Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Voler dans les plumes, tomber dans les pommes

Aller en bas 
AuteurMessage
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Mer 31 Jan - 16:41

La moisson se colle toute entière aux semelles de la ville ; voilà un moment et pour mon plus grand plaisir que les marchands étrangers et autochtones ont baissé les bras et ne cherchent plus à fuir les précipitations. Je vois autour de moi des mages bien abrités sous leurs sorts, et je souris un peu en me disant qu'en bon vieux de la vieille je me contente d'un vaillant et solide parapluie dont l'aile bat et chante sous les hallebardes qui nous tombent du ciel. Si le panthéon tout entier cherchait à nous rayer de la carte, je crois bien que la date a été avancée à aujourd'hui. Peu me chaut : je sors bien trop rarement pour ne pas profiter pleinement des instants où je m'aère, même si ce n'est que pour faire une course ou deux chez différents épiciers, herboristes et autres commerçants de ma connaissance qui se battent tous le même pont, serrés les uns aux autres. Avant d'y parvenir, j'ai mainte fois l'occasion de débarrasser les pots et rebords de fenêtres des plantes qui les embarrassent, certaines étant aussi utiles qu'absentes des étals des fleuristes en cette saison. Les poches terreuses, une herbe folle coincée dans la boutonnière et ma liste à la main, je m'interroge sur l'ordre dans lequel je devrais organiser mes achats ; je ne refuserais pas un peu d'aide de la part d'un chaland ou deux pour m'aider à emmener tout ce petit nécessaire jusque dans mon officine. Je replie ma note et la range dans une poche inoccupée ; un apprenti ferait bien mieux l'affaire. C'est ce que je me dis chaque fois que je suis de sortie : un petit disciple qui ne démissionnerait pas sous trois jours, à qui je pourrais enseigner toutes les ficelles du métier sans avoir à me presser puis bâcler l'instruction toute entière qu'il serait venu chercher. Sauf que la capitale ne grouille pas de jeunes immortels tout frais poussés du nid et parfaits amateurs d'alchimie. Un alchimiste, un vrai petit alchimiste en devenir.

Je soupire.

Je pourrai toujours passer une annonce à la gazette du coin s'il me reste un peu de monnaie en dushari après mes achats. Encore. Allons bon : retournons aux herbes, tasses et épices dont je me charge les bras. J'ai un service à thé à remplacer, si je veux recevoir Krov et sa fille dans mon cabinet prochainement (ainsi qu'un brin de ménage, je le concède, mais ne changez pas de sujet je vous prie). Cet achat me vaut bien des questions curieuses de la part du brocanteur. Mes provisions faites, ma liste plus rayée qu'un zèbre, je rajuste le col de mon bouracan, me charge de tous mes paquets, passe la porte qui signale mon départ par son petit son de clochette, et

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Ven 2 Fév - 19:43

- Allez ma chérie, dépèche toi ! Me hâta maman en me chargeant les bras de multiples paquets et fournitures, tu vas faire attendre Madame Firma et tu sais qu'elle a une sainte horreur des retards. Termina-t-elle, un dernier paquet à la main qu'elle ne savait plus ou poser. Je peux ? Hésita-elle en redressant ses lunettes tout en regardant mon chapeau.

- Oh... euh... oui, je crois qu'il ne reste plus que... tentai-je de dire avant que ma mère ne soulève mon couvre-chef, ne dispose le petit paquet sur ma tête et ne renfonce profondément le chapeau sur mon crâne. Couvrant ainsi la moitier de ma vision qui n'était déjà pas très claire.

- Allez, allez, vite-vite-vite, ma petite caille, fit Maman, toute paniquée, en me tendant mon balais, fais attention surtout.

- C'est juste au bout de la ville, répondis-je en essayant d'être rassurante.

- Si elle te propose de prendre le thé...

- Je lui réponds que je dois rentrer au plus tôt pour d'autres livraisons. Je réussi, non sans peine à enfourcher mon moyen de locomotion et mes pieds quittèrent doucement le palier de la boutique familiale, lorsque le petit chat qui me servait de compagnon vint s'ajouter à ma charge, m'écrasant à moitier la tête.

- Oui... ses biscuits ne sont pas conforme à la loi. Oh ! A tout à l'heure mon pigeonneau ! Me salua-t-elle, toute inquiète.

Je commencai alors à avancer en ligne droite vers le bout de la rue, prudente et particulièrement instable, les paquets tanguant dangereusement. Les passants que je reconnaissais s'écartaient rapidement à ma rencontre, tout en me saluant ou en me regardant de travers. Ces derniers avaient leurs raisons: pas mal d'entres eux m'avaient rencontré en de fâcheuses circonstances: pour y aller simplement, cela se terminait bien trop souvent avec un balais mal placé... ma maladresse me perdra. Du moins je l'éspère.
Les cloches de la ville vinrent me rappeler l'heure: j'étais en retard ! Je tentai de me caller sur mon destrier, bloquant les paquets du mieux que je le pouvais dans les circonstances actuelles et enclenchai la cinquième. Je dû alors faire l'expérience de la traversée du mur du son. Mon balais accéléra comme jamais, semant bon nombre de mes colis derrière moi. Un miaulement déséspéré me fit savoir que mon copilote poilu n'était désormais plus à mes côtés et avait déserté le navire. Tant pis, les gens hurlaient sur mon passage, je pris donc la décision de lâcher mes dernières commandes afin de redresser ma trajectoire et de reprendre le contrôle de cet engin. Malheureusement, ce fut à cet instant que mes lunettes glissèrent de mon nez. Mon balais dériva violement et... ce fut le noir complet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Dim 4 Fév - 6:47

Le monde se retourne autant qu'il se trouble ; une pluie de paquets de toutes formes et tailles pleut sur mon crâne et ceux des passants ; plusieurs choses se brisent et se répandent, fort heureusement ni os ni sang même si rien ne me permets de l'assurer. Je fais plusieurs tours sur moi-même et sous la lourde et tiède averse qui frappe la capitale aujourd'hui. Je cille plusieurs fois le temps que mon esprit recompose avec une lenteur très inhabituelle tous mes repères les plus basiques : espace, temps, point de gravité, où se trouve le sec, passé, présent, futur, identité. C'est après avoir établi avec certitude ce dernier point que je me souviens qu'Alhazen Rivail, chimériste de son état, n'a jamais eu de problèmes de vue que je saisis pourquoi le monde m'apparaît terriblement flou alors que de petites lunettes rondes et cerclées de doré se sont plantées sur mon nez. Je les en déloge pour mieux définir cet étrange corps fluet et tout hirsute dont j'ai, semble-t-il, amorti la chute.
    « Jeune fille ? » questionné-je plus ma compréhension de l'univers que l'intéressée, « allez-vous bien, citoyenne ? Citoyenne ? »
Je secoue le poids mort de la jeune demoiselle dont le bras retombe mollement sur les pavés. Elle ne réagit pas même quand je bondis sur mes pieds et que je ne parviens pas à l'empêcher à temps de se retrouver allongée dans les flaques. Un frisson de terreur me mord l'échine et glace l'eau qui y ruisselle quand j'appelle :
    « À l'aide ! Quelqu'un ! Je crois que je l'ai
    – Mais non, vous inquiétez pas, » répond-on négligemment à mon désespoir, « ça lui arrive tout le temps.
    – … tuée. Pardon ?
    – La bague, mon gars,
     » m'envoie le camelot en pointant une lumière bleuâtre à terre, « remettez-la lui qu'elle se réveille, et vous stressez pas pour ça. Elle s'en remettra, comme d'hab. »
Cette discussion me laisse un peu les bras ballants et comme deux ronds de flan. Il faut qu'on me bouscule un peu pour que me revienne un semblant de tonus musculaire et de volonté : j'attrape le balais de la jeune fille, son anneau, ses épaules et je la traîne jusqu'à l'intérieur de la boutique du bon brocanteur que je viens de quitter. Je reçois pour commentaire un peu las de ne pas m'approcher du tapis, s'il vous plaît merci, me poussant à allonger mon fardeau ailleurs. Le marchand se rattrape sur son hospitalité en nous amenant des serviettes sèches dont je me sers pour éponger un peu la masse phénoménale de cheveux pour essayer de différencier l'avant de l'arrière de cette adolescente ; une fois ses mains trouvées et sa bague soigneusement essuyée, je l'y replace.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Dim 4 Fév - 8:27

Zéphir semblait flotter... tout était calme. Il fallait encore que ça arrive. Elle n'aimait pas spécialement cette sensation: se retrouver privée de son enveloppe corporelle était déplaisant. Mais cela avait le mérite d'attiser sa curiosité. Il faudrait qu'elle pense à étudier ça de plus près un jour. La science impliquait parfois de se mettre soi-même en condition. Oui, elle devrait penser à....
Je me sentis propulser violement hors de mon palais mental. Zut... j'étais certaine d'avoir perçu quelque chose. Cependant, cela me réveilla si brutalement de mes pensées que je me redressais sur mon seant en vitesse, non sans heurter quelque chose de dur avec mon crâne.

- Hein ? Oh ! Ça va ! Ça va ! Je vais bien !
Criai-je, les paquets ? Madame Firma va me jeter ses biscuits au visage si je n'ai pas ses commandes ! Paniquai-Je en regardant autour de moi avant de me reprendre et de soulever mon chapeau d'où un petit colis tomba. Mes cheveux étaient un don du ciel, rien ne pouvait leur résister. Je regardais autour de moi avant de comprendre, qu'une fois de plus, j'avais atterri chez l'antiquaire du bout de la rue.

Ce dernier me regardais depuis son comptoir, les lunettes au bout du nez.

- Veuillez m'excuser et... Merci infiniment.

- Tes affaires sont dans l'entrée, dit-il d'un ton désintéressé, tu vas finir par tuer ta mère si tu ne fais pas plus attention. Ou quelqu'un d'autre. Ah, et, ce n'est pas moi que tu devrais remercier. Termina-t-il en pointant du doigt derrière moi.

Je me retournai donc et compris ce que mon crâne venait tout juste de frapper. Je m'approchai en hâte et m'agenouillai près de l'homme en question:

- Pardon-pardon-pardon ! Me confondai-je en excuse tout en multipliant les courbettes, manquant de me frapper le front sur le sol. Zéphir Tramontane, ajoutai-je en tendant la main, alchémiste à seize heure et botaniste autodidacte !

-Presque. Fit l'antiquaire

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Céosus
Dieu Fondateur
avatar

Messages : 205
Date d'inscription : 07/08/2016

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Dim 4 Fév - 9:24

Le membre 'Alhazen Rivail' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Esquive' : 2, 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t104-ceosus-dieu-du-ciel
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Dim 4 Fév - 9:46

Par un effet de ressort, la demoiselle se propulse en position assise ; son front percute le mien dans une explosion d'étincelles que je dois bien être le seul à voir et qui me renverse à terre. Ma vue s'obscurcit un instant ; j'essaie d'en dégager le voile d'un revers de main, réflexe vain : il se déchire seul et sans aide pendant que les sons sifflent à mes tympans. Je ne sais rien de ce qu'il se passe autour de moi et, de toute manière, je ne m'y attache pas vraiment non plus. Juste … cette forme hirsute qui parle de façon précipitée. Trop précipitée. S'il te plaît ….
    « Ralentis, petite, par pitié, je suis un peu …. »
Et là, à peine redressé, ses courbettes m'allongent à nouveau. Cette jeune fille a le front bien dur, décidément. Je mets un temps à recouvrer pleinement mes esprits, à rouler préventivement sur le côté ; à moins que je ne me traîne en réalité sur le côté. L'os de ma pommette me brûle un peu et j'ai l'impression que mon crâne résonne. Je tends la mains à celle qui se présente sous le nom de Zephir Tramontane, plus pour qu'elle m'aide à me remettre sur pieds que pour qu'elle la serre.
    « Alhazen Rivail, alchimiste de son état et à toute heure, sauf celles où je suis un humble médecin ; Docteur Alhazen Rivail, au service de sa majesté l'Empereur et de chacune de ses incarnations, passées comme futures. »
Je renifle le filet de sang qui me coule du nez jusqu'au menton ; je pince celles de mes narines responsable du carnage et remarque seulement les paquets laissés au-dehors :
    « Je suis désolé, citoyenne ! Votre matériel est resté en partie sous la pluie ! » je me tourne vivement vers elle, lui fait signe de ne pas bouger ; « je reviens : je vais les chercher ne bougez pas. »
Je pousse la porte et, alors que se fait entendre une fois encore la clochette à l'entrée, je m'arrête sur le seuil et pointe l'enfant du doigt.
    « Attendez bien ici, je crois qu'on va avoir des choses à se dire. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Dim 4 Fév - 14:00

Après m'être excusée une bonne dizaine de fois, je décidai de relever la tête vers l'homme qui, étrangement se retrouvait être dans un état encore plus déplorable que cinq minutes avant. Je le regardais se tenir le nez tout en l'écoutant se présenter. Un docteur ? Un alchemiste d'État au service de l'empereur ? Impressionnant. Attendez une seconde...

- J'ai failli tuer un un médecin au service de l'empereur... murmurai-je lorsque ce dernier sorti chercher quelque chose dehors.

- Et ça m'étonne toujours Zéphir? Laisse tomber le balais et utilise tes jambes la prochaine fois, tu fais fuir les clients. Fit le marchand vers qui je me retournai. T'es une bonne gamine mais tâche un peu de faire bonne figure. Il se mit à rire d'un ton moqueur. Enfin, tu suis la tradition familiale.

- Comme vous celle de votre alcoolique de père, repondis-je en me redressant, les plantes pour guérir les maux de tête en disent long.

Pâle comme un linge, il vira au rouge pivoines en un instant.

- SORS DE MA BOUTIQUE, hurla-t-il pendant que je ramassais mon chapeau et le colis de madame Firma en hâte. Ta grand-mère en entendra parler ! Termina-t-il lorsque je fermais le porte et me retrouvais sous des trombes d'eaux face à l'alchémiste qui s'apprêtait à rentrer, complètement trempé.

- Il pleut... non ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Dim 4 Fév - 18:23

Je rassemble encore les paquets en piles soigneuses que je compte sécher convenablement une fois à l'abri ; en ai à peine aligné le quart que la discussion s'achève déjà à grands cris du côté de l'antiquaire. Je savais ce vieil orc soupe au lait, mais elle semble avoir visé juste, la petiote. Je souris un peu sous ma moustache trempée que tout l'amidon du monde n'aurait pas suffit à tenir en place quand je la vois passer le seuil et lui demande, un peu taquin :
    « Je suppose que je vais éviter de revenir ici à l'avenir ; du moins, jusqu'à ce que la sénilité lui fasse oublier qui je suis. Un interlocuteur charmant, n'est-il pas ? »
Je répartis les différents sacs et boites de manière à ce qu'elle ne soit pas trop encombrée.
    « Avouez que vous étiez pressée de revenir me parler pour savoir ce que j'avais à vous demander, » plaisanté-je en rouvrant mon parapluie et en l'invitant sous son couvert pour lui épargner la cascade qui nous tombe dessus, « ne vous inquiétez pas, avec le service en fonte que je lui ai pris pour bien trop cher, je n'aurai pas à le revoir avant un bon moment : il faudrait vraiment que mes mandragores l'arrosent d'acide pour en venir à bout. On en reparle au sec ? Je crois que ce café est ouvert, ça permettra de nous y retrouver dans les paquets. »
Je lui colle une sucette dans les mains (vieux réflexe), et ouvre la marche vers l'enseigne accueillante.
    « Vous êtes botaniste, vous disiez ? Que faisiez-vous dehors par ce temps, citoyenne ? Loin de moi l'idée d'être indiscret, mais j'ai vu plusieurs adresses sur vos colis : vous livrez à domicile ? »
J'ouvre la porte sur l'entrée chaleureuse et l'odeur des grains moulus de frais ; de larges globes alchimiques déversent une lueur douce sur les salles visibles depuis les vitres du hall dont nous passeront le sas après avoir remis un peu d'ordre dans tout ça.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Dim 4 Fév - 20:19

- Je suis vraiment désolée. Je n'aime pas spécialement que l'on dise du mal dans le dos des personnes qui me sont chères. Dis-je au Docteur. Oh ne vous embêtez pas avec mes affai... tentai-je de dire lorsqu'il eu fini de regrouper mes colis (légèrement tordus et ouverts).

Par réflexe je tendis les bras, où il déposa une pile de paquets avant de mettre un sucette dans ma paume. Il ouvrit son parapluie et m'invita à le suivre. Je restai un moment coite avant lever les sourcils:

- Ma maman m'a dit de ne pas suivre les inconnus. Je regardai la main contenant le bonbon. On a arrêté des gens pour moins que ça vous savez.

Je m'avancai sous le parapluie et le regardai d'un air amusé.

- Mais comment dire non à quelqu'un que j'ai bien failli tuer. Surtout qu'un café ne serait pas de refus au vu du temps.

Le café en question n'était qu'à quelques mètres de distance. Il ouvrit la porte et nous nous installâmes à une table après avoir déposé les paquets et commandé deux cafés très serrés. Je fixai l'individu en face de moi avant de me souvenir de sa question.

- Oh... euh... oui ! Apprentie botaniste pour tout dire. Entreprise familiale, je me charge effectivement de livrer les commandes de médicaments ou de matériel à divers clients. Fis-en regardant d'un air désolé les paquets de madame Firma. Attendez... vous avez dit "plusieurs adresses" ? Je soulevais mon chapeau ruissellant d'eau et pris la petite boite maintenue par mes cheveux.

En cherchant, je tombai sur le nom du destinataire avant de pousser un petit soupir. Maman... tu t'es trompée de cliente, encore. Je le deposai sur la table et secouai ma crinière trempée avant de relever les yeux vers le docteur Rivail.

- Ca ne m'etonne pas vraiment que vous ne connaissiez pas la Boutique Tramontane, les affaires ont du mal à fonctionner, pourtant, nous sommes réputés pour la qualité de nos potions et médicaments. Ma Grand-mère est une experte dans le domaine.

"Tu parles beaucoup trop Zéphir" entendis-je me dire cette dernière en écho.

- Mais, j'ai cru comprendre que vous étiez médecin et alchimiste ? M'exclamai-je les yeux pétillant. Enfin un vrai professionnel en face de moi ! Je m'entraine parfois, seule, ce qui m'a valu pas mal d'accident: dont ces cheveux. Bleus. Leur état hirsute n'est que la preuve du temps que je préfère passer à m'exercer plutôt qu'à les entretenir. Mes parents n'aiment pas trop. Mais j'ai fait pas mal de découvertes ! Ajoutai-je toute excitée en fouillant dans ma sacoche à la recherche de mon carnet d'expérience. Je l'ai toujours sur moi. Je lui tendis. En ce moment je profite de ma maladresse pour y noter les détails, observations et ce qui me semble etrange quand je perds connaissance. Comme tout a l'heure. Vous pourriez me dire ce que vous en pensez !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Lun 5 Fév - 6:27

Nous prenons place à une table un peu à l'écart ; je sais que, dès qu'il s'agit d'alchimie, et plus encore quand il m'est offert d'en débattre avec un collègue, j'ai la nette tendance à me laisser emporter par mon enthousiasme aussi communiqué que communicatif, j'espère donc ainsi ne pas déranger les autres usagers. La clientèle de ce boui-boui sympathique, pompeusement nommé « café », n'en améliore que davantage l'ambiance, ce serait donc dommage de la faire se plaindre ou même fuir. Le café ne se fait d'ailleurs pas attendre ; je constate, au nez, que la demoiselle l'apprécie aussi serré que je les consomme ; j'en déduis donc que nous avons pour ennemi commun le sommeil, cet ignoble dévoreur de temps. Nous avons l'air de deux noyés assis devant une petite nappe à carreau en train de débattre au sujet de la rivière qui se présenterait comme la meilleure pour y passer l'éternité d'un repos bien mérité loin de la vie ; c'est en tout cas ce que me dis mon reflet dans ma petite cuiller. Je la plonge dans ma tasse pour mélanger un tant soit peu l'eau chaude aux grains pour rendre le mixte suffisamment liquide pour être bu plutôt que mangé et écoute patiemment ma jeune consœur par passe-temps parler de son présent métier. Botaniste, effectivement : j'en vois le tatouage, et sur la paume les serments. Alors qu'elle parle des Tramontane, ce nom commence à m'évoquer quelque chose, plus encore quand il devient question d'une femme de talent dans la famille. J'ai eu le loisir de rencontrer des botanistes par le passé, des botanistes habiles dont la science aurait égalé à bien peu de choses celle des alchimistes. Je me penche en avant, l'air d'un conspirateur :
    « Il faudra que vous me présentiez à votre famille ; le nom ne m'est pas inconnu, et avoir des botanistes de confiance sous la main ne saurait que m'être utile. D'autant plus si je dois tricher sur le rationnement impérial. »
Ce quand bien-même je le trouve tout à fait justifié quand il est question des substances que je manipule en laboratoire : c'est un peu de mon ressort que d'imaginer ce que ces matières pourraient devenir entre de mauvaises mains. La discussion trouve un second souffle dans la tempête de questions et d'euphorie qui éclosent dans la bouche de la jeune Tramontane lorsque, après avoir détaillé son travail, elle s'emploie maintenant à m'exposer toute la force de sa passion ; un tel enthousiasme est bien la marque des alchimistes. Son carnet change de mains, et avant même d'y jeter un œil ou de le ramener à moi, j'interroge :
    « Loin de moi l'idée d'être indiscret, mais quelles ont été les circonstances de votre transformation en liche ? Je suis assez curieux, car, à dire vrai, je n'en ai jamais vu de vivante auparavant ; même si j'en ai entendu parler par le passé. »
Jinendra Devajara est un cas d'école, mais un cas qui relève plus du mythe que du fait observable maintenant qu'il se plaît à aligner les siècles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Lun 5 Fév - 8:05

Les cafés arrivèrent rapidement. J'écoutais attentivement le Docteur Rivail tout en rapprochant le sucrier de moi et en me servant à mon aise. 1...2...

- Oh, si vous avez déjà rencontré des botanistes lors de réunion, Docteur, 4...5..., je pense que ce doit être ma grand-mère que vous avez dû apercevoir. Mes parents sont surtout concentrés sur la Boutique. Comme le sucre m'était dans ma tasse.

Je reposai la cuillère dans le sucrier que je replacai au centre de la table. Je bu une longue gorgée avant d'ajouter:

- Il faudra que j'y retourne directement d'ailleurs. Les paquets ne sont plus en bon état. Ni même au nom du destinataire à qui j'allais les livrer. La chute à du les retourner complètement. Ils sont chamboulés. Terminai-je les yeux dans le vague.

Le sucre avait cette tendance à me faire penser bizarrement et à voix haute. Depuis ma condition de liche c'était un effet qui contrairement à beaucoup d'autres, n'avait pas disparu et ne c'était pas atténué. Peut-être l'alchimiste serait-il intéressé par cela.

- Lorsque j'étais enfant, une maladie infantile ma touché. Ma grand-mère avait beau tout essayer, rien ne semblait en venir à bout. Donc, après quelques recherches, elle prit rendez-vous avec les moines astrions. Conclusion, fis-je en levant la main portant la bague, ma vie est contenue dans ce bijoux. Et mon corps fut mit dans un état de sommeil profond. Je levai les yeux vers le Docteur penchai la tête sur le côté et l'observai, les pupilles dilatée. Vous voulez la voir de plus près?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Lun 5 Fév - 18:28

Le ploc, ploc régulier des minuscules carrés de sucre venant prendre leur bain de café ne manque pas d'attirer mon attention ; ceux-là, ajoutés au café serré, me font finalement m'interroger sur la sensibilité physique de cette jeune femme assez distraite, ainsi que sa réactivité réflexe : sa maladresse s'expliquerait finalement par une simple altérations des récepteurs sensoriels et donc de sa prise d'informations extérieures. Tout pour piquer et laisser à vif ma curiosité dévorante sur cette étrange création avec qui je partage ma table. J'ai à peine exprimé cet intérêt qu'elle me tend sa main baguée et, sans même me laisser saisir la mimine marquée par des expériences plus ou moins désastreuses et y observer le bijou à même les doigts, je la vois qui la retire, me la place dans la paume et s'effondre aussitôt sur la table dans un fracas métallique de couverts cognant contre le verre des tasses cerclées. Sans trop y prêter attention (j'évite juste le tsunami bondissant de café qui tente de faire sa vie en dehors de ma tasse), je tiens le phylactère à la lumière pour y lire les différents tracés, gravés sur les deux faces du tube : un alliage solide qui entoure une pierre unique, celle-là même qui doit contenir l'identité de la jeune Tramontane. Les tracés doivent seulement (seulement ! Le circuit est tout de même le fruit d'une connaissance poussée dans l'art des enchantements ! C'est un crime d'oser seulement songer ce « seulement ») faciliter la liaison de l'âme vers le corps, pour un meilleur et complet contrôle de celui-ci, surtout entre les mains, ou, ici, autour du doigt d'une si jeune fille avec une formation à ce point maigre dans l'accès aux arcanes de la magie (au moins à l'âge supposé où l'opération de transition a eu lieu). Je compulse les notes qu'elle a laissé de ses propres expériences (intéressantes bien que manquant cruellement de méthode et de rigueur scientifique), les repose près de son café avant de lui rendre son bien (je ne sais pas si c'est l'anneau que je rends au corps ou le corps que je rends à l'anneau … qui de toute façon est là pour les unir tous) à une distance de sécurité raisonnable cette fois. Je bondis droit dans mes bottes, réajuste mon bouracan sur mes épaules, saisis mon parapluie et me prépare à emporter plus délicatement les cartons et autres paquetages encore humides quand j'aperçois le balais qui lui a servi à me percuter : celui-là trône fièrement contre un mur, gravé avec au moins autant d'attention que le phylactère qui retient l'âme de Zéphir à son corps même si avec moins de talent. C'est une œuvre fort prometteuse, toutefois, je dois le reconnaître, même si je me demande qui au monde souhaiterait entre mille autres possibilités chevaucher un balais pour se déplacer sur les flux impériaux.
    « L'élève idéale, » murmuré-je sous ma moustache, « Tramontane, mon petit ! Menez-moi à votre famille, nous avons à discuter de votre cas ! Laissez la monnaie sur la table, c'est pour calmer la frayeur qu'ils ont eue en vous voyant dormir sur la nappe devant un vieil elfe amateur de potions qui distribue des bonbons.»

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Mar 6 Fév - 19:21

L'impatience de pouvoir enfin surprendre un expert alchimiste me poussa à lui donner mon âme au creux de sa main.

Ce qu'il s'était produit par la suite... la jeune fille ne pouvait en être tout à fait sûre. Elle se sentit, pour la seconde fois aujourd'hui, flotter. Néanmoins, sans être pour autant privée de toutes sensations: son ouïe lui confirmait entre autre qu'elle allait devoir emprunter de la glace à sa grand-mère et la stuppeur des clients présents dans le café (voir une jeune fille s'éffondrer après avoir consommé un produit du lieu ne devait pas être rassurant), et le toucher... ce n'était pas réellement une sensation de contact comme lorsque l'on manipule un objet ou que l'on se cogne mais c'était.. différent. Et particulièrement dérangeant.

- Cessez de la retourner... elle se sent mal...


Quand le Docteur Rivail prit ma main et me mit la bague au doigt, je restai, cette fois, légèrement comateuse. En l'entendant s'éloigner et m'appeler, je relevai la tête et tournai les yeux vers l'homme qui m'attendait devant la porte.

- Fami... famille? Oh ! Me ressaisi-je en me relevant d'un bond (non sans bousculer une vieille dame assise derrière moi qui renversa son café).

J'attrapai mon chapeau, mon carnet, les colis, mon balais et le Docteur et nous fûmes dehors en un clin d'oeil. Toujours sous la pluie qui ne semblait pas vouloir se mettre d'accord avec mon humeur. J'activai mon moyen de locomotion et vint me placer, avec grâce, aux côté de Monsieur Rivail.

- Vous me suivez ? Lui demandai-je en lui tournant autour avant d'avancer lentement en direction de la maison tout en attrapant, au passage, le chat qui, depuis l'accident, avait avancé en direction du Café.

Nous avançâme ainsi pendant une dizaine de minutes ou plusieurs choses me vinrent à l'esprit: pourquoi voulait-il voir ma famille finalement ? Pour rencontrer Mémé ? Commander des produits ? Porter plainte pour homicide ? Et que faisait cette cuillère dans mes cheveux ?
Finalement nous arrivâme devant la porte de la Boutique Tramontane qui nous servait aussi bien de lieu de travail, que de fabrique et de logis: une passion, ça se vie. D'ou les nombeuses cicatrices, les cheveux brûlés et les trous dans les murs de ma chambre.

- Nous y voilà, docteur Rivail, dis-je en descendant de mon balais et en me retournant vers l'intéressé. Venez vous abriter sous le porche.

Je m'approchai de la porte pour frapper et prévenir de ma présence, quand Mémé l'ouvrit, me laissant lui toquer le tête.

- Je suis rentrée.

- J'avais remarqué Zéphir. Répondis Grand-mère en regardant l'homme qui était derrière moi. Qu'est-ce que tu as encore fait, mon bourgeon ? J'éspère que vous n'avez rien mon bon monsieur. Venez vite vous réchauffer à l'intérieur, l'invita-t-elle en se l'attrapant par le col et en refermant la porte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Mer 7 Fév - 17:23

Elle a plus de difficultés cette fois à se remettre sur pieds, ce qui me laisse le temps d'être un peu songeur vis-à-vis de cette petite voix à peine perceptible que je croyais provenir de l'intérieur même de ma tête ; ça a quelque chose de très particulier d'entendre sans que le son entendu ne soit capté par nos tympans, et cela m'inspirera peut-être quelques recherches à venir. Soit. Maintenant, je dois me souvenir du moment où la jeune Tramontane a commencé à me promener par le col, pour pouvoir synchroniser mon pas avec le sien, sinon je risque de finir les trois derniers quarts du chemin à même le séant et traîné à bout de bras par une fillette qui doit peser une quarantaine de petits kilos tout mouillés si on ajoute les colis. Pas très brillant. Alors si je la suis, eh bien :
    « J'essaye, j'essaye ; soyez aimable et ne me faites pas trop courir, je vous en prie : je doute être capable d'atteindre l'allure que vous mainteniez avant que vous ne tombiez sur moi, » essaie-je de plaisanter en ouvrant mon parapluie et en lui emboîtant le pas.
Celle dont j'espère faire en quelque sorte la camarade de Lily Krov conserve un silence de tombe pendant le trajet, presque inquiet alors que je passe ces dix minutes fort pluvieuses à verbaliser toutes mes questions :
    « Depuis combien de temps votre grand-mère est-elle une adepte de la botanique ? », ou : « C'est encore loin ? », parfois : « Vous allez bien ? », pour essayer d'étoffer la conversation, aussi : « Il est à vous, ce chat ? »
Ce chat, justement : il dévisage l'univers avec cet aspect blasé que tout chat un tant soit peu angora finit immanquablement par adopté une fois passé à l'eau, et un seul regard de sa part m'y fait réfléchir à deux fois avant d'ajouter la moindre question à un lot déjà bien fourni qui a fini lettre morte. Même dans l'absurde, c'est assez inquiétant, comme tableau ; mais nous arrivons bientôt à un bâtiment de botanistes émérites autant que praticiens rattrapant en curiosité l'habileté et la prudence dont ils manquent parfois sur certaines expériences ; c'est du moins ce que la toiture encore fumante et certaines poutres un tantinet de guingois. Des gens qui, j'en suis assuré d'instinct, me plairont et me plaisent déjà. Zéphir me convie à la rejoindre en attendant que … ah, voilà qu'on nous ouvre et qu'on se saisit une fois encore de mon col (heureusement assez amidonné pour me soustraire à toute idée de repassages trop fréquents). Quand le battant se clot derrière-nous et nous coupe du bruissement perpétuel de la pluie qui tombe dehors en trombes, je prends la liberté de ne pas passer par quatre chemin :
    « Madame, si je suis ici aujourd'hui, c'est parce que je sais que votre petite-fille s'est présentée comme une alchimiste autodidacte et que je suis persuadé qu'elle a les capacités requises pour devenir une élève brillante en la matière, et plus tard, une maître de renom. Si je tiens à me proposer aujourd'hui comme son formateur, c'est parce que je sais qu'elle a toutes les chances pour me survivre et aller plus loin que là où j'aurai été contraint de m'arrêter, et … mais par tous le panthéon connu, Madame Tramontane, ce que vous avez vieilli ! », ajouté-je dans un souffle, sans avoir dans quel ordre j'ai bien pu dire tout ça, ou même si les mots sont seulement sortis de ma tête.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Jeu 8 Fév - 17:24

- Oooooweuh. Entendis-je maman faie avant qu'elle ne s'effondre sur le sol dans un grand fracas.

- C'est rien ! Tout va bien ! Je m'en occupe ! Se précipita papa, tout sourire en attrapant l'évanouie par les épaules et en la trainant dans le salon. Oh ! Veuillez m'excuser, ajouta-il en la lâchant en en accourant en direction du Docteur en tendant la main. Je manque à tous mes devoirs d'hôte, bien le bonsoir Monsieur ? Il lui prit la main et la secoua vivement.

- Monsieur Rivail. Pour une surprise. S'exclama grand-mère en remontant ses lunettes. Si j'ai vieilli, en revanche, vous mon cher, vous n'avez pas changé. Elle l'examina de haut en bas. Mis à part mon fils qui semble collé à votre main, dit-elle en tapotant le bras de mon père pour qu'il lâche l'alchimiste, vous avez toujours l'air aussi débraillé.

Mon père resta un instant statique, il semblait avoir oublier quelque chose, il regardait autour de lui pendant que, de mon côté, je tentais déséspérément d'évacuer toute l'eau de mes cheveux trempés.

- Chérie, tu ne saurais pas ou... Oh ! Pardon ma fleur de Jasmin ! Fit-il en accourant auprès de ma mère, allongée sur le sol. Je la monte à notre chambre. Dit-il dans notre direction avant de remorquer sa femme à l'étage (quelques bruits sourds réguliers et des "oups... pardon ma Lys" accompagnés de "ahah... quelqu'un aura besoin de camomille demain", nous signifièrent qu'ils montaient les escaliers).

Grand-mère retira ses lunettes et se passa la main sur le visage, l'air légèrement dépité avant des les remettre sur le bout de son petit nez rond. Elle fixait Monsieur Rivail, sans sourire, les sourcils relevés avant de se tourner vivement vers moi.

- Et bien Zéphir, qu'est-ce que tu attends ? Vas préparer du café pour notre invité ! me houspilla-t-elle. Cela eu l'effet escompté: je courus en direction de la cuisine, tel un lapin pourchassé, semant, sur mon passage, de multiples gouttes d'eau tout en me cognant au passage contre la porte. Je crois qu'une discussion s'impose mon vieil ami. Mais venez donc vous installer dans la salle à manger.

C'est ainsi que nous nous retrouvâmes tous les trois assis: ma grand-mère et moi d'un côté et le Docteur Rivail en face de nous, chacun disposant d'une tasse de café. Je voulu me servir du sucre avant de changer étrangement d'avis quand une fourchette à dessert vint se planter à deux millimètres de ma main en action. Je me réinstallai vivement sur ma chaise, le dos droit et les poings serrés sur mes jambes croisées.

- Ainsi, Rivail, vous ne donnez pas de nouvelles pendant une dizaine d'années pour revenir et vanter les louanges de ma petite-fille. Vieille canaille, vous m'avez pourtant bien connu fut une époque, croyez-vous sincèrement que je vais confier une Tramontane au premier venu ? Elle se leva et se dirigea vers l'armoire près de la cheminée. Elle en sortit une boîte d'onguent et s'approcha de l'elfe que j'avais précédement endommagé. Qu'êtes-vous devenu après tout ce temps ? Quelle formation voulez-vous donner à Zéphir ? Quelles sont vos attentes ? Et surtout: mais qu'est-ce qu'il vous est arrivé à tous les deux ? Vous êtes dans un état lamentable mon pauvre. Mais... baissez la tête que je puisse vous soigner voyons! Le gronda-t-elle en prenant le visage d'Alhazen dans ses petites mains et de la metter à sa hauteur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Ven 9 Fév - 11:57

Ma tirade fait un effet bœuf sur cette petite assemblée hétéroclite : un bruit sourd m'indique qu'un poids mou s'est effondré sur le sol, et aux modulations de voix qui l'ont précédé, j'infère qu'il s'agit de la mère ; je ne peux pas m'en assurer qu'on se sait aussitôt de ma main pour la serrer et me secouer le bras à l'en décrocher, dans un réflexe qui me rappelle immanquablement mon comportement devant le Docteur Krov ; et si la petite vieille qui me fait face à une contenance qui rivalise avec celle de l'estomac d'un pachyderme, c'est encore sa petite qui m'étonne le plus : je n'ai jamais vu autant d'indifférence chez quelqu'un à qui on proposait de donner des cours, et elle préfère venir à bout des rivières qui semblent avoir trouvé logis dans ses cheveux plutôt que de prendre part à notre conversation (je me demande, distraitement, si elle y trouvera un poisson). Commandée d'aller chercher le thé à la place de sa mère transportée à l'étage par son père, je constate du coin de l’œil qu'elle manque de laisser un beau cratère sur le linteau de porte avec son coude, toujours absorbée par son essorage. J'espère que ce n'est pas l'eau de notre boisson qu'elle prépare là. Jusqu'à ce que nous nous installions tous les trois, les uns à égale distance des autres, je n'ose pas intervenir dans l'intendance parfaite que Madame Tramontane fait dans son foyer, et qu'elle mène d'une main de fer. La salle à manger, tout autour de nous, ressemble à s'y méprendre à un cabinet de curiosités qu'on aurait installé dans une serre tropicale ; je m'attends presque, en m'asseyant, à déranger un couple de loirs et à apercevoir trois oiseaux colorés s'échapper de la cheminée. J'ai l'impression d'être à la maison. Jusqu'à ce que me tombe dessus une pluie de questions bien plus drue que celle qui frappe les carreaux de la boutique. Finalement … je me sens comme au temps de l'orphelinat, plutôt, couvé par cette vieille elfe qui aurait sûrement préféré qu'aucun de ses petits protégés ne sorte équipé de moins qu'une armure de plaques. Je m'en retrouve à balbutier, tout penaud :
    « S'il vous plaît … madame, je vous en prie, reprenez-vous et ne me posez qu'une seule question à la fois, je ne pourrai pas répondre à chacune au même rythme ! » mais je vais essayer, c'est donc le moment de prendre une grande et profonde inspiration avant de se lancer : « Je viens de vous le dire : je veux former votre petite fille ; le contenu de cette formation serait les arcanes de l'alchimie ; j'attends d'elle qu'elle prenne ma suite et soit capable de poursuivre mes recherches après ma mort ; votre petite-fille m'a fait un rentre-dedans plutôt violent, » je m'interromps, reprends, pensif : « ah, non, ça je ne l'avais pas dit … pardonnez-moi. Bon, reprenons : j'ai parlé de ce que je venais faire ici, du contenu de la formation, de mes attentes, de la raison de mon état (soyez gentille de ne pas trop appuyer là, s'il vous plaît, et merci), il me reste à vous dire que je sais pertinemment que vous ne permettriez jamais au premier venu de se porter garant d'un Tramontane, c'est précisément pour cette raison que je partage un thé aujourd'hui pour débattre autour de cette question. Et je vous assure que j'étais tiré à quatre épingles ce matin. »
J'ai ronchonné ces derniers mots un peu à part moi, pendant que la petite bonne femme étale sur toute ma figure une quantité d'onguents qui doit valoir une soixantaine de déforestations à eux-seuls.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Sam 10 Fév - 13:07

- Ce n'est pas du thé, docteur Rivail... mais du café. Dis-je tout bas lorsque mes oreilles se débouchèrent enfin. Je regardai dans ma tasse avec de remarquer quelques feuilles flotter dans le contenu. Oh...

Mémé soignait avec un certain entrain le docteur Rivail tout en l'écoutant attentivement. Lorsqu'il mentionna les causes de notre rencontre, quelque peu forcée par le destin, je remarquai Grand-mère s'arrêter une fraction de seconde puis reprendre sa tâche en roucoulant.

- Bien une Tramontane, quand on veut quelque chose: on le saisit.

Quand il eu terminé et elle aussi. Elle se redressa, referma les pots et alla les ranger à leur place dans l'armoire. Elle s'aprocha de la cheminée afin de raviver le feu qui commencait à s'y éteindre.

- D'accord, une formation. Vous devez être au courant qu'en ce moment elle suit un apprentissage en botanique. Elle revint s'asseoir à mes côté et posa sa main sur la mienne en me regardant avec un sourire rassurant et un peu triste. Mais je puis aussi vous confirmer la passion de cette jeune fille pour l'alchimie. Ses parents, en particulier sa mère, très protectrice, comme toute les mamans bien entendu, ne sont pas trop rassuré face à cela.

- Il est vrai que j'ai eu quelques... euh...

- Accidents. Termina Mémé. Mais , puisque je suis celle qui la forme et que, par ailleurs, ses connaissances seront bientôt égales aux miennes. Elle souleva mon bras afin de montrer mes tatouages. Je pense qu'ajouter à cela vos savoirs ne pourrait lui offrir que plus d'ouvertures dans son futur métier.

Un moment de silence suivit ses paroles. Mémé me regardait toujours, attendant visiblement que je donne mon avis sur la question. En vérité, je ne savais pas trop quoi dire. Je pensais que le sujet de ma formation était clos depuis de nombreuses années.

- Je m'interésse à l'alchimie depuis...

- Qu'elle a 7 ans. Me coupa Papa en nous rejoignant et en s'installant à côté de notre invité. En effet, Zéphir a lu beaucoup de livres à ce sujet.

- Plus qu'en botanique... ajouta discrètement Mémé.

- Mais je dois vous avouer que l'idée de voir mon petit bouton d'or s'en aller n'est pas pour me rassurer. Il s'agit surtout d'une question de sécurité. La petite est fragile.

- C'est l'une des raisons qui m'a poussé à suivre cette voie Docteur Rivail. Dis-je en levant les yeux vers le concerné. Je ne souhaite pas jouer la carte de l'émotion (papa arrête de pleurer et ne te réssuie pas sur ta man... pas grave). Mon objectif serait dans un premier temps, de trouver un moyen de stabiliser ma condition, comme vous l'avez sûrement reqmarqué, je perds ou mélange souvent mes sens. Je voudrais aussi étudier plus en profondeur ce que permet cette forme. La main de Mémé se serra et papa se tourna vers moi.

- Tu as encore perdu ta bague ?! Me houspillèrent-ils en coeur. Je t'ai pourtant dit de a mettre SOUS tes gants. ajouta Mémé.

- Mais j'ai pas eu le temps de les mettre. m'excusai-je en agitant les mains. Et le Docteur Rivail a tout de suite réglé le problème.

- Vous étiez donc au courant pour Zéphir, Monsieur Rivail, petit cachotier. Remarqua Mémé pendant que papa était allé multiplier les courbettes de remerciement face à Alhazen en lui sérrant les mains avec vigueur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Dim 11 Fév - 10:11

Comment rater le fait que la brave enfant suit déjà une formation en botanique ? Même avec mon faible degré d'observation des hommes et des femmes qui font mon entourage social, et si cette jeune liche n'avait pas d'emblée fait partie de ce que je classe parmi les curiosités dignes d'attention, on ne manque pas de lire sur sa main et son avant-bras les différents signes de sa présente profession ; j'ai même pu apercevoir, gravés au cœur de sa paume usé mais encore parfaitement lisibles, les serments jurés des herboriste, botanistes et même de certains alchimistes qui se réclament de cette guilde. C'est en partie cette constatation qui m'a retenu d'emmener sans procès la petiote dans mes valises et de la poser dans mon atelier. À savoir, par contre, de quel côté de la table d'observation je l'aurais posée ; je vais y méditer un instant pendant que son aïeule poursuit sa touchante tirade, jouant là le rôle d'une lettre de recommandation assez complète qui se récite très commodément d'elle-même. Tous ceux présents dans ce salon qui leur serre tout à la fois de lieu de vie, de serre et d'arrière-salle semblent aller dans le sens d'un intérêt, si ce n'est inné, au moins de très longue date pour les arts de l'alchimie ; je suis en présence d'une vocation véritable et bien plus profonde que celle que la fille Tramontane ne semble fonder pour l’œuvre familiale. Je hoche la tête en direction du père du petit bout de femme dont il est question, tranquille et sans empressement, tout en faisant une tâche on ne peut plus prioritaire de le rassurer quant à l'état de sa fille et à sa capacité à survivre aisément même en milieu hostile :
    « Le petit bouton d'or est aussi tenace que la mauvaise herbe ; j'ai bien vu aujourd'hui que si elle est si capable de m'enterrer, ce ne sera pas seulement en terme de longévité comme on pourrait en parler au premier degré, mais aussi parce qu'elle est probablement, dans le règne animal, parmi ce qu'il y a de plus solide dans tout l'univers connu ou à découvrir : d'autres qu'elle se seraient au moins brisé quelque chose après un impact pareil. Je fais partie de cette seconde catégorie, et je suis bien trop curieux de mes propres limites pour laisser une élève se risquer à quoi que ce soit dont je ne suis pas déjà sorti indemne par au moins trois reprises, en sachant pourquoi. »
Puis la demoiselle de surenchérir sur sa curiosité constitutionnelle quant à son état ; peut-être pas la meilleure idée qu'elle ait eue jusqu'alors (même si, à en juger par l'état des murs visibles de dehors, pas la pire non plus) puisque ses mots sont de suite traités comme des aveux. J'essaie de me justifier devant le regard maternel et pas vraiment réprobateur de l'aïeule, la tête rentrée dans mon costume :
    « Je n'ai rien caché ; je supposais que ça allait de soi … un simple petit d'homme serait bien en mal de succéder un jour à un vieil elfe casanier comme moi. »
Le père Tramontane essaie une fois encore de me déloger l'épaule en m'exprimant toute sa gratitude à mon égard pour avoir remis les morceaux de sa fille en place après son petit accident qui ne remonte qu'à quelques minutes de cela, mais ça ne suffit pas à me mettre plus à l'aise devant sa mère, pourtant bien plus jeune que moi. Je suppose. Les yeux fixés sur le fond de ma tasse comme un enfant qu'on vient de prendre la main dans le sac, je mâchonne quelques mots, de l'ordre de « c'est une très bonne infusion que vous nous avez préparée là, madame », toute ma verve professorale soudain envolée, passée aux oubliettes, remise au placard. Comme nous prenons le thé dans l'arrière boutique, j'ose espérer que je ne l'ai pas perdue bien loin.
    « Comment vous convaincre, madame ? » essayé-je.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Dim 11 Fév - 16:35

Papa se releva enfin, peut-être trop rapidement car il perdit l'équilibre et manqua de s'effondrer dans la cheminée devant notre invité. Je me relevai et allai l'aider à se remettre debout. S'en suivirent 5 bonnes minutes de renversement mutuelles avant de parvenir à nous retrouver sur nos deux pieds respectifs. Pendant ce temps, Mémé écoutait attentivement Monsieur Rivail. Buvant dans sa tasse, me lançant un regard surpris en m'indiquant le contenu des yeux, auquel je répondis par un simple haussement d'épaules. Il faudra tout de même que je pense à vérifier ce que j'avais versé dans l'eau chaude. Personnellement, le goût était... surprenant.

- Que vous soyez un elfe, cela saute aux yeux mon vieil ami. Fit grand-mère d'un ton amusé. Mais justement: cela ne nous donne aucune véritable indication sur votre âge réel.

- Je retourne à l'étage veiller un peu sur ma femme. Je te laisse gérer la suite de la conversation Maman. Dit Papa. C'est elle la patronne, je vous conseille de ne pas la mettre en colère, elle serait capable de changer le contenu de votre tasse avec une simple moue de mécontentement. Ajouta-t-il à la fois pour plaisanter mais en même temps pensif: Mémé était très probablement capable d'une telle prouesse quand elle se mettait en rogne. Je vous souhaite une agréable soirée Monsieur Rivail.

Il monta à l'étage nous laissant tous trois, face à face dans le salon. Grand-mère semblait pensive depuis la dernière question du Docteur. Je ne me souviens plus exactement de ce qu'il advint de la conversation. Seulement que je bondis violement de ma chaise en agitant les bras dans tous les sens à la dernière réplique de Mémé. Faisant voler ma bague à travers la pièce.

- Monsieur Rivail, vous m'avez convaincu dès l'instant ou vous êtes entré chez les Tramontane.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Jeu 15 Fév - 9:37

Et « ploc ! » fait la bague dans le fond de ma tasse pendant que Zéphir, elle, fait plutôt « boum » sur le plancher. Je ne prends pas même le soin d'essuyer ce qui vient de se renverser sur mon costume (quand bien même une petite part de mon cerveau ne trouve pas vraiment la température à son goût) ; je ne crois pas que je prenne non plus celui de fermer la bouche, alors si je dois seulement penser aux velléités relatives à l'habillement … cette brave femme a le don pour les discours, elle aussi. Je cille lentement, cherche mes mots sans les trouver et les laisse se précipiter indifféremment hors de ma bouche. C'est à peine si je pense à les articuler.
    « Merci … pourquoi … pardon ? » avant de prendre le temps d'un peu de réflexion et d'organisation mentale : « Je vous laisse le plein accès à mon laboratoire ; je suppose ne rien avoir à cacher, vous jugerez ainsi vous-même du bien-fondé de votre choix. Voilà un moment que je suis en recherche d'un apprenti et même si l'étage est aménagé depuis longtemps, je suppose qu'il l'est depuis … peut-être trop longtemps, justement. Je vous laisserai juger, vous et votre petite-fille, de ce qu'il y aura à modifier de l'agencement tant pour son confort que son intimité. Bien entendu, et du moment que j'en suis prévenu, je ne vois aucun inconvénient à ce qu'elle passe ses nuits ici dès qu'elle en a l'envie, vu que nous sommes pratiquement voisins. Je ne l'oblige pas aux mêmes prolongations que moi, mais je l'y encourage fortement pour ne rien perdre de son apprentissage. »
Je repêche l'anneau minuscule qui s'est caché sous les feuilles de thé et le marc de café mêlés dans un mixte épais, le tapote doucement contre les bords de ma tasse pour en chasser quelques gouttes.
    « Je me demandais seulement … enfin, sauf votre respect … qu'est-ce qui a motivé votre choix ? »
J'avoue que je suis venu ici poussé par l'entrain que m'inspirait la rencontre avec une toute jeune liche friande d'alchimie, qui m'a percutée comme si l'élève parfaite me tombait du ciel ; pourtant, après mon premier discours, le courage m'a fui. Je suis encore intimidé et un peu gêné de m'être ainsi invité chez des gens qui me sont presque de parfaits inconnus pour leur subtiliser leur fille et apprentie et la dévoyer pour en faire mon héritière. Il n'en faut pas plus pour que je m'interroge sur ce qu'on a bien pu me trouver à moi pour accepter une demande à ce point farfelue.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéphir Tramontane
Danger public
avatar

Messages : 54
Date d'inscription : 31/12/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Ven 16 Fév - 18:26

Tout était, une troisième fois dans la même journée, redevenu calme... et si sombre. Enfin, elle croyait. Comment décrire le vide ? Une absence totale et entière de matière ? Surtout qu'elle pouvait encore ressentir... le touché... le goût... la chaleur... cette terrible chaleur !
Retirez la de là ! Vite-vite-vite ! Aaaaah... Merci Docteur Rivail. Quelle étrange sensation que de plonger dans du café. Vous devriez essayer un jour: ça ravigote.
Rivail ? Ce nom lui était familier.
Alhazen ? Alhazen Rivail ! Pouvez-vous l'entendre ? Pouvez-vous m'entendre ? Aïe ! Me frappez pas contre la tasse ! Vous allez ébrécher le service en procelaine de Mémé !
En parlant de "Mémé", elle semblait pouvoir comprendre que, malgré son vol plané, les deux individus présents dans la pièce continuaient leur discussion. Une vive fraîcheur lui parvint: Grand-mère devait lui redresser la tête.

- Ne soyez pas si surpris, Alhazen. Je vous connais, peut-être peu certes mais, je sais néanmoins que vous êtes un homme de confiance. La petite à toujours voulu se lancer dans l'alchimie... une passion... s'essuyant des refus catégoriques de la part de sa mère et mitigés de son père... comment va maman ? Demandez comment se porte ma mère... puisqu'elle a maintenant bientôt terminé son apprentissage à mes côtés et qu'elle est désormais presque adulte. Nous ne pouvons pas l'empêcher de suivre ses rêves. Ses parents se sont rendu compte qu'étant leur unique enfant, Zéphir devait avoir le droit de mener l'existence qu'elle désire... quand ?... Je dois encore voir avec ma belle-fille, je tâcherai de la convaincre. Zéphir à grand besoin d'émancipation. Elle devra mener une double formation sur un court laps de temps, histoire de terminer ses leçons de botanistes mais, je suis pour qu'elle vienne sous votre toit. Mais ne nous emballons pas: cela devra se faire progressivement... et... Monsieur Rivail: pourriez-vous remettre l'anneau au doigt de Zéphir ? Vous tirez une tête de six pieds de long. Tout va bien ?

Quelque chose ne va pas, Docteur ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alhazen Rivail
Le Chimériste
avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 30/04/2017

MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   Sam 17 Fév - 19:04

Je suis plus qu'honoré, madame, de la confiance que vous m'accordez ; je ferai tout pour m'en montrer aussi digne qu'il me sera possible en veillant au soin de votre petite fille ainsi qu'à son instruction. Prenez tout le temps dont vous aurez besoin pour aider votre petite fille à faire la transition et … pourquoi votre grand-mère me regarde de cette manière, mademoiselle Tramontane ?

Je n'ai rien ditde tout ça, n'est-ce pas ?

Mon corps ne m'obéit pas. C'est une sensation très étrange que celle de commander à son bras de se reposer une tasse avant qu'elle ne se renverse sur soi, d'en avoir toutes les sensations, mais qu'aucune réponse ne vienne dudit bras. J'ai l'impression d'être spectateur de ma propre existence. J'ai toujours la chevalière entre le pouce et l'index, son métal encore chaud sous la pulpe de mes doigts ; une sensation on ne peut plus coutumière, mais à laquelle s'ajoute tout autre chose, une certaine forme de lien entre elle et moi.

Ou, devrais-je plutôt dire, entre vous et moi, mademoiselle Tramontane ? Soyez gentille, mon petit, et veuillez reposer cette tasse avant de découvrir de façon quelque peu douloureuse l'existence de divers organes masculins situés sous notre ceinture ; j'apprécierais grandement. N'oubliez pas de fermer derrière-vous avant de partir, quand vous retournerez à votre doigt. J'aimerais remercier moi-même votre aïeule pour le présent qu'elle nous fait aujourd'hui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voler dans les plumes, tomber dans les pommes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voler dans les plumes, tomber dans les pommes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Hors-Jeu :: Archives-
Sauter vers: