Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les femmes d'abord

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Les femmes d'abord   Mer 31 Jan - 17:18

Une permission, comme je n'en rêvais plus : j'ai laissé tout ce que j'avais à recoudre sur l'établi de Leo quand il a eu le dos tourné, conscient que son professionnalisme l'empêcherait de laisser un vêtement troué sortir de son échoppe, et laissé tout le reste en plan. Aujourd'hui, Fai n'est pas à moi : la marâtre doit encore la retenir quelque part, je ne sais où mais jamais trop loin d'un mercenaire ou d'un louvetier de confiance. J'ai encore la pâteuse d'une soirée que j'ai très vraisemblablement passée à mâcher un matelas et à pisser sur un pied de lit ; je ne veux pas y penser, je veux juste prendre un repas comme j'en rêve depuis que j'ai commencé ma semaine et débuter ma journée avec une bonne pinte et beau steak comme seuls les bistrots ont l'art de les servir … et je sais où aller pour ça : le Grand Large, le repère de tout mercenaire qui se respecte et sait se faire respecter. Si vous n'avez pas trouvé trois cent crasses à jeter à la tête du tenancier au sujet du nom de son bar avant la fin de la semaine qui suit votre première visite, vous n'avez tout simplement rien à faire ici. C'est précisément de ce genre d'ambiance dont j'ai besoin pour me faire un peu les nerfs. Et d'Erwin, bien entendu. Il n'y a personne sur qui je peux à ce point me défouler impunément dans tous l'Empire : il prend les insultes, les blagues et mes petites tortures comme personne ne sait le faire, et, mieux encore, il est tout à fait mal à l'aise pour tout ce qui pourrait mettre en doute sa virilité. Voilà un moment que la nature l'a plus relégué dans la vaste catégorie des viandes froides que des vivants, mais il reste toutefois bien meilleur vivant que la grande majorité de mes connaissances les plus proches. Comment je sais qu'il occupe ce bar, aujourd'hui et si précisément à cette heure-ci ? Déjà, il est un habitué indécrottable de cet endroit : il y est plus attaché qu'une moule à son rocher, et on n'arrive pas à le décoller du comptoir même en lui mettant la plus belle femme d'Irracya sur les genoux en guise d'appât. Ensuite, mon nez ne me trompe jamais : Erwin a tracé un véritable sillon derrière-lui avec son after-shave, une piste que je pourrais suivre les yeux fermés si je n'avais pas peur de manger une porte avant le petit-déjeuner, mais une sente qui me conduit en aller simple jusqu'au tabouret que ce vieil ami doit occuper depuis l'aube si j'en juge comme il s'est déjà avachi de plusieurs centimètres devant sa piquette quand je passe le seuil. Je n'hésite pas une seule seconde : je trace mon chemin en ligne droite jusqu'au tabouret le plus près de lui et lui envoie ma tape la plus chaleureuse sur les poches arrières avant de m'installer, pour le plaisir simple mais si coutumier de l'entendre un peu râler de bon matin. « Alors, il matte qui, comme ça, le beau-gosse, aujourd'hui ? » lancé-je à la cantonade.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Ven 2 Fév - 13:39

Encore une journée que vais devoir passer à espionner la petite nouvelle. Cela ne me dérangerait pas si ce n'était pas pour le de compte de ce vieux vampire de Krov. Je me dirigeais vers la taverne ou Lily avait emmené la cartographe il y a quelques jours de cela. Le temps était heureusement un peu plus clément mais la fraîcheur matinale avait l'air de se faire un malin plaisir à transpercer mes vêtements, bien que cela me soit égal finalement. Donc, cela faisait maintenant officiellement 3 jours que j'étais chargé de veiller sur une nouvelle tête. Sûrement une idée d'Alexander afin de me donner quelque chose à faire, de me donner un os à ronger, ma tâche première étant apparemment terminée. Dans un sens, cela me laissait le temps de réfléchir. Temps que je décidai, dès aujourd'hui, à passer dans l'oisiveté.
Je suis doué pour espionner, mais je le suis également pour me faire remarquer. Ce que j'ai directement appliqué lorsque j'ai vu de plus près la jolie demoiselle dont j'avais désespérément tenté d'attirer l'attention. L'os pourrait me convenir tout compte fait.
Arrivée devant le Grand Large, j'ouvris la porte et décidai d'aller me rafraichir un peu dans ce qui servait de toilettes après avoir saluer le barman, aussi grand que large, qui m'accueillit avec un mouvement de sourcil imitant parfaitement les ondoiements des vagues de Lelvar. Il n'y avait pas grand monde à cette heure, mis à part ceux qui avaient passé la nuit à picoler. Une fois rafraichi et prêt à entamer cette nouvelle journée, que j'espérais propice à d'agréables rencontres, je me décidai à sortir et me restaurer en attendant que la petite dame daigne se lever. Je m'arrêtai sur le seuil de la porte, admirant, les bras croisées et un sourire railleur, mon vieil élève se foutre dans une merde dont lui seul avait le secret.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Ven 2 Fév - 14:33

Mikhail dormait doucement, l'estomac rempli. Zirro était assise dans son creux, grignotant un peu, lisant un bouquin, une histoire d'amour à l'eau de rose, pour se détendre. Elle attendait sagement d'être assignée à quelque chose, entre-temps elle se balladait dans la ville, explorant ses recoins, se familiarisant avec le terrain. Elle pourrait retourner à la taverne, la nourriture y était pas trop mal. Ils avaient une drôle de façon d'opérer, Krov et sa fille. Devait-elle les chercher? Les attendre? Elle ne voulait pas abuser de leur générosité mais elle ne savait que faire, alors elle se plaçait partout et dessinait un peu ,les monuments, les passants, les ruelles, les maisons. Elle était passé voir Léo, lui dire bonjour, autre Lily et Krov, il était son seul contact ici. Et celui qui avait fait la selle de Mikhail. Mikhail qui se réveillait en baillant, montrant ses crocs.

- On va aller se dégourdir les james un peu, lui dit Zirro.

Chevauchant le vouivre, elle se dirigea vers le Grand Large. Elle lui tendit des bouts de viande séchée à grignoter, ventre sur pattes, et entra à l'intérieur. Peu peuplé, elle n'aurait pas à attendre longtemps pour le service. Elle reconnut une tête, assise au comptoir. Elle décida d'aller le rejoindre.

- M. Erwin! Comments allez-vous? Vous êtes bien matinal!

Il y avait un autre homme à côté de lui qu'elle ignora en s'asseyant et demanda une assiette au tavernier avec son plus beau sourire. Elle entendait son estomac grogner légèrement. Mikhail lui donnait faim à force de manger. On pouvait le voir se régaler à travers les fenêtres.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Ven 2 Fév - 18:08

Le poing se serre sur le comptoir ; moi, j'y ai posé le coude, histoire d'avoir une assise solide si on devait échanger autre chose qu'une bise ou nos adresses … des coups, par exemple. Je choisis d'être plus goguenard que mon comparse, dans l'espoir d'être un tant soit peu communicatif dans mon attitude ; je sais qu'un joli coquard ne durera pas sur ma peau de pêche, mais je voulais manger mon steak, pas l'étaler sur mon œil. Je bouscule mon vieil acolyte, dont la bière s'échappe partiellement jusque sur le pourpoint, alors qu'Erwin se tient dans ma ligne de mire et bras croisés à la sortie des cabinets, narquois comme pas deux :
    « Alors, vieux su-aaaAAaah – navré mon bon monsieur, je vous promets de vous repayer une bière, » assuré-je à l'homme à côté duquel je me suis installé, comprenant enfin la situation.
Pas comme cette charmante rousse qui salue notre homme maintenant tourné vers moi et qui gronde à m'en faire changer de futal. Je tape timidement l'épaule de la jeune femme et lui montre Erwin, le seul et unique, qui attend là tout fier qu'on le remarque devant les battants qui barrent la vue d'une grande rangée de vespasiennes.
    « Eh bien, mon brave, je suis au regret de devoir vous quitter, heureuse vie, prospérité et soyez fier d'avoir un fessier au moins aussi ferme que celui de – Erv ! Comment tu vas, vieux suceur ? Toujours pas pris une ride, depuis, gros tas de viande froide ! »
Il se paie une beigne bien méritée sur le bras, ce con.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Ven 2 Fév - 18:51

Et je réplique sec en l'attrapant sous mon bras et en lui frottant ses cheveux sales comme avec un gosse:

- Alors le bouffon, toujours en train de te donner en spectacle ? J'ai entendu pas mal de choses sur toi dernièrement, dis-je en le relâchant, ça fait un baille. T'as jamais su rester discret, pourtant la nature à fait son possible pour te réduire au maximum. Comment va la famille ?

Un bruit sourd fit résonner toute la taverne, manquant de la réduire en ruine. Automatiquement, mes yeux se dirigèrent vers le grand gaillard complétement bourré avec qui tout le monde semblait m'avoir confondu. Le bonhomme se répandait sur le sol, comme un sac de grains que l'on aurait éventré par le haut, juste aux pieds de... oh...

- Oh... euh... bien le bonjour... Sarah ? Fis-je en agitant la main comme un idiot en direction de la belle rousse. Ah... pardon. Zirro. Me rattrapai-je en me redressant et en me passa la main dans les cheveux, complétement sûr d'avoir foiré mon coup. Vous êtes bien matinale.

Je fis tout mon possible pour reprendre mon sérieux tout en donnant de légers coups de coudes à la moitier de nain qui me servait d'ami afin de lui faire comprendre ma petite manigance. Faites qu'il n'aggrave pas mon cas. Je marchais d'un pas assuré vers la belle, le dos droit et armée de mon regard le plus charmeur:

- Une petite fringale ? Demandai-je en m'accoudant sur le bar face à elle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Sam 3 Fév - 1:48

On tapota l'épaule de Zirro qui répondit par un 'huh?'. L'homme aux cheveux lui pointait un homme qui sortait des toilettes. Zirro rougit sur le coup et s'excusa maladroitement auprès du client qui tomba sur le plancher. Il était encore engourdi et restait évaché aux pieds de la jeune femme qui ne savait quoi faire. Le vrai Erwin venait de se pointer, et visiblement il connaissait le blond, vu le ton familier que chacun prenait envers l'autre.

Le mercenaire ne se souvenait pas... ah oui il se souvenait d'elle! L'ambiance gênante se dissipa sans aucun problèmes! Elle aurait voulu tendre la main à Erwin mais il la retira quand il se trompa de nom. Il devait voir d'autres personnes qu'elle, assurément.

- Je connais une Sarah mais elle n'est pas en ville, dit-elle avec un sourire radieux. C'est bien de se lever le matin, le monde est encore frais et l'air sent la rosée.

Et Mikhail voulait être nourri. Mais ça c'était réglé. Elle déclina poliment l'offre d'Erwin.

- Oh, j'ai déjà une assiette qui devrait bien apparaître.

Et aussitôt dit. Zirro s'attabla et commença à manger à pleines bouchées avec appétit.

- Vous vous connaifez? demanda-t-elle aux deux hommes la bouche pleine.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Sam 3 Fév - 19:40

    « Arrête ça ! Je me rends ! Je me rends ! Aaah, lâche-moi maintenant, vieille chose ! »
Je me dépêtre, maintenant coiffé à rebrousse-poil mais bien content de voir que je m'étais trompé sur la personne en arrivant : l'énergie du bonhomme manque sincèrement au décor quand on quitte la capitale, et le vieux mercenaire est assez emblématique d'un chez-soi avec son humour un peu potache qui se partage comme une bonne plâtrée familiale.
    « La famille … écoute, le père se porte comme un con, la mère est toujours du monde, le frangin découvre la puberté et la gamine a l'air de se faire des amis, rien de bien …. »
Je ne sais pas s'il m'a écouté jusqu'au bout : son attention déjà fragile a été déviée par sa doublure qui, de façon aussi spectaculaire qu'artistique, répand son dernier repas (en plus, fort probablement, du précédent) aux pieds de la jeune connaissance que nous n'avons pas en commun et de s'effondrer dans son propre jus. Je retrousse le nez, le fait rouler par simple mesure de prudence sur le côté (histoire que ce bar ne devienne pas la nouvelle attraction de la capitale connue pour la mort de ce pauvre gars qui, après avoir passé une nuit à se noyer dans l'alcool l'aurait fait littéralement après qu'il lui soit remonté du gosier). Les gargouillis n'ont pas fini que le naturel revient au galop sur le vampire ; je lui décoche mon regard le plus railleur :
    « Tu perds pas de temps … et tu sais choisir ton moment, aussi ; fais gaffe, ton charme ravageur vient presque de tuer ce triste hère. »
Il n'a très sincèrement as besoin de moi pour le plonger dans un embarras dont je suis le seul normalement avoir le secret : inviter à déjeuner devant celui qu'on vient de nous étaler si généreusement, ça bat tous les records. Mais si lui m'épate, ce n'est rien en comparaison de l'adorable et ma foi très étrange … Zirro. La « rosée » et l'air « frais » ? Pardon, excusez-moi ? Elle ne s'arrête pas là : elle pose le plus gentil des lapins à mon ami et mange avec appétit malgré le décor pourtant pas très prompt à l'ouvrir. Je hausse les épaules, passe commande et m'installe près d'elle pour poursuivre notre conversation devant une assiette qui s'appelle Désirée.
    « Dante Ghiaccio, Lieutenant Louvetier – mais pas aujourd'hui ; vous avez rencontré mon jeune frère, je suppose, » dis-je, main tendue vers la rouquine. « J'ai rencontré cette vieille charogne d'Erwin quand il charmait encore des femmes de son âge ; ma mère, à l'époque. Je lui reconnais le cran d'avoir essayé. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Dim 4 Fév - 5:44

Je regardais la belle rouquine, sans perdre mon sourire charmeur, s'attabler devant et manger tranquillement. La fraîcheur matinale ? Effectivement, je venais de faire l'expérience de l'autan hivernal le plus violent de ma carrière. J'entendais mon ancien élève, non sans ricaner, commander un repas. Le bougre. Il me volait ma prise. Alors c'était comme ca petit malin ? Rira bien qui rira le dernier. Je levai la main en direction du barman, afin de signifier par l'affirmative, que je prenais moi aussi ma collation. Ainsi fait, je dégageai d'un coup d'épaule mon vieil ami en décalant son assiette à ma droite afin de m'installer entre lui et la jeune femme.

- Pourtant elle avait eu l'air d'apprécier. Repondis-je dans sa direction avant de me retourner vers la demoiselle. Il était mon ancien élève lorsquelorsque que je formais de jeunes gosses tout juste sortis de la puberté. Malheureusement, celui la, fis-je en pointant du doigt l'autre bougre à qui je tournais le dos, avait l'air de si complaire étant donné la voix de castra dont il nous faisait part.

Le barman place mon repas sur le comptoir, enfin. Je commençais donc à manger, encore tout content de ma connerie, en lançant un rapide coup d'oeil amusé en direction de Dante. Il m'avait manqué ce petit con.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Dim 4 Fév - 20:37

Décidemment, ils se connaissent très bien. Ils lui rappelaient ses frères et soeurs. Donner des nouvelles de la familles, il était rapide et concis le blond. De toute évidence, il ne voulait pas s'attarder sur le sujet. Elle avala sa grande bouchée pendant que Dante se présentait et lui serra la main d'une poigne ferme. Ghiaccio?

- Quand vous avez mentionné votre frère, vous parliez de Léo? Comment va-t-il? Je suis justement allée chercher mes vêtements hiers, quelques-uns au moins.

Elle devrait y retourner pour le reste. Au moins elle en avait assez pour quelques jours et l'écusson de Krov s'agençait avec tout. Petit écusson qu'elle gardait tout propre, tout brillant. Les deux hommes étaient amusants à regarder aller. Vrai, Erwin était un vampire. Zirro s'était surprise à... ne pas en faire un plat. Il brisait plein d'idées qu'elle se faisait des vampires avant de le connaître, celles qu'on lui racontait à la ferme.

- De toute évidences, votre père à réussi là où Erwin a échoué, dit la rousse avec un sourire complice.

Elle ne s'en plaignait pas. Elle avait eu droit à des vêtements de qualité grâce au père de Dante. Qu'Erwin poussa de côté pour s'asseoir entre eux. Ils avaient maintenant tous une assiette et Zirro fut la première à finir la sienne. Elle se frottait le ventre, satisfaite.

- Ah ça fait du bien où ça passe! Je me demande si j'en reprends pour Mikhail...

L'humain se tourna vers la fenêtre qui donnait sur le devant de la taverne. L'animal était flatté par des gamins qui passaient pas là.

- J'en reprends défitivement pour Mikhail,se dit Zirro à voix haute pour demander une autre assiette, mais pour emporter. Vous êtes occupés de ces temps-ci, messieurs? demanda-t-elle aux deux hommes.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Mer 7 Fév - 6:08

    « Moi, au moins, c'était que la voix, » grommelé-je de me faire déloger de ma place. « Elles ont repoussé, depuis ? »
Je lui cède toutefois volontiers mon tabouret, s'il tient à ce point à lui faire voir sa dentition de plus près. Il se fait servir une assiettée bien saignante qui, j'espère, le retiendra un peu avant de se laisser tenter par un peu de rouquine. J'en plaisante un peu, et m’équipant de mon air le plus surpris, j'ironise :
    « À ta tête, j'aurais juré que la fringale que tu voulais faire passer allait te pendre au cou de notre amie. »
Je reprends un siège, affamé devant la pulpe à peine saisie par les flammes de la viande devant moi, qui n'attend lascivement de moi qu'un bon coup de fourchette ; fourchette qui ne se fait curieusement pas prier. Je me laisse le temps d'en avaler quelques bouchées avant de répondre à la nouvelle tête de Krov :
    « C'est bien le même Leo, oui, » je m'essuie soigneusement la bouche avec la serviette placée sous mon plat, connue de trop peu d'usagers, avant de poursuivre : « vous êtes passée en priorité absolue sur son agenda. Malgré cette jolie famille, à choisir, j'aurais presque préféré que ce soit Erv qui l'emporte sur mon père. Mais il est un peu lent, cet homme-là. Du coup, mon père réussi un peu trop souvent là où d'autres échouent. »
Petite pensée teintée d'amertume aux personnes concernées, que l'appétit à tôt fait d'en estomper l'image. Je rajuste la broche à mon col et fais profiter l'attablée du cliquetis de mes couverts affairés ; c'est à peine si je m'étonne de voir une grosse tête de vouivre par la fenêtre ; une de ces grosses gueules au sourire figé, mais au museau de laquelle j'aurais vu plus de harnachement. Simple question de sécurité. À la question de la jeune femme, je recule mon plat saucé jusque dans ses plus petits interstices. Je suis debout, droit dans mes bottes et prêt à partir, ne serait-ce que pour aller commander un autre plat, ou me garnir l'estomac à tous les thermapolia qui croiseront notre route.
    « Je suis en perm, moi : j'ai tout le temps du monde jusqu'à 17 heures ce soir ; même si j'aimerais bien profiter un peu du temps qu'il me reste avec ma fille. Krov vous colle pas trop au train … tous les deux ? » glissé-je suite avec ma plus belle trogne de conspirateur en leur partageant l'accolade.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Mer 7 Fév - 16:43

- Arf... bravo tu viens officiellement de me gâcher le repas. Etre ton père... quel supplice. Fis-je en me redressant face à Dante, souriant et la bouche pleine avant de retourner à mon plat. Ah... bah non. Ca va mieux.

Je terminai mon assiette pendant que mes deux amis discutaient du frangin Ghiaccio. Après avoir fini, je me levai et m'apprêtai à m'approcher de la fenêtre afin de voir de plus près le compagnon de la demoiselle quand je remarquai sur ses vêtements l'écusson de Krov, neuf et brillant, pile au même instant ou Dante avait décidé de poser la question qui fâche. Je levai un regard de consternation vers Zirro puis m'accoudai sur le comptoir entre mes deux comparses.

- M'en parle pas du vieux: en ce moment il me fatigue à un point... soupirai-je en réponse au Nabot. Il ne me laisse pas une seconde de tranquillité depuis qu'il a décidé de reprendre en main l'éducation de la p'tiote. Mais Lily a plus à se plaindre que moi. Elle reprend du service cette sale charogne de vampire. Maintenant je dois m'occuper de la sale besogne... terminai-je avant de me redresser d'un bon et de faire face à Zirro. D'ailleurs... enfin non, ça n'a rien a voir avec la sale... Besogne... euh... Krov m'a donné un message pour vous y'a 2 jours, le lendemain de votre "embauche": il va bientôt avoir besoin de vos services mais avant... vous allez devoir subir une petite formation aux côtés d'un... je pris mon regard charmeur. Expert en la matière. J'avais légèrement oublié. Mais je pense que vous pouvez prendre cela comme un service rendu.Terminai-je, plus sérieux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Jeu 8 Fév - 14:03

Mihkail regardait l'intérieur de la taverne. Zirro le vit ouvrir à peine la gueule, silencieusement. Il pouvait un peu impatient quand il avait faim ou était dans un endroit encore inconnu, pas encore habitué. Dante le remarqua lui aussi, aucune réaction vive sur son visage cependant. Tout comme Erwin, Zirro se retrouva dans l'accolade du louvetier. Si Krov leur collait au train?

- J'ai pas eu de nouvelles depuis mon embauche, alors...

Parlant du loup... Erwin racontait sa version de ses impressions pour enchaîner sur une nouvelle intéressante: de quoi à faire bientôt!

- Et vous ne m'aviez rien dit jusqu'à ce moment parce que... commença la rouquine en laissant sa phrase en suspens.

Il savait qu'elle avait hâte de commencer, elle lui avait déjà mentionner! Valait mieux tard que jamais.

- Une formation? De quoi? Oh mais avant...

Zirro ramassa la nourriture dans un paquet.

- On peut en discuter à l'extérieur, Mikhail commence à s'impatienter, dit-elle en désignant son vouivre d'un geste de la tête pour ensuite sortir. Bye M. Ghiaccio! Au plaisir de vous revoir!

Dehors, elle déballa le repas et laissa l'animal bicolore picorer en lui flattant le cou.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Ven 9 Fév - 5:17

Je tape amicalement le dos de mon vieux maître, arborant un sourire narquois fait-maison rien que pour lui soupirer :
    « Ah, là, là, c'est terrible, les disputes de couple autour de l'éducation des enfants ; mais s'il te fatigue, j'espère au moins qu'il te satisfait. »
De ce qu'ils m'en disent, rien de nouveau sous le soleil, sauf peut-être … :
    « Ah, une formation ? Quel genre de formation un vieux mercenaire peut bien fournir à cette jeune … ? »
Je n'ai pas le temps de finir ma question à la rouquine qu'elle s'envole hors de la salle, un grand bonhomme entre ses serres qu'elle emmène à sa vouivre comme une proie qu'un rapace offrirait à ses aiglons. Elle a emporté autant son déjeuné que mon ancien mentor, d'un même mouvement, lancé quelques salutations et coupé court à toute conversation. Je leur emboîte le pas en vitesse, encore sous le choc du naturel désarmant avec lequel on vient de me la boucler sec.
    « Je ne sais pas ce pour quoi Krov vous salarie, mais si Erwin joue les professeurs, je suis curieux ; avec son air matois, je pensais qu'il vous espionnait, » je me compose une expression de soudaine et vive appréhension : « mais si je dérange, je peux filer ; c'est juste qu'entre Erv et Leo, j'ai l'impression d'avoir été le dernier mis au courant de l'arrivée d'une nouvelle tête en ville. Importante, en plus, si Krov vous a mis la main dessus. »
Je jette en coin un coup d’œil au vampire, assez long pour qu'il le note et me signifie si, cette fois, il tient à ne rien laisser filtrer de sa mission.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Ven 9 Fév - 20:05

Je m'apprêtais à répliquer sec à la remarque du demi-homme qui me servait d'ami sur la mention des "vieux couples" quand la rousse m'attrapa brusquement par le bras pour me conduire dehors.

- Eh... Oh... doucement ma belle, ça me surprends de dire ça mais... vous voudriez pas prendre un verre avant ? Fis-je, sur le ton de la plaisanterie à la demoiselle dont je réussis tant bien que mal à me décrocher une fois dehors. Vous êtes bien préssée. Je me tournai en direction de Dante, le regard plus sérieux, signifiant qu'effectivement, j'avais quelques nouvelles à lui transmettre concernant le patron. En prenant un regard plus rassurant et (je l'éspérais) plus professionnel, je retournai à Zirro. Ecoutez, préparez-vous à partir, j'arrive dans quelques minutes, le temps de saluer mon vieil ami.

Je reculai doucement en lui faisant un petit signe de la main, attrapant Dante par l'épaule et entrant en trombe dans la taverne (en pensant à refermer la porte).

- Bien joué, ça fait plusieurs jours que je suis chargé de surveiller la donzelle, lui chuchotai-je, Lily a eu le temps, le peu de ce que je l'ai vu, de me dire que le vieux l'avait trouvée dans la rue, en train d'afficher des demandes d'emplois: elle est cartographe. Sans chercher, il a réussi à se trouver une espionne, avec du bon potentiel en plus de ça... Je me passai la main sur le visage, vérifiai que personne ne nous écoutait (bien qu'un homme penché au dessus d'un autre puisse faire lever quelques sourcils) et repris. Il m'a demandé, il y a 2 jours, de la former au combat à distance et à la discrétion. J'ai laissé traîner sa formation afin d'essayer de me faire une idée des plans de Mira... Krov. Absurde. Mais rien: le calme plat. Et je n'ai pratiquement plus moyen de contacter Lily. Terminai-je, en entendant, cela me surpris : ma voix tremblait légèrement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Ven 9 Fév - 20:21

Enfin ! Lily avait quelques heures de liberté devant elle. Son père lui avait demandé, alors qu'elle devait commencer son cours, de livrer rapidement une lettre à Erwin. Cela ne lui laissait peut-être qu'une petite heure pour s'aérer, mais c'était déjà ça. Finalement, Alexander avait repris son éducation en main. Lily avancait le pas préssé dans les rues de Duhr en direction de la taverne ou, quelque jours plus tôt, elle avait conduit Zirro. Cela ne s'était pas fait sans réflexion: elle savait que son père aimait garder à l'oeil ses employés, selon ses propos, afin de les connaitre réellement et de les intégrer comme il faut dans l'entreprise et le réseau administratif. Oui. Ca se tenait. Bref, elle avait conduit Zirro là-bas car Erwin, qui adorait cette endroit, allait surement devoir la surveiller. La jeune femme ressera sa longue cape autour de ses épaules: le temps semblait s'être calmer mais le froid perdurait. Elle continuait son chemin en accélérant l'allure, tourna au coin de la rue et...

- Mademoiselle Bedingfield ! Fit-elle en agitant le bras en direction de la concernée. Bien le bonjour ! Lily courru à sa rencontre, monta les marches menant à l'entrée de la taverne et salua Zirro d'une petite révérence avant de se redresser en affichant un sourire radieux. Comment allez-vous ? Vous vous êtes bien installée ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Ven 9 Fév - 23:44

L'espionner? Zirro regarda Dante, puis Erwin, le visage confus. Nul doute que l'idée ne lui était jamais passé par la tête. Le mercenaire était si avenant avec elle! Mikhail se redressa pour examiner les deux hommes, curieux. Il gazouilla faiblement pour leur dire bonjour et s'inclina devant eux, comme sa maîtresse lui avait appris. Elle lui gratouilla le menton pour le récompenser et il ferma les yeux de bonheur.

- Je venais d'arriver, j'étais aux Duaods, je recensais les poches de population orc. Vive les moyens de transport aérien.

Elle tapota affectueusement le museau de son vouivre.

- M. Krov m'a trouvée de tout de suite! En plus il me permettait d'avoir une nouvelle garde-robe, pas énorme mais quand même! On a jamais fait ça pour moi!

Elle était encore sur un nuage. Même sa demeure était confortable, Mikhail avait droit à son coin à lui, à l'abri de la pluie. Elle confirma à Erwin qu'elle l'attendrait volontiers, si Krov voulait que le vampire lui montre à se défendre, elle n'avait rien d'autre à faire, son horaire était libre. Les deux amis retournèrent à l'intérieur et elle vérifiait que la selle était bien attachée, qu'aucune écaille ne soit froissée. Elle examinait la queue de son vouivre quand une voix familière parvint à leur oreilles: Lily! Mikhail couina en agitant la queue comme un chiot, bien qu'avec moins d'ardeur. Zirro se précipita pour lui serrer la main:

- Miss Lily! Comment allez-vous? Oui! Oui! L'endroit est parfait! J'ai finalement l'espace pour cataloguer mes documents, ça fait du bien de tout avoir en ordre alpahbétique et par catégorie!

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Sam 10 Fév - 17:57

Erv échange les rôles : dans une parfaite reproduction à reculons de la scène que je viens de voir, Zirro devient le Dante, je suis Erwin, et ce dernier fait la femme, un rôle qu'il tient d'ailleurs très bien. J'ai une petite pensée pour les usagers de la taverne qui n'ont jamais dû voir cette porte s'agiter autant de la semaine : une véritable pièce se déroule devant eux au moment même du petit déjeuner, ce luxe ! Peut-être pas au goût de tous non plus, je me dis, quand Erv me plaque contre le comptoir ; mon dos devra attendre le soir pour s'en remettre. Il me susurre ses indications à hauteur d'haleine, dans une précipitation qui brise un peu l'ambiguïté de la scène aux yeux des badauds affairés à hacher, trancher, découper et embrocher ce qui passe dans leurs assiettes. Je hausse un peu les sourcils à l'adresse de mon vieux pote et je remarque, un peu taquin, histoire de le rassurer :
    « Bah alors, c'est que ta voix tremble, mon petit ? On joue les timides après m'avoir presque renversé sur le bar ? On va peut-être demander une chambre à l'aubergiste avant, non ? »
Je reprends mon sérieux d'emblée et observe l'entrée derrière-lui : des voix y ont attiré mon attention, dont une, terriblement familière. Je ne crois pas qu'Erwin l'ait perçue, parce que je dois le pousser légèrement de côté pour me frayer un chemin jusqu'à la clenche.
    « Cartographe, hein ? » me dis-je tout haut avant de pousser le battant ; les contacts tombent d'eux-même sur cette charogne de Mirage, c'en est déprimant. « Bonjour, Lily ; on peut faire quelque chose pour toi, ma grande ? »
C'est bien elle qui s'adresse à la jeune Zirro. Les deux rousses doivent très probablement partager le même âge, ou peu s'en faut. Mais c'est autre chose qu'une forte similitude physique qui me coupe dans mon élan ; et même s'il m'a joué des tours ce matin, mon flair est incapable de me biaiser à ce point sur ce qu'il perçois aussi clair que l'eau : je n'ai qu'une humaine devant moi … accompagnée de tout autre chose.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Dim 11 Fév - 5:32

Je venais littéralement d'ouvrir mon coeur à Dante et ce dernier me fixait avec ses yeux de merlan fris en plus d'afficher un petit sourire de crétin comme à son habitude.

-Une... chambre ? Demandai-je en essayant de me remémorer mon discours précédent afin de d'annalyser ce qui aurait pu prêter à confusion dans mes paroles.

-La même que d'habitude ! Répondit vivement l'aubergiste en m'envoyant les clés pendant que Dante se libérait de mon étreinte en gigotant et se dirigeait vers l'extérieur.

Je restai un instant debout, les clés dans une main, me passant l'autre dans la barbe. Tout en réfléchissant je regardais l'entrée de la taverne d'ou venait de s'échapper ce petit débile et ensuite l'abergiste qui recommencait avec ses mouvements de sourcils qui devenaient... plus génant d'un coup. Et la... mes neurones se reconnectèrent. Je jettai le trousseau sur le barman et courru en direction de la sorti en défoncant avec le pied, les portes battantes de l'auberge.

- DANTE ! ESPECE DE SALE PETIT TROUS DU CUL DE MES DEUX ! VIENS LA PETIT CRETIN QUE JE TE DEFONCE TE PETITE GUEULE DE AAAaaaaAaaah... Salut Lily ! Terminai-je en tentant de reprendre, tant bien que mal, une position décontractée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lily Krov
Héritière angélique
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 16/12/2017

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Dim 11 Fév - 5:59

Après avoir saluer son amie, Lily se dirigea en direction de la vouivre qu'elle gratifia d'une petite caresse de salutation tout en écoutant la réponse de Zirro. A en voir la tenue de la jeune fille, Léonidas avait dû travailler d'arrache pied.

- Vos vêtements sont déjà prêts ? Le petit Ghiaccio me surprendra toujours. Je vous conseille de garder son adresse ! Après le petit coup de publicité habituel (que Lily adorait glisser pour Léo), elle se rapprocha de la cartographe face à l'entrée d'ou elle espérait appercevoir Erwin. Mais étrangement, la salle semblait particulièrement calme. Je suis ravie que l'espace vous convienne, cependant, nous devront bientôt vous fournir une chambre définitive. Puisque vous allez bientôt partir pour vos premières missions, il serait bon de vous dôter d'un lieu qui vous sera personnel, afin de ranger vos affaires et de ne pas avoir à les transporter sans cesse avec vous. A ce propos, comment se passent vos premières leçons avec Erwin ? Demanda-t-elle à Zirro.

Quand elle eu terminé sa question, quelqu'un sortit de la taverne, un sourire railleur plaqué sur le visage: Dante Ghiaccio. Cela faisait un moment qu'elle ne l'avait pas vu celui la. A en voir sa tête, il devait revenir d'une bagarre et en redemander au vu du bouquant provenant de l'intérieur.

- Bonjour Dante. Oh, la grande n'a besoin de rien. Le petit bonhomme n'aurait-il pas croisé Erwin par hasard ? Demanda-t-elle sur le ton de la plaisanterie en s'approchant afin de lui serrer la main. Si son père l'entendait parler de cette manière...

Le boucant s'échappant de l'intérieur se faisait de plus en plus proche. Lily pouvait maintenant appercevoir, derrière Dante, le fameux Erwin, rouge comme une pivoine, courir dans leur direction, s'apprêtant à exploser les portes.

- Attention ! S'exclama Lily en attrapant par le col l'homme en face d'elle, qui avait bien failli rentrer chez lui, un battant planté dans le crâne. Erwin ! Je te cherchais ! Fit-elle à l'interessé, un petit Ghiaccio dans les bras.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Dim 11 Fév - 21:15

Mikhail se mit à ronronner comme un chat quand Lily lui donna un câlin. Zirro rectifia les pensées de Lily:

- Les morceaux ne sont pas tous prêts, ce sont ceux que Léo a eu le temps de faire. Il est un dieu de la couture!

Oh oui elle garderait son adresse! Si elle avait besoin de réparation, elle retournerait le voir volontiers, elle irait le visiter de temps en temps pour le simple plaisir de passer du temps avec lui! Il était charmant et adorable, et intelligent! Il lui rappelait ses petits frères, mais avec plus de style. Le logement présent n'était que temporaire? L'expression de joie quand ces mots parvint à ses oreilles était à craquer!

Les leçons avec Erwin? Zirro jeta un coup d'oeil en direction de la taverne.

- Eh bien... commença la cartographe.

Elle ne voulait le mettre dans le trouble, mais elle ne pouvait mentir à Lily non plus!

- Je dois avouer qu'il m'en parlé... aujourd'hui?

Elle leva les mains devant elle en signe de "Je n'y suis pour rien". Et c'était vrai! Elle ne savait même pas jusqu'à ce qu'il y avait cinq minutes! Et parlant du loup! Dante sortit en trombe pour saluer Lily et Erwin le suivait de très près. Mikhail se plaignit de la commotion en grognant envers les deux hommes, leur faire signe de se calmer.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Mar 13 Fév - 16:08

Le membre 'Dante Ghiaccio' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Esquive' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Dante Ghiaccio
L'Algarade
avatar

Messages : 155
Date d'inscription : 19/08/2016

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Mar 13 Fév - 16:34

« Erv ? C'est marrant que tu m'en parle, parce que …, » et, alors que je fais comme d'habitude mine d'ouvrir grand les bras, je n'ai ni le temps de me désister pour lui serrer la main qu'elle me tend, ni le temps de finir ma phrase : Erwin ne semble pas avoir été très sensible à mon humour, et je suppose qu'il était pressé de venir m'interroger en détail de la blague, en tout cas bien suffisamment pour me percuter de plein fouet et me précipiter en avant. J'avoue bien volontiers que mon flair était piqué d'un vif intérêt pour le parfum pour le moins … étrange, de la fille chérie de la pire racaille de la capitale ; mais pour autant, je ne souhaitais pas le sentir d'aussi près que ce que je suis malheureusement amené à faire contre mon gré. Voyons-y une certaine consolation : Lily est assez bien dotée pour au moins savoir amortir ma chute ; de plus, je dois faire des jaloux à l'heure actuelle, puisque très peu de gens ont déjà dû approcher la rouquine de Krov d'aussi près ; avec tous ces envieux, qui parmi eux voudra croire que c'est pure maladresse de ma part et que j'ai été poussé dans celle-ci par Erwin lui-même ? Je ne sais pas comment réagir, ni où poser les mains, ou plutôt où ne pas les poser, enfin quoi en faire. J'ai l'impression que le temps s'est anormalement ralenti alors que la conviction d'avoir signé mon arrêt de mort s’imprègne toujours plus et davantage en moi. J'ai aussi probablement gagné un ou deux degrés supplémentaires dans l'opération.
    « Mademoiselle Krov, je sais que je dois vous paraître terriblement invasif à l'heure actuelle ; loin de moi l'idée de l'être ne serait-ce qu'une seconde de plus, aussi …, » je ponctue ma phrase de très douces tapes dans le dos, perturbé à l'idée de prolonger ou d'accentuer plus encore le contact entre la jeune protégée du capa de l'Empire tout entier ; « oublions cette scène et n'en parlons jamais plus. »
Je crois que j'ai ri. Par les cinq têtes de l'Hydre, j'ai ri. Pendez-moi. Et brûlez les témoins.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Jeu 15 Fév - 19:06

Le membre 'Lily Krov' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Esquive' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Erwin Krieger
Pilier de bar
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 27/01/2018

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Jeu 15 Fév - 19:52

Je crois n'avoir probablement jamais autant ri de mon existence. Ma colère avait finalement totalement disparu lorsque je vis Dante tomber dans les bras Lily. Mais cela ne fut que la première partie: la meilleure étant sûrement lorsque son visage passa par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel avant de devenir rouge pivoine. Il est vrai que l'endroit de sa chute lui aurait valu de la plupart des femmes de Duhr un coup bien placé. Mais voir la petite, écarter délicatement le "malheureux", l'air soucieux n'ajoutait qu'à la gène ressenti à ce moment par mon ami.

- Tout va bien Dante ? Tu ne t'es pas bléssé, j'éspère. Si Krov était là... oh... ce qu'il aurait pris. Erwin ! Tiens, elle t'est adressée. Me fit Lily me tendant une enveloppe d'une main et soutenant Dante de l'autre. La petite moue dont elle me gratifia n'était pas pour me rassurer. Je crois bien que ça allait être moi qui "prendrai" tout compte fait.

Je pris l'enveloppe et me dirigeais en direction de Zirro, le dos droit et souriant.

- Aaah... les retrouvailles entre amis, dis-je amusé, laissons les se saluer comme il se doit.

La pauvre demoiselle ne devait rien comprendre à l'action qui se déroulait sous ses yeux. En réalité, moi non plus, ce qui contribuait à l'aspect burlesque de la pièce. Dante était déjà petit et ébourrifé, ajouter à cela la maladresse et vous obtenez une nouvelle attraction que s'arracheraient tous les cirques itinérants. Je décidais d'ouvrir l'enveloppe cachetée au sceau de la Krova... rien de bon à envisager.

- Veuillez m'excuser de vous avoir interrompu mademoiselle Bedingfield, entendis-je Lily s'excuser, mais... Depuis quand me vouvoyez-vous Monsieur Ghiaccio ? Tu es rouge, tu es certain que ça va ? Je levais brièvement les yeux, m'offrant une image pour le moins insolite: Lily posant une main pâle sur le front de mon vieil ami, offrant un contraste saisissant avec la carnation de ce dernier.

J'allais me faire étripé dans l'heure au vu du petit message fleuri envoyé par Krov, autant s'amuser un peu. Mais le temps n'était plus à la distraction: je déchirai le papier, le fourrai dans ma poche et d'un air professionnel (dont Zirro ne m'avait probablement jamais cru capable) je me tournais en direction de la demoiselle et de son compagnon ailé.

- Je crois qu'il est grand temps de passer aux choses sérieuses Miss. Vous allez enfin rencontrer votre nouveau patron au sein même de la Krova. Je lui indiquais la direction après une légère courbette. Bienvenue dans la famille, Chérie, c'est par ici. Terminai-je en avançant sans attendre, glissant au passage un petit "j'suis mort" en direction de mes deux amis en passant près d'eux.

- Je te dois un verre Dante ! Je dois les suivre, embrasse Léo de ma part ! S'exclama Lily en nous rejoignant en hâte, laissant notre ami seul devant la taverne. J'allais en entendre parler la prochaine fois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zirro Bedingfield
Cartographe presque célèbre
avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 05/12/2017

MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   Ven 16 Fév - 2:31

Le visage de Dante rougissait à vue d'oeil, comme si il avait avalé une poignée de piments forts séchés au soleil pendant des heures qui avaient été conservés en marinade pour en exacerber les propriétés épicées. La cartographe dut mettre une main sur ses lèvres pour retenir quelques gloussements discrets. Lily connaissait aussi Dante? Elle semblait être arrivée dans un cercle déjà formé, elle espérait bien s'intégrer au groupe. Erwin revenait aurprès d'elle avec une enveloppe qui lui était destinée à lui, elle reconnut l'emblème d'Alexander, le même que son écusson. Le mercenaire avait cette petite tache sur sa bonne humeur en voyant la lettre.

La scène était adorable. On aurait pu croire à de vieux amis d'enfance qui se retrouvaient après une longue période. Oh? Les choses sérieuses allaient commencer? Le vampire n'attendit pas  qu'il commença à se diriger vers leur destination. Il y  avait un moyen plus rapide! Zirro fit signe de tête à Mikhail qui se colla au sol. La rouquine bondit avec aisance sur la selle du vouivre et invita Lily à monter derrière elle:

- Vous voulez faire un tour? demanda-t-elle à la deuxième rousse. Vas chercher, Mikhail!

Le vouivre aquiesça. Zirro salua également Dante de son sourire radieux pendant que sa monture rattrapait Erwin à quatre pattes pour le ramasser par le col de ses vêtements avec délicatesse pour ensuite s'envoler.

- C'est par où, M'sieur Krieger? demanda Zirro avec entrain. Oh, et inquiétez-vous pas, il vous lâchera pas!

Une pensée lui revint à l'esprit, très importante à Dalentour:

- Je pense qu'il faudrait voir pour mon affiliation. J'ai jamais joins de guilde, alors je n'ai encore aucun tatouage à son effectif, rappela-t-elle à Lily.

_________________
Un crayon, une feuille, une paire d'ailes et l'envie de voir le monde
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les femmes d'abord   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les femmes d'abord
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Hors-Jeu :: Archives-
Sauter vers: