mar - 17:46

Le membre 'Warui Sytha' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Esquive' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Sam 10 Mar - 17:58

C'était la première fois qu'elle maniait une hache. Il y avait toujours une première fois à tout. Si elle pouvait le couper un peu, lui faire ravaler son orgueil de menneskelig! Mais... non. Dante évita sa lancée avec une grâce... humaine, pour se retourner d'un mouvement et viser sa nuque.

Elleira s'ancra sur le sol avec sa patte, elle voulu se baisser pour éviter le coup de hache, elle ne lui accorderait pas la joie d'avoir le premier coup et de façon si humiliante! La Jarl s'accroupit, épargnant sa nuue mais son épaule prit le coup à la place, l'envoyant valser. Elle se tourna sur elle-même durant le bref moment où elle volait pour attérir à quatre pattes sur le plancher. Il était doué avec la hache. Le petit merdeux... il savait très bien ce qu'il faisait! Rhyas observait, concentrée, en mode sérieuse. Les queues d'Elleira avaient des spasmes qu'elle tentait de réprimer, elle n,avait pas le droit de signer et elle tiendrait sa parole. Son épaule droite l'élançait sous l'impact. Elleira bondit de nouveau vers le Ulvjeger, filant vers la droite de Dante, se préparant à attaquer son flanc gauche. Au dernier moment, elle changea sa hache de main et bifurqua vers le flanc droit de Dante. Si elle pouvait le mettre à terre pour un instant...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Sam 10 Mar - 18:00

Le membre 'Dante Ghiaccio' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Esquive' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Dim 11 Mar - 6:28

Je sens un instant de vide sous le coup, la hache qui poursuit sa route, et le contact plus nerveux d'un dos ou d'une épaule que de cervicales. Emporté dans l'élan du coup que je lui porte, je sens que mon centre de gravité couvre de moins en moins de surface. Elle, à peine sonnée par l'impact, un rictus douloureux accroché sur son visage, se prépare à me faire goûter au fer pesant de son arme maniée avec une maladresse qui ne permet pas de feintes, ma chérie : j'ai vu cette œillade lancée à ma droite avant que tes bras n'attaquent ma gauche ; et tu es bien trop grande : tes hanches n'ont pas pu mentir. C'est une belle imprudence de ta part : tu te déséquilibre pour bien peu. Je profite de ce que ma prise au sol soit aussi maigre pour exercer de la jambe une poussée suffisante sur la gauche pour creuser la distance ; sans manquer de prendre une partie de mon élan en envoyant mon genoux libre dans son ventre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Dim 11 Mar - 7:53

1 - Tout va bien
2 - Ouille
3 - Le pire endroit où frapper

Jet difficile à 2 dés, parce que l'épaule fait mal et maladresse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Dim 11 Mar - 7:53

Le membre 'Warui Sytha' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


#1 'Esquive' : 1

--------------------------------

#2 'Esquive' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Dim 11 Mar - 8:00

Ça n'allait pas être aussi facile qu'il le pensait, elle aussi avait de l'expérience de combat! Il n'était qu'un autre adversaire parmi les autres! Elle était résistante, elle avait l'habitude des coups et d'avoir mal, elle persévérait quand même! Il avait vu dans sa feinte, elle aurait pu mieux l'exécuter. Il se préparait à lui asséner un coup de genoux. Elleira pivota sèchement en se poussant avec le genoux de Dante, se servant de son geste pour accélérer son élan et se retrouver dans le dos du Louvetier, et tenta de lui donner un coup de pommeau dans les côtes. Elle n'avait pas dit son dernier mot!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 171
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   Dim 11 Mar - 8:09

L'esquive sera difficile, cette fois, pour notre fanfaron ; parera-t-il, esquivera-t-il? Les contusions commenceront-elles à fleurir çà et là comme elles ont coutume de le faire quand il revient des esclandres ouverts avec son vieux professeur ? Ou verrons-nous dans l'instant couler le premier sang du duel ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'amour d'une mère ... pour la tradition   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'amour d'une mère ... pour la tradition
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Hors-Jeu :: Archives-
Sauter vers: