Dans un monde de technologie et de magie, la course à la suprématie est enclenchée. Quel camp choisirez-vous ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dixième Solstice pour une princesse

Aller en bas 
AuteurMessage
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Dixième Solstice pour une princesse   Mar 2 Jan - 20:33

La capitale était recouverte de décorations. Les guirlandes, les lumières magiques, les gens qui offraient leur voeux d'hiver, l'odeur de nourriture chaude, les chocolats chauds, les pains, les viandes, on voyait des sangliers cuire partout. Les citoyens avaient gravé des runes de protection et de bonne fortune sur des bûches de chêne disposées dans les rues.

Dans la foule, une petite boule de fourrure blanche accompagnait son père, presque aussi blanc qu'elle. Les gens s'arrêtaient dans leurs pas pour lui offrir des voeux et parfois à manger. Elle devait poliment décliner, sinon elle n'aurait plus de place pour le repas. Elle était habituée d'avoir toute cette attention, c'était ainsi depuis sa naissance. Les gens qui la saluaient étaient communs de tous les jours, surtout en ce moment, avec le Solstice d'Hiver. Mamma lui avait dit d'aller faire un tour en ville avec Pappa, l'occuper pendant qu'elle réglait quelques affaires. Elle était contente de voir sa mère plus souvent, maintenant que Zima s'occupait de ses classes de magie avec Shelumiel. La petite blanche suivit son père qui l'emmena vers les écuries du Manoir. Lié au Manoir était un couloir de grillage qui menait vers une portion de la forêt, dans une énorme volière où se trouvait la majorité des vouivres des neiges domestiques. Surric s'y rendait pour jeter un oeil sur le haras et sa fille refusait de s'éloigner de lui.

Tout ce temps passé avec lui, le soir tomba vite sur Syab, la ville n'en était que plus belle encore. Toutes les couleurs des éclairages magiques ressortaient encore plus, reflétées par la neige partout dans Alserd. On pouvait entendre la foule acclamer des artistes, musiciens et performeurs, sur les scènes érigées sur la place centrale. Ils iraient voir les spectacles demain, ce soir, aujourd'hui, était spécial. Surric et elle rentrèrent à la maison, salués par les domestiques, ces gens qu'elle côtoyait depuis toujours. Est-ce qu'ils seraient dans le hall cette année? C'était un moment spécial après tout. Elle ne verrait pas ces cousins, ils célébraient dans leur demeure à Shi, au sud de Wotkal, et Pappa restait toujours à la maison, il n'allait pas souvent voir sa famille. Son devoir était à Alserd, il disait. Et du côté de Mamma, il n'y avait que elle et Rhyas. Les thanes étaient dans leurs régions respectives, Mamma pouvait se débrouiller sans eux pendant quelques jours.

Surric emmena sa fille jusqu'au hall. Les yeux de la petite s'illuminèrent d'étoiles. On aurait dit un pays de neige, magique. Décoré de multiples lampes, même des runes flottantes émettaient une douce lumière bleue et il y avait des sapins décorés! Les roues de soleil ornaient les piliers de chaque côté de la salle. Et cette pile de cadeaux qui attendaient d'être déballés près du trône où Elleira siègeait, en train de discuter avec Rhyas qui avait revêtu ses beaux habits. Mamma aussi était richement habillée, plus qu'à l'habitude! Une table avait aménagée au centre de la pièce. Asger était déjà à la table, il occupait Rollo et Hröflr, tous deux jeunes bambins souriants, avec leur père, Björn, pendant qu'Astrid joignait sa mère et sa tante à la discution. Même deux nouveaux invités étaient présents, quelques cadeaux bien dissimulés les attendaiwnt, eux aussi avaient le droit d'être gâtés. Bien sûr que tout le monde la regarda quand elle entra dans le hall, bien sûr qu'on l'accueillit avec des grands sourires, bien sûr qu'elle était radieuse, vêtue et peinte pour l'occasion. On était le Solstice d'Hiver, c'était Yule!

C'était également l'anniversaire de Warui.

_________________


Dernière édition par Warui Sytha le Jeu 15 Fév - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Zima Targavin
Duo de bras cassés
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Jeu 4 Jan - 10:02

[Musique]

La journée n'avait pas commencé sous les meilleures auspices : dès le réveil, j'avais pu sentir une hausse anormale de la température, et l'odeur ambiante ne m'avait pas trompée … il a suffi que je caresse doucement le front de mon petit Shasta pour en avoir la confirmation alors qu'il ouvrait doucement des yeux brillants de fièvre. Soigneusement enroulé sous une bonne couche de fourrures et de tissus divers, avec l'air d'un vrai petit maki à la mode de Syab dont la petite truffe rose et encombrée lui fait me demander ce que sentent les viandes laissées à cuire chaque fois que nous en croisons une broche, il déambule sous les décorations avec la force d'une curiosité enfantine et s'amuse à faire craquer la neige sous ses pattes. Aujourd'hui, il ne serait pas question de ses apprentissages dont il a été chaque fois remercié. J'ai réussi à lui faire conserver ses quelques forces pour qu'il les laisse s'exprimer pleinement au soir, où le jeu des lumières dans la poudreuse qui volette sur nos pas est le plus beau. Il peut bien passer quelques heures sans se morfondre ou avoir à se justifier : c'est Yule, et je ne veux pas entacher son souvenir des festivités ! Ça me redonne le sourire et me réchauffe le cœur de le voir comme ça malgré son rhume gagné à ne pas assez se couvrir. J'ai entendu parler d'un échange très prenant de boules de neiges entre lui et quelques-uns de ses anciens collègues ébénistes, comme j'ai eu l'occasion d'apprendre les résultats d'une grande course de luges qui s'est achevée au fond d'une congère (dont j'ai eu toutes les peines du monde à le tirer, d'ailleurs) l'avant-veille. Débarrassé des épaisses croûtes glacées qui lui couvraient le poil et les vêtements, j'ai dû ensuite le plonger moi-même dans l'eau chaude tant il était gelé et avait de mal ne serait-ce qu'à plier les doigts – et il était encore tout fier de ses exploits ! Il s'en est vanté longtemps à Gersemi et a insisté plus d'une fois pour qu'elle et moi le rejoignions un jour pour un tel programme qu'il aimerait bien voir se terminer devant un lait chaud … ça m'a presque fait de la peine de devoir le renvoyer à chaque fois de nos cours dont il perturbait le déroulement, mais je suppose qu'il ne s'en est pas trop vexé à toujours retourner à la charge.

Il dormait encore paisiblement grâce à quelques gouttes versées dans son infusion préférée quand j'ai eu fini de prendre les notes nécessaires à mes enseignements futurs des signes que je destine à l'héritière qui fête son anniversaire en ce soir de Solstice. Yule promet d'être particulièrement beau cette année, même si loin de Davoh ou de nos bâtiments. Il n'a pas fallut bien longtemps à mon petit frère pour se laisser prendre au jeu et partir à la découverte des quartiers de la capitale et des salles du manoir apprêtées pour l'occasion, et l'enthousiasme dont il fait montre ne met pas longtemps avant de me contaminer. Seul son appétit difficile et son manque d'attraits pour les cuisines nous renseignent sur son état de santé. Alors que nous nous préparions pour les festivités, arborant chacun un peu de vert, Shel m'a pressée de relever mes cheveux avec une ramille de sapin qu'il avait débarrassée de ses imperfections les plus gênantes et mêlée de gui. Je n'ai pas pu dire non à ses grands yeux pétillants. Et dans le hall où tous sont si bien apprêtés, grâce à ses multiples petites attentions, je ne passe pas pour une ermite dérangée de ses sommets à l'occasion. Il s'efforce de partager à tous ses meilleurs vœux et non de sa fièvre et se tient aussi loin des nourrissons que moi-même, bien que nos raisons divergent un peu sur ce point. Quand finalement elle émerge du fond de la salle, petite boule de fourrure duveteuse toute baignée et colorée de la lueur des lampions, il l'accueille avec son petit croassement rauque et plein de bonne volonté :
    « Waru ! Waru ! C'est toi ! »
Rien n'a été laissé au doute : je sais qu'il s'est beaucoup entraîné à retenir ce prénom et à l'associer à la petite albinos.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t80-zima-shelumiel-targavin
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Jeu 4 Jan - 16:59

Rien n'était jamais vraiment laissé au hasard, durant le Solstice d'Hiver au Manoir. Elleira ne regardait pas à la dépense, c'était le moment magique de l'année, tout le monde méritait d'être gâté un peu dans la maison. Elle avait demandé à son mari de garder leur fille occupée pendant que tout le monde s'affairait à transformer le Manoir durant la journée. Astrid et Björn étaient venus avec les bébés, leur grand-mère avait eu beaucoup de difficulté à les rendre à leurs parents. Son côté gâteau ressortait en ce moment. Elle était en pleine discution avec Rhyas et Astilrid quand Shel et Zima arrivèrent. La jarl n'allait pas les laisser seuls dans leur coin pour Yule! Elle leur avait demandé de rejoindre la famille, ils méritaient d'être accompagnés pour les célébrations.

Les jumeaux étaient tout sourire quand Shel les salua. Deux boules de poils qui se trémoussaient dans les bras de leur grand-mère qui était aux anges. Astrid accueillit les Targavin avec chaleur, elle les rencontrait enfin. Elle donna une accolade à Zima et un grand sourire à Shelumiel. Asger fit de même de son côté. Ils voyaient enfin qui était chargée d'instruire la magie à leur petite soeur!

- Zima et Shelumiel? C'est bien cela? Je suis Astrid! se présenta l'aînée d'Elleira. Voici mon mari, Björn, et mes enfants, Rollo et Hrõlfr.
- Moi c'est Asger, celui du milieu, dit le Farid rouge. Alors c'est vous les profs de magie?

Il se pencha vers Zima et chuchota:

- Elle progresse au moins? Elle semblait pas très... apte dernière fois que je l'ai vue...

Elleora fit "ahem" en le regardant. Il eut un sourire coupablenet se redressa. Sa mère lui passa les enfants.

- Ça va, Shelumiel? s'inquiéta la jarl en le voyant.

Le rhume, hein? Elleira lui passa une tasse de chocolat chaud pour le garder réchauffé. Une autre à Zima également.

- Ils devraient bientôt arriver, dit Rhyas en regardant les portes.
- Ils viennet d'entrer, ajouta Elleira attentive.
- Et les cadeaux, Mamma? s'impatientait Asger. On les ouvre bientôt?
- On attend ton père et ta soeur, lui rappela Elleira pour le ramener à l'ordre.

On voyait de qui Warui tenait son impatience. Et parlant de la petite, elle venait d'arriver avec son père.

Tout le monde la salua avec joie, renforçant son sourire et sa bonne humeur. Même Shel avec sa voix rauque, ce qui lui fit encore plus plaisir. Elle savait que le petit avait une mémoire des visage déficiente et voir qu'il la reconnaissait lui faisait chaud au coeur!

- Joyeux Yule, Shelumiel! lui souhaita Warui.

Elle rejoignit tout le monde à table, noyée sous les câlins et les "Joyeux anniversaire!".

- Enrhumé à cause de la course de luge? demanda-t-elle à Shel mais déjà certaine de la réponse.

- Okay! Cadeaux! s'écria Asger en plongeant dans les présents!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Zima Targavin
Duo de bras cassés
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Dim 7 Jan - 6:41

L'affection dont je suis l'objet me gêne quelque peu, et je m'interroge sur ce que la famille du jarl sait des raisons qui m'ont amenée ici remplir le rôle qu'ils se plaisent à appuyer par diverses questions quant à l'avancée de mon élève dans les Signes. Questions auxquelles je ne sais pas vraiment quoi répondre : j'ai encore un peu de mal à saisir le profil de ma jeune disciple, et moi qui n'ai jamais été maître j'ai quelques peines à lui adapter mes enseignements. Il paraîtrait que ce qui distingue le simple amateur du génie est sa capacité à vulgariser ce qu'il parvient à faire par l'instinct en y appliquant ce qu'ils faut de règles ; je suis très loin encore de pouvoir jamais y prétendre. J'espère toutefois que mon trouble ne sera visible de personne ce soir, à plus forte raison que nous sommes ici les commensaux des plus proches parents de mon mécène. Une petite toux me sauve des questions impromptues, suivies de l'ovation qui accueille la petite Gersemi. On nous réconforte d'un chocolat chaud, Shel et moi, et en réponse à la question qu'elle lui pose, il renifle un victorieux : « Oui, mais j'ai gagné, » d'un petit air de défi. Encore tout fière d'avoir réussi à appeler l'albinos par son nom, son sourire est presque assez large pour relier ses deux oreilles ; il lui remonte en tout cas les pommettes et fait briller ses yeux d'un éclats qui n'a rien à voir avec la fièvre. Une exclamation, un grand bruit de chute derrière-nous, et je vois plusieurs paquets impeccablement emballés qui roulent jusqu'à nous dans l'avalanche provoquée par le plongeon d'Asger dans la pile des présents amoncelés autrefois avec plus de soin. Les oreilles de mon benjamin sont dressées très haut et un grain de malice vient jouer avec son expression alors qu'il fait courir une main discrète là où je suppose que doit se trouver son éternelle sacoche. La surprise à manqué de nous faire renverser de notre chocolat auquel se mêlent des senteurs d'épices ; il ne me demande pas vraiment mon avis quand il me tend le sien avec une vivacité enjouée puis franchi la distance qui le sépare de l'épicentre de la catastrophe, pépiant « Je veux voir ! Je veux voir ! » – on veux tous voir !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t80-zima-shelumiel-targavin
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Dim 7 Jan - 13:39

Elleira et Surric n'avaient pas vraiment élaboré sur les raisons du séjour des deux enfants. La jarl avait dit à ses enfants que les Targavins étaient à Alserd pour agrandir leur horizons et étaient les les neveux d'un bon ami, Imbir. Non pas qu'il était un bon ami mais il faisait de bonnes affaires et le gardait au courant de l'état des réfugiés de façon régulière. Alors Astrid et Asger n'en savaient rien. Ils n'étaient pas du genre à se poser un tas de questions ni à creuser pour des réponses.

Bien sûr que Shel avait gagné la course de luge. Il leur en avait parlé durant des jours, interrompant leurs cours! Revenant sans cesse à la charge! Il tenait à les mettre au défi. Quand ses progrès en magie seraient suffisants pour justifier un ou deux jours de congé d'étude. Pour l'instant, elle devait se conformer à son emploi du temps. Il avait son sourire bien à lui, elle lui souriait toujours en retour. Elle appréciait qu'il l'avait appelée par son surnom que son vrai prénom, Astrid et Asger ne le connaissaient pas.

L'attention de tout le monde fut détournée quand Asger plongea dans le tas de cadeaux. Ils étaient si bien entassés, avec soin! Surric se mit à rire, Elleira un peu moins, un soupir, l'habitude d'un fils qui pouvait facilement déconner. Shel le rejoignit avec joie, les jumeaux voulaient savoir ce qui se cachait dans la pile. Le Farid rouge ramassa quelques cadeaux et les distribua autour de lui.

- Y'a ça de la part d'Astrid pour Warui, ça de la part de Pappa et Mamma à Astrid, poursuivit Asger en distribuant les présents.
- Une peluche de dragon! s'exclama Warui qui donna un câlin à sa grande soeur.
- Une tonne de vêtements pour les garçons, dit Astrid en remerciant leur parents.

La pile de présents baissait petit à petit, des jouets, des vêtements, des babioles, des outils, il y en avait pour tous les goûts. Elleira alla chercher un long objet, une extrémité plus grande que l'autre, et la tendit à Warui.

- Jures-moi, d'y faire extrèmement attention, lui fit promettre la jarl.
- Promis!

La petite blanche déballa doucement le cadeau qui se trouvait être une guitare! Elle regarda ses parents, puis Björn, puis la guitare. Elle sauta au cou d'Elleira en la couvrant de baisers sur le visage.

- Mais c'est ton énorme cadeau d'anniversaire, lui dit sa mère. Montres-moi que j'ai raison de te l'offrir.
- Je vais être la meilleure guitariste de la ville, tu vas voir! se défia Warui.

Elleira se défit de l'emprise de sa cadette. Dans la pile de cadeaux, il y en avait qui étaient un peu spéciaux. Elle les ramassa et les tendit à Shelumiel et Zima.

- Avec tous nos voeux les plus sincères, à vous deux, dit leur protectrice.

Elle et Surric tenaient à leur témoigner leur appréciation de leur travail. Ce ne serait jamais sans tension, sans doute, avec les circonstances, mais elle voulait qu'ils sachent que ces présents leur étaient donnés par leurs seigneurs temporaires avec les meilleurs sentiments.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Zima Targavin
Duo de bras cassés
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Ven 12 Jan - 17:57

La pile s'agite un peu avant qu'une truffe n'en ressorte, puis deux bras chargés de paquets distribués çà et là à leur juste destinataire. Mon benjamin sautille sur place et profite de l'éparpillement au sol pour participer à la distribution avec son enthousiasme coutumier malgré l'amoncellement de vêtements qu'il a sur les épaules. Il s'exclame à l'ouverture de chaque cadeau d'abord, puis seulement des plus impressionnants quand ensuite sa voix ne lui permet plus les mêmes démonstrations d'émerveillement. La vue de la guitare offerte à l'albinos suffit à lui faire recouvrer la voix. Il la regarde, fasciné et si petit à côté de la chambre de résonance qu'il doit être bien incapable de tenir dans ses bras … mais très tenté de s'y essayer. J'ai un petit pincement au cœur alors que je m'interroge sur le temps que mon élève sera capable de mettre à profit pour un apprentissage supplémentaire – même si je ne doute pas l'entendre jouer pianississimo au soir à la chandelle. Je me questionne un instant sur ce que cet instrument précis a dû coûter à notre hôte, la sachant friande de beaux matériaux et peu soucieuse à la dépense quand il s'agit de son trésor le plus précieux ; questions qui s'interrompent quand la jarl suscitée nous tend, à mon frère et à moi, deux paquets qui me laissent pantoise : sur le moment, je ne sais si je dois ouvrir le mien ou me sentir un peu déplacée de n'avoir rien à offrir en échange de ces présents. J'ouvre la bouche en même temps que mon cadet :
    « Mais on n'a rien pour vous, nous …
    – Je suis désolée de ne vous avoir rien apporté, mon jarl ….
     »
On échange un regard, mon frère et moi, conscients du cadeau commun à Gersemi qu'il a rangé dans la poche de son deuxième ou troisième gilet. Je pince les lèvres, presque tentée de rendre à Elleira des étrennes que me sais incapable de lui rendre ; presque, si je n'avais as entendu Shelumiel déjà tout appliqué à défaire de son mystère la boîte entre ses mains. Je me demande si ce qu'il y trouvera aura un lien avec les précédentes discussions que nous avons partagé à ce sujet avec Elleira … comme je me demande si Shasta en a partagé de pareilles avec elle à mon sujet. Je détache avec soin et hésitation l'emballage, probablement plus rouge qu'un petit Shel tout enfiévré si j'en avais eu le pelage. Lui secoue très légèrement la boîte débarrassée de son papier, l'oreille tout contre ses parois. Je dois me retenir de faire de même, tout aussi curieuse que lui maintenant. J'ai peur de ce que je trouverai sous le couvercle et n'en reviens pas une fois celui-ci soulevé : sur plusieurs tuniques de coupe davane, imprimées d'abeilles par endroits, je trouve un bon nombre de bijoux de cheveux et d'oreille, qui mêlent agates diverses, yeux de tigre, turquoises, cornalines, quartz et aventurines polis, taillés en perles rondes ou en abeilles multicolores au tintement doux, reliés les uns aux autres par des crins et lacets de cuirs teintés. Je ne sais pas quoi dire, et Shel non plus : il gazouille son bonheur à s'en faire passer pour un nourrisson et je dois l'empêcher d'ajouter dans l'instant ses nouveaux vêtements à ceux qu'il porte déjà.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t80-zima-shelumiel-targavin
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Sam 13 Jan - 18:29

Warui examinait son présent avec minutie et attention. Elle n'avait pas la musique dans le sang mais admirait le talent musical de son oncle. Björn l'avait charmée avec ses compositions depuis qu'elle était avec Astrid. La petite avait demandé un tel cadeau à ses parents depuis un moment déjà. Le skald avait du avoir une discussion avec eux au sujet de l'instrument à quelques reprises. Apprrendre comment jouer de l'instrument sera long et fastidieux, en plus de tous les cours qu'elle suivait déjà de façon quotidienne. Déjà elle se disait qu'elle devrait se pratiquer le soir.

Une guitare, surtout les guitares électriques, n'étaient pas vendues à bas prix. Elles nécessitaient des matériaux capables d'endurer le froid de Syab et demandaient un entretient soigné durant les baisses de températures sibériennes de l'hiver. Elles pouvaient devenir fragile et délicate et la main d'oeuvre derrière la confection d'une telle oeuvre d'art était d'un coût exorbitant selon la qualité du travail. Et bien entendu Elleira et Surric étaient allés vers les artisans de renom. Même Rhyas et Astrid regardaient le cadeau avec de grands yeux.

- Je peux aller l'essayer avec Björn, Mamma?
- Ne te gênes pas, vas t'amuser, répondit Elleira.

La petite s'éloigna du groupe avec le skald. Le moment parfait où Astrid regarda sa mère droit dans les yeux:

- Alors... elle t'a coûté combien cette guitare? demanda-t-elle à la jarl.
- Pas de chocolat pendant six mois, répondit la Farid bleue.

Les yeux d'Astrid s'arrondirent comme des soucoupes, ceux de Rhyas également. Elles savaient à quel point Elleira aimait son chocolat malgré le pris faramineux, se priver de son péché gourmand pendant si longtemps était...

- T'es pas sérieuse? dit Rhyas.

Sa cadette ne répondit rien mais le petit tic au coin de l'oeil était tout ce dont elle avait besoin. Et les cadeaux destinés aux Targavin n'étaient pas donnés eux non plus. La mage avait discuté avec les enfants, chacun de leur côté, en plus de demander à leur famille, par correspondance, pour leur trouver chacun des présents qui leur conviendraient. Elle savait qu'ils n'auraient rien pour elle en retour, elle s'y attendait déjà.

- Zima, je t'ai mis mon héritière sur les épaules, sans consultation, sans te le demander. Je ne veux rien de matériel de ta part, ni de toi Shelumiel, leur dit leur protectrice. Vous me rendez un énorme service.

Elle jeta un coup d'oeil en direction de Warui et Björn, ils étaient assez loin pour ne rien entendre.

- Votre présence, à vous deux, auprès d'elle, dépasse mes attentes, poursuivit Elleira.
- Elle est plus encline à écouter, continua Surric en comptant sur ses doigts, elle est plus tranquille avec les autres, elle fait des progrès en socialisation, il est plus facile pour elle d'approcher les gens, elle prend des décisions plus réfléchie et moins spontanées, ses sautes d'humeurs sont moins intenses et moins courantes.
- Je me disais aussi que même durant le dévoilement des cadeaux... fit remarquer Asger. Elle attendait son tour et ne harcelait personne pour tout avoir d'un coup.
- Si tu tiens absolument à me repayer, Zima, dit Elleira en joignant les mains ensembles, fais d'elle une mage plus puissante que moi.

Et elle était sérieuse en le disant. Cependant, il y avait cette lueur dans son regard, elle était certaine que la femelle brune en était capable mais ne le réalisait pas. Certes, elle et Surric venaient de recouvrir Zima de bijoux et des vêtements, ainsi que Shelumiel, une petite fortune était allée dans leur cadeaux à eux aussi. Ils avaient fait venir la garde-robe de Davoh, en demandant conseil auprès d'Imbir et Myrna sur les tissus et les motifs, ainsi que les bijoux. Tant ils voulaient bien intérgrer les enfants à Wotkal, ils tenaient à les garder près de leurs racines davanes, même les bijoux avaient été pensés selon les coutûmes d'enjolivement de leur clan. Zima avait droit à des vêtements plus adaptés à ses tâches et Shelumiel avait maintenant des vêtements convenables pour ses activités physiques tout en gardant la touche esthétique de leur famille.

- Pour ce qui est de notre cadeau à votre égard, déclara la matriarche, un Targavin, peu importe où et comment, se doit de représenter son clan et à le droit d'être fier de ses coutûmes.

Il y avait assez de vêtements pour passer un mois ou deux sans porter deux fois le même morceau, chacun de leur côté. Voir Shelumiel aussi heureux leur faisait plaisir.

- Gardes-toi des vêtements pour demain, plaisanta Surric an aidant Zima à empêcher le petit de se recouvrir encore plus.

Elleira sortit deux broches de son manteau, chacune décorée avec une abeille dorée entrelacée avec un renard ailé en or blanc. Elle en tendit une à chaque Targavin.

- Symbol de mon authorité et de vôtre service, plus de portes devraient vous être ouvertes.

L'emblème des Sytha pour représenter leur séjour et leur contract envers la jarl, qu'ils étaient ses employés. L'emblème des Targavin car elle reconnaissait leur lien à leur clan et leur 'indépendance'. Avec leur insigne, il devrait être plus facile pour Zima de se procurer les matériaux dont elle avait besoin pour ses recherches, ses études et ses classes. Ils étaient également placés plus haut dans la hiérarchie du Manoir, répondant à la jarl et son mari uniquement.

Le regard de Zima quand Warui avait déballé sa guitare n'avait pas échappé aux seigneurs.

- La leçon d'histoire peut être moins fréquente, admit Surric. Une pause de temps en temps.

De quoi passer plus temps ensembles, les deux Davans et leur pupille.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Zima Targavin
Duo de bras cassés
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Dim 14 Jan - 13:13

Je soupire de soulagement cependant que, derrière-moi, Shasta reprend lui une grande goulée d'aire frais après avoir été extrait de l'une de ses nouvelles tuniques (une jaune, songé-je, je suppose que certaines des commandes ont pu passer par Midas : n'importe qui d'autre aurait assez insisté pour envoyer du bleu, seulement du bleu et rien que du bleu à mon cadet) joliment damasquinées, même quand le tissu ne semble pas s'y prêter de prime abord. Je suis soulagée autant aux mots qui nous concernent, qu'aux permissions futures qui laisseront l'occasion à Gersemi de s'aérer un peu plutôt que d'avoir à subir dans sa plus pleine mesure et quotidiennement le poids toujours croissant de son emploi du temps.
    « Si je peux me permettre … essayez aussi aussi, ou peut-être, de lui libérer un jour plein ou deux si on ne lui en réserve pas un pour quelque chose de purement physique. Les écoliers ont des journées tout aussi longues, mais eux s'absentent deux à trois mois durant pour les travaux au champ. Elle est pleine d'énergie, et elle trouvera toujours un moyen pour l'épuiser : autant qu'elle commence à chercher par elle-même comment. »
Je leur souris et ajoute :
    « Excellente idée, la guitare. Autant pour la rythmique que la concentration. Je pense que ça nous aidera beaucoup, ce qu'elle apprendra en en jouant. Ça devrait aider à retenir son attention. »
Nos présents suzerains nous tendent ensuite chacun une lourde fibule que je reçois mi figue, mi raisin : le présent est remarquable, dans tous les sens du terme et ce d'autant plus qu'il s'accompagne d'une importante montée en grade. Je me sens toutefois redevable de son poids en or, à la même mesure que celui-ci m'ouvrira autant de portes qu'il m'en fermera dans certains quartiers. Si mon autorité en croisse très officiellement, je vais longtemps me torturer l'esprit sur mes mérite et respect officieux que m'attribueront la domesticité autant que les sujets de la jarl dont je réponds aujourd'hui. Je m'incline très bas devant l'honneur qui m'est fait et prie mentalement tous les dieux qui me sont connus dans l'espoir de parvenir un jour peut-être à dépasser ou au moins approcher par le mérite ce qui m'est offert ce soir.
    « Merci, mon jarl. »
J'échange l'agrafe de Shelumiel puis la mienne à ma cape.
    « Zima, on peut aller écouter la guitare, maintenant ? Tu crois que je pourrai en jouer un peu, aussi ? Ça se tient de quelle main ? On pince vraiment les cordes, on les gratte, ou il faut les frotter ? Zima ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t80-zima-shelumiel-targavin
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Dim 14 Jan - 19:02

Zima n'avait pas tout à fait tort. Warui avait des journées chargées en apprentissages variés. Elleira tenait à ce que sa fille soit éduquée dans tout ce qu'elle avait de besoin de savoir une fois jarl à son tour. La petite trouvait ses journées pesantes et épuisantes, la pression de performer au-delà des attentes de ses parents était constante. Elleira n'était pas une mauvaise mère, mais elle avait des défauts. Tenter de fermer l'oeil sur la situation en était un. Une autre enfant aurait craqué avant, Warui avait quand même la volonté de continuer, mais ce n'était pas sain. La jarl lui mettait sur les épaules ce qu'elle n'avait pu avoir et accomplir, le parent qui désire voir son enfant le surpasser mais dont la méthode laisse à désirer. Zima avait raison, Warui était trop poussée. Ces petits changements que la Targavin apportait, ils étaient précieux.

- Une pleine journée pour respirer lui fera le plus grand bien, acquiesça la Reine de Feu. Une autre consacrée à l'exercice pour qu'elle puisse se dépenser.

Il était tellement plus facile de lui enseigner quand elle était relaxée. À vouloir se dépenser, elle pouvait se retrouver dans des situations désagréables. Dire que cette guitare n'était pas seulement pour aider l'albinos. Mais, en effet, un excellent outil pour son développement. On ne pouvait jouer de la musique sans se concentrer.

- Nous vous remercions également, répondit la jarl à Zima quand la jeune magus s'inclina devant elle et Surric.

Shelumiel était impatient d'essayer la guitare, ses yeux avaient tellement brillé en la voyant!

- Björn se fera un plaisir de te montrer, lui dit chaleureusement Astrid en lui caressa doucement les cheveux.
- On viendra vous chercher quand les assiettes seront arrivées, ça ne devrait pas trop tarder, rassura Rhyas qui faisait des grimaces avec Rollo.

Warui tenait le grand instrument dans ses bras, un peu maladroite. Björn la guidait sur comment placer la guitare, comment ajuster ses doigts, quelle force employer, les clés et les accords, avec la patience d'un ange. Entendant des pas venir vers eux, elle détourna son attention sur les autres.

- Vous voulez entendre? demanda-t-elle en battant de la queue et un sourire radieux sur le visage.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Zima Targavin
Duo de bras cassés
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Dim 21 Jan - 18:39

La main d'Astrid fourrage affectueusement dans les cheveux et joue un peu avec les grandes oreilles de Shelumiel en réponse à sa curiosité euphorique devant l'instrument que Gersemi semble déjà très appliquée à maîtriser. Fidèle à elle-même, Rhyas nous assure que nous seront prévenus au moment de passer à table ; il n'en faut pas plus au petit farïd pour se précipiter vers l'objet de tous ses regards. Il s'agenouille au niveau des deux guitaristes avant même d'avoir fini d'avancer et dérape sur quelques centimètres, assis sur ses talons. Je ris un peu et lui ébouriffe à mon tour son épaisse tignasse blanche et rebelle.
    « Je crois que son attitude répond pour lui ! » souris-je ; « j'aimerais bien entendre quelques notes moi-aussi. »
En réponse, et sans attendre plus longtemps sous les étoiles extatiques des grands yeux bruns braqués sur lui comme deux projecteurs sur une scène, Björn fait entendre quelques accords exécutés avec un talent qui laisse les notes pures se suspendre alors qu'il place ensuite les mains de sa nièce sur les cordes. Je tapote l'épaule de mon petit frère et lui désigne notre jeune amie d'un coup de tête. La compréhension le fait se tenir droit, tout aux aguets alors qu'il furette dans ses multiples couches de vêtements, au fin fond de ses multiples poches de ses multiples vestes, tourne sur lui-même et, sur son exclamation de soulagement la plus éloquente, agite victorieusement une petite boîte au-dessus de sa tête. Dans cette petite boîte, en bois clair que je suppose être du poirier, se trouve le très humble cadeau que Shasta et moi avons confectionné pour ce jour spécial, sans trop savoir quoi offrir ni même s'il était de bon ton de le faire ; comme son contenant, le bracelet que nous y avons placé est issu des quelques chutes du dernier apprentissage de mon petit frère : un simple rond de bois que nous avons dégrossi du mieux que nous avons pu, limé, poli, gravé et (avant d'en ressouder les deux moitiés), peint de petites abeilles portes-bonheur sur sa face intérieure ainsi que farci de quelques herbes et papiers couverts de souhaits de bonne fortune … petites attentions que nous savions aussi bien cachées que précieuses à nos yeux.

Et si dérisoires pourtant quand je regarde la guitare, la table qui sera bientôt apprêtée pareillement à une corne d'abondance, les lanternes et les riches présents dont nous avons déjà nous-même été comblés.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t80-zima-shelumiel-targavin
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Dim 21 Jan - 20:02

Les adultes ne purent s'empêcher de rire en voyant Shelumiel s'élancer vers le duo. Il était capable de s'attirer la bienveillance de tout le monde, ce petit gamin adorable. Warui avait ouvert grand les yeux quand il dérapa vers elle, il ne s'était même pas arrêté! Il s'était mis à genoux, en mouvement! La petite regardait le jeune mâle, se demandant si elle devait admirer son audace et l'exploit de ne pas s'être retrouvé museau contre le plancher, ou... ou bien rien, en fait. Il était téméraire quand il voulait! Une fois les deux Targavin avec eux, Björn prit la guitare et commença à jouer quelques airs avec expertise. Les enfants étaient captivés par les accords parfaits. Et là, le skald remettait le présent dans les mains de sa nièce.

- Merci, Onkel.

Un coup d'oeil à Shelumiel qui s'était raidit, lui donnant tout son attention. Ça lui donnait le trac. Il fouillait... dans ses vêtements? Ça semblait très bien caché, mais quand il eut fini, il tenait une petite boîte, triomphant. Ça ne pouvaitpas être pour Björn, ils n'avaient aucune raison de lui offrir quelque chose. C'était... pour elle? Gersemi tendit doucement la main pour prendre le présent que lui offrait Shelumiel et Zima. "Je peux l'ouvrir?" son regard demandait. C'est avec douceur qu'elle dévoila le cadeau et le sorti de son contenant pour le regarder, l'examiner. Ça lui revenait, Shasta étai apprenti ébéniste! Il avait... confectionné le bracelet... avec Zima? Pour elle? Juste pour elle? Ils avaient même gravé des abeilles, leur clan, le bois était si lisse, si doux...

- ...

Elle n'avait pas pensé qu'ils lui auraient offert quelque chose, encore construit quelque chose! Elle donna sa guitare à Björn pour embrasser Shelumiel sur la joue et donna une étreinte à Zima. Elle enfile le bijou à son poignet droit aussitôt.

- C'est parfait! déclara-t-elle. Il est parfait!

Elle en prendrait soin! Elle ne l'abîmerait jamais! Elle le promettait! De son côté, elle avait quelque chose pour eux aussi. Elle mit la main dans son dos, là où elle avait mis son cadeau quand elle était rentrée avec son père, un détour à sa chambre pour aller le chercher avant de rejoindre la famille.

- Fermez les yeux! Pas de triche, clama Warui sérieuse.

Une fois ce fait, elle sortit son présent.

- Vous pouvez regarder!

Elle avait dans ses mains une roche bleue et transparente, une pierre en glace éternelle. Le plus attrayant et important était dans la glace: c'était une abeille de flammes, reproduction fidèle des armoiries des Targavin. Les flammes continuaient de pulser doucement dans leur cage fraîche au toucher. Warui s'était entraînée avec ses parents pour en arriver à ce résultat. Elleira avait été stricte, lui exigeant la perfection, Surric avait scellé le sort. Warui tendit son cadeau vers ses tuteurs, avec cette même fierté que Shelumiel affichait plus tôt. Une fois les mains vides, elle reprit sa guitare. Björn la guida de nouveau sur les accords qu'il lui avait montré, avec patience.

Les notes étaient lentes, hésitantes, une ou deux étaient fausses, mais le rythme était conservé. C'était sa première leçon après tout. Elle ratait une note, elle sortait la langue en se concentrant pour aller à la suivante, pour ne pas perdre le rythme. C'était mieux d'apprendre le morceau que de trébucher à la même note sans cesse, la maîtrise viendrait avec le temps. Elle était adorable à regarder, l'instrument si grand sur elle. Sachant que Shel tenait à essayer, elle lui passa et l'aida à s'installer avec, elle prit même le rôle de professeur, revenant sur ce que son oncle lui avait montré.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Zima Targavin
Duo de bras cassés
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Jeu 25 Jan - 13:46

Elle escamote le couvercle avec une délicatesse diligente, le soulève avec toute la curiosité du monde pour jeter un œil inquisiteur au mystérieux contenu que nous lui présentons. On la croirait manipuler un jeune animal quand elle s'empare du bracelet, l'observe en détail avec l'air de ne pas trop y croire. Ses doigts passent silencieusement sur la surface du bijou, s'attardent sur de petites aspérités. Il ne lui faut pas longtemps avant de se jeter sur nous, sous les protestations amusées de Shel qui, entre deux petits pépiements, glisse un avertissement rauque à son amie au sujet d'une contagion qui ne ferait pas un aussi bon cadeau que ce qu'elle avait déjà reçu. Mon tour vient et son étreinte vive me donne l'impression de serrer un boulet de canon lové tout contre moi, le temps d'une seconde. Elle glisse tout fièrement son bracelet à son poignet ; derrière-elle, le skald ouvre encore des yeux ronds, surpris de ne plus avoir dans les bras qu'une guitare sans sa petite guitariste. Elle retarde encore un peu le moment de s'y réinstaller, tâtant à son tour le dos de ses vêtements à la recherche de … nous fermons docilement les yeux à son ordre. Je plaque les mains de mon benjamin sur ses yeux, et y ajoute l'écran supplémentaire de mes propres paumes quand je le sens écarter les doigts. Sous la pression calme mais intransigeante de mes mains, je sens sa truffe se retrousser de dépit.
    « Promis, pas de triche.
    – Promis !
    »
Nous patientons un instant, percevons un bruissement de tissus suivi d'une exclamation flûtée et fière, jetée sur un air de victoire et qui nous invite à ouvrir les yeux (ou à se débarrasser des différentes couches de paumes qui nous barre la vue, dans le cas de mon frère). Elle nous révèle alors ce qui semble être une petite pierre en forme d'œuf, lisse et transparente, qui laisse deviner en son centre une forme lumineuse aux palpitations irrégulières. Frappée de curiosité, je prends avec douceur le présent des mains de la jeune albinos pour étudier l'objet de plus près. La roche est fraîche dans mes mains, froide même, sans être pourtant humide. Légèrement bleutée, je reconnais là la patte de Surric : un sceau de glace. Et en son centre, forme fragile et d'aspect presque vivant, est piégé un sort de flamme. Une abeille.
    « C'est toi qui l'a fait ? Pour nous ? Vraiment ? »
Je cille, surprise ; laisse Shelumiel observer avec de grands yeux la sculpture de feu. La rémanence de la flamme laisse une empreinte sur ma rétine.
    « C'est très beau, Warui. Merci. Beaucoup.
    C'est ton idée, Waru ? » laisse échapper un petit frère curieux, fasciné par le spectacle des pulsations lumineuses.
    « Tu as progressé depuis tes débuts, Warui. Beaucoup. »
C'est étrange, en tant qu'enseignante (même amatrice) de recevoir un satisfecit d'un élève, et non le contraire ; une fierté perdue, prise sur le fait. J'ai l'impression d'un potlatch bien plus que d'un anniversaire. De petites lueurs mauves, parfois rougeâtres, mouchettent la figure de Shasta par intermittences alors qu'il laisse la danse du cœur brûlant se renouveler. Il n'a pas de mal à en détacher ses regards, pourtant, quand la jeune héritière reprend place près de son oncle pour sortir sa première mélodie sur les cordes. Hésitante, maladroite, mais reconnaissable entre mille, la balade préférée de mon élève s'élève et se diffuse dans la salle. Celle-ci achevée, et pour le plus grand plaisir de mon cadet, notre petite balladine improvisée fait geste d'invite au jeunot. Elle et lui font tout petits sous la guitare qu'ils manipulent ensemble, partis en découverte de nouveaux sons. Quand il m'entend rire, il lève les yeux vers moi.
    « Non, rien, Shel. Je me dis juste que ce n'est pas cette année qu'un cadeau risque de déclarer une guerre.
    – Ça peut déclarer une guerre, un cadeau ?
    » demande-t-il, surpris. « Les gens doivent vraiment être des gras pour faire la guerre à cause d'un cadeau !
    – Certaines personnes offrent des objets pour déclarer la guerre, Shel. Et … on dit ingrat.
    – C'est sûrement de très mauvais cadeaux alors. Et quand le gras est pas tout seul ? Un gras, deux gras, des gras ?
    – Juste un ingrat, deux ingrats, des ingrats, Shel.
    – Ah !
    »
Il rougit sous sa fourrure de neige toute emmitouflée au fond de ses écharpes et poursuit sa leçon particulière sans oser ouvrir la bouche ni regarder autour de lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t80-zima-shelumiel-targavin
Warui Sytha
Future matriarche du clan Sytha
avatar

Messages : 533
Date d'inscription : 24/04/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Ven 26 Jan - 10:30

Sous le coup de la joie, Warui n'avait pas pensé au rhume de Shelumiel, elle serait un peu malade mais tant pis. Il méritait un câlin! Zima aussi! Les deux méritaient un câlin!

Elle appréhendait leur réaction face à son cadeau. Zima avait du recouvrir les yeux de son frère pour éviter toute triche. Merci, Zima! Le glaçon n'avait pas fondu d'un millimètre depuis hier soir, quand elle avait finalement réussi à exécuter le sort. C'était ce que son père faisait de mieux en magie: de la glace éternelle. Ça et les sort de protection. La surprise dans les yeux des Targavin lui donnait une bouffée de fierté. Zima semblait ne pas croire que l'abeille était de sa main. Pourtant, oui oui. Les flammes noires teintée de rouge et de violet étaient sa signature magique. Sa tutrice faisait des éloges à son sujet, Warui se frottait la nuque, gênée de recevoir de tels compliment, on pouvait voir un peu de rose sur ses joues, à travers sa fourrure immaculée. Ça ne faisait pas si longtemps que Zima était arrivée et lui enseignait, mais déjà on pouvait voir une différence.

- Quand j'ai dis à Mamma que je voulais vous faire un cadeau, une décoration, elle m'a demandé en quoi. J'ai répondu en feu, Pappa a proposé de la sceller dans de la glace. J'ai commencé à pratiquer... je me souviens plus... mais Mamma était avec moi et me faisait recommencer pour la moindre erreur. J'y passais mon temps libre.

Ça avait eu comme avantage qu'elle était épuisée et s'endormait plus rapidement le soir venu.

- Mamma est stricte quand elle veut, ajouta la petite qui en semblait encore surprise.

Et pas seulement pour faire le cadeau. L'albinos avait déclaré vouloir être prise au sérieux, même en entraîmenent au combat, et Elleira n'y allait plus de main morte. Sa fille en ressortait avec coupures, éraflures, echymoses, contusions et parfois une épaule déboîtée. Zima devait s'occuper de cette boule de poil et la remettre sur pied. Premier entraîement avait bien fini: Elleira l'avait projetée contre le mur et son épaule gauche s'était disloquée sous le l'impact.

- Mamma y va à fond quand elle veut, dit Warui plongée dans ses réflexions.

Retournant à Björn, il lui avait appris les accords de sa ballade préférée, celle que sa mère lui chantait quand elle était plus jeune. C'était sa chanson préférée. L'excitation dans les yeux de Shelumiel quand il eut la guitare sur lui. Warui était occuppée à bien placer le tout et ne prêta pas attention à la conversation entre frère et soeur, mais elle vit que le mâle blanc avait un air... de dépit? Pour lui remonter le moral, elle l'aida avec les notes, guidant ses doigts un à un, lui expliquant tout ce qu'elle avait appris. Et bientôt...

Rhyas vint les rejoindre, silencieusement, sans aucun bruit, on n'entendit même pas le son de ses griffes claquer contre le sol.

- La table est prête, annonça-t-elle.

Warui se leva comme un ressort, tendit sa guitare à Björn, prit la main de Zima et Shelumiel et les entraîna avec elle pour retourner après du reste de la famille. La table était remplie de nourriture, les arômes étaient enivrants, les viandes étaient luisantes sous la lumières, la vapeur s'échappait des plats! Ils étaient une dizaine, il y en aurait assez pour tout le monde! Elleira récita une prière courte et tout le monde commença à manger.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t48-gersemi-warui-xiii-sytha
Zima Targavin
Duo de bras cassés
avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 21/09/2017

MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   Lun 29 Jan - 17:48

Shelumiel semble finir par tout oublier alors qu'il tente de retenir ce que lui dit et fait faire celle qui pourrait être sa sœur tant elle lui ressemble … physiquement, du moins : il ne faut pas rester longtemps en leur compagnie pour constater à quelle point ils peuvent parfois se distinguer l'un de l'autre dans leurs réactions. Mon petit frère est tout absorbé dans le maniement de la guitare, et je commence à me demander s'il ne trouverait pas là dedans matière à un apprentissage de plus longue date. Barde, skald, baladin ou saltimbanque divers ne m'apparaît pas comme une carrière sur laquelle miser compte tenu de ses incapacités ; composer avec son handicap est pénible, plus encore quand je crains qu'il n'y mette pas du sien. Malgré tout, j'essaierai de garder ce petit concert qu'il nous donne aujourd'hui à l'esprit quand j'aurai épuisé tous les artisans de la région avec ses facéties et désobéissances diverses. Au moins, et même si elle nous revient de bien plus loin, Gersemi m'apparaît pour l'instant plus capable, raisonnable je dirais. Ses progrès et son intérêt sont sensibles, et j'ai moins de mal à croire en eux qu'en ceux de mon propre sang. Je joue distraitement avec la roche froide de son présent dont le cœur noir qui absorbe si bien la lumière à lui parvient à blesser la rétine si on le regarde trop, y gravant son image rémanente et mouvante comme l'aurait fait une source lumineuse ; je fais passer la pierre entre mes doigts, toute à mes réflexions quand la table nous appelle, dressée avec autant de richesses que ce à quoi il fallait s'attendre de la part de notre jarl : celle-ci ne sait pas lésiner sur ses démonstrations de prodigalité, et ceux qui prendront place à cette table sont sûrs d'être aussi choyés que repus. C'est, sans surprise, ce à quoi s’attelle mon frère de suite, et même s'il ne fait que picorer, c'est pour goûter à tout ce dont l'odeur grasse, iodée ou parfois même caramélisée attire assez son attention pour que ses yeux jamais trop gros pour son ventre choisissent à sa place. J'essuie plusieurs fois la sauce épaisse et légèrement fruitée de sa figure au cours du repas qui me le rend profondément assoupi. À table, et même si je participe peu aux débats de mes commensaux qui s'attachent davantage à rapporter ce que devient la vie de leur côté, je réponds aussi affablement que possible à tout ce qui concerne mon élève – surprise et un peu gênée, j'en conviens, de ne pas manger auprès de la domesticité. Les viandes présentées ont cuit longtemps dans leur jus noir avant d'être dorées, et le labeur s'en ressent à chaque bouchée. Le vin, lui, est servi chauffé pour réconforter l'attablée : son odeur épicée est charriée par volutes jusqu'aux convives chaque fois que les pichets se déplacent de mains en mains autour de la table. Son arôme légèrement piquant me séduit assez pour que j'en verse un peu à part, dans une outre qui m'aidera à finir la soirée.

Je me réveille. Je me sens loin de mon corps, trop loin pour ouvrir tout de suite les yeux. J'ai chaud, quelqu'un me porte contre-lui. L'odeur m'est familière, rassurante. Un duvet recouvre le reste de mes vêtements. Derrière-nous, des traces dans la neige et les lueurs lointaines, vives et pétillantes comme des emballages de bonbons qui font briller la ville entre les ramures. Je ne me souviens pas avoir marché jusqu'ici ; j'apprends pourquoi tout doucement alors que je passe les mains sur le bois vernis et une garniture molle sous moi : des coussins. J'en ai monté quelques uns sur des meubles, des comme ça. Du velours je crois, même si celui sur lequel je me réveille tout doucement me paraît élimé et lissé comme un vieux cuir.
    « Niiz ? » je me mets à appeler d'une petite voix, plus que je ne la reconnais.
    « Ah ! Shasta ! (elle sourit, dans sa voix) Tu es réveillé ! Non, ne bouge pas trop, fais attention. »
Nous avons voyagé à bord d'une luge. Une grande luge. Pas une troïka, ni même vraiment un traîneau, mais ce n'est pas comparable aux trois planches liées ensembles que j'ai monté pendant la course qui m'a récompensé d'un rhume. J'ai la gorge un peu chaude, d'ailleurs, et les yeux aussi. Le froid me fait du bien à la figure. Je sors de mon duvet, tout pantelant. Devant-nous, je vois des sapins en quantité. Niiz ouvre la marche, mais pas de beaucoup : elle me soutiens et ensemble nous allons nous poser près d'un sapin qu'elle me désigne. Celui-ci est flanqué d'une petite bute où nous pouvons nous asseoir. Je la vois qui manipule avec précaution une outre de vin dont l'odeur encore chaude, légèrement âcre, me rappelle que mes dernières images remontent au banquet. Elle recouvre de liqueur épicée les herbes qu'elle a savamment disposées au fond d'une petite tasse avec un peu de miel et au-dessus de laquelle elle signe avant de me la tendre avec un sourire. Nous partageons le vin puis nous sortons des sacs de ma grande sœur du safran micacé dont nous frottons les branches ensemble, comme on le faisait toujours à Yule tous ensemble auparavant. Sous les branches dorées, la lanterne de Niiz faisait des reflets mouvants, étranges, un peu magiques.
    « Buvons à Yule, » commence-t-elle, tenant une nouvelle tasse au-dessus de nos têtes, « puisse ce jour être propitiatoire et apporté joie, santé et prospérité aux jours à venir. J'offre cette libation à ces jours heureux. »
Et là, elle verse un peu de la liqueur rouge sur la neige, au pied de l'arbre. Je fais de même puis nous levons le coude en même temps.
    « Tiens, Shel. Aux jours heureux.
    – Pour toi, Niiz. Aux jours heureux.
    »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feia.forumactif.com/t80-zima-shelumiel-targavin
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dixième Solstice pour une princesse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dixième Solstice pour une princesse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Féia, terres de conflits et de passion :: Hors-Jeu :: Archives-
Sauter vers: